TCHÈQUE MUSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'histoire musicale des pays tchèques – Bohême et Moravie – est foisonnante mais méconnue.

Il ne subsiste pas de sources musicales antérieures à l'évangélisation par Cyrille et Méthode en Grande-Moravie (862-863). L'un des plus anciens cantiques tchèques est attribué à saint Adalbert, tué en 997 par les Slaves vieux-prussiens. Au xie siècle, la liturgie romaine supplante celle de Byzance. Des complaintes populaires, les koledy, remettent en cause le monopole des chants liturgiques. Au xiiie siècle, le Minnesang se propage depuis l'Allemagne. Sous l'impulsion de Guillaume de Machaut, qui entre en 1323 au service de Jean de Luxembourg, roi de Bohême, l'ars nova influence la polyphonie. Une école de Bohême mêlant traditions locales et influences étrangères apparaît et connaît son apogée avec Záviš ze Zapy (1350-1411) et Jan z Jenštejna (1350-1400).

Les révolutions hussites des xve et xvie siècles imprègnent le caractère tchèque : les hymnes religieuses se transforment en chants patriotiques ; les frères moraves de Jan Amos Komenský (Comenius, 1592-1670) publient des recueils de psaumes ; seuls les chants en tchèque sont autorisés à l'église. Coupé des influences européennes, le langage musical connaît une brusque interruption de son évolution. La Renaissance est presque exclusivement limitée à Prague, à la cour cosmopolite et maniériste de Rodolphe II de Habsbourg. Jacob Handl (Jacobus Gallus, 1550-1591) et Krystof Harant (1564-1621) replacent la musique tchèque dans un contexte européen.

L'âge baroque s'ouvre par la défaite hussite de la Montagne Blanche (1620). La musique va servir la reconquête catholique ; les ordres religieux forment des instituteurs-musiciens, les Kantors. Un baroque de Bohême aux tonalités étrangères se distingue [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de la Médiathèque de musique tchèque, Centre tchèque, Paris

Classification


Autres références

«  TCHÈQUE MUSIQUE  » est également traité dans :

BENDA GEORG (1722-1795)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 444 mots

Le compositeur, claveciniste et violoniste Georg Benda, originaire de Bohême, fut de son vivant admiré pour ses ouvrages dramatiques. Ses mélodrames et singspiels exerceront une profonde influence sur ses contemporains, notamment sur Wolfgang Amadeus Mozart. Troisième fils de Johann Georg (Jan Jiří, en tchèque) Benda et de Dorota Brixi, tous deux musiciens – sa mère appartient à une célèbre lignée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-benda/#i_89010

Concerto pour flûte en mi mineur, BENDA (Franz)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 419 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] La vie de Benda, né en Bohême, est associée à Frédéric II de Prusse : en 1733, il entre dans l'orchestre que le prince entretient contre le désir de son père (les concerts y sont souvent donnés en secret) ; apprécié pour sa voix et son jeu expressif au violon, il suit Frédéric à la cour à Potsdam lors de son accession au trône, en 1740. L'orchestre devient vite le plus réputé d'Europe et Benda en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concerto-pour-flute-en-mi-mineur-benda-franz/#i_89010

DUSSEK JAN LADISLAV (1760-1812)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 483 mots

Le pianiste et compositeur tchèque Jan Ladislav Dussek est surtout connu pour ses pièces pour piano et sa musique de chambre. Jan Ladislav Dussek (on trouve aussi Dušek et Dusík) naît le 12 février 1760, à Čáslav, en Bohême (auj. en Rép. tchèque). Il étudie la musique auprès de son père, Jan Josef Dussek, organiste à la cathédrale de Čáslav, et montre dès son plus jeune âge des dispositions pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-ladislav-dussek/#i_89010

DVOŘÁK ANTONIN (1841-1904)

