TELLURIQUE MILIEU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le milieu tellurique, ou milieu souterrain, ou milieu hypogé, comprend un certain nombre d'éléments dont le principal est le sol, qui prédomine à la fois par sa grande étendue et par sa continuité ; il s'y ajoute des constituants de moindre surface comme les cavernes et les réseaux de fentes en milieu karstique, les eaux souterraines, les terriers de Mammifères, les nids de Termites et de Fourmis. La séparation de ces divers éléments n'est pas absolue ; des échanges de faunes, en particulier, peuvent se faire entre eux.

Le sol

Le sol résulte de l'action simultanée de facteurs climatiques et biologiques sur la roche mère.

Le sol, milieu physique

Les particularités abiotiques du sol les plus importantes sont sa température, son hydratation, son pH, son chimisme, sa texture et sa structure. En profondeur, les variations de température sont très atténuées par rapport à celles de l'air et surtout par rapport à celles de la surface. À partir d'une certaine profondeur, variable suivant les sols, la température reste à peu près constante. Chaque espèce animale ayant une température préférentielle, il lui sera possible de la trouver par des migrations de faible amplitude.

L'eau contenue dans le sol joue un rôle considérable. L'humidité relative est toujours assez élevée et des valeurs inférieures au point de flétrissement (pF = 4,2) sont rares en Europe occidentale. Une valeur minimale de 50 p. 100 d'humidité relative a été découverte par B. Pierre dans les dunes du Sahara à 50 cm de profondeur, en saison chaude, ce qui correspond à un pF de 6. Les animaux du sol réagissent à la sécheresse soit en s'enfonçant pour atteindre une zone plus humide, soit en limitant leur activité et en prenant une forme de résistance (enkystement des Protozoaires et des Vers). Les Termites peuvent aller chercher l'eau à 12 m de profondeur. Le pH dépend surtout des colloïdes argileux et humiques, de la couverture végétale et des conditions climatiques. Le pH des sols calcaires est voisin de 8 ; celui des tourbes à Sphaignes et des podzols parfois inférieur à 4. Le pH règle la répartition de nombreux animaux comme les Protozoaires Thécamœbiens et les vers de terre.

Répartition des vers de terre en fonction du pH du sol

Dessin : Répartition des vers de terre en fonction du pH du sol

Répartition de quelques espèces de vers de terre en fonction du pH du sol (d'après Satchell, 1955). En italique, les noms d'espèces vivant en profondeur; en romain, les espèces vivant en surface. En haut, à gauche, espèces tolérant les milieux à pH faibles, à droite, espèces ne les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La mesure du rapport carbone-azote (C/N), classique en pédologie, permet de distinguer des sols à activité biologique intense (C/N faible comme dans les mors) et des sols à humus brut où l'activité biologique est faible (C/N élevé comme dans les moders où le rapport est compris entre 15 et 25). La valeur du rapport C/N reflète le résultat de l'interaction entre les végétaux, les micro-organismes et la faune du sol, et en particulier les vers de terre.

La texture du sol correspond à sa granulométrie. Les vers de terre sont plus nombreux dans les sols limoneux ou argilo-sableux que dans les sables, les graviers ou les argiles. Les sols les plus favorables aux Coléoptères endogés renferment une proportion élevée d'éléments fins (argiles de moins de 2 μm et limons de 2 à 20 μm) qui retiennent l'eau nécessaire.

La structure du sol peut être particulaire lorsque les colloïdes constitutifs sont dispersés et leurs grains isolés, ou en grumeaux lorsque les colloïdes sont floculés en agrégats plus ou moins stables. L'aération du sol est fonction de la structure. Les sols à structure en grumeaux sont perméables, bien aérés et riches en faune.

Le sol, milieu vivant

Biomasse

Les organismes vivants du sol représentent une biomasse importante. G. Bachelier donne les proportions suivantes dans le cas d'un sol de prairie :

– matières minérales : 93 p. 100 ;

– matières organiques totales : 7 p. 100, dont matières organiques : 85 p. 100 ; racines : 10 p. 100 ; êtres vivants : 5 p. 100 (dont champignons et algues : 40 p. 100 ; bactéries et actinomycètes : 40 p. 100 ; animaux : 20 p. 100).

Les micro-organismes ont déjà été étudiés (cf. sols - Microbiologie). Dans l'exemple ci-dessus, les animaux représentent 0,07 p. 100 du poids total du sol. Leur biomasse varie de 10 kg/ha dans les déserts à 30 kg/ha dans la toundra, à 1 000 kg/ha dans la forêt tempérée à feuilles caduques et 2 250 kg/ha dans un sol de prairie. Dans les sols cultivés elle est en général plus faible mais elle peut atteindre 6 000 kg/ha. Le poids des animaux qui vivent dans le sol est toujours supérieur à celui de ceux qui vivent sur le sol.

