RAVEL MAURICE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jeu et la gageure

C'est Vladimir Jankélévitch qui, le premier, discerna, chez Ravel, ce goût prononcé pour la gageure, pour le pari, pour le jeu dont on invente soi-même les règles et que, par conséquent, on se doit de gagner. Mais peut-être ce jeu n'est-il que l'expression du paradoxe d'un esprit en qui coexistent une originalité certaine et des scrupules traditionalistes. À cet égard, nul mieux que Ravel n'illustre cette boutade d'Arnold Schönberg (d'un an son aîné) : « Il y a encore beaucoup de bonne musique à écrire en ut majeur. » Mais, pour écrire, encore, de la bonne musique en ut majeur, il faut imaginer et résoudre les problèmes qu'une telle musique est susceptible de poser. C'est toujours Jankélévitch qui remarque quel prodigieux tour de force technique représente le fait d'écrire toute une pièce pour piano (Le Gibet, dans Gaspard de la nuit) autour d'une pédale obstinée de si bémol. Il serait, par ailleurs, banal de rappeler qu'il s'agit encore d'un véritable défi aux possibilités instrumentales dans le fameux Concerto pour la main gauche (1931) à l'audition duquel un auditeur imparfaitement exercé reconnaît difficilement que le pianiste ne dispose que d'une seule main. Pari encore avec lui-même que cette Sonate pour violon et violoncelle (1922) dans laquelle l'extrême mobilité polyphonique supplée, sans qu'il y paraisse, aux impossibilités harmoniques de deux instruments dont la nature est foncièrement mélodique. Enfin, que dire de ce Boléro, qui est sans conteste son œuvre la plus célèbre, et cela, sans doute, à cause d'un absurde malentendu. Car, en effet, si le Boléro dut son succès à la répétition incantatoire d'une même ligne mélodique, le génie de son auteur réside en la variation perpétuelle de l'instrumentation et de l'orchestration qui, remplaçant les développements traditionnels, en font l'une des œuvres les plus originales du début du xxe siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Maurice Ravel

Maurice Ravel
Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

photographie

Jorge Donn

Jorge Donn
Crédits : Linda Vartoogian/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris

Classification

Autres références

«  RAVEL MAURICE (1875-1937)  » est également traité dans :

RAVEL MAURICE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 828 mots
  •  • 1 média

7 mars 1875 Joseph-Maurice Ravel naît à Ciboure (Pyrénées-Atlantiques).5 avril 1902 La Pavane pour une infante défunte, pour piano, est créée à la Société nationale de musique, à Paris (ancienne salle Pleyel), par Ricardo Viñes ; la version orchestrée pa […] Lire la suite

DAPHNIS ET CHLOÉ (M. Ravel)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 339 mots
  •  • 1 média

Commande de Serge de Diaghilev pour les Ballets russes, composé entre 1909 et 1912, Daphnis et Chloé, ballet en un acte et trois parties sur un argument de Michel Fokine et Maurice Ravel d'après le […] Lire la suite

ARRANGEMENT, musique

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 322 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'arrangement et le respect de l'œuvre originale »  : […] On vient d'examiner les arrangements dans lesquels le but principal recherché était de reconstituer, de rendre vie à des œuvres qui, si tout arrangement était interdit, seraient condamnées à disparaître. Par comparaison avec les arts plastiques, nous pouvons dire que les cas que nous avons évoqués sont ceux de la restauration des œuvres dont l'existence est compromise par le temps. En continuant c […] Lire la suite

BOLÉRO

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 260 mots

Danse espagnole ( bolero  : celui qui danse le bolero  ; vient de bolla  : boule), à 3/4, dans un tempo modéré, d'un style calme et noble ; on l'exécute avec chant et castagnettes, voire guitare et tambour de basque. Le boléro semble avoir été connu au xvii e siècle, mais c'est vers 1780 qu'Antón Boliche et Sebastian Cerezo en enrichirent la forme primitive. Il a disparu comme danse populaire. Il […] Lire la suite

CAISSE CLAIRE, en bref

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 185 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures  »  : […] Le plus célèbre emploi de la caisse claire dans la musique savante est sans conteste le Boléro , ballet pour orchestre de Maurice Ravel (1928), avec sa partie obstinée, présente pendant toute la pièce. Un ensemble fourni de percussions – parmi lesquelles la caisse claire – occupe une place centrale dans Le Sacre du printemps d'Igor Stravinski (1913). En jazz, des virtuoses comme Roy Haynes (avec […] Lire la suite

LONG MARGUERITE (1874-1966)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 932 mots

La pianiste et pédagogue française Marguerite Long (dont le véritable prénom est en fait Marie-Charlotte) naît à Nîmes le 13 novembre 1874. Elle a douze ans quand, au cours d'une tournée, Théodore Dubois, inspecteur des Beaux-Arts et professeur au Conservatoire de Paris, la découvre au conservatoire de sa ville natale. Grâce à lui, l'adolescente est admise au Conservatoire de Paris, dans la classe […] Lire la suite

MURARO ROGER (1959- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 047 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Architecte et coloriste »  : […] Roger Muraro naît à Lyon le 13 mai 1959 de parents immigrés de fraîche date, d’origine vénitienne et de condition modeste. Il s’initie d’abord au saxophone et fréquente la fanfare municipale du village où habite sa famille. Assez rapidement repéré, il suit les cours de l’instrument au conservatoire régional de Lyon, ce qui lui offre de premiers contacts avec quelques partitions contemporaines sign […] Lire la suite

MUSIQUES SAVANTES ET MUSIQUES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 6 364 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Jazz et musique savante »  : […] Le jazz naît au début du xx e  siècle, dans le sud des États-Unis d'Amérique. Ses origines sont multiples. Les États du Sud déportèrent des centaines de milliers d'esclaves d'Afrique afin de réaliser les travaux agricoles, notamment la culture du coton. Ces esclaves furent privés de leurs instruments traditionnels (flûtes, tambours) ; il ne leur restait donc que la pratique vocale. Les chants de […] Lire la suite

PARNY ÉVARISTE DÉSIRÉ DE FORGES DE (1753-1814)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 395 mots

Le chevalier, puis vicomte de Parny a été surnommé en son temps le Tibulle français. Il est connu comme poète érotique et fit parfois scandale par ses tableaux licencieux. Il est né à l'île Bourbon, comme son contemporain Bertin. Parny appartient à l'une des premières familles de la colonie. À l'âge de neuf ans, on l'envoie en France faire ses études au collège de Rennes. Puis il va à Paris, à l'É […] Lire la suite

PERLEMUTER VLADO (1904-2002)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 740 mots

Rares sont les musiciens qui sont entrés dans l'intimité de Maurice Ravel au point de détenir une tradition authentique d'interprétation de sa musique. Vlado Perlemuter a connu Ravel au début de sa carrière de pianiste et les conseils qu'il a reçus de lui sont probablement restés gravés dans sa mémoire d'une manière plus objective que chez d'autres interprètes plus âgés au moment d'une telle renco […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel PHILIPPOT, « RAVEL MAURICE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-ravel/