VAUQUELIN NICOLAS LOUIS (1763-1829)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste français, né et mort à Saint-André-d'Hébertot près de Pont-l'Évêque, qui a découvert les éléments chrome et béryllium (1797). Vauquelin travailla d'abord dans une pharmacie où il fut apprécié par Antoine-François Fourcroy qui fit de lui son assistant (1783-1791). Il commença à publier sous son nom en 1790 ; on lui doit quelque trois cent soixante-seize articles scientifiques. Il enseigna à l'École polytechnique (1794), au Collège de France (1801), au Muséum (1804) et, en 1809, succéda à Fourcroy comme professeur de chimie à l'École de médecine de Paris. Parmi ses découvertes, on peut citer celle de l'acide quinique, de l'asparagine (premier aminoacide isolé), de l'acide camphrique et de bien d'autres substances naturelles. On se souvient aussi de Vauquelin en tant que protecteur de Louis Thenard, un autre fils de paysan devenu chimiste réputé.

—  Georges KAYAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  VAUQUELIN NICOLAS LOUIS (1763-1829)  » est également traité dans :

CHEVREUL MICHEL EUGÈNE (1786-1889)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 368 mots
  •  • 1 média

Le chimiste français Michel Eugène Chevreul, né à Angers, vient à Paris en 1803 et devient l'élève puis le préparateur de Vauquelin ; il publie en 1807 ses premiers travaux sur l'action de l'acide nitrique sur le liège et ses études sur les matières colorantes. En 1811, il aborde le problème de la constitution des corps gras qui le rendra célèbre, car il éclaire un domaine peu connu de la chimie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-eugene-chevreul/#i_3391

CHROME

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL
  •  • 3 869 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Historique »  : […] C'est en 1798 que Vauquelin isola le chrome métallique, sous forme d'une poudre grise, à partir de la crocoïte ou « plomb rouge », minerai de couleur orange, découvert en Sibérie. Il prépara d'abord l'acide chromique, puis l'oxyde Cr 2 O 3 qui donnait, avec le borax, des perles vert émeraude. Frappé par les colorations vives des dérivés de ce nouveau métal, Vauquelin proposa le nom de chrome, du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chrome/#i_3391

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « VAUQUELIN NICOLAS LOUIS - (1763-1829) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-louis-vauquelin/