COASE RONALD HARRY (1910-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est seulement à l'âge de quatre-vingt-un ans que Ronald H. Coase, professeur émérite de l'université de Chicago, se vit attribuer le prix Nobel d'économie, à la fois pour ses travaux sur la nature des organisations et pour ses analyses sur les modalités de certaines régulations étatiques.

La nature de la firme

Né le 29 décembre 1910 à Middlesex (Grande-Bretagne), Ronald Coase est diplômé de la London School of Economics où il enseigne de 1932 à 1951 en même temps qu'il rédige ses premiers articles, souvent à la frontière du droit et de l'économie. Dans les années 1930, il traverse une première fois l'Atlantique pour interroger les dirigeants de grandes entreprises (Ford, General Motors, Union Carbide) et comprendre la façon dont ils prennent leurs décisions. À son retour, il rédige un texte devenu fondateur, The Nature of the Firm (1937).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il occupe un poste de statisticien au ministère de la Guerre alors qu'il ne cessera par la suite de persuader ses collègues économistes de passer moins de temps sur les hauteurs de leurs axiomes mathématiques, et davantage sur les problèmes réels de la société.

Au début des années 1950, Coase s'installe définitivement aux États-Unis et travaille successivement à l'université de Buffalo, puis de Virginie en 1958, avant d'occuper une chaire de droit à l'université de Chicago en 1964.

Le comité du Nobel 1991 a particulièrement distingué sa théorie des coûts de transaction introduite dès 1937 dans son article sur la nature de la firme, considérant même que cette notion, alors très originale dans la théorie micro-économique, avait été une sorte de nouvelle « particule élémentaire ».

Pendant longtemps, la science économique n'a en effet disposé que d'un seul modèle micro-économique, issu de l'approche dite néo-classique, pour analyser le comportement de la firme. Ce modèle s'est révélé progressivement insuffisant pour comprendre certaines conduites d'entreprises pl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  COASE RONALD HARRY (1910-2013)  » est également traité dans :

LA NATURE DE LA FIRME, Ronald Harry Coase - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 986 mots

Le destin de The Nature of The Firm (La Nature de la firme) est assez singulier dans l'histoire de la pensée économique. Écrit en 1937 par Ronald Harry Coase, dans un style littéraire, sans mathématique, cet article court ne fut pleinement exploité qu'au cours des années […] Lire la suite

THE PROBLEM OF SOCIAL COST, Ronald H. Coase - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Élodie BERTRAND
  •  • 1 129 mots

Ronald Coase a obtenu, en 1991, le prix de sciences économiques, de la Banque de Suède, en mémoire d'Alfred Nobel, pour deux de ses articles : « The Nature of the Firm », publié en 1937 dans Economica, et « The Problem of Social Cost », publié en 1960 dans le Journal of Law and Economics […] Lire la suite

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Ce qu'il est maintenant convenu d'appeler l'économie des coûts de transaction a pour origine une question d'apparence fort simple, soulevée par Ronald Coase dans « The Nature of the Firm », un article maintenant célèbre, paru en 1937, et qui valut à son auteur le prix Nobel d'économie de l'année 1991. Cette question est la suivante : si on attribue au marché, et au mécanisme des prix qui en cons […] Lire la suite

DROIT - Économie du droit

  • Écrit par 
  • Bruno DEFFAINS
  •  • 3 736 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Analyse positive et analyse normative »  : […] En tant que discours positif, l'analyse économique du droit vise à expliquer le comportement des individus participants à des activités en relation avec le droit, comme les juges, les législateurs, les avocats, les victimes de préjudices, les parties aux contrats, les propriétaires ou encore les inventeurs et les pollueurs. Le cadre d'analyse micro-économique permet d'étudier les changements de c […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Coûts de transaction, incertitude, asymétries d'information... »  : […] L'introduction de nouvelles notions, telles que les coûts de transaction, l'incertitude, l'acquisition et les asymétries d'information, modifie nombre des a priori de l'analyse néo-classique. Ainsi Frank Knight (1921, Risk, Uncertainty and Profit ) explique que si les salariés choisissent d'être dans un rapport de subordination à l'égard de l'entrepreneur, c'est en vue de lui transférer les risque […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Néo-institutionnalisme

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 809 mots
  •  • 1 média

Le néo-institutionnalisme se développe essentiellement depuis les années 1980, sur la base des travaux fondateurs plus anciens de Ronald Coase sur la théorie de l'entreprise ( The Nature of the Firm , 1937) et le problème des coûts sociaux ( The Problem of Social Cost , 1960), de Douglass North sur les conditions institutionnelles de la croissance ( Structure and Change in Economic History , 19 […] Lire la suite

ÉCONOMIE INDUSTRIELLE

  • Écrit par 
  • Bruno JULLIEN
  •  • 9 068 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'entreprise comme organisation »  : […] L'entreprise remplit deux fonctions. Tout d'abord, elle est une instance de coordination du processus de production. Dans La Richesse des nations (1776), Adam Smith présente la firme moderne comme une réponse à la complexité croissante des activités, en particulier à la division du travail. En second lieu, elle repartit la valeur créée entre les parties impliquées dans le processus, ainsi que le […] Lire la suite

ENTREPRISE - Théories et représentations

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 6 342 mots

Dans le chapitre « La théorie des coûts de transaction »  : […] La théorie des coûts de transaction voit dans la firme un mode de réduction des coûts de coordination et de lutte contre l'opportunisme. Elle trouve son origine dans les travaux de Ronald Coase (1937) qui pose la question suivante : pourquoi, dans le monde réel, contrairement au modèle néo-classique, les marchés n'assurent-ils pas la coordination de l'ensemble des activités économiques ? Autremen […] Lire la suite

ENVIRONNEMENT ÉCONOMIE DE L'

  • Écrit par 
  • Sylvie FAUCHEUX
  •  • 6 152 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le théorème de Coase et la négociation bilatérale »  : […] Pour Ronald Coase (1960), l'internalisation ne peut provenir que d'une négociation bilatérale entre émetteur et victime, c'est-à-dire d'un marchandage entre les agents économiques concernés, pourvu que le coût d'organisation d'une telle négociation ne soit pas prohibitif ou, en tout cas, qu'il ne dépasse pas le gain social qu'on peut en attendre. Coase est préoccupé par le caractère unilatéral de […] Lire la suite

EXTERNALITÉ, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET
  •  • 1 767 mots

Dans le chapitre « Externalités et inefficacité des décisions »  : […] En l'absence de contrepartie marchande, le responsable de l'externalité, l'émetteur, ne tient pas compte, dans sa décision, de l'influence de ses actes sur le bien-être des autres. Lorsqu'un automobiliste décide de s'engager sur une route, il ne ressent pas le coût supplémentaire qu'il fait subir aux autres : seuls comptent le temps qu'il passe en déplacement et sa consommation de carburant, mais […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « COASE RONALD HARRY - (1910-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ronald-harry-coase/