MELANCHTHON PHILIPP SCHWARZERD dit (1497-1560)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Précepteur » de la Germanie et inspirateur de l'Église territoriale luthérienne, un des maîtres du protestantisme. Né à Bretten dans le Palatinat, Melanchthon subit l'influence de Reuchlin, avant d'entreprendre des études à Heidelberg et à Tübingen (1510-1514). Puis il travaille quelque temps dans une imprimerie, ce qui le met en contact avec Érasme.

En 1518, il est nommé à la chaire de grec de l'université de Wittenberg. Favorable à un humanisme proche de la Bible, il adhère d'emblée à la Réforme et participe à la dispute de Leipzig. Il devient l'ami de Luther et inaugure avec lui une collaboration étroite qui ne connaîtra guère de nuages. Désormais, il se préoccupe d'allier la Réforme et l'humanisme chrétien, et d'expliciter selon des critères logiques les doctrines fécondes et denses de Luther. En 1519, il entre à la faculté de théologie et publie deux ans plus tard les Loci theologici, qui sont le résultat d'une confrontation entre l'humanisme chrétien et la Réforme.

Les événements de 1521-1522 à Wittenberg suscitent chez lui une crise temporaire, mais surtout une répulsion à l'égard des spiritualistes (ou spirituels) tels Sébastien Franck et Gaspar Schwenckfeld, qui s'opposent à Luther et au luthéranisme, en particulier au sujet de la hiérarchie de l'Église extérieure et sur les voies du salut. Face à la foi individuelle, Melanchthon affirme la discipline morale et, face à la liberté évangélique, le pouvoir étatique. Il souligne désormais l'importance de la tradition patristique et se réfère au droit naturel pour légitimer l'ordre dans l'État et dans l'Église, ainsi que le pouvoir épiscopal des princes, en insistant sur leur droit à manier les deux tables de la Loi.

Le jeune humaniste qui a contesté les structures existantes devient, après 1525, un luthérien conservateur. Il élabore une théologie originale : l'édition des Loci de 1535 se caractérise par son absence de conviction et une présentation systématique des doctrines, en accord avec la philosophie d'Aristote. Melanchthon place à côté de la Réforme la théologie et les symboles patristiques. Son rationalisme tend à établir une correspondance entre l'âme humaine et Dieu. Sa doctrine se présente comme une synthèse entre l'Antiquité et la Réforme.

Melanchthon a tenu une grande place dans l'histoire allemande par sa participation à des diètes et à des colloques, où il s'efforce de maintenir l'unité de la chrétienté et l'unité politique de l'Empire par la suppression des abus romains et des diversités au sein du protestantisme. Il est l'auteur de la Confession d'Augsbourg (1530), qui minimise les différences avec le catholicisme. En Angleterre et à Cologne, il se prononce pour le maintien des formes cultuelles et des institutions ecclésiastiques. Mais son souci d'unité l'amène à faire des concessions importantes au moment de l'Intérim ; cette attitude menace l'unité protestante, qu'il est incapable de maintenir après la mort de Luther en raison de son évolution sur l'article de la Cène ; certains de ses disciples adhèrent, d'ailleurs, à la confession réformée.

Père de la philosophie qui s'y inscrit, Melanchthon est le créateur du système scolaire protestant, à trois titres : par sa présence ou ses conseils écrits, il a inspiré la création des universités et des collèges ; il a formé les enseignants de ces établissements, qui ont régulièrement fait appel à lui pour leur recrutement ; enfin, il a fixé les programmes, dans lesquels s'intègrent des sciences de la nature, et publié de nombreux manuels (Dialectique, Rhétorique, Grammaire, Physique), qui sont demeurés en usage pendant plus de deux siècles. Par ailleurs, il a déployé une activité littéraire considérable : il a publié une Chronique historique, des commentaires bibliques et des ouvrages de dogmatique et d'éthique, qui ont eu une profonde influence sur les milieux cultivés du protestantisme germanique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur d'histoire de l'Alsace à l'université de Strasbourg-II

Classification

Autres références

«  MELANCHTHON PHILIPP SCHWARZERD dit (1497-1560)  » est également traité dans :

APOLOGIE DE LA CONFESSION D'AUGSBOURG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 331 mots

L'une des confessions luthériennes qui servit à défendre et à élaborer la Confession d'Augsbourg , écrite par Melanchthon en 1531. La première version de l' Apologie fut rédigée à la hâte et présentée le 22 septembre 1530, à la diète d'Augsbourg, à Charles Quint, après que celui-ci eut déclaré que la Réfutation (3 août 1530) préparée par les théologiens catholiques contre la Confession d'Augsbou […] Lire la suite

CONFESSION D'AUGSBOURG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 368 mots

Confession fondamentale des Églises luthériennes présentée le 25 juin 1530 dans ses versions allemande et latine, au cours de la diète d'Augsbourg, à Charles Quint, par sept princes luthériens et deux villes impériales libres. L'auteur principal en était Melanchthon, qui se servit des premières considérations de Luther sur la foi. Le but poursuivi était de défendre les luthériens contre les mauvai […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La littérature latine en Europe  »  : […] Dès le deuxième tiers du xv e  siècle, l'esprit nouveau se répand hors d'Italie et d'abord en Dalmatie et dans la Hongrie de Mathias Corvin, avec le poète J. Pannonius (1434-1472). L'imprimerie accélère ce mouvement, tandis que des lettrés italiens vont s'installer à l'étranger, comme les artistes feront peu après, et y enseignent. Parallèlement, des étudiants, des lettrés font le voyage en Italie […] Lire la suite

INSTITUTION DE LA RELIGION CHRÉTIENNE, Jean Calvin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne CARBONNIER-BURKARD
  •  • 959 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Premières formes »  : […] La première édition, publiée à Bâle en 1536, se présente comme un gros catéchisme, 524 pages de petit format : le titre lui-même, Institutio , signifie à la fois instruction et commencement. En ouverture, une épître au roi François I er supposé mal informé, où Calvin fait l'apologie de la doctrine exposée qui est celle-même de la parole de Dieu. L'exposé de cette doctrine est structuré en six cha […] Lire la suite

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 932 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La mise en œuvre du programme de la Réforme »  : […] À son retour de Worms, Luther fut mis en sûreté par l'Électeur Frédéric pour dix mois à la Wartburg, près d'Eisenach. Dans cette retraite, il écrivit divers ouvrages de polémique, notamment sa réponse à la condamnation qu'à son tour la Sorbonne avait prononcée contre lui et une réfutation de l'obligation de se confesser, la confession étant cependant maintenue, mais laissée à la liberté du croyan […] Lire la suite

QUATRE-VINGT-QUINZE THÈSES (1517)

  • Écrit par 
  • Jacques-Noël PÉRÈS
  •  • 178 mots
  •  • 1 média

Dans une brève biographie de Luther qu'il rédige en 1546, Mélanchthon note l'affichage par celui-ci de 95 thèses contre les indulgences, qui sont un plaidoyer pour la grâce, laquelle seule peut provoquer en l'homme une pénitence salutaire. L'événement aurait eu lieu le 31 octobre 1517. Les thèses auraient été affichées sur la porte de l'église du château de Wittenberg, afin d'appeler à une dispute […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard VOGLER, « MELANCHTHON PHILIPP SCHWARZERD dit (1497-1560) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/melanchthon/