BESOIN, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout comme les plantes et les animaux, les hommes ont des besoins. Pour en rendre raison, de nombreuses typologies ont été proposées. Le plus souvent, elles hiérarchisent les besoins en partant des plus élémentaires (nourriture, abri, pulsions sexuelles…) jusqu’aux moins « naturels » (recherche de pouvoir, sociabilité, réalisation de soi, etc.). Déjà ancienne, puisqu’elle date des années 1940, la pyramide des besoins établie par le psychologue Abraham Maslow constitue toujours la référence la plus connue à ce sujet. Bien que vivement contestée, elle a servi de soubassement à quelques travaux de sciences sociales. Dans The Silent Revolution (1977), le politiste Ronald Inglehart s’appuie sur un tel schéma pour analyser les mouvements sociaux des années 1960. La croissance de l’après-guerre ayant satisfait les exigences d’ordre physiologique et sécuritaire, de nouvelles demandes, relevant des étages supérieurs dans la pyramide des besoins, ont pris le dessus. Ainsi pourraient s’expliquer les revendications d’égalité ou d’épanouissement personnel portées alors par les féministes, les étudiants ou les Noirs.

Depuis longtemps, cependant, les sociologues se défient des approches universelles des besoins. Ils leur préfèrent des études empiriques sur la consommation, dont un des intérêts est de montrer que la « loi d’Engel » (en vertu de laquelle la part relative des dépenses alimentaires et d’habillement diminue quand le revenu augmente) n’est pas valide toujours et partout. Après les enquêtes pionnières de Frédéric Leplay sur les budgets des familles ouvrières au xixe siècle, l’étude de Maurice Halbwachs sur la classe ouvrière et les niveaux de vie (1912) est venue porter en ce sens un éclairage sociologique intéressant. Maurice Halbwachs a montré que, à revenu égal, les ouvriers dépensent plus en nourriture que les employés, et moins en vêtement ou en loisirs. Ces différences s’expliquent pour partie par des conditions de travail plus rudes côté ouvriers, conditions qui exigent une [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers

Classification


Autres références

«  BESOIN, sociologie  » est également traité dans :

HALBWACHS MAURICE (1877-1945)

  • Écrit par 
  • François VIEILLESCAZES
  •  • 485 mots

Élève de Bergson et contemporain de Simiand, de Lévy-Bruhl et de Durkheim, Maurice Halbwachs fut professeur aux universités de Caen, de Strasbourg et de Paris, et termina sa carrière au Collège de France où il avait été nommé quelques mois avant sa mort en déportation à Buchenwald. Son œuvre est très largement marquée par l'influence de Durkheim, à qui il emprunte un certain nombre de thèmes et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-halbwachs/#i_55833

NOS TEMPS MODERNES (D. Cohen) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anne DEMARTINI
  •  • 1 047 mots

Raréfaction inexorable de l'emploi, à l'origine d'une pauvreté toujours plus grande ; lien social, jadis garanti par les structures entrepreneuriale, étatique et familiale, et désormais menacé par l'essor d'un individualisme dont le néo-libéralisme n'a de cesse de louer les vertus ; dictature des marchés financiers… autant de maux auxquels nos sociétés modernes se trouveraient confrontées, mais q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nos-temps-modernes/#i_55833

Pour citer l’article

Michel LALLEMENT, « BESOIN, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/besoin-sociologie/