Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MAETERLINCK MAURICE (1862-1949)

Maurice Maeterlinck

Maurice Maeterlinck

Maeterlinck, mieux qu'aucun autre, s'est bon gré mal gré identifié à ce symbolisme au sein duquel il a vécu et dont il a tiré les accents les plus caractéristiques en même temps que les plus personnels.

Il doit sa gloire à un malentendu. De La Princesse Maleine publiée en 1889, Octave Mirbeau déclarait qu'elle était « supérieure en beauté à ce qu'il y a de plus beau dans Shakespeare ». Camille Mauclair écrira, en 1895, dans Les Hommes d'aujourd'hui, un article autrement prophétique, sachant déceler dans le dramaturge d'alors le métaphysicien en puissance : « Ce qu'il a esquissé présage un métaphysicien peut-être inattendu de l'Europe intellectuelle, un surprenant continuateur de la philosophie imagée et artiste de Carlyle. » Mais personne n'a su voir dans le poète des Serres chaudes, publiées également en 1889, l'annonciateur et, pour ainsi dire, le fondateur du symbolisme. Car c'est lui, le Flamand, le terrien profond, qui enracina la « décadence » dans les lettres et lui donna droit de cité. Au moment où Verlaine vieillissant laissait la poésie à ce carrefour ouvert à tant d'influences mêlées, Maeterlinck imprimait au vers un accent bien particulier.

Il semble bien, après les Douze Chansons, que le poète soit mort en Maeterlinck. L'homme, écœuré de gloire, s'était retiré à Orlamonde dès 1930.

Il n'eut jamais le temps d'être Shakespeare ou Carlyle. À peine le temps d'être Maeterlinck, d'en être ébloui et de se retirer dans l'ombre à tout jamais, lui qui, loin d'être ce « grand écrivain artiste » dont rêvait Faguet, avait écrit dans Le Trésor des humbles : « Je mets l'âme au-dessus des torts les plus cruels et des fautes les plus graves. »

Parcours visible et parcours invisible

Né à Gand, Maurice Maeterlinck fit au célèbre collège Sainte-Barbe ces études de droit qui semblent bien avoir été pour cette génération de poètes un paravent à l'abri duquel l'aigle de la poésie grandissait en silence. Dès 1889, Maeterlinck publie ces Serres chaudesqui ne trouvent au départ que vingt lecteurs, mais dont Apollinaire saluera plus tard le modernisme, et qui demeure le maître-livre du symbolisme. Jusqu'alors, le symbolisme avait été – plus peut-être par la faute de l'esthétisme d'une époque que par la volonté des poètes – le grand rendez-vous des ornementations et des déguisements. Avec les Serres chaudes, le doute n'est plus permis : l'âme pénètre dans les décors maniéristes du temps, s'y inquiète et se libère par un chant d'une discrétion lancinante. Un peu plus de silence encore, et le mystique eût ici dominé le poète. Est-ce pour rompre cette angoisse, où la poésie le menait, que Maeterlinck se livra alors à la grande fête théâtrale de La Princesse Maleine (1889), de Pelléas (1892) et de L'Oiseau bleu (1909) ? Il y fut entraîné par l'article dithyrambique de Mirbeau, par la rencontre de Georgette Leblanc et, cela va de soi, par un désir très naturel d'ouvrir sur soi-même les fenêtres. Mais au sein même de ces aventures extérieures et parfois de cette féérie, l'inquiétude natale le poursuit. Trop pur pour y renoncer, trop humble aussi pour songer un instant à tricher avec elle, il l'affronte. On peut dire que toute son œuvre est l'immense attente de Dieu. Plus tard, lorsqu'il se penchera sur ces vies infiniment petites que sont les abeilles, les fleurs, les termites et les fourmis, ce sera moins en philosophe qu'en chercheur. Dans l'infiniment petit, il cherche l'infiniment grand. Il meurt à Orlamonde.

Il est extrêmement périlleux de s'aventurer à l'intérieur d'une âme. Et Maeterlinck, en dépit des honneurs – il devait recevoir le prix Nobel en 1911 et être anobli en 1932 –, est tout entier tendu vers[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Maurice Maeterlinck

Maurice Maeterlinck

Autres références

  • INTÉRIEUR (M. Maeterlinck)

    • Écrit par Jean CHOLLET
    • 974 mots
    • 1 média

    Après avoir fait connaître de nombreux auteurs contemporains, de Marguerite Duras à Edward Bond, Harold Pinter ou Peter Handke, Claude Régy trouve en 1985, à travers sa rencontre avec Maurice Maeterlinck (1862-1949), matière à nourrir et développer sa recherche théâtrale. Elle se nourrit surtout...

  • LE THÉÂTRE D'OMBRES DE MAETERLINCK (mises en scène)

    • Écrit par David LESCOT
    • 1 332 mots

    L'œuvre de Maurice Maeterlinck connaît un intérêt de la part de metteurs en scène de théâtre et d'opéra aux options esthétiques pourtant différentes. Ses pièces ont ainsi fait l'objet de deux spectacles montés simultanément à Paris en février 1997, La Mort de Tintagiles,...

  • SERRES CHAUDES, Maurice Maeterlinck - Fiche de lecture

    • Écrit par Claude-Henry du BORD
    • 1 074 mots
    • 1 média

    Bien qu'il soit difficile de cerner avec exactitude la notion de symbolisme, on peut essayer d'en dégager quelques traits : la fuite hors de ce monde par le repli sur soi, l'esthétisme de l'étrange et le culte des images et des analogies. On peut aussi avancer des noms, citer Mallarmé,...

  • DUKAS PAUL (1865-1935)

    • Écrit par Marc VIGNAL
    • 670 mots

    Paul Dukas relève de cette rare catégorie de compositeurs qui « ne se résignèrent qu'au chef-d'œuvre » : bien qu'ayant vécu soixante-dix ans, il se limita à sept œuvres principales et à cinq partitions plus réduites, dont Prélude élégiaque sur le nom de Haydn...

  • FRANCOPHONES LITTÉRATURES

    • Écrit par Jean-Marc MOURA
    • 7 220 mots
    • 5 médias
    ...(en poésie avec Émile Verhaeren et dans le roman avec Georges Rodenbach) sera manifestée avec éclat par le prix Nobel de littérature décerné à Maurice Maeterlinck, en 1911. Dans l’entre-deux-guerres, les avant-gardes belges s’affirment, et particulièrement le surréalisme, dont le groupe le plus...
  • GAND

    • Écrit par Xavier MABILLE, Hans VAN WERVEKE
    • 1 980 mots
    • 1 média
    ...Franz Hellens (1881-1972) et Jean Ray (1887-1964), dont bien des textes témoignent, certes très diversement, d'une même quête du fantastique. Si Maurice Maeterlinck, Prix Nobel de littérature en 1911, avait déclaré que la Belgique serait latine ou ne serait pas, Franz Hellens, auteur de l'expression...
  • GENRES DRAMATIQUES

    • Écrit par Elsa MARPEAU
    • 1 606 mots
    Le drame comme genre se poursuit et se transforme à nouveau à la fin du xixe siècle, dans l'œuvre des symbolistes. Récusant toute imitation réaliste, le dramaturge belge Maurice Maeterlinck prétend notamment peindre les correspondances entre charnel et spirituel. Pelléas et Mélisande (1892)...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi