ODÉON-THÉÂTRE DE L'EUROPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Construit à l'initiative de Louis XVI, ce théâtre inauguré le 9 avril 1782 était à l'origine destiné à la troupe de la Comédie-Française. À son emplacement actuel, près du palais du Luxembourg, le projet de théâtre des architectes De Wailly et Peyre s'inscrivait dans une importante opération d'urbanisme du quartier. Sur une nouvelle place semi-circulaire, s'érige le bâtiment bordé sur trois côtés par des arcades, avec une façade dotée d'un avant-corps de huit colonnes doriques. La salle au plan circulaire, avec quatre étages de loges dont le dernier sous les arcades soutenant le plafond, disposait de 1 913 places avec une nouveauté pour l'époque : un parterre assis. L'endroit prend le nom de Théâtre-Français, avant de devenir Théâtre de la Nation en 1789, puis Théâtre de l'Égalité sous la Terreur, pour lequel De Wailly transforme son théâtre, en supprimant les cloisonnements de loges au profit d'« amphithéâtres » destinés au « Peuple » (1794). Après une période de fermeture, ces loges seront rétablies lors de la restauration effectuée par l'architecte Leclerc en 1796-1797, marquant ainsi de manière symbolique le nouveau changement de régime. Il rouvre ses portes sous le nom de Théâtre de l'Odéon. Victime d'un premier incendie en mars 1799, la salle est restaurée par l'architecte Chalgrin. Un second incendie, en 1818, amène une restauration immédiate menée par Baraguet. Dans ses grandes lignes le théâtre conserve l'aspect dominant de cette dernière réhabilitation. Les divers aménagements pratiqués au fil des années ont été surtout le fait de modernisations et d'améliorations techniques ou sécuritaires, associées à diverses décorations, comme celle du plafond de la coupole de la salle peint par André Masson en 1965. Avec ses 962 places, ce théâtre illustre les avantages, mais aussi les contraintes de la configuration dite « à l'italienne », tant pour les utilisateurs que pour le public. En 1967, il bénéficie de l'aménagement d'une petite salle [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ODÉON-THÉÂTRE DE L'EUROPE  » est également traité dans :

BONDY LUC (1948-2015)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 042 mots
  •  • 2 médias

Né à Zurich le 17 juillet 1948, Luc Bondy a partagé son activité de metteur en scène de théâtre et d'opéra entre l'Allemagne, la France et la Belgique. Parfaitement bilingue, il aura incarné un certain cosmopolitisme européen, particulièrement sensible dans le répertoire, tant classique que contemporain. Fils du journaliste et écrivain François Bondy (1915-2003), élève de l'école de Jacques Lecoq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luc-bondy/#i_32137

I DEMONI (mise en scène P. Stein)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 1 096 mots

Peter Stein a tiré des Démons , le roman de Dostoïevski, un spectacle-fleuve de près de douze heures, joué en italien et rassemblant vingt-six comédiens. Créé en mai 2009 à San Pancrazio en Ombrie, le spectacle a été représenté à Paris du 18 au 26 novembre 2010 au Théâtre national de l'Odéon (dans la salle des ateliers Berthier). Le metteur en scène se proposait d'y raconter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/i-demoni-mise-en-scene-p-stein/#i_32137

PY OLIVIER (1965- )

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 1 162 mots

Acteur, dramaturge, metteur en scène, Olivier Py est né à Grasse le 24 juillet 1965. Après des études de lettres au lycée Fénelon à Paris, il entre à l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (E.N.S.A.T.T.), puis au Conservatoire national supérieur d'art dramatique en 1987. Parallèlement, il entreprend des études de philosophie et de théologie à l'Institut catholique de Pari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-py/#i_32137

STREHLER GIORGIO (1921-1997)

  • Écrit par 
  • Myriam TANANT
  •  • 1 887 mots

Dans le chapitre « De la mise en scène comme « essai critique » »  : […] Strehler s'est expliqué sur cette pratique qui consiste à revenir sur un travail précédent en déclarant : « Parce qu'insatisfait de mon travail, pour voir si je saurai faire mieux, parce qu'on m'a demandé de reprendre le spectacle et que je ne saurais en proposer qu'une copie, ou encore pour que les jeunes générations ne lisent pas seulement l'histoire du théâtre mais la voient. » Strehler définit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgio-strehler/#i_32137

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « ODÉON-THÉÂTRE DE L'EUROPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/odeon-theatre-de-l-europe/