FORT PAUL (1872-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un minotier champenois qui s'installe à Paris en 1878, Paul Fort fait ses études secondaires au lycée Louis-le-Grand et se lie d'amitié avec Pierre Louÿs et André Gide, élèves de l'École alsacienne.

Se destinant à Saint-Cyr, il est influencé par ses amis, qui l'orientent vers la littérature. Il se met à fréquenter le café Voltaire, haut lieu du mouvement symboliste, et rédige un manifeste en faveur de la création d'un théâtre représentatif de ce groupe, ce qui lui vaut son renvoi du lycée.

À dix-sept ans, réduit au porte-à-porte pour financer ses idées, Paul Fort se trouve à la tête d'un théâtre d'avant-garde, le théâtre des Arts, créé pour faire échec au naturalisme du Théâtre-Libre. Il fait jouer des pièces d'auteurs anciens, Les Cenci de Shelley, La Tragique Histoire du docteur Faust de Marlowe, des poèmes non conçus pour la scène comme Le Soleil de minuit de Catulle Mendès, Le Concile féerique de Jules Laforgue, Le Guignon de Mallarmé, Le Corbeau d'Edgar Poe, La Fille aux mains coupées de Pierre Quillard (une réussite dans le genre) et d'autres encore signés Gourmont, Maeterlinck, Rachilde, Verlaine... Les décorateurs en sont Gauguin, Vuillard, Bonnard, Maurice Denis, Bernard Sérusier, et les acteurs bénévoles Marguerite Moreno, Suzanne Desprée, Lugné-Poe, de Max, Lucien Guitry.

En 1891, Fort épouse une jeune marchande de fleurs, et ses témoins sont Verlaine et Mallarmé. Quatre ans après sa création, le théâtre des Arts, laissé aux mains de Lugné-Poe, devient le théâtre de l'Œuvre. Paul Fort se consacre dès lors à la poésie. Fondateur de la revue Le Livre d'art en 1896, il crée Vers et Prose en 1905, publication dans laquelle écrit l'élite des symbolistes, et qui paraît jusqu'à la guerre de 1914. Aidé de Valéry, il tente en 1927 de faire renaître cette revue ; deux numéros seulement paraissent. Il publie en 1897 ses premières Ballades françaises, qui comporteront une cinquantaine de recueils ; parmi les plus célèbres, on peut citer La Ronde autour du monde (1922), La Tourangelle (1925), Les Fleurs de lys (1926), Le Livre des visions (1941), Un jardinier du jardin de France (1943), On loge à pied et à cheval (1947), Mon grand pays (1950), Empire de France (1953). Il écrit aussi des légendes dramatiques en vers, notamment Louis XI, curieux homme (1922), Ysabeau, présentée à l'Odéon en 1924, Les Compères du roi Louis, jouée à la Comédie-Française en 1927.

Il continue pendant ce temps à fréquenter les milieux artistiques et littéraires ; on le voit à Montmartre avec Picasso et Apollinaire, à Montparnasse, plus souvent, où il rencontre Germaine Tourangelle qui deviendra sa femme, après son veuvage, en 1956. Il part en sa compagnie faire une tournée de conférences dans le monde entier sur la poésie française. Il achète, en 1921, une propriété près de Montlhéry, où, jusqu'à la fin de sa vie, il connaît une semi-retraite.

Surnommé, par Frédéric Mistral, « la cigale du Nord », Paul Fort a chanté, pendant cinquante ans, sans tomber dans la monotonie, les provinces françaises, leurs légendes, leurs traditions, leurs richesses, leurs charmes, mêlés à des souvenirs de ses voyages et à des impressions personnelles. Poète folklorique, national peut-on dire, nourri de sève populaire, il est aussi poète lyrique et sentimental. Il loue l'amitié, l'amour, la fraternité humaine. Ces thèmes simples et universels sont célébrés dans une fantaisie sans cesse renouvelée. Il a dès ses débuts modifié la notion même de poème. Son originalité a contribué à donner la prépondérance au rythme par des vers libres, souples, qui s'apparentent plutôt à une prose cadencée où l'assonance joue un plus grand rôle que la rime. Il est aussi et surtout un puissant créateur d'images. En 1912, il avait été élu « prince des poètes ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FORT PAUL (1872-1960)  » est également traité dans :

NABIS

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 3 179 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rencontres, échanges, activités »  : […] C'est par Aurélien Lugné-Poe, son ancien camarade du lycée Condorcet, que Maurice Denis avait été mis en rapport avec les milieux littéraires symbolistes. Il rencontra ainsi Jean Jullien, directeur de la revue Art et Critique , puis le poète Adolphe Retté, qui le présenta à son tour à Verlaine et à Jean Moréas. Gauguin, de son côté, avait été présenté par Émile Bernard à Albert Aurier. Il allait […] Lire la suite

Les derniers événements

2-30 novembre 2003 Irak. Accélération du transfert du pouvoir aux Irakiens et multiplication des attentats

Le 24, alors que les sondages aux États-Unis indiquent qu'une majorité de la population désapprouve la façon dont est conduite la politique en Irak, le président Bush déclare, dans un discours prononcé à la base militaire de Fort Carson (Colorado), que les soldats américains se sacrifient pour « la démocratie, la tolérance et le droit et la dignité de tous les peuples ». […] Lire la suite

1er-23 juillet 2003 Irak. Mise en place du Conseil de gouvernement intérimaire et mort des fils de Saddam Hussein

Paul Bremer conserve toutefois un droit de veto sur ses décisions. Le 16, le nouveau chef du commandement central américain, le général John Abizaid, reconnaît que ses soldats doivent faire face à « une tactique de guérilla » menée par une résistance organisée, alors que le mécontentement prend place dans les rangs du contingent américain fort de quelque 147 000 hommes. […] Lire la suite

22 mars 2000 Rwanda. Démission du président Pasteur Bizimungu

Depuis plusieurs mois, la tension s'accroissait entre le président, hutu et francophone, et le vice-président, Paul Kagamé, tutsi et anglophone, véritable « homme fort » du pays. Ce dernier assure l'intérim de la présidence. Pasteur Bizimungu avait rallié, dès août 1990, la rébellion à majorité tutsi du Front patriotique rwandais, aujourd'hui au pouvoir. […] Lire la suite

28-31 août 1995 Rwanda. Renforcement du pouvoir du Front patriotique rwandais au sein du gouvernement

Il met en cause le comportement de Paul Kagamé, vice-président de la République, ministre de la Défense et homme fort du F.P.R. Le 29, quatre ministres, dont trois Hutu, sont limogés. Le 31, le chef de l'État nomme Premier ministre Pierre-Célestin Rwigema, une des quatre personnalités proposées par le M.D.R., parti qui aurait pu désigner le chef du gouvernement en vertu des accords d'Arusha. […] Lire la suite

10-20 septembre 1987 Vatican – États-Unis. Visite du pape Jean-Paul II aux États-Unis

Le 20, le voyage pontifical s'achève par un détour au Canada (à Edmonton et à Fort Simpson) où il rencontre des Esquimaux qu'il n'avait pu visiter en septembre 1984, en raison du mauvais temps. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hélène LACAS, « FORT PAUL - (1872-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-fort/