PISANI EDGARD (1918-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Résistant courageux, républicain détaché des querelles partisanes, réformateur ardent, esprit visionnaire » : les termes du communiqué publié par la présidence de la République le 21 juin 2016, à la mort d'Edgard Pisani, situaient bien les engagements de celui-ci.

Edgard Pisani

Photographie : Edgard Pisani

Photographie

Artisan de la modernisation du monde agricole dans les années 1960, Edgard Pisani (ici à l'Élysée, à la sortie d'un Conseil des ministres en juin 1963) fut un ministre de l'Agriculture marquant de la Ve République. 

Crédits : Keystone-France/ Gamma-Rapho via Getty Images

Afficher

Né le 9 octobre 1918 à Tunis, licencié ès lettres et diplômé du Centre des hautes études administratives, Edgard Pisani, élément actif du Noyautage des administrations publiques (NAP), est au côté du préfet de police pendant l'insurrection parisienne d'août 1944. Gendre d'André Le Troquer, ministre de l'Intérieur, il dirige son cabinet en 1946, puis devient le plus jeune préfet de France, en Haute-Loire puis en Haute-Marne. C'est dans ce département qu'il commence, en 1954, sa carrière politique. Élu sénateur sous l’étiquette du Rassemblement des gauches républicaines, il siège au Conseil de la République – qui redevient Sénat en 1958 – jusqu'à l'été de 1961.

Alors que le milieu agricole multiplie les révoltes, il est nommé ministre de l'Agriculture. Si Michel Debré eût préféré une personnalité d'un esprit moins indépendant, il devait reconnaître l'efficacité de celui dont Charles de Gaulle avait apprécié les actes de 1944 et l'attitude en Haute-Marne. Pour le fondateur de la Ve République, l'exode des paysans les faisait quitter « une existence médiocre mais assurée » pour ne gagner que « la sourde angoisse des déracinés ». Il ne voulait pas qu'on oublie que la campagne où travaillaient sept Français sur dix lorsqu'il naquit avait été « la source de la vie, la mère de la population, la base des institutions, le recours de la patrie ». En maintenant Pisani à son poste pendant près de quatre ans et demi (24 août 1961-8 janvier 1966), ce qui constitue un record de durée, il lui donna le temps de mettre en œuvre la loi d'orientation agricole du 5 août 1960 et sa loi complémentaire ; [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en études politiques et en histoire, historien associé à la Délégation aux commémorations nationales du ministère de la Culture et de la Communication

Classification

Autres références

«  PISANI EDGARD (1918-2016)  » est également traité dans :

UN VIEIL HOMME ET LA TERRE (E. Pisani)

  • Écrit par 
  • Michel ROBERT
  •  • 1 007 mots

L'agriculture et le développement n'ont cessé d'être, tout au long du parcours politique d'Edgard Pisani, des préoccupations majeures, auxquelles demeure dédié son ouvrage Un vieil homme et la terre. Neuf milliards d'êtres à nourrir, la nature et les sociétés rurales à sauvegarder (Seuil, 2004).Ministre de l'Agriculture de 1961 à 1966, sous la présidence du général de Gaulle, à […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Mise en garde du président François Mitterrand à propos du projet de loi sur la Nouvelle-Calédonie. 21 mai 1986

Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur la Nouvelle-Calédonie. Ce projet, qui prévoit un référendum d'autodétermination pour 1987, remet en cause le statut mis en place par Edgard Pisani, en renforçant les pouvoirs du haut-commissaire et en réduisant ceux des conseils de région […] Lire la suite

France. Adoption des ordonnances sur la Nouvelle-Calédonie. 13-15 novembre 1985

officiel du 15 et, le jour même, intervient un remaniement technique du gouvernement, rendu nécessaire par la suppression du ministère de la Nouvelle-Calédonie et par le départ d'Edgard Pisani, nommé chargé de mission auprès du président de la République. À Pierre Joxe, ministre de l'Intérieur […] Lire la suite

France. Remplacement d'Edgard Pisani par Fernand Wibaux comme délégué du gouvernement pour la Nouvelle-Calédonie. 8-29 mai 1985

, dont trente-huit membres des forces de l'ordre, sont blessées. Edgard Pisani reproche au R.P.C.R. « une volonté délibérée d'agression ». Le 9, le mouvement Libération kanake socialiste (L.K.S.), partisan d'une ligne modérée et légaliste, décide de retirer ses six élus de l'Assemblée territoriale […] Lire la suite

France. Report du scrutin d'autodétermination en Nouvelle-Calédonie au-delà des législatives. 8-30 avril 1985

adopte un projet de loi sur l'évolution de la Nouvelle-Calédonie dont les grandes lignes avaient été définies, le 25, au cours d'une séance extraordinaire du Conseil des ministres. Les projets d'« indépendance-association » proposés par Edgard Pisani ne sont pas abandonnés, mais le scrutin […] Lire la suite

France. Remise du rapport d'Edgard Pisani sur la Nouvelle-Calédonie. 5-28 mars 1985

Les 5 et 6, des opérations de gendarmerie sont menées dans les tribus canaques de Thio, afin de donner, selon Edgard Pisani, un « coup de pouce à la normalisation ». Le 8, près de Pouébo, dans le nord de la Nouvelle-Calédonie, un major de gendarmerie, Roland Lecomte, est tué par un jeune […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles-Louis FOULON, « PISANI EDGARD - (1918-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edgard-pisani/