CHEVREUL MICHEL EUGÈNE (1786-1889)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chimiste français Michel Eugène Chevreul, né à Angers, vient à Paris en 1803 et devient l'élève puis le préparateur de Vauquelin ; il publie en 1807 ses premiers travaux sur l'action de l'acide nitrique sur le liège et ses études sur les matières colorantes. En 1811, il aborde le problème de la constitution des corps gras qui le rendra célèbre, car il éclaire un domaine peu connu de la chimie. Son premier mémoire (1813) fournit de précieuses indications pour la chimie organique, qui n'a pas encore obtenu les faveurs des chimistes, surtout préoccupés alors de chimie minérale. En 1823, il publie un ouvrage fondamental, Recherches chimiques sur les corps gras d'origine animale, où il expose la première théorie scientifique du processus de saponification et établit la composition réelle des graisses et des huiles. Une des conséquences pratiques de cette découverte sera la fabrication des bougies de stéarine (1825), qui vont remplacer les fumeuses chandelles de suif.

En 1810, il est aide naturaliste de Vauquelin au Muséum d'histoire naturelle, trois ans plus tard professeur de physique au lycée Charlemagne et, de 1821 à 1840, examinateur à l'École polytechnique. En 1824, il est nommé directeur des teintures à la Manufacture royale des Gobelins (poste qu'il quittera en 1884) ; il y installe un laboratoire et y perfectionne les contrastes des couleurs : De la loi du contraste simultané des couleurs (1829), Théorie des effets optiques que présentent les étoffes de soie (1846). Son cours est publié en 1829 sous le titre Leçons de chimie appliquée à la teinture. Ses études sur la décomposition de la lumière par le prisme et sur le cercle chromatique intéressent beaucoup les peintres impressionnistes.

Il succède à Vauquelin en 1829 dans la chaire de chimie appliquée au Muséum d'histoire naturelle, dont il devient le directeur de 1864 à 1879. Le 31 août 1886, une grande cérémonie célèbre le centenaire du « Nestor de la chimie », qui vécut sous deux empereurs, trois républiques et quatre rois.

Eugène Michel Chevreul

Eugène Michel Chevreul

photographie

Le chimiste français Eugène Michel Chevreul (1786-1889), le jour de son centième anniversaire. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Jacqueline BROSSOLLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHEVREUL MICHEL EUGÈNE (1786-1889)  » est également traité dans :

ART ET SCIENCE DE LA COULEUR (G. Roque)

  • Écrit par 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN
  •  • 1 330 mots

De Michel Eugène Chevreul (1786-1889), on sait surtout qu'il est l'inventeur d'une loi, celle du contraste simultané des couleurs, qui aurait exercé une grande influence sur Seurat. Mais si le nom de Chevreul est fréquemment évoqué à propos des peintres néo-impressionnistes, rares sont ceux qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-science-de-la-couleur/#i_4637

CHEVREUL ET LA CHIMIE DES CORPS GRAS

  • Écrit par 
  • Arnaud HAUDRECHY
  •  • 277 mots
  •  • 1 média

Après avoir étudié les colorants avec Nicolas Louis Vauquelin, le chimiste français Michel Eugène Chevreul (1786-1889) s'intéresse aux substances organiques alors que la plupart des chimistes se co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chevreul-et-la-chimie-des-corps-gras/#i_4637

ART & SCIENCES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 6 154 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La naissance de la chimie moderne »  : […] L'un des premiers exemples de démarche scientifique moderne est donné par Lavoisier, qui remet en question, en 1793, la théorie antique et médiévale des quatre éléments (l'eau, l'air, la terre et le feu). Il apporte en effet la preuve expérimentale que la matière est constituée d'éléments chimiques. En définissant ainsi trente-trois corps simples, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-sciences/#i_4637

CORPS GRAS

  • Écrit par 
  • Eugène UCCIANI
  •  • 5 064 mots
  •  • 6 médias

Les corps gras font partie d'un ensemble complexe de composés organiques, les lipides, présents dans les tissus animaux et végétaux. Ce sont des lipides simples, caractérisés par leur insolubilité dans l'eau et leur toucher onctueux. Au point de vue chimique, les corps gras sont des composés du carbone, de l'hydrogène et de l'oxygène, qui appartie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-gras/#i_4637

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Il n'existe pas aujourd'hui de théorie définitive de la couleur. L'approche du phénomène de la vision chromatique hésite entre des systèmes physiques et des systèmes psychologiques ; elle en appelle aujourd'hui à l'optique, science qu'elle avait pendant des siècles tenue à l'écart de cette recherche. La couleur tient de l'art et de la science, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/#i_4637

DÉTERGENTS

  • Écrit par 
  • Louis HO TAN TAÏ, 
  • Véronique NARDELLO-RATAJ
  •  • 3 505 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Le savon, dont une recette de fabrication a été retrouvée sur des tablettes sumériennes (1 500 av. J.-C.), est longtemps resté un produit de luxe. Ce n'est qu'au xiii e  siècle que, en France, on commença à le produire industriellement à partir de cendres de hêtres et de suif de chèvre, remplacé deux siècles plus tard par l'huile d'olive. En 1823, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/detergents/#i_4637

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Une philosophie du changement »  : […] Au milieu du siècle, Baudelaire avait découvert l'héroïsme de la vie moderne et introduit dans la méditation du beau l'idée de modernité. L'esprit, en concevant cette idée et en s'y tenant, choisit la position la plus propre à percevoir le temps en son essence, c'està-dire en son écoulement. Position difficile et restreinte, véritablement critique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_4637

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « CHEVREUL MICHEL EUGÈNE - (1786-1889) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-eugene-chevreul/