STIRNER MAX (1806-1856)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'unicité

Une fois extrait de la gangue des idoles, des fantômes, des idées fixes qui le rendaient méconnaissable, le Moi découvre son unicité. N'étant plus réglé, dirigé, mécanisé, gouverné par l'Esprit et les innombrables formes politiques, sociales et idéologiques qui en dérivent, il retrouve son entière et pleine disponibilité. Cette reconnaissance de sa souveraineté ne le contraint aucunement à errer dans un univers vide, atome parmi les atomes que rien ne lie ni ne rapproche. C'est lorsqu'il était soumis à l'arbitraire des puissances prétendues supérieures, vivant dans un état de scission d'avec lui-même, qu'il lui était impossible de parvenir à un rapport direct avec autrui ; pour établir celui-ci, il fallait passer par l'intermédiaire de certains critères et principes imposés du dehors. Ayant pris connaissance de son unicité, le Moi retrouve sa totalité ; il redevient une unité vivante où, dans une tension dialectique constante, le créateur affronte ses créatures, c'est-à-dire ceux qui sont issus de sa volonté créatrice.

La transmutation égoïste des rapports interhumains se trouve résumée dans l'exhortation suivante de Stirner : « Sur le seuil de notre époque n'est pas gravée cette inscription apollinienne : Connais-toi toi-même, mais cette inscription : Fais-toi valoir toi-même. C'est au nom de la loi absolue de l'Esprit : « Connais-toi toi-même » que Hegel avait exigé que l'Esprit parvînt à la libre conscience de soi. » Vouloir se connaître soi-même, c'est se juger au nom d'un principe universel, c'est se jauger à une norme abstraite, c'est s'absorber dans une généralité qui rend désormais impossible toute approche de soi-même et, par voie de conséquence, des autres. « Se faire valoir », en revanche, c'est faire appel aux virtualités créatrices du Moi, c'est permettre au Moi d'édifier un univers où il rencontre les autres dans une totale indépendance.

« L'opposition ultime, celle de l'Unique contre l'Unique, précise Stirner, dépasse au fond ce qu'on appelle opposition, sans pour cela retomber dans l'« unité » et l'union. En tant qu'Unique, tu n'as plus rien de commun avec l'autre, et, par là même, plus rien qui sépare ou oppose ; tu ne t'adresses pas à un tiers pour avoir raison contre lui et tu ne te trouves plus avec lui ni dans la « légalité » ni dans une autre notion commune. L'opposition disparaît dans la séparation ou l'unicité absolue. Celle-ci, il est vrai, pourrait être considérée comme une nouvelle communauté ou une nouvelle égalité, mais l'égalité consiste précisément dans l'inégalité et n'est elle-même rien que de l'inégalité ; une inégalité égale qui n'existe, il est vrai, que pour celui qui établit une comparaison. »

Le débat entre Marx et Stirner, et, par voie de conséquence, entre le socialisme scientifique et l'anarchisme individualiste gravite autour des rapports réciproques de la conscience et de l'être. Selon la formule célèbre de Marx, la conscience est incapable de déterminer l'être. Aux yeux de l'auteur du Capital, la glorification par Stirner de la conscience souveraine provient d'une double inaptitude à saisir le monde concret ; Stirner représenterait, d'une part, l'idéologue pur qui n'a jamais quitté l'univers factice de la philosophie hégélienne, d'autre part, le petit-bourgeois, victime de la vie allemande étriquée, sans ouverture sur les révolutions économiques qui se produisent en France et en Angleterre, condamné ainsi à accepter les illusions de sa classe, sans possibilité d'en entrevoir la base empirique.

Mais Stirner ne doit-il pas être regardé avant tout comme un moraliste ? Ce qui lui importe, c'est de nous sauver de la sclérose, de l'oppression subie, de la dépersonnalisation acceptée, de ce risque de dépossession perpétuellement présent du fait que nous sommes condamnés à nous « objectiver » et, par là même, à créer des forces qui aussitôt se retournent contre nous.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  STIRNER MAX (1806-1856)  » est également traité dans :

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 336 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'associationnisme »  : […] Parmi les nombreuses utopies sociales qui s'inspirent de la ferme volonté de préserver la souveraineté absolue de l'individu, relevons d'abord l'associationnisme de Stirner. L'auteur de L'Unique et sa propriété établit une différence fondamentale entre la société telle qu'elle existe et l'«  association » dont il prône l'avènement. La société se dresse face aux individus ; elle est située en deho […] Lire la suite

BAUER BRUNO (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 649 mots

Philosophe hégélien, historien, exégète critique des textes bibliques et des Évangiles, Bruno Bauer est né à Eisenberg en 1809. Il mourra à Rixdorf (Berlin) en 1882. Traditionnellement rangé dans la droite hégélienne, par référence à Marx qui l'accable de railleries dans La Sainte Famille , il se contente en fait de perpétuer la croyance en un devenir de l'Esprit, que Marx a, lui, matérialisé dans […] Lire la suite

ÉTAT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 060 mots

Dans le chapitre « L’individu contre l’État »  : […] Doit-on pour autant souscrire sans nuance à la thèse de Georges Burdeau quand il affirme dans son livre L’État que « les hommes ont inventé l’État pour ne pas obéir aux hommes » ? Qu’on l’accepte ou non, cette formule a le mérite de mettre en avant la problématique majeure des relations entre l’individu et l’État. Lorsque les philosophes raisonnent sur le plan collectif, il leur est difficile de […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esprit contre la lettre »  : […] Appliquée d'abord aux élèves de Hegel, la dénomination de jeunes hégéliens ( Hegelinge ) est bientôt donnée à ceux d'entre eux qui manifestent des velléités révolutionnaires tant en philosophie qu'en matières religieuse et politique. Distingués des « hégélites » (ou descendants de Hegel), ils se voient appliquer par ceux-ci une dénomination dont le caractère péjoratif sort des ouvrages mêmes de He […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri ARVON, « STIRNER MAX - (1806-1856) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/max-stirner/