MICROÉCONOMIEThéorie de l'équilibre général

La théorie de l'équilibre général étudie l'allocation des ressources dans le cadre d'une économie de marché où règne la concurrence parfaite. Elle met en lumière la manière dont les marchés et les prix assurent la coordination des activités économiques. Se trouve ainsi formalisée l'idée avancée en 1776 par Adam Smith dans La Richesse des nations, selon laquelle c'est la « main invisible » des marchés qui rend compatibles les décisions d'innombrables agents économiques, sans que personne ait à se soucier du fonctionnement d'ensemble du système.

Les principes de la théorie de l'équilibre général ont été posés en 1874 par Léon Walras dans son ouvrage Éléments d'économie politique pure. Dans leur article de 1954 (« Existence of an Equilibrium for a Competitive Economy », publié dans la revue Econometrica), Kenneth Arrow et Gérard Debreu lui conféreront la forme mathématique rigoureuse, qu'elle conservera par la suite.

La théorie de l'équilibre général n'est pas une construction idéologique au service du libéralisme. Elle constitue le cœur de la théorie économique contemporaine. La représentation unifiée qu'elle offre des mécanismes économiques lui donne un très large domaine de validité. Son caractère rigoureux l'amène à mettre en évidence toutes les conditions requises pour que ses résultats s'appliquent. Elle représente ainsi, en pratique, une référence plutôt que le dernier mot de l'analyse économique. L'analyse des obstacles à l'établissement d'un équilibre concurrentiel et des raisons qui peuvent le rendre insatisfaisant est aussi importante que celle qui met en lumière les forces poussant à l'équilibre. L'analyse des vertus, mais aussi des limites, du système de marché constitue ainsi l'objet de la théorie de l'équilibre général. Celle-ci peut donc justifier, selon les cas, l'intervention de l'État autant que des solutions libérales reposant sur le laisser-faire.

Coordination par les prix

Le jeu de la l [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MICROÉCONOMIE  » est également traité dans :

MICROÉCONOMIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Stéphane SAUSSIER
  •  • 653 mots

La théorie microéconomique étudie des unités économiques individuelles et leurs interactions. Elle s'intéresse ainsi, par exemple, aux consommateurs et aux producteurs mais aussi aux marchés sur lesquels ils se rencontrent. Elle propose une représentation simplifiée, comme toute théorie, du fonctionnement de la société. Pour réaliser cet objectif, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-vue-d-ensemble/

MICROÉCONOMIE - Théorie microéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 5 998 mots
  •  • 1 média

La théorie microéconomique a pour objet l'étude des comportements économiques individuels et de leurs interactions dans les économies de marché , interactions analysées depuis Léon Walras dans le cadre de l'équilibre général. L'expression théorie microéconomique s'est imposée au milieu du xxe siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-theorie-microeconomique/

MICROÉCONOMIE - Incitations et contrats

  • Écrit par 
  • Bernard SALANIÉ
  •  • 6 238 mots

De la fin du xixe siècle aux années 1960, la théorie économique a principalement cherché à comprendre la manière dont les prix se forment sur le marché et conditionnent les comportements des consommateurs et des producteurs. Ce long travail a abouti au « modèle d'équilibre général » qui reste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-incitations-et-contrats/

MICROÉCONOMIE - Économie du bien-être

  • Écrit par 
  • Emmanuelle BÉNICOURT
  •  • 4 768 mots

En économie, le mot « bien-être » est étroitement associé à l'expression « économie du bien-être », qui elle-même désigne la recherche des moyens à mettre en œuvre pour parvenir à des situations qui sont considérées comme les meilleures possibles pour, et par, la collectivité. Cette branche de l'analyse économique est au cœur même de l'économie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-economie-du-bien-etre/

ACHAT POUVOIR D'

  • Écrit par 
  • Stéfan LOLLIVIER
  •  • 5 610 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie microéconomique prise en défaut »  : […] Dans les manuels de microéconomie, la théorie du consommateur fournit une définition de la notion d'indice du coût de la vie. Elle considère un consommateur à deux dates consécutives. Celui-ci choisit son panier de biens selon ses préférences, en fonction des prix et du revenu dont il dispose. À la première date, avec le système de prix en vigueur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pouvoir-d-achat/#i_18517

CHÔMAGE - Politiques de l'emploi

  • Écrit par 
  • Christine ERHEL
  •  • 7 267 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aspects méthodologiques »  : […] Pour les économistes, l'évaluation peut se faire à deux niveaux : au niveau des bénéficiaires des mesures (études microéconomiques), et au niveau de l'ensemble de l'économie (études macroéconomiques). Pour chacun des niveaux, les hypothèses testées sont mises en relation avec des modèles théoriques couramment utilisés en économie du travail, ou en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chomage-politiques-de-l-emploi/#i_18517

COASE RONALD HARRY (1910-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 306 mots

Dans le chapitre « La nature de la firme »  : […] Le comité du Nobel 1991 a particulièrement distingué sa théorie des coûts de transaction introduite dès 1937 dans son article sur la nature de la firme, considérant même que cette notion, alors très originale dans la théorie micro-économique, avait été une sorte de nouvelle « particule élémentaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ronald-harry-coase/#i_18517

