MINÉRALOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cristallochimie

La cristallochimie peut être définie comme l'étude des relations existant entre la composition chimique d'un solide, l'arrangement géométrique et les forces de liaison entre les atomes constituant le réseau. Ces relations déterminent les propriétés physiques et chimiques. La cristallochimie permet donc de définir les propriétés d'une substance en fonction de sa structure.

Forces de liaison et stéréochimie

On peut définir pour les atomes des volumes d'encombrement, ce qui permet de les représenter par des sphères dont le rayon, de l'ordre de l'angström (0,10 nm), peut être mesuré avec une grande précision par les méthodes radiocristallographiques. Ces rayons atomiques varient avec l'élément, son état d'ionisation, la nature de ses liaisons avec les atomes voisins.

Liaisons atomiques

Dans un cristal, les liaisons et donc les forces par lesquelles s'attirent les atomes peuvent être de différente nature.

Les liaisons métalliques s'exercent entre atomes de métaux électropositifs. Les métaux natifs, de nombreux sulfures et sulfosels possèdent des structures basées sur ces liaisons. Ils peuvent alors être considérés comme formés par un assemblage d'ions positifs, les électrons libérés étant dispersés et se déplaçant facilement au sein de cet assemblage ; pouvant interférer avec les rayons lumineux, ils rendent les métaux opaques et leur donnent leur éclat ; leur mobilité explique les bonnes conductivités thermiques et électriques. La faiblesse des liaisons métalliques et leur facile reconstitution explique la fréquente malléabilité de ces espèces.

Les liaisons covalentes ou homopolaires existent entre les atomes non métalliques de même électronégativité, les atomes voisins mettant en commun leurs électrons de valence en complétant leur couche électronique périphérique. Dans le diamant, par exemple, chaque atome de carbone est entouré par quatre autres atomes de carbone, situés au sommet d'un tétraèdre régulier circonscrit, chacun mettant en commu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages



Médias de l’article

Coordinences

Coordinences
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Assemblages cristallins hexagonal et cubique

Assemblages cristallins hexagonal et cubique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Système cristallin : volume de la maille

Système cristallin : volume de la maille
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Systèmes cristallins : volume de la maille

Systèmes cristallins : volume de la maille
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 22 médias de l'article





Écrit par :

  • : correspondant de l'Institut, inspecteur général honoraire du Bureau de recherches géologiques et minières à Orléans

Classification


Autres références

«  MINÉRALOGIE  » est également traité dans :

AGRICOLA GEORG BAUER dit (1494-1555)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MENDIBURU
  •  • 269 mots

Érudit allemand né à Glauchau (Saxe), Agricola peut être considéré comme le père de la minéralogie. Après des études de philosophie à Leipzig, à Bologne et à Padoue, des études de médecine à Ferrare, il exerce comme médecin municipal à Joachimstal de 1527 à 1533, puis à Chemnitz de 1533 à sa mort. Vivant dans la plus grande région minière de l'Europe du xvi e  siècle, et en contact avec toutes les […] Lire la suite

ASTÉROÏDES

  • Écrit par 
  • Christiane FROESCHLÉ, 
  • Claude FROESCHLÉ, 
  • Patrick MICHEL
  •  • 10 660 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Classification des astéroïdes »  : […] Les perfectionnements de la spectroscopie et de la spectrophotométrie ont permis de développer une taxonomie des astéroïdes, c'est-à-dire une classification de ces objets selon divers types bien différenciés, à partir des propriétés optiques et spectroscopiques de leur surface. On distingue deux groupes principaux, qui correspondent aux classes C et S. L'albédo des deux classes est différent (0,03 […] Lire la suite

BECKE FRIEDRICH (1855-1931)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 153 mots

Minéralogiste et pétrographe autrichien, F. Becke a grandement participé à la mise en place et au développement des méthodes optiques en pétrographie. Né à Prague, il fit ses études à Vienne, où il obtint la chaire de minéralogie de l'université en 1898 ; il en devint recteur en 1921. Il présente, en 1903, à un congrès géologique international, une note sur les micaschistes dans leur ensemble ; on […] Lire la suite

