HALBWACHS MAURICE (1877-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Élève de Bergson et contemporain de Simiand, de Lévy-Bruhl et de Durkheim, Maurice Halbwachs fut professeur aux universités de Caen, de Strasbourg et de Paris, et termina sa carrière au Collège de France où il avait été nommé quelques mois avant sa mort en déportation à Buchenwald. Son œuvre est très largement marquée par l'influence de Durkheim, à qui il emprunte un certain nombre de thèmes et de concepts : le thème du suicide (Les Causes du suicide, 1930) ou le concept de morphologie sociale (Morphologie sociale, 1938), par exemple ; mais ses méthodes sont plus concrètes. Il élabore en effet un ensemble complexe de méthodes d'enquête et de statistique, qu'il applique lors d'une enquête relatée dans son premier ouvrage, La Classe ouvrière et les niveaux de vie, recherches sur la hiérarchie des besoins dans la société industrielle (1913) ; il y montre notamment que les individus répartissent leurs dépenses différemment selon la classe sociale à laquelle ils appartiennent. Il met également en lumière l'importance de l'appartenance à une catégorie sociale pour la détermination des conduites sociales (L'Évolution des besoins dans les classes ouvrières, 1933 ; Esquisse d'une psychologie des classes sociales, 1935) et aboutit ainsi à des conclusions proches de celles de la sociologie marxiste. Pour lui, les besoins n'ont pas à être traités sous leurs aspects objectifs, mais comme des « représentations du groupe lui-même ».

Dans un plan plus général, son œuvre s'articule autour de la notion de conscience sociale, elle-même manifestée par l'existence d'une mémoire collective, obéissant à des règles propres : son analyse s'apparente assez étroitement à celle que fait Durkheim dans les Formes élémentaires de la vie religieuse. La mémoire individuelle existe, mais enracinée dans des cadres sociaux, et seule la mémoire colle [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HALBWACHS MAURICE (1877-1945)  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Thierry BOISSIÈRE
  •  • 4 895 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’anthropologie urbaine en France : une reconnaissance tardive »  : […] En France, l’anthropologie urbaine ne se constitue comme discipline universitaire qu’au début des années 1980. Quelques chercheurs ont travaillé auparavant sur le phénomène urbain, mais leurs démarches, plus sociologiques qu’anthropologiques, sont restées relativement isolées. Ainsi Maurice Halbwachs, un sociologue proche de Durkheim et travaillant notamment sur Paris et la condition ouvrière, fu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-urbaine/#i_1724

BESOIN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 635 mots

Tout comme les plantes et les animaux, les hommes ont des besoins. Pour en rendre raison, de nombreuses typologies ont été proposées. Le plus souvent, elles hiérarchisent les besoins en partant des plus élémentaires (nourriture, abri, pulsions sexuelles…) jusqu’aux moins « naturels » (recherche de pouvoir, sociabilité, réalisation de soi, etc.). Déjà ancienne, puisqu’elle date des années 1940, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/besoin-sociologie/#i_1724

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Causalité et compréhension »  : […] Dernier argument contre le recours à l'explication causale dans les sciences sociales : par opposition aux phénomènes naturels, les phénomènes sociaux sont immédiatement signifiants pour l'observateur. Il est certain que le sociologue a un rapport privilégié avec son objet. Cependant, ce privilège ne lui confère pas la garantie d'un accès direct aux phénomènes sociaux. Sans doute, la relation entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_1724

CLASSES SOCIALES - Penser les classes sociales

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 4 744 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une référence centrale et controversée »  : […] Controversée, la conception marxiste des classes sociales reste une référence centrale dans la plupart des travaux ultérieurs, au moins d'un double point de vue. L'ancrage du concept marxiste de classe sociale dans l'économie (et, pour la période contemporaine, dans les rapports de propriété liés au mode de production capitaliste) est ainsi repris à son compte par Max Weber . Tout en critiquant « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-sociales-penser-les-classes-sociales/#i_1724

DURKHEIM ÉMILE (1858-1917)

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Raymond BOUDON
  •  • 11 011 mots

Dans le chapitre « Les durkheimiens après Durkheim »  : […] Après la guerre, le groupe durkheimien se trouva privé de son chef et d'un grand nombre de ses plus jeunes et plus brillantes recrues. On songe d'abord à Hertz qui avait déjà pu faire ses preuves, mais bien d'autres périrent au front : Jean Reynier qui travaillait sur l'ascétisme ; Antoine Bianconi, spécialiste des langues africaines ; Georges Gelly, spécialiste d'esthétique littéraire ; Maxime Da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-durkheim/#i_1724

DURKHEIM (ÉCOLE DE)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « Défense et illustration de la sociologie »  : […] Sans doute, l'originalité majeure de l'école durkheimienne réside-t-elle dans son souci de conserver à la discipline son statut de science, même si un certain nombre de successeurs de Durkheim ne manqueront pas de se démarquer par rapport à une orthodoxie que le maître lui-même n'aurait sans doute pas encouragée. Qu'il s'agisse de Célestin Bouglé (1870-1940) traitant du régime des castes en Inde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/durkheim-ecole-de/#i_1724

