MAÎTRE DE MOULINS, JEAN HEY dit (actif entre 1480 et 1501)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Maître de Moulins, peintre du Triptyque de la Vierge en gloire de la cathédrale de Moulins, est considéré comme le plus grand peintre français actif dans le dernier quart du xve siècle. Il exécuta au moins une douzaine d'œuvres, auxquelles il faut ajouter une miniature pour les Statuts de l'ordre de saint Michel. Il est aussi probable qu'il fit des cartons pour le Vitrail des Popillons à la cathédrale de Moulins. Son identité a été controversée depuis le début du xxe siècle, et c'est seulement dans les années 1960 que les experts se sont accordés à reconnaître en lui Jean Hey, artiste d'origine flamande.

Identification du Maître de Moulins

À en juger par ce qu'on connaît de son œuvre, Jean Hey a dû travailler entre 1480 et 1501, et doit donc être né vers 1450. Les renseignements les plus importants que l'on possède sur cet artiste peuvent être tirés d'une inscription placée au revers de sa seule œuvre documentée, un Ecce Homo (musée des Beaux-Arts, Bruxelles) où il est dit qu'il a peint ce panneau pour Jean Cueillette, notaire et secrétaire de Charles VIII. Puisque Jean Hey est mentionné dans cette inscription comme egregius pictor teutonicus, on peut penser qu'il venait des Pays-Bas. Le même Jean Hey est aussi mentionné dans La Plainte du Désiré de Jean Lemaire de Belges (1504) où il est estimé, avec Jean Perréal (v. 1455-1530), comme l'un des plus grands peintres français, et où tous deux sont comparés à Léonard de Vinci, Bellini et Pérugin. Puisque Cueillette et Lemaire de Belges étaient tous deux au service de Pierre de Beaujeu, duc de Bourbon, et que c'est à la cour de ce dernier, à Moulins, que le Maître de Moulins peignit la plupart de ses œuvres, on a une raison supplémentaire de penser que ce maître est Jean Hey.

Ce que démontre l'étude de son style justifie également cette identification. L'Ecce Homo du musée des Beaux-Arts de Bruxelles est stylistiquement très proche, par exemple, du Portrait du dauphin Charles-Orlant (musée du Louvre, Paris), qui fut peint la même année.

On sait que Jean Hey était en France avant 1483, car il exécuta une Nativité pour le cardinal Jean Rolin (musée d'Autun), qui était chanoine et archidiacre de la cathédrale d'Autun et qui mourut cette année-là. Cette œuvre, qui date probablement de quelques années avant 1483, et d'autres encore, trahissent son origine flamande. Jean Hey connaissait visiblement les dernières œuvres de Hugo Van der Goes qui peut avoir été son maître. L'influence de Van der Goes est manifeste dans ses paysages, dans certaines compositions et, pour la Nativité, dans l'usage de couleurs froides. Les dernières œuvres de Van der Goes, cependant, telles que le Retable Portinari, du musée des Offices, ou La Mort de la Vierge, du musée communal de Bruges, dégagent une intense mélancolie qui est due à l'échelle arbitraire des figures, à un espace irrationnel et à un emploi insolite des couleurs. Les œuvres de Jean Hey sont en revanche plus calmes, et ne décèlent pas la tension qu'on sent chez le maître flamand. Les mains de ses personnages sont souvent levées, les paumes tournées vers l'extérieur, dans un dialogue silencieux et éloquent. En France, Jean Hey assimila le style de Jean Fouquet, notamment ses formes sculpturales. Les enfants que peint Jean Hey, particulièrement l'Enfant Jésus du Triptyque de Moulins, ont la plasticité de l'enfant qu'a peint Fouquet dans le Diptyque de Melun (musée d'Anvers).

La Nativité, Maître de Moulins

Photographie : La Nativité, Maître de Moulins

Maître de Moulins (actif entre 1480 et 1501), La Nativité. Huile sur panneau, 56 cm × 75 cm. Musée Rolin, Autun, France. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Il n'est pas facile de dater les œuvres de Jean Hey entre la Nativité d'Autun et le Triptyque de Moulins qui fut exécuté vingt ans plus tard. On peut déduire quelques dates de l'âge des donateurs. Jean Hey peignit probablement le Portrait de Charles de Bourbon, cardinal de Lyon (Alte Pinakothek, Munich), qui mourut en 1488, immédiatement après la Nativité. Le cardinal doit avoir fait entrer Jean Hey à la cour des Bourbons à Moulins, pour lesquels il a dès lors travaillé.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

La Nativité, Maître de Moulins

La Nativité, Maître de Moulins
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Madeleine de Bourbon présentée par sainte Madeleine, Maître de Moulins

Madeleine de Bourbon présentée par sainte Madeleine, Maître de Moulins
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MAÎTRE DE MOULINS, JEAN HEY dit (actif entre 1480 et 1501)  » est également traité dans :

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 852 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] L'histoire de la peinture apparaît plus contrastée, avec une réaction qui se veut dramatique contre l'emploi de formules répétées et souvent épuisées. Courajod a donné le nom de «  gothique international » à ce courant, qui se rattache au style courtois de la première moitié du xiv e  siècle et qui fut mis à l'écart entre 1360 et 1380. Il réapparaît dès les années 1380 dans toutes les cours europ […] Lire la suite

PERRÉAL JEAN (connu entre 1483 et 1530)

  • Écrit par 
  • Nicole REYNAUD
  •  • 364 mots

Artiste extrêmement actif, qui s'est adonné à la peinture, à l'enluminure, à la décoration, à l'architecture et à la poésie. Jean Perréal dit Jean de Paris a été au service de la ville de Lyon, où il a organisé de nombreuses « entrées » princières, celles des rois Charles VIII, Louis XII et François I er , celles de la reine Anne de Bretagne (pour laquelle il dessine les patrons de sculptures des […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sharon KATIC, « MAÎTRE DE MOULINS, JEAN HEY dit (actif entre 1480 et 1501) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maitre-de-moulins-hey/