SCHAUBÜHNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'origine, une compagnie théâtrale allemande est fondée en 1962 à Berlin-Ouest, sous le nom de Schaubühne am Halleschen Ufer. Elle fonctionne sur le mode d'un théâtre privé, proposant une programmation où la découverte de nouveaux auteurs va de pair avec le militantisme politique et social. Dirigée par Klaus Weiffenbach, cette compagnie ne tarde pas à être reconnue comme une structure de création, et reçoit le soutien de l'administration fédérale. Disposant d'un lieu insuffisant (le « Zeitgenössische Theater »), au premier étage de la Maison de l'aide sociale aux travailleurs, elle présente une partie de sa production dans divers lieux berlinois (ateliers, cinéma, stades...). Le 1er août 1970, le metteur en scène Peter Stein accompagné de quelques acteurs (dont Bruno Ganz, Edith Clever, Jutta Lampe) intègre la Schaubühne avec deux objectifs précis : constituer un groupe pour effectuer un travail théâtral permanent, et mettre en place une organisation de cogestion. À partir de là, la Neue Schaubühne am Halleschen Ufer va instaurer une alternative radicale au mode de fonctionnement des théâtres municipaux de l'Allemagne de l'Ouest. Cette collectivité théâtrale comprend plus d'une centaine de membres. En échange d'une subvention du Sénat de Berlin, elle doit donner 250 représentations et effectuer quatre créations par saison. Autour de Peter Stein, les comédiens pratiquent une recherche théâtrale qui s'appuie sur une analyse théorique et un approfondissement de la dramaturgie, à partir d'une longue réflexion sur les textes. En 1972, Peter Stein déclarait à Bernard Dort : « Notre intention n'a jamais été de faire du théâtre populaire, mais nous voudrions, progressivement, toucher un autre public. » Une troupe talentueuse, la grande qualité des créations, le choix d'un répertoire allant de la tragédie grecque aux jeunes auteurs allemands (Peter Handke, Botho Strauss, Franz Xaver Kroetz) vont rapidement élargir son audience. En Allemagne d'abord, puis dans toute l'Europe, la Schaubühne fait référence, par l'originalité et la rigueur éclairée de ses productions théâtrales qui relèvent d'une esthétique particulièrement brillante. Peter Stein (un moment accompagné à la Schaubühne par le metteur en scène Klaus Peymann) réalise ses plus prestigieuses mises en scène, parmi lesquelles : La Tragédie optimiste de Vichnievski, Le Prince de Hombourg de Kleist (1972), La Cagnotte de Labiche (1973), Les Estivants de Gorki (1974), La Trilogie du revoir et Grand et Petit de Botho Strauss (1978), L'Orestie d'Eschyle (1980), Les Nègres de Genet (1984), Les Trois Sœurs (1984) et La Cerisaie (1989) de Tchekhov. Il fait également appel à des metteurs en scène extérieurs, tels Klaus Michaël Gruber, Robert Wilson ou Luc Bondy, qui contribuent à la renommée du théâtre berlinois.

En 1981, à la suite de longues démarches, la Schaubühne obtient la jouissance d'un nouveau lieu théâtral conforme à ses besoins. Il se situe désormais sur Lehniner Platz dans un bâtiment désaffecté, l'Universum, construit en 1927 par l'architecte du Bauhaus Erich Mendelsohn. Grâce à une importante restructuration interne, le théâtre dispose de trois salles modulables pouvant êtres utilisées de manière indépendante ou simultanée, ce qui permet de varier les conditions de mise en scène avec un équipement moderne adapté à la création de divers dispositifs scénographiques. Le théâtre prend le nom de Schaubühne am Lehniner Platz. À partir de 1987, après la disparition de Klaus Wiffenbach, Jurgen Schitthelm, autre membre fondateur de la compagnie assure la direction du théâtre. L'année précédente, Peter Stein a démissionné de son poste de directeur artistique. Il n'en donne pas moins des créations comme invité, dont un mémorable Roberto Zucco, de B. M. Koltès (1990). Il est remplacé par Luc Bondy et Jürgen Grosch, puis par Andrea Breth. Depuis l'automne de 1999, la direction artistique est assumée par le metteur en scène Thomas Ostermeier et la chorégraphe Sasha Waltz, qui associent dans la programmation le théâtre à la danse. Leurs choix communs, établis en concertation avec les d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SCHAUBÜHNE  » est également traité dans :

OSTERMEIER THOMAS (1968- )

  • Écrit par 
  • Barbara ENGELHARDT
  •  • 1 068 mots
  •  • 2 médias

Né en 1968 à Soltau, Thomas Ostermeier est un des metteurs en scène les plus marquants du théâtre allemand depuis la fin des années 1990, ce qu'est venu confirmer sa présence en tant qu'artiste associé au festival d'Avignon 2004. Sa carrière berlinoise commence en 1996, lorsqu'il se voit confier un espace par le Deutsches Theater (placé sous la direction de Thomas Langhoff) : une baraque préfabri […] Lire la suite

SANDER OTTO (1941-2013)

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 802 mots
  •  • 1 média

L’acteur allemand Otto Sander n’a pas reçu les lauriers internationaux qu’aurait pu lui valoir le prestige acquis dans son propre pays. En France, notamment, sa notoriété repose essentiellement sur son personnage de Cassiel, un des deux anges du film de Wenders Les Ailes du désir ( Der Himmel über Berlin , 1987) , où il regarde agir son alter ego Daniel (Bruno Ganz), avant de devenir le principal […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « SCHAUBÜHNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/schaubuhne/