FARADAY MICHAEL (1791-1867)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Michael Faraday

Michael Faraday
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Michael Faraday

Michael Faraday
Crédits : Hulton Getty

photographie


Vers l'électromagnétisme

L'activité de Faraday comme chimiste fut, certes, féconde puisque, entre 1820 et 1825, il découvrit les premiers dérivés chlorés des hydrocarbures et le benzène, mit en évidence la liquéfaction du chlore et réalisa des alliages spéciaux. Mais dans le même temps, le jeune savant explora le domaine de l'électricité et du magnétisme, où il devait effectuer ses travaux les plus importants.

À la fin de 1821, il mit au point l'ingénieux dispositif montrant comment un courant électrique agit sur un pôle magnétique isolé et réciproquement. Cette action, qui se traduit par une rotation continue et fournit le principe d'un moteur nouveau, prouve surtout, aux yeux de Faraday, que le langage des forces attractives et répulsives, essentiellement radiales, est insuffisant puisque le phénomène révèle l'existence de forces transversales.

À la différence de ses contemporains, mais à la suite de Davy, Faraday ne croyait pas à l'existence de fluides impondérables, distincts, d'électricité positive et d'électricité négative, non plus qu'à celle des deux magnétismes. Il optait pour une explication universelle par des forces présentes jusque dans l'intime de la matière. Cela s'accordait avec ses vues de plus en plus affirmées sur la réalité d'atomes ponctuels entourés d'enveloppes de forces attractives et répulsives conformément à la théorie initialement avancée en 1758 par le jésuite Rudjer Josip Bǒsković (1711-1787). Ainsi put-il envisager l'électricité, le magnétisme, la lumière, la chaleur et l'affinité chimique comme autant de manifestations différentes du système de forces attractives et répulsives qui était attaché aux atomes ponctuels. Plus précisément, Faraday ne tint pas la transmission d'une force telle que l'électricité pour le flux d'un fluide matériel d'un point à un autre, mais pour une vibration d'une espèce particulière impliquant les atomes ponctuels et leur « coquille » de forces. Quand cette vibration dans un fil conducteur se propage dans le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : John Stambaugh professor of the history of science, Cornell University, Ithaca, États-Unis

Classification


Autres références

«  FARADAY MICHAEL (1791-1867)  » est également traité dans :

ARRHENIUS SVANTE (1859-1927)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 1 837 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les antécédents de la théorie d'Arrhenius »  : […] de sels, d'acides ou de bases, sont altérés dans le voisinage des électrodes. Dans une belle série de recherches publiées en 1834, Faraday avait établi les caractères quantitatifs de l'action chimique des courants électriques : « The chemical power, like the magnetic force, is in direct proportion to the quantity of electricity which passes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/svante-arrhenius/#i_25083

CHAMPS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 478 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie classique des champs »  : […] C'est, semble-t-il, l'expérimentateur anglais Michael Faraday (1791-1867) qui, le premier, proposa de décrire l'action de l'électricité en termes d'influence plutôt que de mouvement ; le concept de champ qui reprend cette intuition allait se révéler extrêmement fécond. James Clerk […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-champs/#i_25083

COTTON AIMÉ AUGUSTE (1869-1951)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MATHIEU
  •  • 680 mots

M. Faraday avait découvert la polarisation rotatoire magnétique, rotation que des liquides impriment à une vibration lumineuse rectiligne qui les traverse dans la direction d'un champ magnétique où ils sont placés. En 1896, Cotton mit en évidence la dispersion rotatoire anormale du pouvoir rotatoire magnétique dans les régions spectrales d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aime-auguste-cotton/#i_25083

ÉCLAIRAGE DOMESTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges ZISSIS
  •  • 8 123 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Quelques rappels historiques »  : […] fut inventée en 1813 par Humphry Davy (1778-1829) et son élève Michael Faraday (1791-1867) lors de travaux essayant de reproduire en laboratoire – grâce à l’utilisation d’une source électrique qui mettait en « batterie » plus de trois mille éléments (piles) de Volta – l’expérience de Franklin qui avait démontré la nature […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclairage-domestique/#i_25083

