TCHÈQUE MUSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'histoire musicale des pays tchèques – Bohême et Moravie – est foisonnante mais méconnue.

Il ne subsiste pas de sources musicales antérieures à l'évangélisation par Cyrille et Méthode en Grande-Moravie (862-863). L'un des plus anciens cantiques tchèques est attribué à saint Adalbert, tué en 997 par les Slaves vieux-prussiens. Au xie siècle, la liturgie romaine supplante celle de Byzance. Des complaintes populaires, les koledy, remettent en cause le monopole des chants liturgiques. Au xiiie siècle, le Minnesang se propage depuis l'Allemagne. Sous l'impulsion de Guillaume de Machaut, qui entre en 1323 au service de Jean de Luxembourg, roi de Bohême, l'ars nova influence la polyphonie. Une école de Bohême mêlant traditions locales et influences étrangères apparaît et connaît son apogée avec Záviš ze Zapy (1350-1411) et Jan z Jenštejna (1350-1400).

Les révolutions hussites des xve et xvie siècles imprègnent le caractère tchèque : les hymnes religieuses se transforment en chants patriotiques ; les frères moraves de Jan Amos Komenský (Comenius, 1592-1670) publient des recueils de psaumes ; seuls les chants en tchèque sont autorisés à l'église. Coupé des influences européennes, le langage musical connaît une brusque interruption de son évolution. La Renaissance est presque exclusivement limitée à Prague, à la cour cosmopolite et maniériste de Rodolphe II de Habsbourg. Jacob Handl (Jacobus Gallus, 1550-1591) et Krystof Harant (1564-1621) replacent la musique tchèque dans un contexte européen.

L'âge baroque s'ouvre par la défaite hussite de la Montagne Blanche (1620). La musique va servir la reconquête catholique ; les ordres religieux forment des instituteurs-musiciens, les Kantors. Un baroque de Bohême aux tonalités étrangères se distingue [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur de la Médiathèque de musique tchèque, Centre tchèque, Paris

Classification

Autres références

«  TCHÈQUE MUSIQUE  » est également traité dans :

BENDA GEORG (1722-1795)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 444 mots

Le compositeur, claveciniste et violoniste Georg Benda, originaire de Bohême, fut de son vivant admiré pour ses ouvrages dramatiques. Ses mélodrames et singspiels exerceront une profonde influence sur ses contemporains, notamment sur Wolfgang Amadeus Mozart. Troisième fils de Johann Georg (Jan Jiří, en tchèque) Benda et de Dorota Brixi, tous deux musiciens – sa mère appartient à une célèbre lignée […] Lire la suite

Concerto pour flûte en mi mineur, BENDA (Franz)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 419 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] La vie de Benda, né en Bohême, est associée à Frédéric II de Prusse : en 1733, il entre dans l'orchestre que le prince entretient contre le désir de son père (les concerts y sont souvent donnés en secret) ; apprécié pour sa voix et son jeu expressif au violon, il suit Frédéric à la cour à Potsdam lors de son accession au trône, en 1740. L'orchestre devient vite le plus réputé d'Europe et Benda en […] Lire la suite

DUSSEK JAN LADISLAV (1760-1812)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 483 mots

Le pianiste et compositeur tchèque Jan Ladislav Dussek est surtout connu pour ses pièces pour piano et sa musique de chambre. Jan Ladislav Dussek (on trouve aussi Dušek et Dusík) naît le 12 février 1760, à Čáslav, en Bohême (auj. en Rép. tchèque). Il étudie la musique auprès de son père, Jan Josef Dussek, organiste à la cathédrale de Čáslav, et montre dès son plus jeune âge des dispositions pour l […] Lire la suite

DVOŘÁK ANTONIN (1841-1904)

  • Écrit par 
  • Guy ERISMANN
  •  • 1 295 mots
  •  • 2 médias

Dans la chronologie des quatre grands compositeurs de Bohême-Moravie, Dvořák occupe la deuxième place, après Smetana (1824-1884), devançant Janáček (1854-1928) et Martinů (1890-1959). Si Smetana, l'aîné, est considéré comme le père fondateur de l'école musicale tchèque de la renaissance nationale au xix e  siècle, Dvořák, par l'abondance et la diversité de son œuvre, a pris part à cette renaissanc […] Lire la suite

FIRKUŠNÝ RUDOLF (1912-1994)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 678 mots

L'Amérique l'avait adopté comme l'un des représentants les plus authentiques du piano tchèque. Né à Napajedla, le 11 février 1912, Rudolf Firkušný fait ses études musicales à Brno, dans la classe de Růzena Kurzová au conservatoire (1920-1927) et à l'université. Parallèlement, il travaille la composition avec Janáček dès 1919. En 1922, il joue le Concerto du couronnement de Mozart à Prague. Mais […] Lire la suite

FOERSTER JOSEF BOHUSLAV (1859-1951)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 564 mots

Le compositeur tchèque Josef Bohuslav Foerster (son nom est parfois orthographié Förster) naît à Prague le 30 décembre 1859. Son père, Josef Foerster (1833-1907), organiste, compositeur et théoricien, est son premier professeur. Il étudie au conservatoire de Prague et commence sa carrière comme organiste, en particulier à Saint-Adalbert (1882-1888), puis comme professeur de chant et chef de chœur  […] Lire la suite

GYROWETZ ADALBERT (1763-1850)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 301 mots

Né à Budweis en Bohême, Gyrowetz compte parmi les principaux compositeurs tchèques de son temps qui, ayant dû s'expatrier, choisirent Vienne comme port d'attache. Arrivé dans la capitale des Habsbourg vers 1785, il y fait connaissance de Mozart (dont il parle avec émotion dans son autobiographie) et de Haydn. Il voyage ensuite en Italie, où il rencontre Goethe, puis en France (où il a la surprise […] Lire la suite

HAAS PAVEL (1899-1944)

  • Écrit par 
  • Pierre-É. BARBIER
  •  • 735 mots

Né le 6 juin 1899 à Brno (alors Brünn, capitale de la province de Moravie au sein de l'Empire austro-hongrois) d'un père tchèque d'origine juive et d'une mère russe (née Epstein), Pavel Haas passe l'essentiel de sa courte carrière dans sa ville natale. Il fréquente l'école allemande mais achève ses études dans une institution tchèque. Il apprend le piano et compose ses premières esquisses dès l'âg […] Lire la suite

HÁBA ALOIS (1893-1973)

  • Écrit par 
  • Pierre-É. BARBIER
  •  • 1 442 mots

Le compositeur tchèque Alois Hába naît le 21 juin 1893 à Vizovice, en Moravie orientale (Valachie). Il devient instituteur, selon une vieille tradition familiale, après deux ans d'étude à l'École normale de Kroměříž. Pour son premier poste, il est nommé à Bílovice, près de Uherské Hradiště, toujours en Moravie. Il décide de poursuivre des études musicales et devient élève de Vítězslav Novák au Co […] Lire la suite

JANÁCEK LEOS

  • Écrit par 
  • Guy ERISMANN
  •  • 2 624 mots

Jusqu'à l'âge de soixante-deux ans, Leoš Janáček resta méconnu, sinon inconnu, mais, le 26 mai 1916, le Théâtre national de Prague afficha Jeji Pastorkyna ( Sa Belle-fille ) un opéra refusé par ce même théâtre et le même directeur, Karel Kovarovič, treize ans plus tôt. Le compositeur avait travaillé neuf ans à cette œuvre (1894-1903) qui fut toutefois représentée à Brno en 1904, mais il s'était h […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric BAUDE, « TCHÈQUE MUSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-tcheque/