MATIÈRE (physique)Transitions de phase

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Transitions sans paramètre d'ordre

Les transitions sans paramètre d'ordre, comme toutes celles du premier ordre, sont caractérisées par le fait qu'au point de transition les deux phases en présence sont en équilibre.

Changements d'état

Les transitions sont souvent sensibles à diverses actions extérieures. La température de vaporisation, par exemple, est sensible à la pression. Dans un diagramme (p, T), le lieu des points de transition liquide-gaz constitue la courbe de vaporisation. Dans le même diagramme, on définit de façon analogue la courbe de fusion et de sublimation. Ces trois courbes ont un point commun, le point triple, pour lequel les trois phases (solide, liquide et gazeuse) sont en équilibre. Pour toutes les transitions du premier ordre, il est possible de déterminer une chaleur latente de transformation. Dans le cas de la fusion, de la vaporisation ou de la sublimation, la chaleur latente L est liée à la variation du volume spécifique ΔV lors du passage d'une phase à l'autre, et à la pente dp/dT de la ligne de transition par la formule de Clapeyron :

où T désigne la température absolue au point de transition. La démonstration de cette formule s'effectue en écrivant que les deux phases en présence sont en équilibre thermodynamique en deux points de transition voisins.

États de la matière

Vidéo : États de la matière

La glace l'eau et la vapeur d'eau sont trois états différents formés à partir de la même molécule H20. On passe d'un état à un autre en changeant de température sans modifier la pression ou en changeant la pression : solide, liquide, gaz sont trois phases qui coexistent en général.Le... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cette formule a de très nombreuses applications, dont celle de prévoir dans quel sens varie la température de fusion avec la pression. La fusion s'accompagne toujours d'une absorption de chaleur ; en outre, dans la plupart des cas, le solide a un volume spécifique plus faible que le liquide : il s'ensuit que dp/dT est positif, et la température de fusion augmente avec la pression. Le cas de l'eau est particulier, car, la glace étant moins dense qu'elle, la température de fusion diminue quand la pression augmente. La formule de Clapeyron permet aussi d'estimer approximativement la pente de la courbe de vaporisation si l'on suppose négligeable le volume spécifique du liquide en comparaison de celui de la vapeur et si on assimile la vapeur à un gaz parfait. Pour une mole, on remplace donc ΔV par RT/p et l'on obtient :

où R est la constante des gaz parfaits.

On a réussi à suivre des courbes de fusion jusqu'à des pressions de l'ordre de 3 × 109 Pa et jusqu'à des températures de quelques centaines de degrés. Ces expériences ont révélé que la courbe de fusion semble se prolonger indéfiniment, contrairement à la courbe de vaporisation qui est limitée par le point critique (fig. 1). Si l'on peut passer continûment de l'état gazeux à l'état liquide, il est impossible de passer sans discontinuité de l'état liquide à l'état solide. L'état gazeux et l'état liquide sont qualitativement identiques, car ils sont tous deux isotropes, tandis que l'état solide cristallisé est anisotrope.

Diagramme de phase d'un corps pur

Dessin : Diagramme de phase d'un corps pur

Diagramme de phase d'un corps pur. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Polymorphisme cristallin

Les transitions entre variétés cristallines différentes d'un même corps pur sont, elles aussi, des transitions sans paramètre d'ordre. À une température et à une pression déterminées, la phase la plus stable est celle dont le potentiel thermodynamique est le plus bas. La variation de volume qui accompagne une transition entre deux formes cristallines différentes étant, en général, très faible, on peut la négliger et discuter la stabilité des diverses phases à l'aide de l'énergie libre F. Les exemples de polymorphisme sont très nombreux. Plus de la moitié des corps simples possèdent cette propriété. Les cristaux de soufre, obtenus à froid par évaporation d'une solution dans le sulfure de carbone, sont orthorhombiques, tandis que ceux qui se forment par refroidissement du soufre liquide sont monocliniques. L'étain blanc quadratique, stable au-dessus de 18 0C, se transforme au contact d'un germe en étain gris cubique au-dessous de cette température. Le fer a un comportement un peu particulier qu'explique la figure 2. Cubique centré à température ordinaire, il devient cubique à faces centrées à 910 0C et redevient cubique centré au-dessus de 1 390 0C. La formule de Clapeyron est aussi applicable aux transitions entre les différentes formes cristallines d'un même corps pur. Soit le cas du soufre dont le diagramme de phase est représenté sur la figure 3. Sous la pression atmosphérique, les cristaux orthorhombiques, stables à basse température, se transforment, à 95,4 0C, en cristaux monocliniques avec absorption de [...]

