DEBRÉ MICHEL (1912-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils du professeur de médecine Robert Debré, Michel Debré est né à Paris. Docteur en droit et diplômé de l'École libre des sciences politiques, il entre au Conseil d'État en 1934. Lieutenant en 1940, il est fait prisonnier et parvient à s'évader. En 1943, il est adjoint au délégué en France du gouvernement de Londres puis d'Alger. Après la Libération, le général de Gaulle lui confie la responsabilité de la réforme administrative. Secrétaire général aux Affaires allemandes et autrichiennes en 1947, sénateur (alors conseiller de la République) d'Indre-et-Loire en 1948, à trente-six ans, il le restera jusqu'en 1958, se consacrant dès 1946 au retour du général de Gaulle. Dans son journal, Le Courrier de la colère, il mène de virulentes campagnes contre les gouvernements (Ces princes qui nous gouvernent, 1957) de la IVe République et se montre un ardent défenseur de la présence française en Algérie. Son sens de l'État et sa fidélité au général l'amèneront pourtant à combattre avec une égale énergie les partisans de cette thèse au moment des accords de paix d'Évian.

Garde des Sceaux de juin 1958 à janvier 1959 dans le premier gouvernement de la Ve République, il prend une part active à l'élaboration de la Constitution de celle-ci ; Premier ministre à partir du 8 janvier 1959, il cède, en avril 1962, la place à Georges Pompidou. Élu, en mai 1963, député de la Réunion, il revient au gouvernement avec les portefeuilles de l'Économie et des Finances (janv. 1966-mai 1968), des Affaires étrangères (mai 1968-juin 1969) et de la Défense nationale (de juillet 1969 à sa démission en avril 1973).

À l'Assemblée nationale, où il siège de 1973 à 1988 comme député de la Réunion, Michel Debré dénonce inlassablement les dangers de l'inflation et de la dénatalité. En 1979, il s'oppose vigoureusement au danger de dérapage supranational qu'il voit poindre dans l'élection au suffrage universel du Parlement européen. Il axe sur ce thème la campagne qu'il mène co [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DEBRÉ MICHEL (1912-1996)  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 834 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'adoption de la nouvelle Constitution »  : […] Les députés doivent donc accepter de remettre le pouvoir constituant au général, dans des conditions d'ailleurs non conformes aux textes puisque, pour modifier la Constitution de 1946, le processus était normalement très long et difficile. Les députés, craignant une dérive vers un régime autoritaire comme en 1940, vont mettre des conditions pour encadrer le processus de refonte des institutions. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-la-periode-gaullienne-1958-1969/#i_37700

GUÉNA YVES (1922-2016)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 884 mots
  •  • 1 média

Énarque de la promotion France combattante – la première de l’institution –, dernier haut-commissaire de la République française en Côte d'Ivoire, député, ministre, sénateur-maire, président du Conseil constitutionnel : la brillante trajectoire d'Yves Guéna le caractérise moins que les deux présidences qu'il assuma au soir de sa longue vie, celles de la fondation de la France libre et de la fonda […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-guena/#i_37700

PISANI EDGARD (1918-2016)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

« Résistant courageux, républicain détaché des querelles partisanes, réformateur ardent, esprit visionnaire » : les termes du communiqué publié par la présidence de la République le 21 juin 2016, à la mort d'Edgard Pisani , situaient bien les engagements de celui-ci. Né le 9 octobre 1918 à Tunis, licencié ès lettres et diplômé du Centre des hautes études administratives, Edgard Pisani, élément ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edgard-pisani/#i_37700

PROMULGATION DE LA CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Wanda MASTOR
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Adoptée par référendum le 28 septembre et promulguée le 4 octobre 1958, la Constitution de la V e  République a pu être présentée au départ comme consacrant un régime parlementaire. Les critères permettant habituellement d'identifier un tel régime sont bien réunis : exécutif bicéphale, responsabilité du gouvernement devant le Parlement, droit de dissolution, règle du contr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution-de-la-ve-republique/#i_37700

RÉUNION ÎLE DE LA

  • Écrit par 
  • Yvan COMBEAU, 
  • Guy FONTAINE
  •  • 4 746 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les mutations de la départementalisation »  : […] En 1946, alors que l'empire colonial français se fissure, La Réunion devient, le 19 mars, dans la continuité de ses revendications d'avant-guerre, le 87 e  département français. Cette victoire électorale est étroitement liée à l'action des députés réunionnais Léon de Lepervanche et Raymond Vergès, tous deux membres du Parti communiste français. Pourtant, avec l'instauratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ile-de-la-reunion/#i_37700

Les derniers événements

19 février 2016 • FranceNomination de Laurent Fabius à la présidence du Conseil constitutionnel.

