JOSEPH II (1741-1790) empereur germanique (1765-1790)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Empereur germanique (1765-1790), né le 13 mars 1741 à Vienne, mort le 20 février 1790 à Vienne.

Quatrième enfant et fils aîné de Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780) et de François de Lorraine (1708-1765, le futur empereur François Ier), le jeune Joseph reçoit une éducation sévère. Lorsque sa mère le nomme au Conseil d'État, il fait preuve d'une intelligence exceptionnelle et d'un vif intérêt pour la politique. Après la mort de sa première femme, la princesse Marie-Isabelle de Bourbon-Parme (1741-1763), Joseph épouse Marie-Josèphe de Bavière (1739-1767) en 1765, qui décède à son tour. Il devient empereur à la mort de son père, en 1765, mais laisse sa mère prendre toutes les grandes décisions.

Lorsque celle-ci meurt en 1780, Joseph II devient seul maître du pays. Despote éclairé, il tente d'achever l'œuvre réformatrice de sa mère. Le système éducatif étant consolidé dans tout le royaume, il nomme les plus grands érudits et savants à l'université de Vienne, dégagée de la tutelle de l'Église. Il étend à tous les échelons la séparation des fonctions judiciaires et exécutives engagée par sa mère dans la haute administration. En 1786, il promulgue un code civil. Marie-Thérèse avait organisé avec Van Swieten un système de santé public, et à l'époque de Joseph II l'hôpital général de Vienne est considéré comme le mieux équipé d'Europe. L'empereur équilibre le budget de l'État, réorganise l'armée, ordonne l'abolition du servage. Par l'édit de tolérance de 1781, il établit l'égalité religieuse devant la loi. Il déclare également la liberté de la presse. L'émancipation des juifs donne bientôt un nouvel élan à la vie culturelle. Vienne, foyer artistique, connaît un nouvel essor lorsque Joseph II fait du Burgtheater le Théâtre national allemand.

Le conflit entre Joseph II et l'Église catholique pose cependant problème. Il instaure des séminaires généraux, prive les évêques de l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  JOSEPH II (1741-1790) empereur germanique (1765-1790)  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le despotisme éclairé »  : […] En fait les problèmes qui se posent au gouvernement de Vienne sont essentiellement politiques. La crise consécutive à la mort de l'empereur Charles VI (1740) mit un instant en question l'existence même de la Monarchie, mais se termina par l'abandon de la majeure partie de la Silésie au roi de Prusse Frédéric II et par un renforcement de la cohésion de l'ensemble du royaume. Si par l'acceptation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_10403

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Sous le gouvernement autrichien »  : […] Le traité d'Utrecht (1713) attribua les Pays-Bas du Sud à l'empereur autrichien Charles VI. Celui-ci se fit représenter par un gouverneur général et, pour l'administration quotidienne, institua la fonction de ministre plénipotentiaire. Le caractère particulier du gouvernement autrichien ne tarda pas à se manifester ; dynamique et féru de réglementation, il ne respectait pas les anciens privilèges […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_10403

DESPOTISME ÉCLAIRÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques CHEVALLIER
  •  • 4 472 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le joséphisme »  : […] Ce genre de préoccupations relève plutôt de la première manière du despotisme éclairé. Assez différentes vont être celles qui caractérisent, selon la distinction proposée par M. Lhéritier, la seconde manière. Ici Joseph II, le fils de Marie-Thérèse, qui devient corégent en 1765 pour régner seul en 1780, peut être pris (en raison de l'énorme importance de la maison d'Autriche comme de ses aspirati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/despotisme-eclaire/#i_10403

DESPOTISME ÉCLAIRÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 151 mots

1740 Avènement de Frédéric II de Prusse. 1750-1753 Séjour de Voltaire à la cour de Potsdam. 1752 Testament politique de Frédéric II : les principes du despotisme éclairé. 1762 Avènement de Catherine II de Russie. 1767 Échec de la réunion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/despotisme-eclaire-reperes-chronologiques/#i_10403

FRÉDÉRIC II DE PRUSSE (1712-1786)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 3 129 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Grand Allemand ou grand Prussien ? »  : […] La plupart des historiens allemands qui ont vu en 1866 l'Autriche éliminée de la Confédération germanique, en 1871 la fondation du II e Reich sous l'hégémonie prussienne ont cru assister au dénouement d'une crise plus que centenaire, commencée en 1740 par la première guerre de Silésie. Frédéric II aurait été le précurseur de Bismarck et le premier artisan de l'unité allem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-ii-de-prusse/#i_10403

LIGNE CHARLES JOSEPH prince de (1735-1814)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 735 mots

Issu d'une famille illustre des Pays-Bas, né à Bruxelles, Charles Joseph de Ligne est lui-même homme de guerre, diplomate et écrivain ; il hérite des titres de prince du Saint Empire, chevalier de la Toison d'Or, grand d'Espagne, grand bailli de Hainaut. Élevé avec rudesse, tôt intéressé aux récits et à l'observation des champs de bataille (Fontenoy, Ath, Mons, Tournai), il se distingue pendant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-joseph-ligne/#i_10403

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 244 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les réformes des souverains éclairés, les progrès de l'intégration des États des Habsbourg et les débuts du mouvement national »  : […] En 1740, la pragmatique sanction publiée en 1713 par l'empereur Charles VI, qui fait des différents pays où il règne un tout indissoluble, donne le prétexte de la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748) contre sa fille Marie-Thérèse (1740-1780). Frédéric II de Prusse s'empare de la plus grande partie de la Silésie et du comté de Glatz. Charles de Bavière est reconnu comme roi par la noblesse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_10403

Pour citer l’article

Friedrich SCHREYVOGL, « JOSEPH II (1741-1790) - empereur germanique (1765-1790) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-ii/