FARADAY MICHAEL (1791-1867)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La personnalité du savant anglais Michael Faraday intéresse non seulement la science mais aussi la sociologie de la science. D'origine très modeste, n'ayant bénéficié d'aucune formation régulière, Faraday ne s'est élevé que par ses propres mérites. Sa vie scientifique, particulièrement féconde, s'est tout entière déroulée dans le cadre d'un laboratoire ; elle ne fut cependant pas organiquement intégrée à l'institution universitaire. S'il n'est pas le seul exemple de ce genre au xixe siècle, il est l'un des plus remarquables.

Michael Faraday

Photographie : Michael Faraday

Photographie

Le savant britannique Michael Faraday (1791-1867), qui découvrit l'induction électromagnétique. Il débuta sa carrière de chimiste, en 1815, auprès de Humphry Davy (1778-1829), dans le laboratoire de la Royal Institution of Great Britain. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Ses principales découvertes, celle de l'induction électromagnétique et celle des lois de l'électrolyse, font de lui un promoteur aussi bien dans le domaine de l'industrie électrique que dans l'analyse chimique et dans les progrès nécessaires à l'élaboration d'une table raisonnée des éléments. S'il ignorait les mathématiques, il possédait à un degré exceptionnel l'esprit de logique et le sens de l'observation.

Cet expérimentateur a fait plus, en effet, qu'enrichir les sciences physiques de son temps d'une multitude de faits nouveaux, il a donné une orientation décisive à l'évolution des concepts fondamentaux de la physique. La notion de champ (qui fait de l'espace vide des mathématiciens un milieu doué de propriétés physiques et qui réalise la synthèse entre les théories opposées issues des grandes controverses du xviie siècle) lui doit manifestement beaucoup. Son rejet de l'image matérielle d'un fluide pour l'électricité, son attention aux phénomènes de propagation ont déterminé, avec l'appui exemplaire des résultats expérimentaux, un type de structure d'analyse qui ouvrit la voie à Maxwell.

On peut se demander si la croyance de Faraday en l'unité de la nature est à l'origine de ses recherches ou bien si elle est la conséquence de ses démarches. Il reste que sa soumission au réel, reflet de ses vertus morales, est la raison, digne de mémoire, de sa fécondité scientifique.

Origines d'une vocation scientifique

Né à Newington (Surrey) le 22 septembre 1791, Michael Faraday était le fils d'un ouvrier forgeron. Son instruction se limita aux rudiments de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Michael Faraday

Michael Faraday
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Michael Faraday

Michael Faraday
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : John Stambaugh professor of the history of science, Cornell University, Ithaca, États-Unis

Classification

Autres références

«  FARADAY MICHAEL (1791-1867)  » est également traité dans :

EXPÉRIENCE DE FARADAY

  • Écrit par 
  • Nicolas NIO
  •  • 1 476 mots
  •  • 1 média

Le 3 septembre 1821, au terme d’une journée d’expériences et d’un brillant cheminement intellectuel, Michael Faraday (1791-1867) s’approche peu à peu d’un dispositif de rotation alimenté par l’électricité. Utilisant l’interaction entre le courant électrique et le pôle d’un aimant, il crée ainsi l’ancêtre du moteur électrique. […] Lire la suite

ARRHENIUS SVANTE (1859-1927)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 1 837 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les antécédents de la théorie d'Arrhenius »  : […] La théorie d'Arrhenius achève en un tout cohérent un demi-siècle d'investigations sur les propriétés des solutions. Propriétés électriques d'abord : on savait de longue date que, si le courant électrique traverse la plupart des conducteurs solides sans les modifier, les conducteurs liquides, notamment les solutions diluées de sels, d'acides ou de bases, sont altérés dans le voisinage des électro […] Lire la suite