Le mandat de trois des neuf membres du Conseil constitutionnel venant à expiration au début du mois de mars, le président François Hollande nomme l’ancien ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius à la présidence de l’institution pour succéder à Jean-Louis Debré. Le même jour, le président [...] Lire la suite

18 février 2014 • FranceReconnaissance de la responsabilité de l'État dans l'exil d'enfants réunionnais.

L'Assemblée nationale adopte, avec les seules voix de la gauche, une résolution qui reconnaît la « responsabilité morale » de l'État dans le déplacement forcé de quelque mille six cents enfants réunionnais vers la métropole, de 1963 à 1982, à des fins de régulation démographique, sur l'initiative de Michel Debré, alors député gaulliste de l'île.  [...] Lire la suite

3 septembre - 3 octobre 1995 • FrancePoursuite des attentats et mort du principal suspect.

-en-Velin. Le 29, Khaled Kelkal est tué à Vaugneray (Rhône), lors d'une fusillade avec les gendarmes, qui affirment avoir agi en état de légitime défense. Le 30, le ministre de l'Intérieur Jean-Louis Debré déclare avoir la « conviction » que le groupe Kelkal était impliqué [...] Lire la suite

4-20 juillet 1995 • FrancePolémique autour des arrêtés municipaux interdisant la mendicité.

Le 4, Michel Crépeau (Radical), maire de La Rochelle, publie un arrêté qui interdit la mendicité ainsi que le stationnement prolongé, dans les lieux publics, « de personnes ou d'animaux qui gênent le libre passage des piétons ». Les municipalités de Pau, de Tarbes, de Perpignan, de Valence [...] Lire la suite

12-14 novembre 1994 • FranceDémission du ministre de la Coopération Michel Roussin.

régional d'Île-de-France Robert Pandraud, avait également été mis en examen et écroué, en octobre. Troisième ministre d'Édouard Balladur à quitter ses fonctions pour des raisons judiciaires après Alain Carignon en juillet et Gérard Longuet en octobre, Michel Roussin est remplacé au gouvernement par Bernard Debré, député (R.P.R.) d'Indre-et-Loire. Le 14, Michel Roussin est mis en examen pour recel d'abus de biens sociaux.  [...] Lire la suite

23 février 1994 • FrancePublication du Livre blanc sur la Défense.

Le Livre blanc sur la Défense 1994, adopté le 16 en Conseil des ministres, est rendu public. Rédigé par une commission d'experts dirigée par Marceau Long, vice-président du Conseil d'État, ce document a reçu l'accord du président Mitterrand. Il renouvelle l'initiative de Michel Debré qui avait [...] Lire la suite

18-30 novembre 1984 • FranceRevendications indépendantistes en Nouvelle-Calédonie après les élections territoriales

de mener sur place une « mission exceptionnelle d'information ». Le 24, les cinq anciens Premiers ministres R.P.R., Michel Debré, Maurice Couve de Murville, Jacques Chaban-Delmas, Pierre Messmer et Jacques Chirac, demandent au pouvoir de ne pas « imposer une indépendance rejetée par la majorité [...] Lire la suite

1er-28 avril 1981 • FrancePremier tour de l'élection présidentielle

son plus haut niveau depuis 1945, tandis que le président sortant perd 4,3 p. 100 par rapport au premier tour de l'élection de 1974. Quant aux « petits » candidats, Brice Lalonde recueille 3,87 p. 100 des voix ; Arlette Laguiller, 2,30 p. 100 ; Michel Crépeau, 2,21 p. 100 ; Michel Debré, 1,65 p. 100 [...] Lire la suite

3-28 février 1981 • FranceDéclarations de candidature à l'élection présidentielle

sa campagne, tandis que Pierre Messmer, ancien Premier ministre, est nommé président du comité national de soutien. Le 7, le congrès extraordinaire du R.P.R. à Vincennes entérine la candidature du maire de Paris (95 p. 100 des mandats). Il est vrai que ni Michel Debré, ni Marie-France Garaud n'avaient [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Gérard PONTHIEU, « DEBRÉ MICHEL - (1912-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-debre/