MORTS CELLULAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Morts cellulaires

Morts cellulaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Évolution des morts cellulaires

Évolution des morts cellulaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


La mort cellulaire autophagique : mort cellulaire de type 2

L'autophagie (dont la préposition auto- signifie soi-même et -phagie correspond au verbe manger) est également connue sous l'expression « auto-cannibalisme cellulaire ». Ce processus cellulaire, finement régulé, permet à une cellule de survivre lorsqu'elle est privée de nutriments ou soumise à différents stress.

Les mécanismes de l'autophagie

Elle se caractérise par la séquestration d'une partie du cytoplasme et des organites cellulaires dans des vacuoles à double membrane ou multi-membranes appelées autophagosomes ou vacuoles autophagiques. La fusion entre ces autophagosomes et les lysosomes va aboutir à la formation de vésicules particulières appelées phagolysosomes au niveau desquels des hydrolases lysosomales (telles les cathepsines) peuvent initier l'élimination d'organelles superflues, mutées ou endommagées, ainsi que celle de protéines agrégées ou anormales. Dans ce contexte cellulaire, l'élimination de mitochondries ou de réticulums endoplasmiques altérés va définir les processus de mitophagie et de réticulophagie, deux processus cellulaires fréquemment associés à l'autophagie (fig. 2). L'autophagie peut également représenter une stratégie d'adaptation de la cellule à une pénurie énergétique imposée soit par une diminution des nutriments dans le milieu extérieur, soit par une diminution de la concentration intracellulaire en métabolites. Dans ces conditions, l'augmentation du catabolisme des constituants cellulaires permet aux cellules stressées de rendre « disponible » de l'ATP et des substrats métaboliques afin de subvenir à leurs besoins énergétiques. À la fin des années 2000, il a été établi que l'autophagie – initialement décrite comme une stratégie d'adaptation des cellules à un stress cellulaire afin d'éviter la mort – pouvait également représenter une forme alternative de mort cellulaire appelée mort cellulaire autophagique (ou mort cellulaire de type 2). Des observatio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages



Écrit par :

  • : docteur en immunologie, chargé de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (NSERM), Villejuif

Classification


Autres références

«  MORTS CELLULAIRES  » est également traité dans :

RÉACTION INFLAMMATOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc CAVAILLON
  •  • 4 576 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les cellules inflammatoires au travail »  : […] Les cellules sont attirées, s’accumulent et produisent des médiateurs et effecteurs de l’inflammation . Elles agissent aussi par elles-mêmes. Les neutrophiles, les monocytes/macrophages et les cellules dendritiques (ne pas confondre avec des cellules nerveuses, il s’agit de cellules essentielles à la réponse immunitaire) sont capables d'ingérer les agents pathogènes et de les détruire par phagocy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reaction-inflammatoire/#i_52779

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Luc PERFETTINI, « MORTS CELLULAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/morts-cellulaires/