MELANCHTHON PHILIPP SCHWARZERD dit (1497-1560)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Précepteur » de la Germanie et inspirateur de l'Église territoriale luthérienne, un des maîtres du protestantisme. Né à Bretten dans le Palatinat, Melanchthon subit l'influence de Reuchlin, avant d'entreprendre des études à Heidelberg et à Tübingen (1510-1514). Puis il travaille quelque temps dans une imprimerie, ce qui le met en contact avec Érasme.

En 1518, il est nommé à la chaire de grec de l'université de Wittenberg. Favorable à un humanisme proche de la Bible, il adhère d'emblée à la Réforme et participe à la dispute de Leipzig. Il devient l'ami de Luther et inaugure avec lui une collaboration étroite qui ne connaîtra guère de nuages. Désormais, il se préoccupe d'allier la Réforme et l'humanisme chrétien, et d'expliciter selon des critères logiques les doctrines fécondes et denses de Luther. En 1519, il entre à la faculté de théologie et publie deux ans plus tard les Loci theologici, qui sont le résultat d'une confrontation entre l'humanisme chrétien et la Réforme.

Les événements de 1521-1522 à Wittenberg suscitent chez lui une crise temporaire, mais surtout une répulsion à l'égard des spiritualistes (ou spirituels) tels Sébastien Franck et Gaspar Schwenckfeld, qui s'opposent à Luther et au luthéranisme, en particulier au sujet de la hiérarchie de l'Église extérieure et sur les voies du salut. Face à la foi individuelle, Melanchthon affirme la discipline morale et, face à la liberté évangélique, le pouvoir étatique. Il souligne désormais l'importance de la tradition patristique et se réfère au droit naturel pour légitimer l'ordre dans l'État et dans l'Église, ainsi que le pouvoir épiscopal des princes, en insistant sur leur droit à manier les deux tables de la Loi.

Le jeune humaniste qui a contesté les structures existantes devient, après 1525, un luthérien conservateur. Il élabore une théologie originale : l'édition des Loci de 1535 se caractérise par son absence de conviction et une présentation systématique des doctrines, en accord avec la philosophie d'Aristote. Melanchthon place à côté de la Réforme la théologie et les [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur d'histoire de l'Alsace à l'université de Strasbourg-II

Classification


Autres références

«  MELANCHTHON PHILIPP SCHWARZERD dit (1497-1560)  » est également traité dans :

APOLOGIE DE LA CONFESSION D'AUGSBOURG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 331 mots

L'une des confessions luthériennes qui servit à défendre et à élaborer la Confession d'Augsbourg, écrite par Melanchthon en 1531. La première version de l'Apologie fut rédigée à la hâte et présentée le 22 septembre 1530, à la diète d'Augsbourg, à Charles Quint, après que celui-ci eut déclaré que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologie-de-la-confession-d-augsbourg/#i_20787

CONFESSION D'AUGSBOURG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 368 mots

Confession fondamentale des Églises luthériennes présentée le 25 juin 1530 dans ses versions allemande et latine, au cours de la diète d'Augsbourg, à Charles Quint, par sept princes luthériens et deux villes impériales libres. L'auteur principal en était Melanchthon, qui se servit des premières considérations de Luther sur la foi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confession-d-augsbourg/#i_20787

INSTITUTION DE LA RELIGION CHRÉTIENNE, Jean Calvin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne CARBONNIER-BURKARD
  •  • 958 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Premières formes »  : […] onction, ordre, mariage), l'autre sur la « liberté chrétienne », l'Église et l'État. La théologie qui s'y affirme est directement inspirée de Luther et de Melanchthon, comme aussi, sur la cène notamment, des réformateurs des villes, critiquant les « inventions » de la messe. Le succès de ce livre de poche est rapide : en un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institution-de-la-religion-chretienne/#i_20787

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 932 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La mise en œuvre du programme de la Réforme »  : […] du conflit religieux. Mis au ban, Luther ne put paraître en personne à la Diète et Melanchthon dut le remplacer à la tête des luthériens. Satisfait de la Confession d'Augsbourg rédigée par Melanchthon, Luther, en revanche, n'escomptait rien des négociations menées par ce dernier. Le recès de la Diète menaçant de guerre les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_20787

QUATRE-VINGT-QUINZE THÈSES (1517)

  • Écrit par 
  • Jacques-Noël PÉRÈS
  •  • 178 mots
  •  • 1 média

Dans une brève biographie de Luther qu'il rédige en 1546, Mélanchthon note l'affichage par celui-ci de 95 thèses contre les indulgences, qui sont un plaidoyer pour la grâce, laquelle seule peut provoquer en l'homme une pénitence salutaire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatre-vingt-quinze-theses/#i_20787

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 112 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La littérature latine en Europe  »  : […] doute quelque chose à la rhétorique italienne ou érasmienne. Avec Melanchthon (1497-1560), « éducateur de l'Allemagne », l'amitié fondée sur un amour commun pour les bonnes lettres et pour la conciliation ne se rompit jamais, preuve qu'il est absurde d'opposer comme incompatibles la Réforme et les humanae litterae […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_20787

Pour citer l’article

Bernard VOGLER, « MELANCHTHON PHILIPP SCHWARZERD dit (1497-1560) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/melanchthon/