PASTEUR LOUIS (1822-1895)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Acides dextroracémique et lévoracémique

Acides dextroracémique et lévoracémique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Le laboratoire de Pasteur

Le laboratoire de Pasteur
Crédits : Hulton Getty

photographie


Passage à la biologie appliquée : l'étude des fermentations

Pasteur est nommé en 1848 professeur de physique au lycée de Dijon. Comme il désire poursuivre ses recherches, l'enseignement lui complique la vie ; son maître Balard lui obtient alors un poste de professeur suppléant à l'École de pharmacie de Strasbourg, pour qu'il puisse reprendre ses travaux. Il sera nommé en 1852 professeur titulaire à la faculté des sciences de Strasbourg.

En 1849, Pasteur épouse la fille du recteur, Marie Laurent, avec laquelle il formera toute sa vie un couple très uni. Madame Pasteur, qui lui servit souvent de secrétaire, lui donna cinq enfants dont trois mourront de maladies contagieuses.

De 1848 à 1852, Pasteur développe à Strasbourg d'importantes recherches sur le pouvoir rotatoire de divers composés chimiques ; ses résultats sont régulièrement présentés à l'Académie des sciences par Biot. Ces travaux apportent à Pasteur une renommée internationale. À noter que Biot avait déjà insisté sur la corrélation entre pouvoir rotatoire et origine biologique des substances actives : solutions sucrées, gommes, mucilages, huiles essentielles, essences végétales agissent fortement sur la lumière polarisée. Pasteur amplifie ces observations et débouche sur une première conclusion : la dissymétrie constitutive des molécules est caractéristique des matières organiques ; la synthèse des sucres (dits aujourd'hui de série D) et des acides aminés (de série L) par les êtres vivants implique une constitution atomique dissymétrique. Cette conclusion mena Pasteur vers une sorte de vitalisme : « Je pressens même, écrivait-il, que toutes les espèces vivantes sont primordialement dans leur structure, dans leurs formes extérieures, des fonctions de la dissymétrie cosmique. » (Écrits scientifiques et médicaux) En revanche, pensait le chimiste, toutes les synthèses réalisées par l'homme, au laboratoire, produisent les formes racémiques des substances organiques.

En 1849, Pasteur s'intéresse au pouvoir rotatoire des solutions d'alcool amylique provenant des fermentations soit de la fécule de pomme de terre, soi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Écrit par :

  • : professeur honoraire de biologie cellulaire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  PASTEUR LOUIS (1822-1895)  » est également traité dans :

AÉROBIOSE & ANAÉROBIOSE

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 2 741 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] Les Anciens liaient de façon significative les notions d'âmes, de vie, avec celles de souffle, d'haleine, et employaient le même mot pour les désigner : ψυχ́η chez les Grecs, spiritus chez les Latins. Il fut très tôt évident que la vie des hommes et des animaux était liée aux mouvements de la cage thoracique. Mais ce n'est qu'en 1663 que Robert Hooke prouve que la respiratio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aerobiose-et-anaerobiose/#i_2416

ANTISEPSIE ET ASEPSIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 585 mots
  •  • 1 média

Classiquement, l’histoire de la chirurgie est scandée par deux dates : l’année 1846, au cours de laquelle l’anesthésie à l’éther est utilisée pour la première fois ; l’année 1867, au cours de laquelle le chirurgien britannique Joseph Lister (1827-1912) décrit le succès d’une méthode, l’antisepsie, permettant de combattre les infections postopératoires, qui grèvent lourdement le bilan de la chirur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisepsie-et-asepsie/#i_2416

ART & SCIENCES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 6 154 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le conflit de l'art et de la science à la fin du XIXe siècle »  : […] L'artiste a-t-il besoin de cette culture scientifique pour accomplir son œuvre ? Son inspiration, son habileté, voire ses dons, ne suffisent-ils pas pour exprimer le beau et l'émotion ? Le débat se transforme en une vive polémique qui oppose au cours de la seconde moitié du xix e  siècle les adeptes de l'art spontané et sensible et les fervents d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-sciences/#i_2416

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Période pasteurienne »  : […] Pasteur vient à la bactériologie par ses études sur les fermentations  ; il pense en effet qu'il s'agit de processus biologiques, et non d'un mécanisme purement chimique, et il va s'efforcer de le démontrer. Dans son premier mémoire, en 1857, il décrit le ferment lactique comme un organisme vivant, visible au microscope sous l'aspect d'un petit bâton, et capable de se développer dans certains mili […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/#i_2416

