HANDL JACOB (1550-1591)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce musicien slovène est connu sous différents noms : Jacob ou Jakob Handl ou Händl ou Hähnel, Jacobus Gallus, Gallus vocatus Carniolanus ou Carniolus... Son nom originel slovène était peut-être Petelin, qui signifie « coq », dont l'allemand Hähnchen est le diminutif et Gallus l'équivalent latin.

Il naît probablement à Reifnitz (aujourd'hui Ribnica, près de Kočevje, en Slovénie), entre le 15 avril et le 31 juillet 1550. Il est sans doute éduqué au monastère cistercien de Stična, en basse Carniole ; l'assertion selon laquelle il aurait été moine est sujette à caution. Entre 1564 et 1566, il quitte son pays pour gagner l'Autriche. On trouve sa trace à l'abbaye bénédictine de Melk, où le chanoine Johannes Rueff l'encourage à composer (Handl lui dédiera son Quatrième Livre de messes, 1580). Contrairement à ce que l'on a parfois affirmé, il est peu probable, en raison de son jeune âge, qu'il ait été en 1574 Sängerknabe à la chapelle impériale de Vienne. Il quitte l'Autriche vers 1575, et effectue des pérégrinations en Moravie, en Bohême et en Silésie. En 1579 ou au début de 1580, Handl est nommé maître de chapelle de l'évêque d'Olmütz (aujourd'hui Olomouc), en Moravie, Stanislas Pavlovský ; il le servira jusqu'en 1585 et c'est pour célébrer l'élection de son maître comme évêque qu'il compose son motet à sept voix Undique flammatis Olomucum sedibus arsit, la première de ses œuvres à être imprimée (à Prague, en 1579). À la fin de 1585 ou au début de 1586, il devient cantor de la modeste église Svety Jan na Brzehu (Sankt Johannes in Vado), à Prague, où il restera jusqu'à sa mort, le 18 juillet 1591.

Handl, que ses contemporains dénommaient le « Palestrina transalpin » ou le « Palestrina de Bohême », s'affirme comme l'un des grands contrapuntistes de son temps. Sa production est abondante : 500 pièces environ, pour la plupart sacrées. Son grand œuvre, l'Opus musicum, comprend quatre volumes (publiés à Prague en 1586, 1587 et 1591) comportant 374 motets sacrés, de quatre à vingt-quatre voix, parmi lesquels une des ses plus célèbres compositions, Ecce quomodo moritur iustus. Handl a aussi composé des messes – quatre livres contenant seize messes de quatre à huit voix sont publiés à Prague en 1580 sous le titre Selectiores quaedam missae –, dont la plupart sont fondées sur ses propres motets ou sur des motets de Clemens non Papa, Christian Hollander, Jacobus Vaet et Philippe Verdelot, ou encore sur des chansons profanes de Thomas Crecquillon et Roland de Lassus. Handl a composé une centaine de pièces profanes, réunies dans les recueils Harmoniae morales (trois livres de pièces à quatre voix, publiés à Prague en 1589 et 1590) et Moralia, à cinq, six et huit voix, publiés à Nuremberg en 1596.

Sa musique constitue une synthèse des modèles franco-flamand, néerlandais et italien par sa maîtrise de l'imitation en canon, sa rythmique souple et fluide qui n'exclut pas la syncope. On y trouve, sous une écriture contrapuntique aussi savante qu'inspirée, une grande sensibilité expressive. L'emploi de l'intervalle de triton est étonnant pour l'époque ; ses modulations sont fréquentes, de même que ses chromatismes ; il fait preuve d'une grande inventivité en matière de timbres et ses lignes mélodiques gardent une remarquable autonomie tout en respectant l'intelligibilité des textes et en s'adaptant parfaitement à leur prosodie. Handl a su faire un usage remarquable de la polychoralité héritée de l'école vénitienne et a particulièrement bien assimilé la technique du double chœur en dialogue (coro spezzato) d'Adrian Willaert.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification

Autres références

«  HANDL JACOB (1550-1591)  » est également traité dans :

Lamentationes Jeremiae Prophetae, HANDL (Jacob)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 765 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Handl, un des grands musiciens de la Renaissance, est maître de chapelle de l'évêque d'Olmütz de 1579 ou 1580 à 1585. Il mène une vie itinérante en Bohême, en Moravie, en Silésie... Admiré de son vivant, il est surnommé le "Palestrina transalpin". S'il compose surtout de la musique sacrée - notamment les motets des recueils de l' Opus Musicum , dont le deuxième volume comporte ces Lamentations - […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « HANDL JACOB - (1550-1591) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-handl/