MALADIE DE LYME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Diagnostic bactériologique chez l’homme

Le diagnostic de la borréliose de Lyme est avant tout clinique et s’effectue le plus souvent à la phase précoce localisée avec l’observation de l’érythème migrant. La recherche directe des bactéries dans une biopsie cutanée est possible mais, celles-ci étant toujours en très faible nombre, une culture sur huit à douze semaines et une identification par PCR s’avèrent nécessaires. À ce stade, il n’est pas recommandé de pratiquer une sérologie puisque les anticorps ne sont pas encore synthétisés (délai d’au moins 4 à 6 semaines) dans la plupart des cas, conduisant à un mauvais diagnostic.

Ce stade passé, le diagnostic de la maladie se complexifie avec le temps écoulé. Si l’EM passe inaperçu ou s’il ne s’est pas développé, le diagnostic indirect par sérologie est pratiqué sur les phases de dissémination avec recherche d’anticorps spécifiques. Il repose sur un test ELISA qui, s’il est positif ou douteux, conduit à un test de confirmation par une méthode d’immuno-empreinte (western blot, immuno-blot ou dot blot). Les préparations antigéniques utilisées dans les différents tests ELISA sont le plus souvent des lysats bactériens complets, des antigènes purifiés (comme les protéines OspA, OspC, BmpA, DbpA, p41 ou VlsE) ou une association des deux afin d’améliorer la sensibilité et la spécificité du test. La très grande majorité des kits ELISA disponibles en France et dans le reste de l’Europe utilise un mélange d’antigènes des trois espèces pathogènes majoritaires en Europe. La diversité des souches de Borrelia impliquées dans les borrélioses de Lyme en Europe accroît la complexité de ce sérodiagnostic.

La recherche d’anticorps s’effectue dans le sang et le liquide cérébro-spinal (LCS) pour les formes nerveuses (neuroborréliose). On recherche une synthèse d’anticorps spécifiques dans le LCS (synthèse intrathécale) car la sérologie peut, au début d’une neuroborréliose aiguë, être négative dans le sérum et positive un [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Principales maladies transmises par les tiques

Principales maladies transmises par les tiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Borreliella burgdoferi

Borreliella burgdoferi
Crédits : à gauche : eye of Science/ SPL France; à droite : Université de Strasbourg, centre national de référence des Borrélia

photographie

Rostre de tique (Ixodes ricinus)

Rostre de tique (Ixodes ricinus)
Crédits : David Gregory & Debbie Marshall/ Wellcome Library ; CC-BY

photographie

Tique femelle (Ixodes ricinus), vue ventrale

Tique femelle (Ixodes ricinus), vue ventrale
Crédits : David Gregory & Debbie Marshall/ Wellcome Collection; CC-BY

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en parasitologie, université de Strasbourg, entomologiste médicale au Centre national de référence Lyme

Classification

Autres références

«  MALADIE DE LYME  » est également traité dans :

ACARIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CONNAT, 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 6 633 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Acariens et maladies »  : […] Les acariens sont à l'origine de nombreuses maladies ou nuisances chez l'homme, les animaux et les plantes. Chez l'homme, les deux maladies les plus connues sont la maladie de Lyme et la gale. La première, rencontrée essentiellement dans les zones tempérées, est une infection bactérienne dont les atteintes chroniques peuvent être redoutables. Elle est propagée par les tiques qui transmettent, lor […] Lire la suite

BURGDORFER WILLY (1925-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 447 mots

Wilhelm (Willy) Burgdorfer est un chercheur américain né à Bâle, en Suisse, le 27 juin 1925. Il est surtout connu pour avoir découvert en 1981 la bactérie responsable de la maladie de Lyme, une infection propagée par les tiques, un spirochète plus tard baptisé Borrelia burgdorferi en son honneur. Wilhelm Burgdorfer obtient des doctorats de zoologie, parasitologie et bactériologie à l’universi […] Lire la suite

MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 10 465 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Prolifération du gros gibier et maladies à tiques »  : […] La maladie de Lyme est un autre exemple de maladie dont le caractère de nouveauté est ambigu. Elle fait partie du groupe des maladies à tiques (tularémie, diverses borrélioses dont la maladie de Lyme, babésioses, rickettsioses, etc.) provoquées par l’infection due à des bactéries hébergées par les tiques et transmises lorsque ces dernières s’accrochent sur la peau pour un repas de sang. La maladi […] Lire la suite

SURVEILLANCE DES INSECTES VECTEURS

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 3 405 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une surveillance au plus près du terrain »  : […] En Europe, une des principales maladies vectorielles humaines est liée aux tiques : il s’agit de la maladie de Lyme (dont l’agent responsable est la bactérie Borrelia burgdorferi ). En France l’Anses, via son laboratoire de santé animale de Maisons-Alfort, étudie à la fois les tiques et les agents pathogènes qu’elles transmettent, afin de les identifier, de les caractériser et d’élaborer des stra […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nathalie BOULANGER, « MALADIE DE LYME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-de-lyme/