MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les maladies infectieuses sont causées par des micro-organismes pathogènes (bactéries, virus, parasites et champignons). La description précise des signes cliniques qui distinguent chaque maladie infectieuse, c’est-à-dire sa nosographie, puis l’identification du micro-organisme qui en est responsable ont permis d’établir progressivement un répertoire assez complet de ces affections avant la Seconde Guerre mondiale. L’hygiène, les antibiotiques, les vaccinations les ont fait reculer au cours du xxe siècle, et le paysage des maladies infectieuses avait fini par paraître sous contrôle. Mais, depuis les années 1970, des maladies infectieuses jusque-là inconnues ont fait leur apparition. Sida, Covid-19 et bien d’autres semblent surgir brusquement : ce sont des maladies infectieuses émergentes, appellation qui a heureusement remplacé celle de « maladies nouvelles » au début des années 1990. Elles font désormais régulièrement la une des médias. Parallèlement, des maladies connues auparavant, comme le choléra et la tuberculose, se développent de nouveau, avec souvent des propriétés nouvelles. Toutes ont en commun un caractère de nouveauté.

Mais, surtout, la chaîne d’événements qui permet leur apparition au sein des populations humaines s’ancre invariablement dans la complexité des interactions de l’homme avec son environnement. Compte tenu de leur importance et dans un contexte de risques de dissémination accrus par la mondialisation des échanges, ces maladies infectieuses représentent un véritable défi de santé publique et font l’objet de dispositifs de surveillance aux niveaux nationaux et international afin de repérer une menace le plus en amont possible et de tenter d’y répondre.

Définir les maladies infectieuses émergentes 

Avant l’irruption du sida sur la scène médicale au début des années 1980, le triptyque hygiène-prévention vaccinale-antibiothérapie permettait d’espérer, sinon la fin des « grandes » maladies infectieuses humaines – comme la variole, dont le dernier cas a été diagnostiqué le 26 octobre 1977 –, du moins leur contrôle dans les pays ayant les moyens d’une politique de santé efficace. Certes, bien des maladies restaient endémiques avec des taux de morbidité et de mortalité élevés (le paludisme, les maladies diarrhéiques et la tuberculose notamment). De temps à autre, des microépidémies de maladies exotiques associées à une mortalité effrayante (comme la fièvre de Marburg en 1967 ou encore la fièvre Ebola depuis 1976, toutes deux en Afrique équatoriale) alarmaient l’opinion. Mais le retour à l’état stationnaire sur le front des maladies infectieuses était rapide ; ces poussées restaient locales et les maladies confinées dans la catégorie, rassurante pour l’homme occidental, des « maladies exotiques », auxquelles il risquait peu d’être exposé. La question dominante en santé publique restait la réduction de l’endémicité des maladies connues.

Cette tranquillité apparente est bousculée par la découverte d’une maladie entièrement nouvelle, le sida, caractérisée au plan clinique en juillet 1981 et devenue rapidement pandémique. On ne connaissait rien de tel en médecine humaine, et son agent causal, le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), était inconnu. Avec le sida, la notion d’émergence d’une maladie s’impose en médecine. Le sida et son virus, deviennent alors, sinon un paradigme de maladie émergente chez l’homme, du moins un modèle, formalisé en 2004 par l’épidémiologiste américain Stephen S. Morse dans le cadre de la mise en place des programmes d’avertissement des risques infectieux épidémiques aux échelles nationales et mondiale. Cette même année, l’Office international des épizooties définit les maladies infectieuses émergentes comme « des infections nouvelles, causées par l’évolution ou la modification d’un agent pathogène existant ». Une dimension épidémique est introduite en 2014 dans cette définition.

Virus VIH et lymphocyte T4

Photographie : Virus VIH et lymphocyte T4

Le virus VIH prolifère chez l'homme dans les lymphocytes T4, dont le corps cellulaire est rouge (couleur artificielle) sur cette image de microscopie électronique colorisée. Le virus, qui apparaît ici sous forme de particules bleues (couleur artificielle), sort de la cellule par une sorte de... 

Crédits : SPL/ AKG-images

Afficher

Celle-ci s’appuie sur l’idée de « nouveauté », notion assez subjective et difficile à introduire dans un discours médical rationnel. D’auta [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Virus VIH et lymphocyte T4

Virus VIH et lymphocyte T4
Crédits : SPL/ AKG-images

photographie

Relations de parenté entre virus humains VIH et virus simiens VIS

Relations de parenté entre virus humains VIH et virus simiens VIS
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tique en train de se nourrir

Tique en train de se nourrir
Crédits : SPL/ AKG-images

photographie

Véhicules de l’ONU près d’une rizière pendant la guerre de Corée

Véhicules de l’ONU près d’une rizière pendant la guerre de Corée
Crédits : AKG-images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infectieuses-emergentes/