GROUPE SOCIAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théorie sociologique, qui considère l'ensemble des phénomènes sociaux, est bien plus large que la théorie des groupes ou groupements, et ne peut être confondue avec elle. Certaines des contributions théoriques majeures, notamment celles des fondateurs, ont négligé ce mode de détermination de la réalité sociale. Cette constatation se vérifie dans l'œuvre de Comte et de Spencer. Durkheim lui-même a surtout envisagé le groupe sous l'aspect de sa cohésion – effet de la contrainte qu'il exerce sur ses membres – et du degré d'intégration qui le définit, mais non dans sa spécificité. Quant à Marx, les catégories sur lesquelles se fonde sa sociologie sont celles de structure, de classe, de mode de production et non celles qui pourraient résulter d'une différenciation et d'une combinaison des groupes sociaux.

Cette indifférence est révélatrice ; elle montre que l'accent mis sur les groupements, ou, inversement, le fait de les négliger, détermine pour une large part les conceptions générales de la société ; le point central du débat est généralement la nature du rapport de l'individu à celle-ci. G. Gurvitch a organisé sa sociologie générale en distinguant trois plans horizontaux d'observation : le plan macrosociologique qui est celui des «  sociétés globales », des larges ensembles sociaux disposant de la capacité de satisfaire tous les besoins de leurs membres ; le plan des groupements partiels qui entrent dans la composition des sociétés globales (familles, classes, associations, etc.) ; le plan microsociologique qui est celui des divers modes de liaisons sociales, des « formes de sociabilité ». Ces plans s'impliquent mutuellement, bien que le troisième relève de la considération des rapports interpersonnels au sein des groupes, et le premier de la considération des rapports intergroupes au sein de l'unité sociale la plus englobante. L'implication s'explique, selon Gurvitch, par le fait que l'individu et la société se trouvent en constante « réciprocité de perspective ». C'est cependant au plan moyen que les groupements sociaux doivent être appréhendés, afin de déterminer leurs caractéristiques générales et la diversité de leurs formes.

L'étude des groupes sociaux situe ces derniers à un niveau intermédiaire de la réalité sociale, ou plus précisément à une position moyenne dans la série des ensembles sociaux, définis selon leur dimension, leur extension. Il s'agit, en la circonstance, d'unités d'observation restreintes qui peuvent être soumises à une investigation totale : celles qui se situent dans le champ de la psychologie sociale, constamment attentive à investir les « petits groupes », et celui de l'anthropologie sociale, toujours employée à l'examen de petites communautés et de sociétés de taille réduite. Ces dernières sont l'objet direct de notre analyse, mais elles relèvent aussi d'une interrogation plus générale portant sur la nature des groupes sociaux et leur mode d'existence.

Groupes en ethnologie

Le groupe, unité réelle et intégrée

Quand il est question de définir le groupe, les sociologues s'accordent plus facilement sur les négations que sur les affirmations. Tout regroupement de personnes ne constitue pas nécessairement un groupe. Il peut se réduire à un agrégat physique, c'est-à-dire à un ensemble d'individus unis par la simple proximité physique – comme c'est le cas dans une file d'attente ou dans un grand magasin. L'unité de lieu et de temps ne crée pas automatiquement l'unité sociale. Par ailleurs, le regroupement logique de personnes présentant certaines caractéristiques communes (ou une caractéristique commune) ne forme pas un groupe, mais un agrégat statistique ou une catégorie, comme on le voit avec les catégories socio-professionnelles déterminées par les services de la statistique économique et sociale. La présence dans un ensemble dont tous les individus ont quelque (s) propriété (s) en commun n'indique pas nécessairement la participation à un groupe. En ce sens, les définitions minimales – celles qui retiennent le terme « groupe » comme parfaitement « neutre » et applicable à toute pluralité de personnes, à toute combinaison de personnes – ne sont plus acceptées. C'est au contraire la dichotomie groupe/non-groupe (agrégat) qui apparaît au départ de toutes les recherches récentes.

Si le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : professeur de sociologie à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  GROUPE SOCIAL  » est également traité dans :

CONSOMMATION - Comportement du consommateur

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Marc VANHUELE
  •  • 8 995 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'influence de l'univers interpersonnel (le groupe) »  : […] Quel que soit le concept central mis en relief (motivation, perception, attitude), l'approche individuelle analyse l'acte d'achat comme la résultante d'une décision prise par un acheteur isolé. Ce faisant, elle tend à ignorer la dimension sociale de l'achat et de la consommation. Or les normes sociales, souvent informelles, guident également notre comportement. Comment fonctionnent ces normes ? Qu […] Lire la suite

JEU - Ethnologie du jeu

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 9 576 mots

Dans le chapitre « Orientation des études sociologiques »  : […] La sociologie contemporaine ne s'attache guère à l'étude théorique du jeu qu'en fonction des concepts de groupe et de loisir. Ceux-ci, en tant que sujets d'étude, sont considérablement éloignés l'un de l'autre, mais ils ont en commun de pouvoir être étudiés sous l'aspect ludique. Tous deux se ressemblent en ceci qu'ils sont abordés, par le sociologue, du point de vue pragmatique. Chacun est consi […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 4 474 mots

Au croisement d’une multitude de courants de pensée et d’héritages intellectuels, incluant aussi bien la philosophie antique que certains développements inspirés par la biologie évolutionniste, la psychologie sociale aura amplement existé par ses thèmes et ses penseurs en chambre bien avant que ses progrès ne deviennent, pour l’essentiel, indissociables de la méthodologie scientifique et de la rec […] Lire la suite

