LUGNÉ-POE AURÉLIEN-MARIE LUGNÉ dit (1869-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acteur et metteur en scène français, réputé pour avoir matérialisé sur la scène l'esthétique symboliste, Lugné-Poe a produit en réalité une œuvre théâtrale d'une grande diversité. Inlassable découvreur d'auteurs et de textes (Maeterlinck, Hauptmann, Ibsen, Strindberg, Verhaeren, Wilde, D'Annunzio, Synge, Jarry, Claudel, Crommelynck, Salacrou...), il a fait connaître un vaste répertoire étranger tout en encourageant les jeunes auteurs français. Lugné-Poe pensait la scène comme le lieu de toutes les expérimentations. C'est ainsi qu'après être passé par le naturalisme d'Antoine, il développa le jeu et la mise en scène symbolistes, explora l'hyperthéâtralité du théâtre d'Alfred Jarry, avant de se tourner vers un réalisme tempéré proche de celui de Jean Jullien. Ses mises en scène de Jean-Gabriel Borkman (1897) et de Rosmersholm (1898) d'Ibsen, ainsi que celles du théâtre de Claudel, furent les plus caractéristiques de cette dernière tendance. Personnalité caustique, provocatrice et paradoxale, Lugné-Poe pouvait railler ce qu'il aimait le plus, et montrait à la scène un réel talent d'acteur comique. Certaines de ses mises en scène souffraient d'un inachèvement qui leur donnait parfois l'apparence de l'improvisation. Sans avoir la dimension théorique et révolutionnaire de celle de Craig ou d'Appia, son œuvre reste l'une des plus inventives et productives de son époque. Elle trouve des prolongements esthétiques chez Copeau et les metteurs en scène du Cartel, ainsi que, plus près de nous, dans les mises en scène de Claude Régy ou de Robert Wilson.

Né à Paris en 1869, Lugné-Poe fonde le Cercle des Escholiers en 1887, alors qu'il est encore élève au lycée Condorcet. Peu de temps après, il entre au Conservatoire et au Théâtre libre d'Antoine, qu'il quittera en mars 1890 pour rejoindre le Théâtre d'art de Paul Fort et les peintres nabis. Après le coup d'éclat de Pelléas et Mélisande de Maeterlinck, en mai 1893, il transforme, avec l'aide de Camille Mauclair et d'Édouard Vuillard, le Théâtre d'art balbutiant en théâtre de l'Œuvr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LUGNÉ-POE AURÉLIEN-MARIE LUGNÉ dit (1869-1940)  » est également traité dans :

JULLIEN JEAN (1854-1919)

  • Écrit par 
  • Pascale ROGER
  •  • 964 mots

le naturalisme et son intérêt grandissant pour le symbolisme, la « réalité d'âme » et la pantomime. Il entretient alors avec Lugné-Poe une chaleureuse complicité qui jouera un rôle important dans les orientations du théâtre de l'Œuvre. Après une vigoureuse campagne de presse conduite au prestigieux quotidien Paris (de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jullien/#i_41716

NABIS

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 3 179 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rencontres, échanges, activités »  : […] C'est par Aurélien Lugné-Poe, son ancien camarade du lycée Condorcet, que Maurice Denis avait été mis en rapport avec les milieux littéraires symbolistes. Il rencontra ainsi Jean Jullien, directeur de la revue Art et Critique, puis le poète Adolphe Retté, qui le présenta à son tour à Verlaine et à Jean […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nabis/#i_41716

SCÉNOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 523 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théâtre d'art, théâtre public : la multiplication des formes »  : […] En France, dès la fin du xixe siècle, le metteur en scène Aurélien Lugné-Poe (1869-1940) marque une rupture avec la scène conventionnelle. Au théâtre de l'Œuvre, à Paris, il développe une recherche expérimentale sur le symbolisme scénique, qui trouve sa résonance dans des décors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie/#i_41716

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 890 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les œuvres des symbolistes »  : […] de Mallarmé. Les tentatives du théâtre d'Art (1890-1893) de Paul Fort, poursuivies par Lugné-Poe (le théâtre de l'Œuvre, 1893-1897), aboutiront néanmoins à la constitution d'un répertoire symboliste, qui réunit, avec les pièces de Maeterlinck, de Quillard et de Jarry, celles de Strindberg, d'Ibsen, voire du théâtre indien (Çakuntala […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_41716

SYMBOLISME - Théâtre

  • Écrit par 
  • Mireille LOSCO
  •  • 1 636 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un théâtre des limites »  : […] ou de Hauptmann, qu'on découvre alors en France, des échos à leur propre recherche. Lugné-Poe s'attacha à faire découvrir ce répertoire « du Nord », mais en le traduisant sur scène dans un style purement symboliste, là où la dramaturgie scandinave relevait beaucoup plus d'un « carrefour naturalo-symboliste » (Jean-Pierre Sarrazac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-theatre/#i_41716

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 029 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La mise en scène symboliste »  : […] 1892 quand le jeune Paul Fort fonda le Théâtre d'art qu'Aurélien Lugné-Poe (1869-1940), ancien compagnon d'Antoine, changea en théâtre de l'Œuvre, à la suite de la création, en 1893, de Pelléas et Mélisande de Maeterlinck. L'Œuvre s'attacha à donner leur chance à l'art pur, à la poésie de l'imprécis, à la profondeur des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_41716

UBU ROI (mise en scène B. Sobel)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 920 mots

accueil réservé à Ubu roi fut de la sorte quand, le 10 décembre 1896, Lugné-Poe monta la pièce de Jarry rue Blanche, au Nouveau Théâtre, aujourd'hui Théâtre de Paris. L'ampleur du chahut fit que le lendemain le Tout-Paris mondain et intellectuel se bousculait pour trouver place à la seconde et dernière représentation. D'autres n'étaient pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ubu-roi-mise-en-scene-b-sobel/#i_41716

Pour citer l’article

Pascale ROGER, « LUGNÉ-POE AURÉLIEN-MARIE LUGNÉ dit (1869-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lugne-poe/