CHARBON MALADIE DU

  • Écrit par 
  • Agnès FOUET, 
  • Michèle MOCK
  •  • 1 931 mots
  •  • 1 média

Le charbon, dénommé anthrax en anglais, est une maladie essentiellement vétérinaire. Elle touche tous les mammifères, y compris l'homme, à qui elle est transmise par les animaux ou des produits dérivés contaminés. Elle est non contagieuse d'homme à homme. On distingue trois formes humaines de la maladie : la forme cutanée, caractérisée par la formation d'une escarre noire (d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-du-charbon/#i_2416

CHIRALITÉ, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 342 mots

Un objet est chiral s'il n'est pas superposable à son image dans un miroir, ou image spéculaire. Nos mains appartiennent à cette classe des objets chiraux, d'où leur nom, dérivé du grec kheir , « main ». Nos mains, gauche et droite, sont l'image spéculaire l'une de l'autre. De la même manière, les autres objets chiraux suivent la même dichotomie et sont soit de type gauche, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiralite-chimie/#i_2416

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 640 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'antisepsie »  : […] On se perd alors en conjectures sur les raisons de ces échecs. On connaît cependant déjà cet « empoisonnement du sang » appelé aujourd'hui septicémie, ou cette infection purulente (pyohémie) disséminant partout des abcès métastatiques. Mais on ne reconnaît pas toujours leur gravité réelle et surtout on ne sait pas les expliquer. On parle d'« inflammation » de la plaie opératoire, d'irritation loc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chirurgie/#i_2416

CNIDOSPORIDIES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 2 447 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La pébrine et les travaux de Pasteur »  : […] Maladie du ver à soie, dont l'agent est Nosema bombycis , la pébrine provoqua la ruine de la soierie française de 1854 à 1867. La maladie se traduit extérieurement par l'apparition de taches brunes en grain de poivre sous la peau, mais la Microsporidie peut attaquer tous les organes. La spore ingérée par la chenille s'ouvre sous l'action de sucs intestinaux, le filament se d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cnidosporidies/#i_2416

FERMENTATIONS

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 3 943 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fermentation alcoolique »  : […] La fermentation alcoolique est la plus anciennement étudiée. Elle correspond à la transformation des sucres en alcool éthylique et anhydride carbonique. Elle est utilisée pour la fabrication de toutes les boissons alcooliques (en particulier le vin). Par le gaz carbonique dégagé, elle intervient dans la levée de la pâte en boulangerie et en pâtisserie. Lavoisier montra que les quantités de carbon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fermentations/#i_2416

FERMENTATIONS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 519 mots

1789 Dans son Traité élémentaire de chimie , A. Lavoisier (1743-1794) décrit la « fermentation vineuse » comme une division du sucre en deux portions (alcool et acide carbonique), division réalisée par un « ferment ». 1833 A. Payen (1795-1871) et J.-F. Persoz (1805-1868) isolent de grains d'orge germés la « diastase », u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fermentations-reperes-chronologiques/#i_2416

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 922 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les révolutions scientifiques »  : […] Les progrès techniques qui étaient au cœur de la révolution industrielle contribuèrent, par ailleurs, à bouleverser profondément les croyances et les représentations des Français. Le cas des moyens de transport est particulièrement remarquable. La navigation à vapeur et le chemin de fer jouèrent ainsi un rôle décisif dans la diffusion de l'impression selon laquelle l'inconnu allait disparaître du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-temps-des-revolutions/#i_2416

GÉNÉRATION SPONTANÉE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 977 mots

Quelques mois avant de périr sur l'échafaud, Antoine-Laurent Lavoisier proposait à l'Académie des sciences de décerner un prix à qui pourrait répondre aux questions qu'il posait de la façon suivante, où apparaît l'idée de biosphère , sinon le mot : « Les végétaux puisent dans l'air qui les environne, dans l'eau et en général dans le règne minéral les matériaux nécessaires à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generation-spontanee/#i_2416

GÉNÉRATION SPONTANÉE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 391 mots

