DAVY HUMPHRY (1778-1829)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus grand savant peut-être de l'époque romantique, l'Anglais Humphry Davy est certainement l'une des figures les plus fascinantes de l'histoire des sciences. En 1801, moins de cinq ans après avoir lu son premier manuel de chimie, il assurait un cours sur les principes chimiques du tannage et dirigeait un laboratoire à la Royal Institution. Avant sa trentième année, il effectua, en électrochimie, des travaux immédiatement admis comme fondamentaux. Les comptes rendus qu'il en fit à la Royal Society (Bakerian Lectures) furent rangés par Berzelius « parmi les meilleurs mémoires dont on ait jamais enrichi la théorie de la chimie ». Quelques années après, il défendit avec succès la thèse de la nature élémentaire du chlore, renversant ainsi la théorie lavoisienne des acides oxygénés. Les recherches de Davy en électrolyse furent à la base de celles de Faraday, son assistant à la Royal Institution, puis de celles de Hittorf, Kohlrausch et pour finir d'Arrhenius. Son approche de l'affinité chimique fut développée par Berzelius dans tout un système, le « dualisme », qui domina la chimie pendant une génération.

Premières recherches

Davy passa son enfance en Cornouailles et, après une scolarité médiocre, devint apprenti chez un chirurgien-apothicaire. Il fixa lui-même son programme d'éducation ; la lecture, en 1797, du Traité élémentaire de Lavoisier l'introduisit à la chimie. Invité en 1798 par Thomas Beddoes à devenir son assistant à la Pneumatic Institution de Bristol, il y étudie les applications possibles des gaz en médecine. C'est à Bristol qu'il rencontre Coleridge, dont il devient l'ami. Davy avait auparavant envoyé à Beddoes un essai sur la chaleur et la lumière, relatant les expériences qu'il avait faites pour démontrer que la chaleur n'était pas un fluide subtil comme Black, Lavoisier et la plupart des chimistes contemporains le pensaient. Davy l'assimilait, comme Newton, à une forme du mouvement ; mais il pensait que la lumière était une forme de la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : senior lecturer history of science, University of Durham, États-Unis, P.H.D., editor, British Journal for History of Sciences

Classification


Autres références

«  DAVY HUMPHRY (1778-1829)  » est également traité dans :

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Premières théories »  : […] On invoqua d'abord des causes occultes pour expliquer les propriétés particulières des acides et des bases. Paracelse (début du xvi e  s.) croyait à un acide élémentaire universel, communiquant à tous ses composés la saveur et le pouvoir dissolvant, et, plus tard, Glauber (début du xvii e  s.) rec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-et-bases/#i_2670

BORE

  • Écrit par 
  • Jean CUEILLERON
  •  • 5 378 mots
  •  • 6 médias

Le bore est l'élément chimique de symbole B et de numéro atomique Z = 5. Bien que sa chimie soit mal connue et en pleine évolution, les emplois de ses dérivés sont anciens, nombreux et importants. Au début du Moyen Âge, on importait en Europe du borax, venu des Indes, sous des noms (d'origine arabe ?) tels que « tincar », « tinckal »... Vers 1500, ce produit est appelé (origine perse) « baurach » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bore/#i_2670

CHLORE

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 616 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « État naturel et historique de la fabrication »  : […] Le chlore, sous forme de chlorures, est le plus abondant (0,2 p. 100 de l'écorce terrestre) des halogènes. L'évaporation de l'eau de mer fournit par litre 28,5 g de chlorure de sodium. 4,8 g de chlorure de magnésium et 0,8 g de chlorure de potassium. Les dépôts de sel gemme proviennent de l'évaporation d'anciennes mers ; quand les espaces asséchés sont restés, durant l'évaporation, en relation a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chlore/#i_2670

ÉCLAIRAGE DOMESTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges ZISSIS
  •  • 8 119 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Quelques rappels historiques »  : […] La toute première lampe électrique fut inventée en 1813 par Humphry Davy (1778-1829) et son élève Michael Faraday (1791-1867) lors de travaux essayant de reproduire en laboratoire – grâce à l’utilisation d’une source électrique qui mettait en « batterie » plus de trois mille éléments (piles) de Volta – l’expérience de Franklin qui avait démontré la nature électrique de la foudre. Davy est aussi c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclairage-domestique/#i_2670

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Découverte de la pile »  : […] Alessandro Volta (1745-1827) dépassa en les rejetant les idées de Galvani : il remarqua, à la suite d'expériences faites par Sulzer en Suisse, que, si l'on place la langue entre deux rondelles constituées par deux métaux différents reliés par un fil conducteur, on éprouve une sensation acide ou alcaline suivant l'ordre dans lequel sont placés les deux métaux. Ces expériences le conduisent à une c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_2670

IODE

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 2 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Découverte »  : […] Né à Dijon, Bernard Courtois (1777-1838) était le fils d'un fabricant de salpêtre, c'est-à-dire de nitrate de potassium, précieux ingrédient de la poudre noire. Il exerça lui-même cette industrie à partir de 1804. Le carbonate de sodium intervenait dans sa production. Courtois l'obtenait à partir des varechs, par calcination et lessivage à l'eau. Le résidu était alors traité par de l'acide sulfur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iode/#i_2670

MÉTAUX - Métaux alcalins

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 3 043 mots
  •  • 4 médias

Les métaux alcalins – lithium, sodium, potassium, rubidium, césium et francium – constituent les éléments de la première colonne du tableau de classification périodique . Ils doivent leur nom à la propriété qu'ils ont de donner avec l'eau des bases fortes, ou « alcalis ». Cette famille chimique est particulièrement homogène ; les propriétés des différents métaux varient peu de l'un à l'autre, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalins/#i_2670

MISE AU POINT DE LA LAMPE DE SÉCURITÉ POUR LES MINEURS

  • Écrit par 
  • Bruno JACOMY
  •  • 696 mots
  •  • 1 média

En janvier 1816, la première lampe de sécurité pour les mines de charbon est expérimentée avec succès dans une mine anglaise par son inventeur, le chimiste Humphry Davy (1778-1829), avant d’être rapidement généralisée. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mise-au-point-de-la-lampe-de-securite-pour-les-mineurs/#i_2670

SODIUM

  • Écrit par 
  • Luc AUFFRET, 
  • Albert HÉROLD, 
  • André METROT, 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 688 mots
  •  • 2 médias

Le sodium est le plus courant des éléments alcalins. Son nom dérive de l'arabe soda , qui désignait le mélange de carbonates alcalins extrait des cendres de végétaux. Le symbole Na vient de son appellation allemande Natrium , qui dérive de « natron », le carbonate de sodium naturel d'Égypte. Comme les autres alcalins, c'est un métal très réactif qui ten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sodium/#i_2670

THERMIQUE

  • Écrit par 
  • Bruno CHÉRON
  •  • 4 736 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Histoire de la thermique »  : […] Dans l’Antiquité, les Anciens ont beaucoup disserté sur la nature de la chaleur : Héraclite (576-480) considérait la chaleur comme une force, cause de toutes les transformations ; Démocrite (460-370), comme une matière émanant des corps chauds et formée d’atomes ronds et très mobiles ; Aristote (384-322) la regardait comme une quantité occulte de la matière, capable de réunir les éléments semblab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermique/#i_2670

Voir aussi

Pour citer l’article

David Marcus KNIGHT, « DAVY HUMPHRY - (1778-1829) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/humphry-davy/