MONOPHYSISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme d'origine grecque (de monos, unique, et phusis, nature) désignant, dans le cadre des discussions relatives à la divinité et à l'humanité du Christ, un courant doctrinal complexe qui refusait les termes, ou la réalité, de la définition du concile œcuménique de Chalcédoine (451). Selon ce concile, le Christ, à la fois vrai Dieu et homme véritable, est néanmoins « une seule personne en deux natures » unies sans mélange et sans confusion. Il faut distinguer, dans l'opposition à Chalcédoine, l'enseignement officiel des Églises monophysites et celui de certains groupes extrêmes.

En refusant de parler de deux natures dans le Christ, les Églises orientales mettent peut-être en danger, mais sans la sacrifier, le dogme de l'intégrité humaine du Christ. À cet égard, il convient de souligner que le monophysisme commença par être orthodoxe. Il n'a pas manqué de se réclamer de la fidélité à la formulation de saint Cyrille d'Alexandrie, pour qui il n'y avait en Jésus, après l'union de la divinité et de l'humanité, qu'une seule nature du Verbe de Dieu (« une phusis du Verbe de Dieu incarnée »). Mais, à cette étape de l'élaboration du vocabulaire christologique, phusis avait le sens d'un être concret, subsistant en lui-même, et se trouvait être synonyme d'hypostase, sans désigner encore, comme après le concile de Chalcédoine, une nature abstraite et universelle, commune à plusieurs individus. Cette évolution se produisit lors de la discussion des thèses d'Eutychès, moine de Constantinople qui refusait que Jésus, consubstantiel à Dieu selon la nature divine, fût consubstantiel aux hommes selon la nature humaine. Condamné par un synode de cette ville (448), il fit appel au concile œcuménique. Celui-ci, réuni à Éphèse, le réhabilita ; mais pour avoir été manœuvré par Dioscore, patriarche d'Alexandrie, le concile, désormais appelé « brigandage d'Éphèse », vit [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MONOPHYSISME  » est également traité dans :

BAR HEBRAEUS IBN AL-‘IBRĪ dit (1225-1286)

  • Écrit par 
  • Claude CAHEN
  •  • 183 mots

Auteur chrétien monophysite d'ascendance juive, Abū l-Faradj al-‘Ibrī, devenu célèbre sous le pseudonyme de Bar Hebraeus, est le dernier et le plus grand des historiens de langue syriaque, auteur d'une multitude d'œuvres de semi-vulgarisation. Il est surtout connu pour une Chronographie qui participe à l'esprit interconfessionnel de l'État mongol et repose sur des sources syriaques, arabes, et, p […] Lire la suite

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 290 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les Barbares »  : […] On peut y distinguer trois phases. Durant la première, qui correspond aux règnes des faibles successeurs de Théodose I er et des empereurs imposés par les milices barbares (395-491), l'Orient ne peut guère mieux faire que de survivre aux grands bouleversements qui emporteront la pars occidentalis . À trois reprises, les Balkans sont ravagés par les Barbares : sous Arcadius, par les Wisigoths d'Al […] Lire la suite

CHALCÉDOINE CONCILE DE (451)

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 790 mots

Dans le chapitre « L'union hypostatique »  : […] La définition de Chalcédoine peut se résumer en quelques expressions techniques : le Christ est une personne, mais il possède deux natures unies entre elles « sans confusion ni changement, sans division ni séparation » ; les propriétés de chacune de ces natures restent sauves, mais appartiennent à une seule personne ou hypostase . Cette définition permet au croyant d'affirmer, sans contradiction, […] Lire la suite

CONSTANTINOPLE IIe CONCILE DE (553)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 1 326 mots

L'histoire compliquée du II e concile de Constantinople est à situer dans la suite des querelles, théologiques et politiques, qui s'élevèrent en Orient après le concile de Chalcédoine (451). Celui-ci avait défini l'existence dans le Christ de deux natures, humaine et divine. Des partisans attardés de saint Cyrille d'Alexandrie, attachés à sa formule de l'« unique nature », refusent obstinément la […] Lire la suite

CONSTANTINOPLE IIIe CONCILE DE (680-681)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 872 mots

Concile ayant mis fin à la querelle monothélite, qui avait commencé au début du vii e siècle. Le monothélisme était une résurgence du monophysisme, lequel, contrairement à la doctrine définie à Chalcédoine et réaffirmée au II e concile de Constantinople, tenait qu'il n'y a en Jésus-Christ qu'une seule nature ( physis ). Dans l'intervalle le problème s'était déplacé : le Christ a deux natures par […] Lire la suite

JEAN D'ÉPHÈSE (507 env.-586)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 88 mots

Évêque monophysite de Constantinople sous Justinien ; exilé par Justin II. Jean d'Éphèse est l'auteur d'une Histoire des saints d'Orient (568) qui retrace la vie de cinquante-huit moines de Mésopotamie et qui est importante pour l'histoire de la vie monastique en Orient, ainsi que d'une Histoire de l'Église (en syriaque), dont n'a été conservée que la troisième partie (de 570 à 585), source de g […] Lire la suite

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 45 219 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La tradition chrétienne »  : […] On devra se contenter d'un rapide survol, limité à la période patristique (et conciliaire) qui est, de fait, celle où s'élabora la doctrine qui, à travers les siècles, malgré des séparations institutionnelles postérieures et sans préjudice pour des interprétations théologiques diversifiées selon les écoles, devait rester professée jusqu'aujourd'hui dans les Églises chrétiennes. Le résultat le plus […] Lire la suite

JUSTINIEN Ier (482-565)

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  •  • 2 243 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La paix et l'ordre (527-540) »  : […] De 527 à 540, Justinien appliqua son programme de restauration et d'unification du monde romain avec une activité fébrile. Il avait trouvé une situation économique et financière fort saine, grâce à l'habile politique d'Anastase I er , le prédécesseur de Justin. La paix sociale, en revanche, était troublée par l'antagonisme des catholiques et des monophysites, et aussi par les excès d'une administr […] Lire la suite

MONOPHYSITES ÉGLISES

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 385 mots

On désigne sous ce terme les Églises issues plus ou moins directement du refus des formulations du concile de Chalcédoine (451), qui définissaient l'unité de personne et la dualité des natures dans le Christ. Pour cette raison, on les nomme aussi non chalcédoniennes. Elles groupent aujourd'hui les Églises arménienne, copte, éthiopienne, syrienne-occidentale et malankare (de l'Inde du Sud). Ces Égl […] Lire la suite

MONOTHÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 153 mots

Au début du vii e  siècle, dans l'espoir de ramener les monophysites à l'unité, le patriarche Sergius de Constantinople forgea un compromis doctrinal n'attribuant plus qu'une seule volonté, la volonté divine, au Christ : le monothélisme (du grec monos , seul et thelein , vouloir). Dans cette élaboration, il s'appuyait sur des formulations malheureuses d'Honorius, évêque de Rome. Ce compromis, déno […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé LEGRAND, « MONOPHYSISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/monophysisme/