IONIQUES STRUCTURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Densité électronique d'un cristal

Densité électronique d'un cristal
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Variation des énergies d'attraction et répulsion

Variation des énergies d'attraction et répulsion
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Oxydes :évolution structurale

Oxydes :évolution structurale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Rayons ioniques : valeurs

Rayons ioniques : valeurs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Si la présence d'ions au sein de solutions salines ou de sels fondus semblait depuis longtemps bien établie, notamment par des études de conductivité électrique, l'extension de la notion d'ion à l'édifice cristallin reposait par contre sur un postulat dont le succès résidait essentiellement dans l'obtention par le calcul, pour les énergies réticulaires de certains types de cristaux, de valeurs très satisfaisantes. Les développements des techniques de rayons X, en offrant la possibilité de dresser pour un cristal de véritables cartes de densités électroniques, ont permis de démontrer d'une manière directe l'existence d'ions au sein de certains types de réseaux, et de valider ainsi le postulat de la liaison ionique.

Un cristal ionique est formé par un assemblage géométrique simple d'ions chargés positivement, les cations, et d'ions chargés négativement, les anions, l'énergie qui assure la cohésion du cristal, ou l'énergie réticulaire, étant d'origine essentiellement électrostatique.

Le nombre des composés à caractère ionique prédominant est très important ; cette catégorie englobe une grande partie des composés de la chimie minérale et des constituants de nombreuses variétés de roches. Cependant, les cristaux purement ioniques sont rares, ils se limitent pratiquement aux fluorures et chlorures des métaux alcalins lourds ; en effet, une évolution vers un caractère plus covalent – ou homopolaire – apparaît rapidement pour les autres composés.

Rayons ioniques

W. L. Bragg en 1920, puis V. M. Goldschmidt en 1926, étudiant de manière systématique un grand nombre de structures ioniques, montraient que les ions pouvaient être considérés comme des sphères électriquement chargées possédant des rayons bien caractéristiques et constants ; en particulier, dans la série des halogénures alcalins, les variations régulières des distances internucléaires cation-anion, obtenues avec précision à partir de leurs paramètres cristallins déterminés par diffraction X (cf. cristaux Cristallographie), étaient en bon accord avec cette hypothèse. Ces valeurs ne permettaient cependant pas à elles seules la con [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, professeur de chimie à l'université de Bordeaux-I, membre de l'Institut

Classification


Autres références

«  IONIQUES STRUCTURES  » est également traité dans :

ALUNS

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 1 655 mots

3+. Les aluns correspondant à chaque couple possible ne sont pas tous connus. Expérimentalement, on a montré que la taille des ions joue un rôle déterminant dans la stabilité et la solubilité de ces composés qui sont d'autant plus faciles à préparer que l'ion monovalent est gros et l'ion trivalent petit. Ainsi connaît-on un seul alun du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aluns/#i_27191

CÉSIUM

  • Écrit par 
  • Roger NASLAIN
  •  • 1 138 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Propriétés »  : […] Le césium possède les propriétés chimiques caractéristiques des éléments de la famille des alcalins. Il est extrêmement réactif, se combinant avec les éléments électronégatifs pour donner des composés typiquement ioniques, solubles dans l'eau et qui constituent des électrolytes forts […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesium/#i_27191

CRISTAUX

  • Écrit par 
  • Marc AUDIER, 
  • Michel DUNEAU
  •  • 7 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les structures ioniques »  : […] L'exemple le plus courant de ces structures est le sel de cuisine, ou chlorure de sodium, de formule NaCl. Les structures ioniques sont caractérisées par la présence de deux types d'atomes, A et B, dont l'un a tendance à s'ioniser positivement, en cédant un ou plusieurs électrons (A+) à son voisin, et l'autre à s'ioniser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cristaux/#i_27191

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 606 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les solides ioniques »  : […] Le prototype des cristaux ioniques est le sel gemme, NaCl, qui appartient à la famille des halogénures alcalins (NaCl, KCl, CsCl, KBr, etc.). Ces cristaux sont obligatoirement construits à partir de deux atomes différents : un atome monovalent (ne possédant qu'un électron de valence faiblement lié), comme le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_27191

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 044 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Ionisation »  : […] passage à l'état ionisé M+ et par celle des propriétés de cet ion. La plupart des composés alcalins possèdent donc une structure purement ionique ; cette particularité, jointe au fait que les édifices ioniques les plus stables sont constitués par des ions de volume semblable, permet de prédire qu'en règle générale les hydrures, nitrures, carbures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalins/#i_27191

STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie inorganique

  • Écrit par 
  • Jacques-Émile GUERCHAIS
  •  • 4 041 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Essai de prédiction de structure »  : […] Les considérations géométriques et la notion de liaison ionique peuvent être invoquées dans beaucoup de cas. Mais les liaisons ne sont pas toujours ioniques, si bien que d'autres géométries sont observées et elles s'écartent bien au-delà de ce que l'on pouvait prévoir. C'est ainsi que l'on constate que certains ions possèdent une coordinence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stereochimie-stereochimie-inorganique/#i_27191

SUPERCONDUCTEURS IONIQUES

  • Écrit par 
  • Philippe COLOMBAN
  •  • 6 476 mots
  •  • 11 médias

L'intérêt des superconducteurs ioniques comme électrolytes est dû aux caractéristiques suivantes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superconducteurs-ioniques/#i_27191

TRACES ÉLÉMENTS EN

  • Écrit par 
  • Jean GONI, 
  • Michel LELEU
  •  • 2 759 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les substitutions diadochiques »  : […] suivantes : la diadochie entre deux ions est possible quand la différence des rayons ioniques ne dépasse pas 15 p. 100 ; quand deux ions de même charge mais de rayons différents sont en compétition dans une structure donnée, c'est celui dont le rayon est plus petit qui est fixé ; si les rayons ioniques sont similaires ou identiques, c'est l'ion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elements-en-traces/#i_27191

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel POUCHARD, « IONIQUES STRUCTURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/structures-ioniques/