DAVY HUMPHRY (1778-1829)

Le plus grand savant peut-être de l'époque romantique, l'Anglais Humphry Davy est certainement l'une des figures les plus fascinantes de l'histoire des sciences. En 1801, moins de cinq ans après avoir lu son premier manuel de chimie, il assurait un cours sur les principes chimiques du tannage et dirigeait un laboratoire à la Royal Institution. Avant sa trentième année, il effectua, en électrochimie, des travaux immédiatement admis comme fondamentaux. Les comptes rendus qu'il en fit à la Royal Society (Bakerian Lectures) furent rangés par Berzelius « parmi les meilleurs mémoires dont on ait jamais enrichi la théorie de la chimie ». Quelques années après, il défendit avec succès la thèse de la nature élémentaire du chlore, renversant ainsi la théorie lavoisienne des acides oxygénés. Les recherches de Davy en électrolyse furent à la base de celles de Faraday, son assistant à la Royal Institution, puis de celles de Hittorf, Kohlrausch et pour finir d'Arrhenius. Son approche de l'affinité chimique fut développée par Berzelius dans tout un système, le « dualisme », qui domina la chimie pendant une génération.

Premières recherches

Davy passa son enfance en Cornouailles et, après une scolarité médiocre, devint apprenti chez un chirurgien-apothicaire. Il fixa lui-même son programme d'éducation ; la lecture, en 1797, du Traité élémentaire de Lavoisier l'introduisit à la chimie. Invité en 1798 par Thomas Beddoes à devenir son assistant à la Pneumatic Institution de Bristol, il y étudie les applications possibles des gaz en médecine. C'est à Bristol qu'il rencontre Coleridge, dont il devient l'ami. Davy avait auparavant envoyé à Beddoes un essai sur la chaleur et la lumière, relatant les expériences qu'il avait faites pour démontrer que la chaleur n'était pas un fluide subtil comme Black, Lavoisier et la plupart des chimistes contemporains le pensaient. Davy l'assimilait, comme Newton, à une forme du mouvement ; mais il pensait que la lumière était une forme de la matière et qu [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : senior lecturer history of science, University of Durham, États-Unis, P.H.D., editor, British Journal for History of Sciences

Classification


Autres références

«  DAVY HUMPHRY (1778-1829)  » est également traité dans :

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 612 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Premières théories »  : […] qu'il fallut des constatations nouvelles pour infirmer l'hypothèse primitive. En 1811, Davy prouva que l'acide « muriatique » (chlorhydrique) ne contenait pas d'oxygène (même constatation en 1815 pour l'acide iodhydrique), concluant ainsi que l'acidité n'est reliée à la présence d'aucun élément particulier. Ce dernier point ne s'est pas révélé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-et-bases/#i_2670

BORE

  • Écrit par 
  • Jean CUEILLERON
  •  • 5 381 mots
  •  • 6 médias

par Gay-Lussac et Thénard. Le mot bore est dû aux mêmes auteurs qui, en même temps que Davy, et de façon indépendante, ont préparé pour la première fois, en 1808, du bore élémentaire très impur. Les alchimistes se servaient déjà du borax comme flux dans la fusion et la soudure des métaux. Encore aujourd'hui, le borax et l'acide borique entrent dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bore/#i_2670

CHLORE

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 618 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « État naturel et historique de la fabrication »  : […] c'est-à-dire contenant de l'oxygène ; ce n'est qu'après de longues discussions entre L. J. Gay-Lussac, L. J. Thenard et H. Davy qu'il fut défini comme un élément, auquel Davy donna le nom de chlore (1810), à cause de sa couleur verte (du grec κλωρ́ος, vert). L'histoire de la préparation industrielle, apparue au début du xixe siècle, est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chlore/#i_2670

ÉCLAIRAGE DOMESTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges ZISSIS
  •  • 8 123 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Quelques rappels historiques »  : […] La toute première lampe électrique fut inventée en 1813 par Humphry Davy (1778-1829) et son élève Michael Faraday (1791-1867) lors de travaux essayant de reproduire en laboratoire – grâce à l’utilisation d’une source électrique qui mettait en « batterie » plus de trois mille éléments (piles) de Volta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclairage-domestique/#i_2670

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 203 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Découverte de la pile »  : […] Grâce à l'invention de Volta, la chimie progresse. Humphry Davy (1778-1829) décompose la soude et la potasse fondues, découvrant ainsi le sodium et le potassium ; en 1812, Jöns Jacob Berzelius (1779-1848), développant les idées de Davy, établit une théorie électrochimique de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_2670

IODE

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 692 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Découverte »  : […] soit un composé oxygéné, soit un nouvel élément. Ampère avait fait profiter d'un échantillon le grand chimiste anglais Humphry Davy (1778-1829). Davy, après une expérimentation rapide, nota les ressemblances des propriétés chimiques avec celles du chlore. Il adressait le 10 décembre une lettre à la Royal Society de Londres, où il affirmait avoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iode/#i_2670

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 044 mots
  •  • 4 médias

carbonates de sodium et de potassium, extraits des cendres des végétaux. Dès 1807, Humphry Davy isole les métaux par électrolyse de la soude et de la potasse fondues. Dans les années qui suivent, la grande industrie chimique prend son essor grâce à la fabrication du carbonate de sodium, par le procédé Leblanc, puis par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalins/#i_2670

MISE AU POINT DE LA LAMPE DE SÉCURITÉ POUR LES MINEURS

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 697 mots
  •  • 1 média

En janvier 1816, la première lampe de sécurité pour les mines de charbon est expérimentée avec succès dans une mine anglaise par son inventeur, le chimiste Humphry Davy (1778-1829), avant d’être rapidement généralisée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mise-au-point-de-la-lampe-de-securite-pour-les-mineurs/#i_2670

SODIUM

  • Écrit par 
  • Luc AUFFRET, 
  • Albert HÉROLD, 
  • André METROT, 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 689 mots
  •  • 2 médias

très réducteur, est difficile à obtenir par voie chimique : c'est par électrolyse de la soude fondue que Humphry Davy l'a isolé en 1807, et par électrolyse ignée du chlorure qu'il est préparé actuellement. Trop réactif pour être employé comme métal de structure, le sodium sert surtout de réducteur et d'intermédiaire dans la préparation de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sodium/#i_2670

THERMIQUE

  • Écrit par 
  • Bruno CHÉRON
  •  • 4 738 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Histoire de la thermique »  : […] Rumford, étonné de l’énorme dégagement de chaleur observé pendant l’alésage des canons, a l’idée d’associer cette chaleur au travail dépensé. Cette intuition est partagée par Davy qui réalise, par frottement, la fusion de deux morceaux de glace dans le vide. Les raisonnements développés par Sadi Carnot dans les Réflexions sur la puissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermique/#i_2670

Voir aussi

Pour citer l’article

David Marcus KNIGHT, « DAVY HUMPHRY - (1778-1829) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/humphry-davy/