CHAPEAUX OXYDÉS

  • Écrit par 
  • Guy TAMAIN
  •  • 983 mots

Initialement, le mineur désignait par chapeaux de fer les masses de limonites formées par altération des gisements renfermant de la pyrite et/ou d'autres sulfures de fer. Puis, par extension, on parle de chapeaux de fer des gisements métalliques sulfurés, c'est-à-dire la zone où s'effectue l'oxydation de ces sulfures. Cette zone, dont la puissance varie d'une à plusieurs dizaines de mètres (900 m […] Lire la suite

COULEUR DES MINÉRAUX

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 539 mots
  •  • 3 médias

Depuis la plus haute antiquité, les hommes ont été fascinés par la couleur de certains minéraux, faisant de ceux-ci des talismans aussi bien que des parures. Très appréciées par les Égyptiens et les Chinois, les roches vertes l'étaient déjà au Néolithique. Les Aztèques entassaient dans leurs temples jades et émeraudes, à côté des topazes. Les tombes de Mésopotamie et d'Égypte nous montrent combien […] Lire la suite

CURIEN HUBERT (1924-2005)

  • Écrit par 
  • Jean TEILLAC
  •  • 1 586 mots
  •  • 1 média

De l'École normale supérieure au Conseil des ministres, du laboratoire de physique à la direction de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (D.G.R.S.T.), le parcours d'Hubert Curien est ascensionnel et continu. Pour le public, son nom reste attaché au succès de la fusée Ariane et à la mission du premier spationaute français. Pourtant, il garde en lui le tempérament d'un ch […] Lire la suite

DANA JAMES DWIGHT (1813-1895)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 309 mots

Naturaliste et géologue américain né à Utica et mort à New Haven (Connecticut), James D. Dana a contribué à la recherche dans de nombreux domaines : il a publié plusieurs ouvrages de zoologie et il a effectué des travaux complets sur les coraux du Pacifique. En géologie, ses recherches sont marquées par les études qu'il fit en minéralogie et en chimie, à l'université Yale. Son premier ouvrage, A […] Lire la suite

DE RE METALLICA (G. Agricola)

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

Le savant saxon Georg Bauer (1494-1555), dit Georgius Agricola, peut être considéré comme le fondateur de la minéralogie et de la métallurgie. Il est l'un des premiers géologues à refuser l'approximation et la spéculation pour se tourner résolument vers l'observation rigoureuse, des minéraux notamment. Le plus célèbre de ses six ouvrages, De re metallica , est publié à Bâle en 1556, soit un an apr […] Lire la suite

EAU DU MANTEAU TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 2 658 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Teneur en eau du manteau terrestre »  : […] Il y a donc de l’eau dans le manteau terrestre. Cependant, l'eau libre n'existe sur Terre que dans l'hydrosphère (les océans, les rivières, les nappes phréatiques). Dès que l'on passe en dessous du niveau des sols, l'eau est incorporée dans la structure cristalline des minéraux qui constituent les roches, sous la forme de liaisons OH. La teneur en eau du manteau varie significativement selon la p […] Lire la suite

FEDOROV ou FYODOROV EVGRAF STEPAN IVANOVITCH (1853-1919)

  • Écrit par 
  • Zdenek JOHAN
  •  • 606 mots

Cristallographe, minéralogiste et pétrographe russe, Evgraf Stepan Ivanovitch Fedorov naît le 22 décembre 1853 à Orenburg (aujourd'hui Chkalov) dans la famille d'un général de l'armée russe. Sa mère était une femme cultivée, musicienne, qui habitua son fils à une discipline et à un travail réguliers. Plus tard, E. S. Fedorov avouait que sa puissance de travail extraordinaire lui venait d'elle. Apr […] Lire la suite

FRIEDEL CHARLES (1832-1899)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 173 mots

Le chimiste organicien et minéralogiste français Charles Friedel est né à Strasbourg le 12 mars 1832. En collaboration avec le chimiste américain James Mason Crafts, il découvrit, en 1877, le processus chimique connu sous le nom de réaction de Friedel-Crafts. En 1854, Friedel entra dans le laboratoire de Charles Adolphe Wurtz. En 1856, il fut nommé conservateur des collections de minéraux, à l'Éco […] Lire la suite

GÉOLOGIE - Géologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Édouard KAMINSKI
  •  • 5 630 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Pétrologie expérimentale et minéralogie »  : […] La pétrologie expérimentale, que l'on peut définir comme l'étude des transformations des matériaux géologiques à haute pression et à haute température, est l'aboutissement de la pétrographie classique qui s'intéressait à décrire seulement la composition minéralogique des roches. La pétrographie a joué un rôle central en géologie en formulant une classification des roches en grandes familles, que […] Lire la suite

