Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MATIÈRE (physique) Transitions de phase

Les premières transitions de phase observées ont été des changements d'état tels que la fusion de la glace ou la vaporisation de l'eau. Lors d'un changement d'état, le système, au sens de la thermodynamique, se présente comme la réunion de deux sous-systèmes homogènes possédant des propriétés distinctes. On appelle phase chacun de ces sous-systèmes. Plus précisément, une phase est une partie homogène, physiquement distincte, séparée des autres parties du système par une surface définie.

États désordonnés de la matière - crédits : Encyclopædia Universalis France

États désordonnés de la matière

La phase sous laquelle un système se présente est déterminée par la connaissance d'un certain ensemble de paramètres : température, pression, champ électrique ou magnétique, etc. Si, pour diverses valeurs de ces paramètres, le système peut se présenter sous des phases différentes, il est possible d'observer le passage d'une phase à l'autre en modifiant continûment la valeur des paramètres. Dans ce cas, on dit qu'il y a changement de phase, ou transition de phase.

On distingue deux types de transitions : celles pour lesquelles, au point dit de transition, les deux phases, en présence l'une de l'autre, sont en équilibre, et celles pour lesquelles, au même point, on passe continûment d'une phase à l'autre, sans que les deux phases soient jamais en équilibre en présence l'une de l'autre. La fusion et la vaporisation sont des transitions du premier type. La grande majorité des transitions magnétiques, quelques transitions ordre-désordre dans les alliages et les transitions superfluide et supraconductrice sont du second type. Les transitions de phase du premier type s'accompagnent toujours d'une discontinuité de l'entropie, ce qui se traduit par l'existence d'une chaleur latente de transformation. Les transitions de phase du second type sont sans chaleur latente, mais présentent, en général, une anomalie de la chaleur spécifique au point de transition. P. Ehrenfest proposa, en 1933, d'appeler transitions du premier ordre les transitions s'accompagnant de discontinuités dans les grandeurs physiques, comme l'entropie, qui sont reliées à des dérivées premières de l'énergie libre, et transitions du second ordre les transitions s'accompagnant de discontinuités dans les grandeurs physiques, comme la chaleur spécifique, qui sont reliées à des dérivées secondes de l'énergie libre, les dérivées premières étant continues.

Une notion très féconde pour classer les transitions fut introduite, en 1937, par L. D. Landau. Ce physicien remarqua que le passage d'une phase à l'autre, lors d'une transition du second ordre, s'accompagnait d'un changement de symétrie, auquel il associa la notion de paramètre d'ordre. Cette grandeur, de caractère extensif, est nulle dans la phase la plus symétrique et non nulle dans l'autre. Ainsi, lors d'une transition paramagnétique-ferromagnétique, le paramètre d'ordre est l'aimantation, qui est nulle dans la phase paramagnétique et non nulle dans la phase ferromagnétique. La première, qui est isotrope, est plus symétrique que la phase ferromagnétique ; dans cette dernière, il existe une direction privilégiée.

La théorie proposée par Landau est plus qu'une simple classification. À partir d'hypothèses qui semblent naturelles, telles que l'énoncé analytique de l'énergie libre, elle permet de déterminer le comportement, au voisinage du point de transition, de diverses grandeurs thermodynamiques telles que le paramètre d'ordre, la susceptibilité, ou encore la chaleur spécifique. La théorie de la supraconductivité, dont on ignorait alors le mécanisme, que donnent, en 1950, L. D. Landau et V. L. Ginzburg est remarquable : elle postule que le paramètre d'ordre, caractérisant la transition à l'état supraconducteur, est un champ scalaire[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., professeur à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de Paris, professeur à l'université de l'Illinois à Chicago

Classification

Pour citer cet article

Nino BOCCARA. MATIÈRE (physique) - Transitions de phase [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

États désordonnés de la matière - crédits : Encyclopædia Universalis France

États désordonnés de la matière

Condensation de la vapeur d’eau - crédits : Y. Gautier

Condensation de la vapeur d’eau

États de la matière - crédits : Encyclopædia Universalis France

États de la matière

Autres références

  • ÉTAT DE LA MATIÈRE, notion d'

    • Écrit par
    • 1 521 mots

    L'expérience quotidienne permet à chacun d'appréhender la notion d'état de la matière (parfois appelé phase) et celle de transition de phase qui lui est étroitement liée. L'exemple typique est celui des trois états si différents que prend l'eau lorsque sa température varie : à partir de 0 ...

  • MATIÈRE, notion de

    • Écrit par
    • 2 022 mots

    Le mot « matière » cache sous sa généralité abstraite une origine concrète fort éclairante. En latin archaïque, materia appartient à la langue rustique et désigne la substance dont est fait le tronc de l'arbre, en tant qu'elle est productrice (de branches, de feuilles). L'élargissement successif...

  • PARTICULES ÉLÉMENTAIRES

    • Écrit par et
    • 8 172 mots
    • 12 médias

    Les physiciens poursuivent l'étude de la structure de la matière dans le but de trouver plus d'unité et de simplicité dans un monde qui nous frappe par sa diversité et son apparente complexité. N'est-il pas remarquable de pouvoir ramener la variété quasi infinie des objets qui nous entourent...

  • ANTIMATIÈRE

    • Écrit par et
    • 6 931 mots
    • 4 médias
    ...associé est bâti avec les antiquarks correspondants. Les mésons résultent de la liaison d'un quark et d'un antiquark. Dans cette description moderne, la matière est constituée par trois « générations » de quarks et de leptons, le nombre trois a été établi par les expériences du C.E.R.N. (laboratoire européen...
  • ATOME

    • Écrit par
    • 9 140 mots
    • 13 médias

    L'atome est le terme ultime de la division de la matière dans lequel les éléments chimiques conservent leur individualité. C'est la plus petite particule d'un élément qui existe à l'état libre ou combiné. On connaît 90 éléments naturels auxquels s'ajoutent le ...

  • BOHR ATOME DE

    • Écrit par
    • 369 mots
    • 1 média

    Deux ans après avoir soutenu sa thèse sur la théorie électronique des métaux, le physicien danois Niels Bohr (1885-1962) écrit en 1913 trois articles fondamentaux qui révolutionnent la compréhension de la structure de la matière. Le premier, paru le 5 avril dans le Philosophical Magazine...

  • Afficher les 37 références