Haute Antiquité Les écrits de Chine, d'Inde, de Babylone, d'Égypte relatent la production de pucerons, de mouches, de crapauds, à partir de bambous, d'ordures, de boue. Monde gréco-romain Les philosophes Thalès, Démocrite, Platon, Épicure et Lucrèce développent cette idée. Aristote en élabore une véritable théorie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generation-spontanee-reperes-chronologiques/#i_2416

GÉNÉRATION SPONTANÉE : FIN D'UNE CONTROVERSE

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 289 mots
  •  • 1 média

En publiant son ouvrage Hétérogénie, ou Traité de la génération spontanée en 1859, Félix Pouchet, correspondant de l'Institut, définit la génération spontanée comme étant la production d'un être organisé nouveau, dénué de parents, et dont tous les éléments primordiaux ont été tirés de la matière ambiante. Il reprend ainsi le flambeau porté par d'illustres prédécesseurs tels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generation-spontanee-fin-d-une-controverse/#i_2416

IMMUNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Pierre GRABAR
  •  • 5 242 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le phénomène d'immunisation »  : […] Depuis fort longtemps on savait qu'une personne guérie de certaines maladies était protégée contre la répétition de ces maladies et, déjà avant notre ère, on pratiquait en Chine la variolisation pour prévenir la variole en inoculant à des personnes saines des produits de pustules de malades ayant une variole bénigne. Au milieu du xix e siècle, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunologie/#i_2416

JOBLOT LOUIS (1645-1723)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 885 mots

Le naturaliste français Louis Joblot est né à Bar-le-Duc, le 9 août 1645, très probablement dans une famille de marchands relativement aisés. On sait peu de choses sur sa vie et ce que l’on sait vient presque entièrement d’une biographie de 1895 rédigée par Wlodimir Konarski et publiée à Bar-le-Duc. D’abord apprenti chez un graveur à Paris, il est en 1680 professeur de géométrie à l’Académie royal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-joblot/#i_2416

LISTER JOSEPH 1er baron (1827-1912)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 415 mots
  •  • 1 média

La vie de Joseph Lister a été entièrement consacrée à la chirurgie. Constamment préoccupé par l'amélioration des méthodes de soins destinées à traiter et à guérir ses patients, il a pratiqué son métier de médecin avec une rigueur et un sérieux exemplaires. Sa carrière l'a amené de Londres, où il fit ses études médicales, à Édimbourg, où il épousa la fille de William Syme dont il était l'assistant. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-lister/#i_2416

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 938 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La recherche d'une étiologie : de la microbiologie à l'allergologie »  : […] Une autre préoccupation majeure a été de déterminer la cause des maladies. Pierre-Fidèle Bretonneau (1778-1862) a eu le mérite de soutenir que chacune d'entre elles relevait d'une origine particulière et spécifique, contrairement à l'opinion de François Broussais (1772-1838) qui les rapportait toutes indistinctement à une commune irritation gastro-intestinale. Ce dogme de la spécificité étiologiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-histoire/#i_2416

MICROBE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 527 mots

Grâce à l'invention du microscope, vers la fin du xvii e siècle, on découvrit l'existence d'êtres vivants de très petite taille, invisibles à l'œil nu. Sujets de curiosité pendant plus de cent cinquante ans, leur étude ne fut réellement abordée qu'au milieu du xix e siècle, avec les travaux de P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbe/#i_2416

MICROBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Corinne DOREL, 
  • Philippe LEJEUNE, 
  • Jean-Michel PANOFF
  •  • 3 880 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Historique »  : […] Durant une longue période, l'existence des organismes invisibles à l'œil nu n'était qu'à peine soupçonnée ; ensuite, l'histoire de la microbiologie s'est clairement développée en trois phases. La première correspond aux xvii e et xviii e  siècles avec les premières observations microscopiques ass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiologie/#i_2416

PASTEURISATION

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 584 mots
  •  • 1 média

La pasteurisation est un procédé de conservation de certains aliments (lait, crème, bière, jus de fruits, etc.) par chauffage à une température définie pour chacun d'eux (de 60 à 90  0 C), sans ébullition, pendant un temps bref également défini, suivi d'un refroidissement rapide. Les aliments peuvent ensuite être conditionnés. Le processus vise à diminuer très significa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pasteurisation/#i_2416

PHYTOPATHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse ESQUERRÉ-TUGAYÉ
  •  • 5 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Histoire de la phytopathologie »  : […] Des croyances de l’Antiquité aux connaissances actuelles, bien des étapes jalonnent l’histoire de la phytopathologie. Ce sont d’abord les écrits de Théophraste, philosophe grec (371/370-288/287 av. J.-C.), qui relatent l’existence de maladies sur diverses plantes. Ensuite, les Romains implorent le dieu Robigo pour épargner les céréales de ce fléau qu’est la « rouille ». Durant l’époque médiévale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phytopathologie/#i_2416

POUCHET FÉLIX-ARCHIMÈDE (1800-1872)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 517 mots

Fils de Luis Ezechias Pouchet, révolutionnaire militant et réformateur local des prisons en y introduisant le travail, Félix-Archimède Pouchet mérite mieux que sa réputation d'avoir défendu contre Pasteur la théorie de la génération spontanée des êtres vivants à partir de la matière inorganique. Formé à la médecine à Paris auprès de Broussais et de Laennec il suit les cours du Muséum d'histoire n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-archimede-pouchet/#i_2416

ROUX ÉMILE (1853-1933)

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 567 mots

Après avoir étudié la médecine à Clermont-Ferrand et à Paris et tenu un poste d'aide de clinique à l'Hôtel-Dieu, Émile Roux s'initie à la pratique médicale auprès des malades, et à la chimie biologique dans le laboratoire de l'hôpital. Collaborateur de Pasteur, le chimiste Émile Duclaux fait appel à Roux comme clinicien pour l'étude des maladies virulentes menée à l'École normale. Bientôt conquis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-roux/#i_2416

SCIENCES - Sociologie

  • Écrit par 
  • Yves GINGRAS
  •  • 5 538 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sociologie des intérêts et l'étude des controverses »  : […] Pour la nouvelle génération de sociologues des sciences qui entre en scène au début des années 1970, l'ouvrage de Thomas Kuhn , La Structure des révolutions scientifiques , paru en 1962, servira de tremplin pour dépasser la sociologie mertonienne. En proposant la notion de paradigme scientifique, expression assez vague et regroupant des composantes à la fois cognitives et so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-sociologie/#i_2416

STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie organique

  • Écrit par 
  • Henri B. KAGAN, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 14 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Dédoublement spontané »  : […] En principe, deux inverses optiques ayant mêmes constantes physiques scalaires sont indédoublables par les procédés de l'analyse immédiate. Toutefois, la cristallisation fractionnée n'est pas toujours un phénomène d'équilibre parfait (on observe fréquemment des sursaturations). Lorsque la solution sursaturée d'un racémique commence à cristalliser, il est possible qu'un seul des inverses optiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stereochimie-stereochimie-organique/#i_2416

VACCINATION ANTI-CHARBONNEUSE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 278 mots
  •  • 1 média

La maladie du charbon était un fléau endémique chez le bétail et les contaminations graves voire mortelles de l'homme étaient fréquentes. L'existence d'un micro-organisme dans le sang des animaux atteints de charbon avait été reconnue vers 1860. Mais le rôle de celui-ci dans la maladie n'était pas établi bien qu'il ait été cultivé par Robert Koch en 1874. Il revint à Charles Chamberland (1851-190 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaccination-anti-charbonneuse/#i_2416

VIE

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 10 960 mots

Dans le chapitre « Les obstacles à la connaissance scientifique de la vie »  : […] C'est à l'œuvre de Gaston Bachelard que l'épistémologie française contemporaine doit l'intérêt qu'elle porte, en général, à l'origine et au fonctionnement des obstacles à la connaissance. En esquissant les principes d'une psychanalyse de la connaissance objective, Bachelard, s'il ne l'a pas proposé lui-même, a du moins suggéré l'idée qu'il n'y a pas pour la connaissance d'objets en soi complexes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vie/#i_2416

VITALISME

  • Écrit par 
  • Marie-Christine MAUREL
  •  • 3 757 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La génération et le vitalisme »  : […] Le problème de la génération constitue la pierre de touche des différentes conceptions du vivant et il est, de fait, selon Canguilhem, le phénomène biologique fondamental pour les vitalistes. À la fin du xix e  siècle, le paysage biologique est traversé par deux grands courants qui passionnent depuis plusieurs siècles les philosophes et les biolog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitalisme/#i_2416

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul MAZLIAK, « PASTEUR LOUIS - (1822-1895) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-pasteur/