ÉCONOMIE SOCIOLOGIE DE L'

  • Écrit par 
  • Frédéric LEBARON
  •  • 4 580 mots

Dans le chapitre «  La « sociologie économique » »  : […] Ce que l'on appelle la « sociologie économique » peut être conçue comme une « hybridation » particulière de la sociologie et de l'économie, arbitrairement séparées à la fin du xix e  siècle par l'histoire de la division du travail académique. On peut aussi retenir, au moins provisoirement, une définition plus simple encore. La sociologie économiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-de-l-economie/#i_1724

MÉMOIRE (histoire)

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 1 997 mots

Les historiens se sont longtemps méfiés de la mémoire comme mode de restitution du passé. Dans la hiérarchie des sources, le texte de caractère public passe avant le témoignage vécu rapporté par écrit, qui passe lui-même avant le témoignage de la mémoire transmise. Cette méfiance, qui a duré jusqu'aux années 1960, n'était que l'une des formes de la dépréciation générale de la valeur intellectuell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-histoire/#i_1724

MÉMOIRE COLLECTIVE (psychologie sociale)

  • Écrit par 
  • Olivier KLEIN, 
  • Laurent LICATA
  •  • 1 037 mots

Dans le chapitre « Fondements de l'étude de la mémoire collective »  : […] Pour Maurice Halbwachs (1877-1945), la mémoire collective correspond à « des individus qui se souviennent, en tant que membres d'un groupe ». Les souvenirs dépendent des relations et des appartenances sociales. Celles-ci servent de points de repère guidant l'émergence des souvenirs, leur contenu et leur interprétation. À travers son caractère partagé, et les mythes et symboles qu'elle offre au gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-collective-psychologie-sociale/#i_1724

MÉMOIRE COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Pierre ANSART
  •  • 1 933 mots
  •  • 1 média

La notion de mémoire collective est issue des travaux de Maurice Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire (1925) et La Mémoire collective (1950). En rapprochant ces deux termes : mémoire et collectif, Halbwachs se proposait, tout d'abord, de démontrer que tout groupe organisé crée une mémoire qui lui est propre. Il poursuivit sa réflexion en démont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-collective/#i_1724

MODE DE VIE

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 1 230 mots

Dans le chapitre « De la morphologie au mode de vie »  : […] Focalisant l'attention sur l'influence des conditions géographiques et climatiques, d'une part, et sur les facteurs technologiques (outils et usages), d'autre part, la géographie humaine définit le genre de vie comme un ensemble d'activités habituelles qui permettent à un groupe humain d'assurer son existence en utilisant les ressources d'un milieu donné. Dans une perspective homologue, l'approc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-de-vie/#i_1724

REPRÉSENTATIONS COLLECTIVES

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe MARCEL
  •  • 1 140 mots

Dans le chapitre « Un fait social »  : […] Bien plus, considérer les représentations collectives comme sociales consiste à admettre que les choses qu'elles expriment non seulement y trouvent leur origine, mais sont aussi des aspects différents de l'être social qui leur sert de contenu. Si bien que la cohérence qu'on attribue au monde et à sa représentation est un artefact de celle qu'on trouve dans la société. Les représentations collecti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/representations-collectives/#i_1724

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Durkheim et l'école française de sociologie »  : […] En France, ils sont plusieurs à se faire concurrence au sein d'un espace scientifique en construction. Outre Le Play déjà cité, il faut d'abord compter avec René Worms, qui se signale moins par l'originalité de ses écrits que par son action en faveur de la reconnaissance de la discipline. Il crée ainsi la Revue internationale de sociologie et fonde un Institut international […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_1724

SUICIDE

  • Écrit par 
  • René ARLABOSSE, 
  • Jean-Pierre BLANADET, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  • , Universalis
  •  • 7 381 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le suicide et les sociétés »  : […] C'est à propos du suicide que Durkheim démontra, de la manière la plus paradoxale, l'originalité de sa méthode, en mettant en évidence la spécificité du social dans l'explication d'un phénomène qui paraissait relever essentiellement du psychisme individuel. Il distingue trois types principaux : le suicide altruiste, le suicide égoïste et le suicide anomique. Tandis que le premier, qui revient à se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide/#i_1724

SUICIDE (sociologie)

  • Écrit par 
  • Philippe RIUTORT
  •  • 1 018 mots

Le suicide est devenu, depuis Émile Durkheim et son ouvrage paru en 1897, Le Suicide , un des objets sociologiques par excellence. Le fondateur de l'école française de sociologie l'a, en effet, érigé en cas exemplaire du fait social, énoncé dans Les Règles de la méthode sociologique deux années plus tôt. En définissant le suicide comme « tout cas de m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suicide-sociologie/#i_1724

Pour citer l’article

François VIEILLESCAZES, « HALBWACHS MAURICE - (1877-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-halbwachs/