  • Écrit par 
  • Guy ERISMANN
  •  • 1 295 mots
  •  • 2 médias

Dans la chronologie des quatre grands compositeurs de Bohême-Moravie, Dvořák occupe la deuxième place, après Smetana (1824-1884), devançant Janáček (1854-1928) et Martinů (1890-1959). Si Smetana, l'aîné, est considéré comme le père fondateur de l'école musicale tchèque de la renaissance nationale au xix e  siècle, Dvořák, par l'abondance et la div […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonin-dvorak/#i_89010

FIRKUŠNÝ RUDOLF (1912-1994)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 678 mots

L'Amérique l'avait adopté comme l'un des représentants les plus authentiques du piano tchèque. Né à Napajedla, le 11 février 1912, Rudolf Firkušný fait ses études musicales à Brno, dans la classe de Růzena Kurzová au conservatoire (1920-1927) et à l'université. Parallèlement, il travaille la composition avec Janáček dès 1919. En 1922, il joue le Concerto du couronnement de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-firkusny/#i_89010

FOERSTER JOSEF BOHUSLAV (1859-1951)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 564 mots

Le compositeur tchèque Josef Bohuslav Foerster (son nom est parfois orthographié Förster) naît à Prague le 30 décembre 1859. Son père, Josef Foerster (1833-1907), organiste, compositeur et théoricien, est son premier professeur. Il étudie au conservatoire de Prague et commence sa carrière comme organiste, en particulier à Saint-Adalbert (1882-1888), puis comme professeur de chant et chef de chœur  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-bohuslav-foerster/#i_89010

GYROWETZ ADALBERT (1763-1850)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 301 mots

Né à Budweis en Bohême, Gyrowetz compte parmi les principaux compositeurs tchèques de son temps qui, ayant dû s'expatrier, choisirent Vienne comme port d'attache. Arrivé dans la capitale des Habsbourg vers 1785, il y fait connaissance de Mozart (dont il parle avec émotion dans son autobiographie) et de Haydn. Il voyage ensuite en Italie, où il rencontre Goethe, puis en France (où il a la surprise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adalbert-gyrowetz/#i_89010

HAAS PAVEL (1899-1944)

  • Écrit par 
  • Pierre-É. BARBIER
  •  • 735 mots

Né le 6 juin 1899 à Brno (alors Brünn, capitale de la province de Moravie au sein de l'Empire austro-hongrois) d'un père tchèque d'origine juive et d'une mère russe (née Epstein), Pavel Haas passe l'essentiel de sa courte carrière dans sa ville natale. Il fréquente l'école allemande mais achève ses études dans une institution tchèque. Il apprend le piano et compose ses premières esquisses dès l'âg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pavel-haas/#i_89010

HÁBA ALOIS (1893-1973)

  • Écrit par 
  • Pierre-É. BARBIER
  •  • 1 442 mots

Le compositeur tchèque Alois Hába naît le 21 juin 1893 à Vizovice, en Moravie orientale (Valachie). Il devient instituteur, selon une vieille tradition familiale, après deux ans d'étude à l'École normale de Kroměříž. Pour son premier poste, il est nommé à Bílovice, près de Uherské Hradiště, toujours en Moravie. Il décide de poursuivre des études musicales et devient élève de Vítězslav Novák au Co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alois-haba/#i_89010

JANÁCEK LEOS

  • Écrit par 
  • Guy ERISMANN
  •  • 2 624 mots

Jusqu'à l'âge de soixante-deux ans, Leoš Janáček resta méconnu, sinon inconnu, mais, le 26 mai 1916, le Théâtre national de Prague afficha Jeji Pastorkyna ( Sa Belle-fille ) un opéra refusé par ce même théâtre et le même directeur, Karel Kovarovič, treize ans plus tôt. Le compositeur avait travaillé neuf ans à cette œuvre (1894-1903) qui fut toutefois r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leos-janacek/#i_89010

