SERRES CHAUDES, Maurice MaeterlinckFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien qu'il soit difficile de cerner avec exactitude la notion de symbolisme, on peut essayer d'en dégager quelques traits : la fuite hors de ce monde par le repli sur soi, l'esthétisme de l'étrange et le culte des images et des analogies. On peut aussi avancer des noms, citer Mallarmé, Verlaine, ou Théodore de Banville pour la France, mais aussi Maurice Maeterlinck (1862-1949) Georges Rodenbach, Max Elskamp et Émile Verhaeren pour la Belgique. Le mouvement se précise grâce au manifeste que publie Jean Moréas en 1886, où il prône « un désordre savamment ordonné ; la rime illucesente et martelée [ou] aux fluidités absconses ». Au sein d'une production profuse, certaines œuvres majeures se distinguent, véritables concentrés de l'esprit fin de siècle, résumés de tendances qui marqueront les poètes de la prochaine génération, d'Apollinaire aux surréalistes.

Une lecture, T. van Rysselberghe

Une lecture, T. van Rysselberghe

Diaporama

Le tableau réunit autour d'Émile Verhaeren, saisi dans l'acte de la lecture, différents protagonistes qui incarnent la vie littéraire et artistique de l'époque. Parmi eux, André Gide, Maurice Maeterlinck, Félix Fénéon, Henri Ghéon. Le tableau cherche à fixer un moment de sociabilité... 

Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur d'histoire de la philosophie, critique littéraire à Études, poète et traducteur

Classification


Autres références

«  SERRES CHAUDES, Maurice Maeterlinck  » est également traité dans :

MAETERLINCK MAURICE (1862-1949)

  • Écrit par 
  • Gérard PRÉVOT
  •  • 1 190 mots

Dans le chapitre « Parcours visible et parcours invisible »  : […] Né à Gand, Maurice Maeterlinck fit au célèbre collège Sainte-Barbe ces études de droit qui semblent bien avoir été pour cette génération de poètes un paravent à l'abri duquel l'aigle de la poésie grandissait en silence. Dès 1889, Maeterlinck publie ces Serres chaudes qui ne trouvent au départ que vingt lecteurs, mais dont Apollinaire saluera plus tard le modernisme, et qui demeure le maître-livre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-maeterlinck/#i_25691

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude-Henry du BORD, « SERRES CHAUDES, Maurice Maeterlinck - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/serres-chaudes/