DROIT - Économie du droit

  • Écrit par 
  • Bruno DEFFAINS
  •  • 3 736 mots
  •  • 2 médias

promouvoir le « bonheur » des membres de la société, à dégager un surplus de plaisir. Si l'on peut effectivement percevoir une filiation intellectuelle entre ces précurseurs et les tenants de l'analyse contemporaine, il s'avère néanmoins que la méthode relève aujourd'hui de la théorie micro-économique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-economie-du-droit/#i_18517

ÉCONOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FLORENS
  •  • 7 370 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le domaine de l'économétrie »  : […] construit des modèles, c'est-à-dire des schématisations de phénomènes économiques, à l'aide de relations mathématiques. Ces phénomènes peuvent être microéconomiques et concerner des éléments du comportement des agents économiques : on étudie par exemple l'offre de travail des femmes, l'épargne des ménages ou la structure des coûts de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/econometrie/#i_18517

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Analyse micro-économique et analyse macro-économique »  : […] Il faudrait ici faire appel à la distinction entre analyse micro-économique et analyse macro-économique. La science économique est-elle fondamentalement de type microscopique ou de type macroscopique ? C'est une question qui met en jeu une idée déjà connue des Grecs : pour connaître l'univers, faut-il aller de la partie vers le tout ou, inversement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie/#i_18517

EURO

  • Écrit par 
  • Agnès BÉNASSY-QUÉRÉ
  •  • 6 230 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Pourquoi l'euro ? »  : […] Ainsi, l'euro est mécaniquement une « meilleure » monnaie que chacune de celles qui l'ont précédé, par le simple fait qu'un plus grand nombre d'individus l'utilisent quotidiennement. Les échanges entre les pays concernés, qui représentent environ la moitié de leur commerce extérieur total, ne donnent plus lieu à des opérations de change, coûteuses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euro/#i_18517

HECKMAN JAMES (1944-    )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 893 mots

La microéconométrie, dont James Heckman est un des brillants représentants, désigne le traitement de données statistiques économiques établies à partir des comportements individuels des ménages ou des entreprises. Les sources statistiques sont variées (enquêtes, fichiers administratifs, etc.), les bases de données sont pour la plupart énormes ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-heckman/#i_18517

INFLATION

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 8 604 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les anticipations rationnelles »  : […] et dans la théorie monétaire de l'inflation, en conférant à cet ensemble analytique des « fondements microéconomiques » cohérents avec l'analyse néoclassique des comportements des agents privés dans un univers décentralisé et concurrentiel de marché en information parfaite. Pourtant, l'hypothèse d'anticipations rationnelles apparaît bien peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inflation/#i_18517

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS
  •  • 6 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mesure de l'investissement »  : […] Au niveau micro-économique, c'est-à-dire à l'échelle de l'entreprise, l'investissement représente la différence entre les augmentations d'immobilisations par acquisition et création et les diminutions d'immobilisations par cession. Il comprend certains investissements incorporels, comme les logiciels mais aussi la recherche-développement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_18517

McFADDEN DANIEL (1937-    )

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 936 mots

Le modèle construit par Daniel McFadden relève de la microéconométrie, discipline qui allie l'économie et les statistiques. Cette méthodologie consiste à établir, dans un premier temps, des bases de données collectées au niveau de l'individu et de ses comportements quotidiens. On élabore ensuite des modèles formalisant les stratégies individuelles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-mcfadden/#i_18517

MACROÉCONOMIE - Théorie macroéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 8 113 mots

Dans le chapitre « Approches purement empiriques »  : […] phénomènes, notamment quant aux conditions dans lesquelles opèrent les agents, entreprises productrices ou ménages consommateurs, et quant aux motivations qui inspirent leurs actions. Cette autre source de connaissance est qualifiée de microéconomique, quoiqu'elle porte aussi sur les comportements des banques centrales et des autorités publiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-theorie-macroeconomique/#i_18517

MACROÉCONOMIE - Politique économique

  • Écrit par 
  • Antoine d' AUTUME
  •  • 4 871 mots

Dans le chapitre « La place des politiques macroéconomiques »  : […] des dernières décennies. Les politiques macroéconomiques sont inséparables du contexte microéconomique dans lequel elles s'inscrivent. Leurs objectifs ont trait à la situation des agents individuels. Leurs mécanismes mettent en jeu les comportements de ces individus. Cela amène à porter un nouveau regard sur les politiques macroéconomiques. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-politique-economique/#i_18517

MATHÉMATIQUE ÉCOLE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • François ETNER
  •  • 2 774 mots

Dans le chapitre « Les grandes étapes de l'économie mathématique »  : […] Pendant ces mêmes années, la microéconomie culmine dans l'abstraction avec le livre de Gérard Debreu sur la Théorie de la valeur (1959). En très peu de pages, l'équilibre général de marché est formalisé à partir de trois données seulement : les préférences […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-economique-mathematique/#i_18517

STIGLER GEORGE (1911-1991)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 768 mots

Sur le plan méthodologique, le raisonnement de Stigler reste dans les limites de l'analyse micro-économique et part de postulats simples. Pour les consommateurs, l'économie la plus efficace est celle où règne la libre concurrence. Seules exceptions, peut-être : le contrôle des loyers, avantageux pour les consommateurs locataires, et l'intervention […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-stigler/#i_18517

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine d' AUTUME, « MICROÉCONOMIE - Théorie de l'équilibre général », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/microeconomie-theorie-de-l-equilibre-general/