BORGIA CÉSAR (1476-1507)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils naturel du futur pape Alexandre VI, né vers 1476, probablement à Rome, mort le 12 mai 1507, près de Viana (Espagne), César Borgia a élargi le pouvoir politique de la papauté et a tenté d'établir sa propre principauté dans le centre de l'Italie. Sa politique inspira le Prince de Machiavel.

César Borgia est le fils du cardinal Rodrigo Borgia, alors vice-chancelier de l'Église, et de Vannozza Catanei. Éduqué pour faire carrière dans les ordres, il est nommé protonotaire apostolique et chanoine de la cathédrale de Valence dès l'âge de sept ans (les Borgia sont originaires d'Espagne).

Les premiers précepteurs de César Borgia reconnaissent en lui un élève exceptionnellement brillant. En 1489, il entre à l'université de Pérouse pour étudier le droit. Il suit ensuite les cours du juriste Filippo Decio à l'université de Pise, où il obtient un diplôme de droit canon et civil. Nommé évêque de Pampelune en 1491, il est fait archevêque de Valence en 1492 après l'élection de son père au Saint-Siège. Cet événement change la destinée de César Borgia, qui obtient en outre le titre de cardinal en 1493. S'il est désormais l'un des principaux conseillers de son père, il est clair qu'il n'a pas de réelle vocation religieuse. Il est en effet plus réputé à la cour pontificale pour sa vie de débauche que pour la stricte observance de ses charges ecclésiastiques.

À la mort de son frère aîné Pier Luigi en 1488, le titre de duc de Gandie échappe à César Borgia et revient à son cadet Giovanni. C'est ce dernier qui est chargé de commander l'armée pontificale en 1496 pour les premières campagnes d'Alexandre contre la rébellion des Orsini. Lorsque Giovanni est mystérieusement assassiné en 1497, César est suspecté de complicité. Son caractère guerrier et son engagement politique répondent alors parfaitement au profil de lieutenant séculier que cherche son père. César renonce ainsi à la dignité de cardinal en 1498. Il épouse alors Charlotte d'Albret, sœur du roi de Navarre. Parallèlement, il reçoit de Louis XII, roi de France, le titre de duc de Valentinois.

Grâce à ce mariage, César et son père obtiennent l'aide des Français dans leur projet de reprendre le contrôle des États pontificaux et de fonder un royaume permanent en Italie pour César. Fort de cet appui, César, capitaine général de l'Église, se lance en 1499 dans une occupation systématique des villes de Romagne et des Marches aux mains de feudataires du Saint-Siège. La campagne de 1499 est marquée par la conquête d'Imola et de Forli. Celle de 1500-1501 ramène dans le giron de César les villes de Rimini, Pesaro et Faenza. Urbino, Camerino et Senigallia tombent en 1502. C'est lors de cette dernière campagne que Machiavel, ambassadeur florentin auprès de César Borgia, observe directement les méthodes de l'homme qui inspirera son œuvre.

Les activités d'Alexandre et de César, bien que peu différentes de celles des papes précédents du xve siècle, suscitent l'opposition des États pontificaux et d'autres États italiens. La guerre de propagande acharnée menée contre les Borgia a des répercussions durables. César est décrit comme un monstre de luxure et de cruauté qui exerce une influence surnaturelle sur son père après avoir assassiné son frère Giovanni, le favori du pape. Il semble néanmoins que père et fils travaillent de concert : Alexandre est un fin politicien, tandis que César est un homme d'action impitoyable. Ambitieux et arrogant, ce dernier est déterminé à devenir prince avant que la mort de son père le prive du soutien politique et financier de la papauté.

La troisième campagne de Romagne (1502-1503) illustre au mieux les méthodes de César. Il lance une marche éclair sur Urbino qui, surprise, se rend sans un seul coup de feu. Il se lance alors vers Camerino, qui tombe aussi rapidement. Ses capitaines, craignant son pouvoir, se retournent alors contre lui, à Magione. César, privé de l'essentiel de ses troupes, est forcé de battre en retraite en Romagne. Utilisant les fonds du Saint-Siège, il reconstitue cependant son armée tout en luttant sur le front diplomatique pour briser la conspiration. Une fois cet objectif atteint, il convie, au motif de réconciliation, certains conspirateurs à Senigallia et les fait exécuter (décembre 1502).

Doté d'une armée puissante et dévouée, César semble alors à l'apogée de sa carrière. Il prévoit probablement d'attaquer la Toscane, pour fonder l'État indépendant dont il rêve, lorsque son père meurt le 18 août 1503. Son farouche ennemi, Giuliano della Rovere, est alors élu pape (Jules II). Il lui retire son titre de duc de Romagne et de capitaine général de l'Église et lui demande de libérer les villes de Romagne. César est arrêté. Il répond favorablement à la proposition pontificale pour gagner du temps et s'enfuit à Naples, où il est rattrapé par Gonzalve de Cordoue, vice-roi d'Espagne. Ce dernier refuse de se liguer avec lui contre le pape. César est alors emprisonné en Espagne, dans le château de Chinchilla près de Valence, puis à Medina del Campo, dont il s'échappe en 1506. Dans l'impossibilité de rentrer en Italie, il se met au service de son beau-frère, le roi de Navarre, et est tué en 1507 dans une échauffourée avec des rebelles navarrais près de Viana.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BORGIA CÉSAR (1476-1507)  » est également traité dans :

ALEXANDRE VI, RODRIGO BORGIA (1431-1503) pape (1492-1503)

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 1 222 mots

Le 11 août 1492, « on vit accéder à la suprême dignité, écrit L. Pastor, dans son Histoire des papes , un homme que l'Église ancienne n'aurait pas admis au dernier rang du clergé à cause de sa vie dévergondée ». Le conclave venait d'élire le cardinal Rodrigo Borgia qui prenait le nom d'Alexandre VI . Ce sexagénaire (il était né en 1431, à Játiva, en Espagne) avait une solide réputation : la prêtri […] Lire la suite

BORGIA LUCRÈCE (1480-1519)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 486 mots

Aristocrate italienne née le 18 avril 1480 à Rome, morte le 24 juin 1519 à Ferrare. Lucrèce Borgia est la fille du cardinal espagnol Rodrigo Borgia et de Vannozza Catanei et la sœur de César Borgia. En 1491, elle est fiancée successivement à deux aristocrates espagnols. Cependant, c'est Giovanni Sforza, seigneur de Pesaro, qu'elle épouse en 1493 pour satisfaire les visées stratégiques de son pèr […] Lire la suite

MACHIAVEL (1469-1527)

  • Écrit par 
  • Jean-François DUVERNOY
  •  • 6 688 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Virtù » »  : […] Cette volonté de pouvoir, détachée de toute condition qui la fonderait en en faisant un attribut « psychologique » ou « historique » qui serait alors lié « par nature » à quelques « élus », c'est la virtù . La tradition philologique de la transmission des textes machiavéliens a rendu un fort mauvais service à la compréhension de cette notion. Cette tradition concerne l'ouvrage réputé majeur, d'un […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michael Edward MALLETT, « BORGIA CÉSAR - (1476-1507) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar-borgia/