Concerto pour flûte en mi mineur, BENDA (Franz)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur

La vie de Benda, né en Bohême, est associée à Frédéric II de Prusse : en 1733, il entre dans l'orchestre que le prince entretient contre le désir de son père (les concerts y sont souvent donnés en secret) ; apprécié pour sa voix et son jeu expressif au violon, il suit Frédéric à la cour à Potsdam lors de son accession au trône, en 1740. L'orchestre devient vite le plus réputé d'Europe et Benda en est nommé premier violon en 1771, fonction qu'il occupe jusqu'au dernier concert de Frédéric II, en 1779. Son catalogue comporte des sonates, des concertos pour violon et pour flûte, des symphonies...

Genre - Concerto pour instrument soliste et orchestre

Le terme «concerto» apparaît à la fin du XVIe siècle et désigne alors des pièces vocales avec accompagnement instrumental (Concerti d'Andrea Gabrieli, par exemple, 1587). Jusqu'au XVIIIe siècle, il est utilisé dans le sens littéral de «concert», de «musique interprétée par un ensemble». L'inventeur du concerto avec soliste - issu du concerto grosso - est Giuseppe Torelli, dans les années 1690. Tomaso Albinoni (1671-1750) et, surtout, Antonio Vivaldi (1678-1741) en fixeront le cadre général définitif.

Forme

Le concerto instrumental est en général en trois mouvements, successivement vif (ici allegro con brio)-lent-vif. Une de ses caractéristiques réside dans l'existence d'une cadence, intégrée dans le premier mouvement, parfois dans le deuxième, rarement dans le mouvement final : après le développement du matériau thématique et avant sa réexposition, cette cadence laisse s'exprimer l'instrument soliste. Les cadences seront longtemps improvisées par le soliste ; elles ne seront écrites par les compositeurs qu'à partir du XIXe siècle.

Esthétique

Le style de Benda rappelle parfois, par ses accents passionnés et souvent pathétiques, celui de Carl Philipp Emanuel Bach, qui fut le claveciniste de Frédéric II et le collègue de Benda au sein de l'orchestre de ce despote éclairé. S'il ne peut être considéré comme un novateur, Benda possède cependant un art des courbes mélodiques qui se rapproche de l'expressivité vocale et qui rend sa musique des plus attachantes. Il est considéré comme le fondateur de l'école de violon allemande et ses capricci pour violon solo figurent encore parmi le répertoire de base de tout violoniste.

—  Alain FÉRON

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « Concerto pour flûte en mi mineur, BENDA (Franz) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/concerto-pour-flute-en-mi-mineur-benda-franz/