Nombre d'animaux du sol en région tempérée

Tableau : Nombre d'animaux du sol en région tempérée

Répartition quantitative des principaux groupes d'animaux du sol en région tempérée, valeurs moyennes au mètre carré (d'après Mac Fadyen, modifié). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Principaux groupes d'animaux du sol. En se limitant ici aux groupes les plus importants, on citera les vers de terre qui sont les Annélides Oligochètes appartenant surtout aux familles des Lombricidés, Glossoscolecidés, Mégascolecidés et Eudrilidés (ces derniers en Afrique). Ils sont plus ou moins pigmentés, de taille variant en moyenne de 50 à 200 mm (avec des formes géantes dépassant le mètre). Les Enchytréidés, de taille souvent inférieure (de 2,5 à 35 mm en moyenne), sont aussi des vers de terre, mais de morphologie différente, fréquemment de couleur blanchâtre ou transparents.

Parmi les Arthropodes, fort nombreux et diversifiés dans le sol, on peut mentionner les Acariens et surtout les Oribates, de petite taille et fortement sclérifiés, à régime alimentaire varié (mangeurs de pollen, de mycélium, de débris végétaux ou de végétaux vivants). Les Insectes les plus communs sont des Aptérygotes de l'ordre des Collemboles, qui se nourrissent de débris végétaux et dont certaines espèces sont carnivores. Les Insectes Ptérygotes, plus rares, sont principalement des Coléoptères et des Diptères. De nombreux Coléoptères vivent dans le sol uniquement à l'état larvaire (larves de Scarabéidés comme les vers blancs ; larves « fils de fer » des Élatéridés du genre Agrioes). D'autres y passent toute leur vie : endogés véritables, de petite taille, ils ont perdu leurs yeux et leurs ailes et sont dépigmentés. Ils présentent un endémisme marqué : il existe dix espèces de Psélaphidés du genre Mayetia et vingt-trois espèces de Staphylinidés du genre Entomoculia dans le département du Var.

Les larves de Diptères se nourrissent de débris végétaux et jouent un rôle majeur dans la décomposition des litières végétales qu'elles réduisent en petits fragments, mélangés intimement au sol. Les larves de Bibionidés, Tipulidés et Scatopsidés sont les plus actives.

Les Termites sont nombreux en espèces et en individus dans les régions tropicales. Maldague a trouvé en moyenne dans la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Répartition des vers de terre en fonction du pH du sol

Répartition des vers de terre en fonction du pH du sol
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Nombre d'animaux du sol en région tempérée

Nombre d'animaux du sol en région tempérée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Humus

Humus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pédofaune des humus mull et mor

Pédofaune des humus mull et mor
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : sous-directeur, maître de conférences au Muséum national d'histoire naturelle

Classification

Autres références

«  TELLURIQUE MILIEU  » est également traité dans :

BIODÉPOLLUTION

  • Écrit par 
  • Sylvain CHAILLOU, 
  • Jérôme COMBRISSON
  •  • 2 986 mots

Dans le chapitre « La biodépollution des sols »  : […] La contamination des sols a des conséquences directes sur le fonctionnement du sol et ses caractéristiques, et des conséquences indirectes sur la biosphère et l'atmosphère. Cette pollution, en raison de la saturation des sols, peut poser de graves problèmes lorsqu'elle atteint une nappe d'eau souterraine qui est employée pour l'usage domestique. Comme pour l'eau, le processus le plus naturel de dé […] Lire la suite

GÉOMICROBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DÉVIGNE
  •  • 984 mots

La géomicrobiologie est l'une des applications de la microbiologie aux milieux naturels. Son objectif est de résoudre les problèmes que posent les actions réciproques des micro-organismes et des milieux qui les abritent au cours des processus géodynamiques. L'individualisation de cette discipline (la lithobiology des Anglo-Saxons) s'est affirmée avec la découverte d'une intervention efficace de c […] Lire la suite

SOLS - Microbiologie

  • Écrit par 
  • Yvon DOMMERGUES
  •  • 7 162 mots
  •  • 5 médias

Tous les types de micro-organismes existent dans les sols. Ce sont soit des eucaryotes (champignons, algues et protozoaires), soit des procaryotes (bactéries et cyanobactéries). Leur biodiversité est considérable. Leur distribution est fonction non seulement de la présence de substrats énergétiques (essentiellement des résidus végétaux) et d'éléments minéraux, mais aussi de nombreux facteurs phys […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger DAJOZ, « TELLURIQUE MILIEU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-tellurique/