JANÁCEK LEOS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 877 mots

3 juillet 1854 Leoš Janáček naît à Hukvaldy, en Moravie, province qui appartient alors à l'Empire austro-hongrois. 1881 Janáček fonde une école d'orgue à Brünn (aujourd'hui Brno, en République tchèque). 1886 Janáček commence à travailler avec le folkloriste František Bartoš afin de recueillir des chants populaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/janacek-reperes-chronologiques/#i_89010

JENUFA (L. Janáček)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 355 mots

Jenůfa , le troisième opéra du compositeur tchèque Leoš Janáček, a beau avoir été et demeurer son œuvre lyrique la plus populaire, sa gestation fut difficile et sa fortune incertaine. Le compositeur, accaparé par ses divers engagements professionnels, affecté par la maladie puis la mort, en 1903, de sa fille Olga (à qui l'œuvre est dédiée), mais aussi confronté à de nombreuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jenufa/#i_89010

KABELÁČ MILOSLAV (1908-1979)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 868 mots

Le compositeur et chef d'orchestre tchèque Miloslav Kabeláč naît à Prague le 1 er  août 1908. Au conservatoire de sa ville natale, il étudie la composition avec Karel Boleslav Jirák et la direction d'orchestre avec Pavel Dědecěk (1928-1931), puis le piano (1931-1934), avec Vilém Kurtz, un des maîtres de Rudolf Firkušný. Il débute dans la vie active en 1932, comme régisseur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/miloslav-kabelac/#i_89010

KRÁSA HANS (1899-1944)

  • Écrit par 
  • Pierre-É. BARBIER
  •  • 1 388 mots

Le compositeur tchèque Hans Krása naît à Prague le 30 novembre 1899 d'un père tchèque (avocat) et d'une mère germanophone d'origine juive. Troisième des cinq enfants de cette famille aisée de l'intelligentsia pragoise, il manifeste des dons musicaux exceptionnels, tout comme sa sœur Marie (Mitzi), qui fera une carrière de pianiste. Dès l'âge de six ans, il suit les cours de l'école de piano Theres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-krasa/#i_89010

KUBELIK RAFAEL (1914-1996)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 207 mots
  •  • 2 médias

Le nom de Rafael Kubelík est resté longtemps indissociable de la musique de Gustav Mahler, dont il fut le premier à enregistrer l'intégrale des symphonies. Mais c'est surtout l'image d'un grand propagateur de la culture musicale d'Europe centrale que l'on retiendra. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rafael-kubelik/#i_89010

MARTINU BOHUSLAV (1890-1959)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 429 mots

Quatrième grand nom de la musique tchèque après Smetana, Dvořak et Janáček, c'est vers la France que contrairement à eux, et dès sa prime jeunesse, Martinů se tourne. Sous le choc de la découverte de Pelléas , il compose vers 1910 quantité d'œuvres restées inédites. Son activité de second violon à la Philharmonie tchèque lui fait découvrir également Ravel, Dukas et surtout Ro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bohuslav-martinu/#i_89010

MORAVEC IVAN (1930-2015)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 781 mots
  •  • 1 média

Ivan Moravec a refusé d’être un bateleur d’estrades. Loin des projecteurs, en dépit des multiples obstacles qui ont parsemé sa route, il a mené une carrière aussi discrète qu’obstinée. Il s’est choisi un répertoire étroit d’où est bannie toute page susceptible de s’abandonner aux facilités de la grandiloquence ou de la virtuosité gratuite . Si ce maître styliste n’a pas été une vedette populaire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-moravec/#i_89010

MOSCHELES IGNAZ (1794-1870)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 441 mots

Né à Prague d'une famille juive, le petit Moscheles est l'élève au conservatoire de cette ville, du fameux Dionys Weber, connu pour son hostilité envers Beethoven : c'est à l'insu du professeur que l'adolescent se procure diverses partitions du maître de Bonn, dont celle de la Sonate pathétique . De 1808 à 1820, Moscheles réside surtout à Vienne, où il prend pour commencer de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ignaz-moscheles/#i_89010

MYSLIVEČEK JOSEF (1737-1781)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 479 mots