CHAMPS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 4 478 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie classique des champs »  : […] C'est, semble-t-il, l'expérimentateur anglais Michael Faraday (1791-1867) qui, le premier, proposa de décrire l'action de l'électricité en termes d'influence plutôt que de mouvement ; le concept de champ qui reprend cette intuition allait se révéler extrêmement fécond. James Clerk Maxwell (1831-1879) généralisa et formalisa les résultats obtenus par les nombreux pionniers de l'étude des phénomène […] Lire la suite

COTTON AIMÉ AUGUSTE (1869-1951)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MATHIEU
  •  • 680 mots

Né à Bourg-en-Bresse, élève à l'École normale supérieure de 1890 à 1893, Aimé Auguste Cotton y enseigna de 1900 à 1922, après avoir été professeur à la faculté des sciences de Toulouse de 1895 à 1900. De 1920 à 1941, il fut professeur de physique théorique, puis de physique générale à la Sorbonne. Élu en 1923 à l'Académie des sciences, il en fut président en 1938. Aimé Cotton fut avant tout un gra […] Lire la suite

ÉCLAIRAGE DOMESTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges ZISSIS
  •  • 8 119 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Quelques rappels historiques »  : […] La toute première lampe électrique fut inventée en 1813 par Humphry Davy (1778-1829) et son élève Michael Faraday (1791-1867) lors de travaux essayant de reproduire en laboratoire – grâce à l’utilisation d’une source électrique qui mettait en « batterie » plus de trois mille éléments (piles) de Volta – l’expérience de Franklin qui avait démontré la nature électrique de la foudre. Davy est aussi c […] Lire la suite

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « D'Œrsted à Maxwell »  : […] Ayant observé dès le début du xviii e  siècle l'aimantation du fer par la foudre, on se préoccupa donc logiquement de savoir s'il existait des rapports entre l'électricité et le magnétisme. C'est une réponse positive qu'apporta en 1819 Hans Christian Œrsted (1777-1851), quand il observa qu'une aiguille aimantée (mobile sur un pivot), placée parallèlement à un fil métallique et en dessous, quitte […] Lire la suite

ÉLECTROMAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 178 mots
  •  • 1 média

L'expérimentateur anglais Michael Faraday (1791-1867) proposa le premier de décrire l'action de l'électricité en termes de champ électromagnétique plutôt que de mouvements de particules chargées. James Clerk Maxwell (1831-1879) généralisa et formalisa les résultats obtenus par les nombreux pionniers de l'étude des phénomènes électromagnétiques et leur donna en 1872 une forme quasi définitive. Les […] Lire la suite

INTERACTION, sciences humaines

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champ physique et champ social »  : […] Dans l'ordre physique, la représentation dynamique de l'interaction issue de la troisième analogie kantienne a pris forme sous les espèces du champ spatio-temporel de Maxwell. « Nous sommes habitués, écrivait Maxwell, à considérer l'univers comme formé de parties, et les mathématiciens commencent d'ordinaire par considérer une particule isolée, puis ils conçoivent ses relations avec une autre, et […] Lire la suite

INTERACTIONS (physique) - Électromagnétisme

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 4 620 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le concept de « champ »  »  : […] Durant la première moitié du xix e  siècle, la connaissance de l'électromagnétisme progressait à grands pas, mais il lui manquait une idée unificatrice afin d'asseoir des postulats généraux. Certes les succès de la mécanique de Newton et de la gravitation universelle orientaient les recherches du côté de la notion de force. Or il allait s'avérer que la théorie de l'électromagnétisme ne pouvait se […] Lire la suite

INTERACTIONS (physique) - Unification des forces

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 612 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'unification électromagnétique »  : […] Découvrir que la foudre, l'orientation des boussoles et les lois de l'optique procèdent d'une même force fondamentale nécessitait qu'un nombre considérable d'expériences, effectuées avec des moyens techniques de plus en plus perfectionnés, dégagent les lois auxquelles ces phénomènes obéissent. Dès la fin du xviii e  siècle, les expériences de Benjamin Franklin, de Henry Cavendish et de Charles Co […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Leslie Pearce WILLIAMS, « FARADAY MICHAEL - (1791-1867) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-faraday/