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 203 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « D'Œrsted à Maxwell »  : […] Michael Faraday (1791-1867) découvrit vers 1830 les courants d'induction qui prennent naissance dans des conducteurs placés dans un champ magnétique variable, ou qui se déplacent dans un champ magnétique. Les applications de cette découverte constitueront toute l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_25083

ÉLECTROMAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 178 mots
  •  • 1 média

L'expérimentateur anglais Michael Faraday (1791-1867) proposa le premier de décrire l'action de l'électricité en termes de champ électromagnétique plutôt que de mouvements de particules chargées. James Clerk Maxwell (1831-1879) généralisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electromagnetisme/#i_25083

INTERACTION, sciences humaines

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champ physique et champ social »  : […] La méthode de Faraday semble intimement liée à la seconde de ces manières d'opérer. Jamais il ne considère des corps comme existants sans qu'il n'y ait rien entre eux que leur distance, et comme agissants l'un sur l'autre suivant une certaine fonction de cette distance. Mais il conçoit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interaction-sciences-humaines/#i_25083

INTERACTIONS (physique) - Électromagnétisme

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 4 623 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le concept de « champ »  »  : […] y, z ; t). Faraday, que son absence de formation mathématique ne prédisposait pas à l'abstraction, matérialisa le concept de champ (magnétique) grâce à un montage célèbre : une feuille de carton, posée à plat sur les deux extrémités d'un aimant en U tenu verticalement, reçoit de la limaille de fer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-electromagnetisme/#i_25083

INTERACTIONS (physique) - Unification des forces

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 613 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'unification électromagnétique »  : […] Marie Ampère et James Clerk Maxwell que l'on attribue généralement la réalisation de cet ambitieux programme unificateur. Faraday, en particulier, expérimentateur de génie, découvrit en 1831 l'induction, c'est-à-dire l'apparition d'un champ électrique au voisinage d'un champ magnétique variable, et proposa de décrire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interactions-physique-unification-des-forces/#i_25083

MAGNÉTISME (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 755 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Applications du magnétisme »  : […] qui tirent profit de l’électromagnétisme. Dès 1821-1822 les physiciens britanniques Michael Faraday et Peter Barlow construisent des prototypes de moteurs électriques et, quinze ans plus tard, l’inventeur américain Thomas Davenport fait breveter le premier appareil commercialisable. Les transformateurs électriques sont des machines où deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme-notions-de-base/#i_25083

PARTICULES ÉLÉMENTAIRES - Fermions

  • Écrit par 
  • Jean-Eudes AUGUSTIN, 
  • Michel PATY, 
  • Bernard PIRE
  •  • 16 246 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Découverte de l'électron »  : […] de l'électron. En étudiant la décomposition de solutions par le courant électrique, Faraday avait établi que, pour une même quantité d'électricité, le poids de matière déposée par les ions varie dans des rapports semblables à ceux qui interviennent dans les réactions chimiques et, plus précisément, que tous les atomes-grammes d'ions monovalents […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/particules-elementaires-fermions/#i_25083

PHYSIQUE - Le modèle en physique

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 3 158 mots

Dans le chapitre « Structures et modèles »  : […] opération suggérée par l'expérience et génératrice de ses propres définitions. Ampère et Faraday sont des représentants typiques de chacune de ces tendances : Ampère veut expliquer l'effet Œrsted (lignes de force circulaires créées par un courant électrique) par l'introduction de pôles auxquels on sait appliquer des lois connues ; Faraday se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-le-modele-en-physique/#i_25083

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Histoire

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 18 653 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le temps des savants »  : […] Œrsted et d'Ampère dont les découvertes et les inventions ont permis l'avènement du télégraphe électrique filaire, l'Anglais Michael Faraday (1791-1867) mit en évidence le phénomène de l'induction électromagnétique. Il montra qu'une variation de courant dans une bobine induit un champ magnétique dans des aiguilles en fer et, inversement, qu'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/telecommunications-histoire/#i_25083

Voir aussi

Pour citer l’article

Leslie Pearce WILLIAMS, « FARADAY MICHAEL - (1791-1867) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-faraday/