Variations de l'énergie libre avec la température

Dessin : Variations de l'énergie libre avec la température

Variations de l'énergie libre des phases cubiques à faces centrées (cfc) et cubique centré (cc) du fer en fonction de la température. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Diagramme de phase du soufre

Dessin : Diagramme de phase du soufre

Diagramme de phase du soufre. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

États désordonnés de la matière

États désordonnés de la matière
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Condensation de la vapeur d’eau

Condensation de la vapeur d’eau
Crédits : Y. Gautier

photographie

États de la matière

États de la matière
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Diagramme de phase d'un corps pur

Diagramme de phase d'un corps pur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., professeur à l'École supérieure de physique et de chimie industrielles de Paris, professeur à l'université de l'Illinois à Chicago

Classification

Autres références

«  MATIÈRE, physique  » est également traité dans :

MATIÈRE (physique) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 2 003 mots

Le mot « matière » cache sous sa généralité abstraite une origine concrète fort éclairante. En latin archaïque, materia appartient à la langue rustique et désigne la substance dont est fait le tronc de l'arbre, en tant qu'elle est productrice (de branches, de feuilles). L'élargissement successif des sens du mot, d'abord dans la langue commune, à des matériaux variés, puis, dans […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - États de la matière

  • Écrit par 
  • Vincent FLEURY
  •  • 5 803 mots
  •  • 4 médias

D'Aristote à Réaumur, au xviiie siècle, la nature des solides ou des fluides a posé de grandes énigmes aux savants de jadis. Les découvertes de plus en plus fines de la science moderne sur l'organisation des molécules et des liaisons atomiques dans les matériaux ou dans les composés étudiés au laboratoire, comm […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 607 mots
  •  • 13 médias

La matière se présente principalement sous trois états simples : gazeux, liquide et solide. Ce qui distingue l'état solide des deux autres états est l'incapacité d'une masse solide à épouser la forme du récipient dans lequel on la place ; en revanche, un gaz s'empresse d'envahir tout le volume qu'on lui offre et un liquide prend la forme de la partie du récipient qui le contient. Ce qui caractéris […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - État liquide

  • Écrit par 
  • Jean-Louis RIVAIL
  •  • 3 248 mots
  •  • 6 médias

La notion de liquide est une notion familière, l'état liquide étant, avec l'état solide et l'état gazeux, l'un des trois états communs de la matière.On peut étudier un liquide comme une phase condensée fluide. Cela signifie que le liquide a une masse spécifique élevée, proche de celle du solide, et qu'il est aisément déformable, au point d'adapter sa forme à celle des récipients dans lesquels il e […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - État gazeux

  • Écrit par 
  • Henri DUBOST, 
  • Jean-Marie FLAUD
  •  • 8 284 mots
  •  • 9 médias

L'état sous lequel se présente la matière, solide, liquide ou gazeux, dépend des conditions de température et de pression. Suivant l'usage généralement admis, on désigne par gaz tout corps existant dans cet état dans les conditions normales de température et de pression (P0 = 1 atm, T0 = 0 0C), et par vapeur la phase gazeuse d'un corps solide ou liquide dans les mêmes condit […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - Plasmas

  • Écrit par 
  • Patrick MORA
  •  • 7 680 mots
  •  • 4 médias

L'état plasma peut être considéré comme le quatrième état de la matière, obtenu, par exemple, en portant un gaz à très haute température (104 K ou plus). L'énergie d’agitation thermique des molécules et atomes constituant le gaz est alors suffisante pour que, lors de collisions entre ces particules, un électron puisse être arraché à […] Lire la suite

ANTIMATIÈRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE, 
  • Jean-Marc RICHARD
  •  • 6 914 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Antimatière en laboratoire »  : […] Les particules de l'espace interplanétaire arrivant dans l'atmosphère y subissent des collisions et modifient ainsi l'énergie des particules qu'elles rencontrent. Si leur vitesse est suffisante, elles peuvent créer des paires électron- positon au cours de ces chocs, en libérant leur énergie cinétique. Ce sont les positons créés par ce processus qui ont été observés par Anderson. C'est seulement en […] Lire la suite

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 246 mots
  •  • 15 médias

L'atome est le terme ultime de la division de la matière dans lequel les éléments chimiques conservent leur individualité. C'est la plus petite particule d'un élément qui existe à l'état libre ou combiné. On connaît 90 éléments naturels auxquels s'ajoutent le technétium (Tc,  Z  = 43), le prométhéum (Pm, Z  = 61) ainsi que les transuraniens obtenus artificiellement depuis 1940. Les corps simples s […] Lire la suite

BOHR ATOME DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 370 mots
  •  • 1 média

Deux ans après avoir soutenu sa thèse sur la théorie électronique des métaux, le physicien danois Niels Bohr (1885-1962) écrit en 1913 trois articles fondamentaux qui révolutionnent la compréhension de la structure de la matière. Le premier, paru le 5 avril dans le Philosophical Magazine , est titré « Sur la constitution des atomes et des molécules ». Bohr prend pour point de départ la découvert […] Lire la suite

ATOMIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe BOUYER, 
  • Georges LÉVI
  •  • 6 703 mots
  •  • 1 média

La physique atomique est née des expériences effectuées à la fin du xix e  siècle qui ont montré que la matière était discontinue et formée d'atomes possédant une structure interne ; celle-ci étant à l'origine des raies observées dans les spectres d'émission et d'absorption du rayonnement par les différents éléments, l'objectif premier de la physique atomique a été de comprendre et d'interpréter […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nino BOCCARA, « MATIÈRE (physique) - Transitions de phase », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-transitions-de-phase/