MARIE-THÉRÈSE (1717-1780) archiduchesse d'Autriche et impératrice, reine de Hongrie et de Bohême (1740)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fille de l'empereur germanique Charles VI, Marie-Thérèse, archiduchesse d'Autriche, est reine de Hongrie et de Bohême en 1740 ; elle est l'épouse de l'empereur germanique François de Lorraine (1745-1765) et, à ce titre seulement, impératrice. Mais, indépendamment des querelles de titulature, Marie-Thérèse n'en est pas moins, durant quarante ans, le véritable souverain de la monarchie autrichienne.

Marie-Thérèse d'Autriche

Marie-Thérèse d'Autriche

Photographie

Marie-Thérèse (1717-1780), archiduchesse d'Autriche et impératrice, était la mère de Marie-Antoinette. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La mort de son père ouvre une crise de succession qui met en question l'existence même de la monarchie, en dépit des promesses faites par les puissances et des traités arrachés au prix de substantielles concessions (pragmatique sanction de 1713). Fille unique, Marie-Thérèse a des cousins qui élèvent des prétentions à tout ou partie de la succession. Ceux de Saxe, de Bavière et de Prusse se montrent particulièrement acharnés, avec l'appui de la France et de l'Espagne qui rêvent d'abattre la maison d'Autriche. Lorsque Frédéric le Grand s'empare de la Silésie, Marie-Thérèse est sans argent, sans crédit, sans armée et sans expérience. La couronne impériale échappe à son époux François de Lorraine (depuis deux ans grand-duc de Toscane) pour passer à l'Électeur de Bavière qui devient empereur sous le nom de Charles VII (1742-1745). Mais elle peut compter sur l'aide anglaise et fait face à l'adversité. La noblesse hongroise, qui lui accorde troupes et argent, contribue à sauver la monarchie. Pourtant, Belle-Isle conduit une armée française jusqu'à Prague (1741) et, en 1742, Marie-Thérèse doit acheter la paix avec Frédéric au prix de la Silésie, une des provinces les plus riches et les plus peuplées de la monarchie, mais qui, imparfaitement regagnée au catholicisme, a accueilli les Prussiens comme des libérateurs. En 1745, François de Lorraine est élu empereur, à la mort de Charles VII, mais la paix générale ne reviendra qu'en 1748 (traité d'Aix-la [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MARIE-THÉRÈSE (1717-1780) archiduchesse d'Autriche et impératrice, reine de Hongrie et de Bohême (1740)  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 052 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le despotisme éclairé »  : […] En fait les problèmes qui se posent au gouvernement de Vienne sont essentiellement politiques. La crise consécutive à la mort de l'empereur Charles VI (1740) mit un instant en question l'existence même de la Monarchie, mais se termina par l'abandon de la majeure partie de la Silésie au roi de Prusse Frédéric II et par un renforcement de la cohésio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_16770

FRANÇOIS Ier DE HABSBOURG-LORRAINE (1708-1765) empereur germanique (1745-1765) duc de Lorraine (1729-1736)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 373 mots

Empereur germanique (1745-1765) né le 8 décembre 1708 à Nancy (duché de Lorraine), mort le 18 août 1765 à Innsbruck (Autriche). À partir de 1723, François, dont la dynastie en Lorraine est apparentée de près aux Habsbourg d'Autriche, vit à la cour de l'empereur germanique Charles VI, à Vienne. Duc de Lorraine (sous le nom de François-Étienne) de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-ier-de-habsbourg-lorraine/#i_16770

HABSBOURG

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 2 295 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le partage de l'empire des Habsbourg »  : […] Ce partage n'était qu'apparent, car tous ces royaumes sur lesquels le soleil ne se couchait jamais (et auxquels s'ajouteront après 1580 le Portugal et ses colonies d'Asie, d'Afrique et d'Amérique) restaient la propriété indivise de la famille dont le chef était le roi d'Espagne. Cependant, pour simplifier quelque peu les tâches de gouvernement, Ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habsbourg/#i_16770

JOSEPH II (1741-1790) empereur germanique (1765-1790)

  • Écrit par 
  • Friedrich SCHREYVOGL
  • , Universalis
  •  • 844 mots

Empereur germanique (1765-1790), né le 13 mars 1741 à Vienne, mort le 20 février 1790 à Vienne. Quatrième enfant et fils aîné de Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780) et de François de Lorraine (1708-1765, le futur empereur François I er ), le jeune Joseph reçoit une éducation sévère. Lorsque sa mère le nomme au Conseil d'État, il fait preuve d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-ii/#i_16770

MARIE-ANTOINETTE (1755-1793) reine de France

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 1 138 mots
  •  • 3 médias

Fille de Marie-Thérèse d'Autriche et de François de Lorraine, celle que les siens nommaient Antonia est destinée tout enfant à sceller la réconciliation de la monarchie française avec celle des Habsbourg. Elle n'a pas encore quinze ans lorsque, au printemps de 1770, elle épouse le dauphin Louis, petit-fils de Louis XV. Les fêtes données à cette occ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-antoinette/#i_16770

MESSERSCHMIDT FRANZ XAVER (1736-1783)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 859 mots
  •  • 1 média

Pour bien comprendre l'originalité du sculpteur germano-autrichien Franz Xaver Messerschmidt (1736-1783), il convient de replacer son œuvre dans le contexte des préoccupations de l'époque. C'était le temps où, à travers la physiognomonie, Johann Kaspar Lavater se faisait fort de discerner les liens unissant aspects du visage et traits de caractère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-xaver-messerschmidt/#i_16770

SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 3 817 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La mort sans gloire »  : […] Bien qu'ils ne soient pas parvenus à restaurer la puissance et la cohésion impériales, les Habsbourg ne renoncèrent pas pour autant à tirer parti des préséances que leur conféraient leur titre et des relations entretenues grâce à lui pour jouer un rôle éminent dans les affaires allemandes. Ils comptèrent surtout, pour réaliser cette ambition, sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-empire-romain-germanique/#i_16770

SCHÖNBRUNN CHÂTEAU DE

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 489 mots
  •  • 4 médias

Cette résidence impériale , si proche de Vienne qu'elle compte à présent comme un monument de la capitale, est à la fois un musée, un palais de réception et le logement de nombreux fonctionnaires (mille deux cents personnes en 1971). L'histoire en est relativement simple : après la victoire décisive sur les Turcs en 1683, l'empereur Léopold voulut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateau-de-schonbrunn/#i_16770

SUCCESSION D'AUTRICHE GUERRE DE LA (1740-1748)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 789 mots

Crise ouverte à la mort de l'empereur Charles VI, les puissances européennes contestant la succession assurée par la pragmatique sanction de 1713 à sa fille Marie-Thérèse, la guerre de la Succession d'Autriche résulte de plusieurs causes : absence de loi fondamentale fixant l'ordre de succession, existence de règlements particuliers antérieurs à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-la-succession-d-autriche/#i_16770

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 243 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les réformes des souverains éclairés, les progrès de l'intégration des États des Habsbourg et les débuts du mouvement national »  : […] En 1740, la pragmatique sanction publiée en 1713 par l'empereur Charles VI, qui fait des différents pays où il règne un tout indissoluble, donne le prétexte de la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748) contre sa fille Marie-Thérèse (1740-1780). Frédéric II de Prusse s'empare de la plus grande partie de la Silésie et du comté de Glatz. Charles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_16770

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « MARIE-THÉRÈSE (1717-1780) archiduchesse d'Autriche et impératrice, reine de Hongrie et de Bohême (1740) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-therese/