MIRBEAU OCTAVE (1848-1917)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur de romans et de pièces de théâtre, Mirbeau dressa un réquisitoire impitoyable contre le clergé ainsi que contre les inégalités sociales de son époque. Il fut l'un des dix premiers membres de l'Académie Goncourt, fondée en 1903. Ayant commencé sa carrière comme journaliste dans la presse bonapartiste et royaliste, il établit sa réputation de conteur avec des histoires de paysans normands : Lettres de ma chaumière (1885) ; Le Calvaire (1886). Dans ce dernier ouvrage, un chapitre sur la défaite de 1870 souleva contre lui une forte hostilité. Il écrivit en 1888 l'histoire d'un prêtre fou, L'Abbé Jules, et, en 1890, Sébastien Roch, une description sans pitié de l'école des Jésuites qu'il avait fréquentée. Tous ses romans, depuis Le Jardin des supplices (1898) et Le Journal d'une femme de chambre (1900) jusqu'à La 628-E8 (1907) et Dingo (1912), sont d'âpres satires de la société. Sa production dramatique était d'une belle qualité, et on a comparé Les Mauvais Bergers (1897) à l'œuvre d'Henry Becque. Il a obtenu son plus grand succès avec Les affaires sont les affaires (1903).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  MIRBEAU OCTAVE (1848-1917)  » est également traité dans :

DRAME - Drame bourgeois

  • Écrit par 
  • René POMEAU
  •  • 3 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le drame antibourgeois »  : […] Bien avant la fin du siècle, un retournement s'était opéré, du drame bourgeois en drame antibourgeois. Après les pièces à thèse, volontiers non conformistes, de Dumas fils, le naturalisme accentue les tendances critiques du théâtre. La Parisienne d'Henry Becque (1885) est aussi cruelle qu'un conte de Maupassant. On préférera cependant Les Corbeaux (1882) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-bourgeois/#i_5605

MAETERLINCK MAURICE (1862-1949)

  • Écrit par 
  • Gérard PRÉVOT
  •  • 1 190 mots

Maeterlinck , mieux qu'aucun autre, s'est bon gré mal gré identifié à ce symbolisme au sein duquel il a vécu et dont il a tiré les accents les plus caractéristiques en même temps que les plus personnels. Il doit sa gloire à un malentendu. De La Princesse Maleine publiée en 1889, Octave Mirbeau déclarait qu'elle était « supérieure en beauté à ce qu'il y a de plus beau dans Sh […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-maeterlinck/#i_5605

Pour citer l’article

« MIRBEAU OCTAVE - (1848-1917) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/octave-mirbeau/