MORTS CELLULAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Morts cellulaires

Morts cellulaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Évolution des morts cellulaires

Évolution des morts cellulaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Implications physiologiques et physiopathologiques de la mort cellulaire

La mort cellulaire participe à de nombreux processus physiologiques et contribue au développement et à l'établissement de désordres pathologiques. L'apoptose, l'autophagie et la nécrose participent au développement embryonnaire et postembryonnaire ainsi qu'à la morphogenèse de nombreux organismes vivants. De plus, comme l'apoptose, l'autophagie est impliquée dans l'homéostasie cellulaire et tissulaire des organismes adultes en contrôlant la prodigalité de la mitose. Cent mille cellules sont produites chaque seconde par mitose dans l'organisme humain et un nombre similaire de cellules meurent par apoptose afin de garantir l'homéostasie cellulaire et tissulaire. L'autophagie permet aussi à une cellule de s'adapter à différentes situations de stress physiologiques et pathologiques en protégeant l'organisme contre les désordres neurodégénératifs, le vieillissement et les maladies cardiaques. La dégradation lysosomale impliquée lors de l'autophagie contribue également à la survie et à la différentiation cellulaire. La nécrose peut également survenir au cours du développement de l'organisme (en déclenchant la mort des chondrocytes lors de la croissance longitudinale des os) et dans l'homéostasie tissulaire (concernant notamment les cellules épithéliales intestinales ou le nombre et l'activité des cellules du système immunitaire).

De plus, les trois types principaux de mort cellulaire sont également des stratégies cellulaires défensives de l'organisme, destinées à empêcher l'établissement d'une infection ou à éliminer sélectivement les cellules infectées, endommagées ou mutées. Le dysfonctionnement de ces processus létaux contribue au déclenchement et/ou à la progression de nombreuses pathologies humaines. Une apoptose aiguë massive favorise l'émergence de maladies neurodégénératives chroniques et d'infections comme celle que déclenche le virus de l'immunodéficience humaine [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : docteur en immunologie, chargé de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (I.N.S.E.R.M.), Villejuif

Classification


Autres références

«  MORTS CELLULAIRES  » est également traité dans :

RÉACTION INFLAMMATOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc CAVAILLON
  •  • 4 576 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les cellules inflammatoires au travail »  : […] Les cellules sont attirées, s’accumulent et produisent des médiateurs et effecteurs de l’inflammation . Elles agissent aussi par elles-mêmes. Les neutrophiles, les monocytes/macrophages et les cellules dendritiques (ne pas confondre avec des cellules nerveuses, il s’agit de cellules essentielles à la réponse immunitaire) sont capables d'ingérer les agents pathogènes et de les détruire par phagocy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reaction-inflammatoire/#i_52779

Pour citer l’article

Jean-Luc PERFETTINI, « MORTS CELLULAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/morts-cellulaires/