GLACE

  • Écrit par 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 7 960 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Réseau cristallin de la glace I »  : […] La diffraction des rayons X et la spectroscopie montrent que, dans le minéral glace ordinaire (glace Ih), chaque atome d'oxygène se trouve au centre d'un tétraèdre régulier formé par les quatre atomes d'oxygène les plus proches, situés à 0,2767 nm, auxquels il est lié par l'intermédiaire des liaisons hydrogène. L'angle entre deux liaisons hydrogène est de 109,47 0 . Cette liaison est due au fait q […] Lire la suite

GRENATS

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD, 
  • Ramanathan KRISHNAN
  •  • 4 299 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Caractères minéralogiques et classification »  : […] Les grenats sont des minéraux de symétrie cubique, dont la composition chimique peut être symbolisée par M 2  + M 3  + (SiO 4 ) 3 , où M 2+ représente Fe, Ca, Mg, Mn ; et M 3+ , Al, Fe, Cr. L'étude de la structure a montré que la maille, complexe, renferme cent soixante atomes. Les tétraèdres SiO 4 y forment des groupes indépendants (nésosilicates), dont chaque oxygène est lié à un octaèdre M 3+ O […] Lire la suite

HAÜY RENÉ JUST (1743-1822)

  • Écrit par 
  • Hubert CURIEN
  •  • 2 133 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De l'observation du phénomène de clivage à l'idée de structure interne »  : […] C'est la minéralogie, en plein développement au milieu du xviii e  siècle, qui attire, tardivement d'ailleurs, René Just Haüy vers des activités scientifiques. Né à Saint-Just-en-Chaussée (Oise), ce fils d'un modeste tisserand doit le privilège d'entreprendre des études à des aides ecclésiastiques. Ordonné prêtre en 1770, il enseigne d'abord au collège de Navarre, puis au collège du Cardinal-Lemoi […] Lire la suite

INCLUSIONS, physique du solide

  • Écrit par 
  • Alain Gil MAZET
  •  • 661 mots

Presque tous les cristaux comportent des lacunes de cristallisation ou des cavités remplies par des corps à l'état gazeux, liquide ou solide. Ces inclusions sont connues depuis très longtemps puisque H. Sorby en donne les premières descriptions dès le début du xix e  siècle, mais ce n'est que vers les années cinquante et sous l'impulsion de chercheurs comme G. Deicha en France, E. Roedder aux État […] Lire la suite

MARS, planète

  • Écrit par 
  • Éric CHASSEFIÈRE, 
  • Olivier de GOURSAC, 
  • Philippe MASSON, 
  • Francis ROCARD
  •  • 18 406 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « La sonde 2001 Mars Odyssey »  : […] D'une masse au lancement de 725 kilogrammes, dont 350 d'ergols et 44 d'instruments scientifiques, 2001 Mars Odyssey embarque trois instruments scientifiques. –  Marie (Martian Radiation Environment Experiment) a étudié le niveau de radiations durant le trajet Terre-Mars, et l'étudie au voisinage de la planète, afin de quantifier les risques auxquels seront exposés les équipages des missions habité […] Lire la suite

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idéalisation de l'espace cristallin ; un détour heuristique vers les structures moléculaires »  : […] De longue date, la distinction et l'identification des minéraux se faisait d'après leurs attributs organoleptiques ; le repérage de formes caractéristiques n'était que l'un des arguments d'une diagnose mal assurée dans la hiérarchie des critères. Cependant, à la fin du xviii e  siècle, sur la voie de la reconnaissance d'espèces minérales (et non plus seulement de « sortes »), l'identification de f […] Lire la suite

MERCATI MICHELE (1541-1593)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 88 mots

Savant italien. Ce naturaliste, intendant des jardins du pape, réunit au cours de son existence une collection de fossiles et d'objets curieux. Dans l'inventaire qu'il rédige, il est le premier à affirmer, au X VI e  siècle, que les « pierres de foudre » sont des outils fabriqués par l'homme, à une époque où la métallurgie n'était pas connue. Son ouvrage ne sera publié qu'en 1717, alors que les id […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude GUILLEMIN, « MINÉRALOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mineralogie/