Son langage place Josef Mysliveček parmi les compositeurs les plus importants de la période préclassique. S'il connaît rapidement la gloire grâce à ses opéras – une trentaine, créés à Milan, Parme, Naples, Turin, Venise, Florence, Bologne, Rome –, c'est par ses œuvres symphoniques et sa musique de chambre qu'il exercera l'influence la plus notable. Mysliveček a rencontré Mozart deux fois (en jui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-myslivecek/#i_89010

NATIONALISME, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apport des musiques traditionnelles »  : […] Porté par le romantisme, l'intérêt pour les musiques folkloriques et traditionnelles se développe au xix e  siècle. Il coïncide avec l'éveil des nationalismes, qui s'étend essentiellement en Europe centrale et orientale. Particulièrement vif en Europe centrale, ce phénomène fut l'occasion pour les peuples de commencer à affirmer leur personnalité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalisme-musique/#i_89010

NEUMANN VÁCLAV (1920-1995)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 841 mots

Héritier de la tradition de la direction d'orchestre en Europe centrale, Václav Neumann a continué à exercer dans son pays natal et il est resté pendant un quart de siècle à la tête de la Philharmonie tchèque . Il s'est imposé comme un grand interprète de Mahler . Il naît à Prague le 29 septembre 1920 et fait ses études au conservatoire de sa ville natale, où il étudie le violon avec Josef Micka e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaclav-neumann/#i_89010

NOVÁK VÍTĔZSLAV (1870-1949)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 220 mots

Le compositeur tchèque Vítězslav Novák, l'un des principaux artisans de l'essor du nationalisme musical tchèque, a joué un rôle essentiel dans l'évolution de l'école tchèque moderne ; il a notamment formé de nombreux compositeurs de son pays, au premier rang desquels Alois Hába. Né le 5 décembre 1870, à Kamenice nad Lipou, en Bohême, Vítězslav Novák étudie sous la houlette d'Antonín Dvořák au Cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vit-zslav-novak/#i_89010

PHILHARMONIE TCHÈQUE ORCHESTRE DE LA

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 550 mots
  •  • 2 médias

Le principe de la fondation de la Philharmonie tchèque (encore appelée Orchestre philharmonique tchèque ; en tchèque : Orchestr České Filharmonie) remonte à 1894. Il existait depuis longtemps une vie symphonique active à Prague, mais sans la moindre continuité. Les premiers concerts de la nouvelle Philharmonie se déroulent dans le cadre de la Société d'encouragement de la musique en Bohême, avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orchestre-de-la-philharmonie-tcheque/#i_89010

Quintette à cordes n° 4, en la majeur, MYSLIVEČEK (Josef)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 467 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Josef Myslivecek naît à Prague ; il publie anonymement en 1760 six symphonies puis étudie (1762-1763) le contrepoint avec Frantisek Habermann et l'orgue avec Josef Seger. En 1763, il se rend à Venise pour parfaire sa formation auprès de Giovanni Pescetti. Il décide alors de s'installer en Italie où, dès 1764, il connaît la gloire grâce à ses opéras, d'où son surnom de «Il divino Boemo». Il compose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quintette-a-cordes-n-4-en-la-majeur-mysliveccaronek-josef/#i_89010

SCHULHOFF ERVÍN (1894-1942)

  • Écrit par 
  • Pierre-É. BARBIER
  •  • 1 322 mots

Né austro-hongrois le 8 juin 1894 dans une famille juive allemande de Prague, Ervín Schulhoff se révèle un enfant prodige, salué comme tel en 1901 par Dvořák qui le fait inscrire directement au cours de piano de Heinrich Kaan à Prague. Il part pour Vienne afin de suivre la classe de Vilmos Thern, complète sa formation musicale à Leipzig (1908-1910), auprès de Max Reger et de Robert Teichmüller, pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ervin-schulhoff/#i_89010

SMETANA BEDŘICH (1824-1884)

