CYRILLE D'ALEXANDRIE saint (entre 376 et 380-444)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évêque chrétien et docteur de l'Église, neveu de l'évêque Théophile d'Alexandrie. Après des études classiques et théologiques, Cyrille mena peut-être pendant un certain temps la vie monastique, puis devint clerc. Son oncle l'amena en 403 à Constantinople au concile du Chêne, qui déposa Jean Chrysostome. À la mort de Théophile, en 412, Cyrille fut élu au siège d'Alexandrie et il le conserva jusqu'à sa mort en 444.

La première partie de son épiscopat est marquée par la lutte contre les Juifs (expulsion de la communauté juive), les païens et les hérétiques. La sévérité qu'il déploya laissa supposer à certains contemporains, sans doute à tort, que Cyrille avait trempé dans le meurtre d'Hypathie (415). Il semble que, tout comme son oncle Théophile, que l'on surnommait « le Pharaon », Cyrille ait parfois abusé du pouvoir immense que lui donnait son titre d'évêque d'Alexandrie. Pendant la dizaine d'années qui suit, Cyrille jouit d'une plus grande tranquillité et s'adonne à la composition de nombreux ouvrages d'érudition biblique et de théologie.

En 428, Cyrille ouvre les hostilités contre Nestorius, évêque de Constantinople, et prend la défense du Théotokos (Marie, Mère de Dieu). En 430, l'évêque de Rome, Célestin, charge Cyrille d'obtenir le désaveu de Nestorius. Cyrille convoque alors un concile et adresse à Nestorius douze anathématismes de conception très alexandrine, qui sont jugés inacceptables par les Orientaux. À l'instigation de Nestorius, Théodose convoque alors un concile (Éphèse, 431), où Nestorius est déposé et condamné avant même que les évêques orientaux n'arrivent. En 433, pour favoriser la réconciliation avec ces derniers, Cyrille renonce à les faire souscrire à ses anathématismes, tandis que lesdits évêques acceptent la condamnation de Nestorius. Certains amis de Cyrille considèrent cette renonciation aux anathématismes comme une trahison de la part de celui-ci et demandent la condamnation de Diodore de Tarse et de Théodore de Mopsueste, qui avaient préparé par leur doctrine l'enseignement de Nestorius. Mais Cyrille, tout en attaquant cette doctrine, refuse de condamner des théologiens déjà disparus. Les dernières années de Cyrille sont à nouveau des années de paix au sein de l'Église. C'est durant cette période qu'il faut situer la composition qu'il fit de la réfutation du Contra Galilaeos de Julien.

—  Richard GOULET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  CYRILLE D'ALEXANDRIE saint (entre 376 et 380-444)  » est également traité dans :

ÉPHÈSE CONCILE D' (431)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 1 154 mots

À la suite de l'agitation provoquée par ses prédications contre le titre de Théotokos (Mère de Dieu) donné par la dévotion chrétienne à la Vierge Marie, Nestorius, patriarche de Constantinople, écrit au pape Célestin pour lui dénoncer ce qu'il considère comme une erreur. Les remous de l'affaire s'étendent jusqu'en Égypte, Cyrille d'Alexandrie à son tour écrit à ce sujet à Ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concile-d-ephese/#i_35436

MONOPHYSISME

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 547 mots

Terme d'origine grecque (de monos , unique, et phusis , nature) désignant, dans le cadre des discussions relatives à la divinité et à l'humanité du Christ, un courant doctrinal complexe qui refusait les termes, ou la réalité, de la définition du concile œcuménique de Chalcédoine (451). Selon ce concile, le Christ, à la fois vrai Dieu et homme véritable, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monophysisme/#i_35436

NESTORIANISME

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 276 mots

Dans le chapitre « Nestorius »  : […] Nestorius fut d'abord moine à Antioche. Il s'y forma à une école théologique qui, en christologie, mettait l'accent sur l' homme -Dieu, à la différence de celle d'Alexandrie qui considérait d'abord le Verbe fait chair. Bon orateur et volontiers pourfendeur d'hérésies, Nestorius fut appelé au siège de Constantinople par Théodose II. Sa prédication y inquiéta cependant les fidè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nestorianisme/#i_35436

NESTORIUS (apr. 381-env. 451)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 459 mots

Évêque de Constantinople de 428 à 431, condamné comme hérétique au concile d'Éphèse (431). Né à Germanicie (Syrie euphratéenne), Nestorius fut probablement l'élève de Théodore de Mopsueste ; il choisit la vie monastique et fut ordonné prêtre. Sa renommée d'orateur amena Théodose II à l'appeler en 428 au siège épiscopal vacant de Constantinople. Nestorius soutint dans ses sermons qu'il ne fallait p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nestorius/#i_35436

ORIENT ÉGLISES CHRÉTIENNES D'

  • Écrit par 
  • Irénée-Henri DALMAIS, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 564 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du modèle impérial aux autocéphalies »  : […] L'histoire, au cours des temps, a elle-même bouleversé la géographie dans le cadre de laquelle s'étaient au départ constituées les communautés chrétiennes avec un évêque par cité, puis une organisation modelée sur celle de l'administration impériale dans les limites des provinces autour du chef-lieu (métropole) et selon les ensembles plus vastes établis par Dioclétien (384) sous le nom de diocèses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglises-chretiennes-d-orient/#i_35436

Pour citer l’article

Richard GOULET, « CYRILLE D'ALEXANDRIE saint (entre 376 et 380-444) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyrille-d-alexandrie/