MOBILISATION DES RESSOURCES

  • Écrit par 
  • Olivier FILLIEULE
  •  • 3 808 mots

Dans le chapitre « Critiques et extension du paradigme de la mobilisation des ressources »  : […] L’approche entrepreneuriale de la mobilisation des ressources a d’abord été contestée par des chercheurs pour lesquels l’organisation, au contraire d’être une condition sine qua non de toute mobilisation, contribue à tirer les mécontents de la rue aux salles de réunion. Pour Frances Piven et Richard Cloward, qui reprennent à leur compte les analyses classiques sur « la loi d’airain de l’oligarch […] Lire la suite

NATION - Nation et idéologie

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 7 468 mots

Le peuple, l'ethnie, la nationalité, la nation sont des vocables différents pour désigner divers types de formations globales d'une envergure qui dépasse et transcende celle des groupements globaux primaires : clans, tribus, villes et villages, cités-États, provinces. Ils impliquent tous un développement de solidarités unissant ces groupements ethniques ou territoriaux, ou encore à la fois ethniq […] Lire la suite

COGNITION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Vincent YZERBYT
  •  • 1 024 mots

Si la psychologie sociale étudie la manière dont les pensées, les émotions et les comportements sont influencés par autrui et l’affectent, la cognition occupe une place tout à fait privilégiée dans la discipline. Mobilisant de façon intensive les modèles de l’attention, de la mémoire, du raisonnement et de la formation de concepts, la cognition sociale est un courant de recherche très actif, qui […] Lire la suite

DÉMOCRATIE

  • Écrit par 
  • Daniel GAXIE
  •  • 10 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une compétition ouverte et pacifiée »  : […] Dans une démocratie, l'accès aux positions de pouvoir (gouvernement, Parlement, exécutifs territoriaux) s'effectue, plus ou moins directement, à travers une lutte concurrentielle sur les votes et, plus généralement, sur le soutien des citoyens. La compétition est, dans l'ensemble, ouverte, sincère et pacifiée. Pourtant, tout au long de l'histoire de l'humanité, la violence physique a été un moyen […] Lire la suite

EMPATHIE

  • Écrit par 
  • Jean DECETY
  •  • 1 394 mots

Dans le chapitre « Fonctions et limites de l’empathie »  : […] Les recherches en psychologie sociale et en neurosciences sociales appuient l’idée que le partage émotionnel et le souci de l’autre (deux composants de l’empathie) jouent un rôle central dans la motivation des conduites prosociales ainsi que dans le développement de la morale chez l’enfant. Mais ces relations sont loin d’être systématiques ou indépendantes de l’identité sociale des personnes, des […] Lire la suite

NORME SOCIALE

  • Écrit par 
  • Pierre DEMEULENAERE
  •  • 1 340 mots

Dans le chapitre « Définitions »  : […] Pour définir les normes sociales, il faut les considérer de deux points de vue. D'une part, on tend, depuis Talcott Parsons, à les faire dériver de valeurs partagées par tout ou partie de la société : les normes correspondent à des applications particulières de valeurs sociales, qui ont une plus grande généralité. Les normes déterminent alors les rôles et les attentes qui conditionnent les intera […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DU DÉVELOPPEMENT

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 4 171 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les nombreux déterminants du développement »  : […] Le terme déterminant peut être utilisé pour désigner ce qui déclenche, freine ou empêche la mise en route des mécanismes du changement. Tous les événements de la vie d’un enfant sont susceptibles d’influencer son développement. Comme les enfants ne vivent pas les mêmes expériences, ces déterminants sont aussi des facteurs de différenciation interindividuelle. De nombreux travaux ont été menés sur […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5 février 2022 France. Première séance du Forum de l'islam de France.

Gérald Darmanin évoque la création d’un cinquième groupe de travail consacré au financement, notamment celui de la formation et de la rémunération du personnel cultuel ainsi que celui du pèlerinage à La Mecque. Il annonce l’intention du gouvernement de mettre fin en 2024 au système des imams « détachés » en France par la Turquie, l’Algérie et le Maroc. […] Lire la suite

26 octobre 2021 Allemagne. Élection de Bärbel Bas à la présidence du Bundestag.

Le Bundestag élit à sa présidence la vice-présidente sortante du groupe social-démocrate (SPD), Bärbel Bas, inconnue du grand public. Celle-ci succède à Wolfgang Schäuble (CDU). Le candidat favori à ce poste, le chef du groupe social-démocrate Rolf Mützenich, a accepté de s’effacer au profit de Bärbel Bas afin que les principaux postes de responsabilité à la tête de l’État ne soient pas tous occupés par des hommes, dans la perspective d’un gouvernement dirigé par Olaf Scholz. […] Lire la suite

15-29 avril 2021 Russie. Intensification de la répression du mouvement d'Alexeï Navalny.

En 2014, il avait posté sur un réseau social un clip d’un groupe de métal allemand illustré par des scènes sexuelles parodiques. […] Lire la suite

6-23 avril 2021 Danemark. Élections législatives au Groenland.

Le projet minier était porté par le groupe australien Greenland Minerals dont l’actionnaire principal est une compagnie d’État chinoise. Le 16, Inuit Ataqatigiit conclut un accord de coalition avec le parti Naleraq (indépendantiste), arrivé en troisième position. Le 23, Múte Bourup Egede devient Premier ministre.  […] Lire la suite

27 septembre 2020 France. Élections sénatoriales.

Le groupe du Rassemblement démocratique et social européen subit un revers en abandonnant 9 sièges, à 15 élus. Les Indépendants (groupe Les Indépendants, République et territoires) conservent leurs 13 sièges. Les écologistes et apparentés (groupe Écologiste, solidarité et territoires) passent de 4 à 12 élus et regagnent la possibilité de former un groupe parlementaire. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BALANDIER, François CHAZEL, « GROUPE SOCIAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/