  • Écrit par 
  • Guy ERISMANN
  •  • 1 446 mots

Il n'y avait plus de musique tchèque, mais seulement des musiciens tchèques. Pour comprendre cela, il faut connaître l'histoire de la Bohême depuis qu'en 1621 la tragédie de la Montagne Blanche avait mis fin à son indépendance. La domination autrichienne étouffa alors toute velléité de culture nationale. Un des premiers martyrs fut Krystof Harant de Polžic, célèbre parmi les polyphonistes de cett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bedrich-smetana/#i_89010

STAMITZ JOHANN (1717-1757)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 449 mots

Compositeur et violoniste baptisé le 19 juin 1717 à Ňemecký Brod, en Bohême (auj. Havlí̌ck̊uv Brod, en République tchèque), enterré le 30 mars 1757 (il est probablement mort le 27 mars) à Mannheim, dans le Palatinat. Jan Václav Antonín Stamiæ, qui germanisera par la suite son nom en Johann Wenzel Anton Stamitz, reçoit dès son plus jeune âge une éducation musicale de la part de son père. En 1742, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-stamitz/#i_89010

SUK JOSEF (1874-1935)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 887 mots

Le compositeur, violoniste et pédagogue tchèque Josef Suk naît à Křečovice (Bohême) le 4 janvier 1874. Son père, instituteur et musicien lui-même, lui fait commencer l'étude du violon dès l'âge de quatre ans. Au Conservatoire de Prague (1885-1892), il a comme professeurs Antonín Bennewitz (violon), Josef Bohuslav Foerster (analyse) et Antonín Dvořák (composition), dont il épousera en 1898 la fille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-suk/#i_89010

SUK JOSEF (1929-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 525 mots

Violoniste et chef d'orchestre tchèque, Josef Suk s'est imposé par la sonorité limpide et la sensualité généreuse qu'il savait tirer de son instrument. Sa musicalité ainsi que l'impeccable classicisme de son style étaient à la mesure d'un homme perpétuant la tradition du violon tchèque. Josef Suk s'inscrit en effet dans une illustre lignée de musiciens : il était le petit-fils du violoniste et co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suk-josef-1929-2011/#i_89010

Symphonie n° 9 « Du Nouveau Monde », DVOŘÁK (Antonín)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 494 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Originaire de Bohême, Dvorák assoit sa renommée de compositeur en 1873, avec Hymnus , pour chœur et orchestre. Il effectue de nombreux voyages en Europe et dirige le Conservatoire national de New York de 1892 à 1895. Considéré dans son pays comme une gloire nationale, il est nommé directeur du Conservatoire de Prague en 1901. On lui doit neuf symphonies, des poèmes symphoniqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symphonie-n-9-du-nouveau-monde-dvorcaronak-antonin/#i_89010

VAŇHAL JAN KŘTITEL (1739-1813)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 235 mots

Compositeur et violoniste tchèque né à Nechanice en Bohême, Vaňhal fait partie des artistes qui, ayant quitté cette région, choisirent Vienne comme port d'attache. Il y arrive en 1760 et prend des leçons de Dittersdorf, qui a le même âge que lui. Il séjourne de 1769 à 1771 en Italie, où il rencontre Gluck et compose deux opéras, puis de 1772 à 1780, pour des raisons de santé, sur les terres du com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-krtitel-vanhal/#i_89010

ZELENKA JAN DISMAS (1679-1745)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 814 mots

Considéré comme le plus éminent représentant de la musique baroque tchèque, le compositeur Jan Dismas Zelenka naît dans le petit village de Louňovice, au sud-est de Prague, en Bohême ; il est baptisé le 16 octobre 1679. Son père, cantor, organiste et chef de chœur, l'initie très tôt à la musique. Jan Dismas étudie probablement au collège jésuite Clementinum de Prague, pour lequel il écrira trois c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-dismas-zelenka/#i_89010

Pour citer l’article

Éric BAUDE, « TCHÈQUE MUSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-tcheque/