STERLING LIVRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout au long de ses treize siècles d'existence, la livre sterling représente pour le Royaume-Uni une institution fondamentale, à la fois emblème de la Couronne, pilier de la City, monnaie clé de l'économie mondiale. Le peuple britannique lui conserve un vrai attachement et, bien que son prestige international ait décliné, la livre reste une monnaie nationale importante.

La livre sterling ou, en bref, le sterling (les deux termes sont synonymes pour les Britanniques depuis plus de mille ans), s'est construite par paliers. Elle est le fruit d'éléments complémentaires et n'a perduré que par le soutien de multiples régulations. À partir du xiiie siècle, l'État s'efforce d'instituer un monnayage de qualité pour assurer la bonne fin des transactions courantes et leur règlement. Des mesures intangibles, une définition fixe et durable de l'unité monétaire, des instruments de paiement substituables les uns aux autres garantissent dans le pays et à l'étranger un usage étendu du sterling. Même si le régime monétaire fixe les prix et les rapports d'échange, l'ajustement nécessaire des quantités ne peut être assuré intégralement par des automatismes spontanés. Dès la fin du xviie siècle, cette mission est confiée à la Banque d'Angleterre, qui devient la première véritable banque centrale : elle se donne une règle d'émission du papier-monnaie contraignante et se montre capable, en modulant le taux d'intérêt de ses concours aux autres banques, de contrôler le crédit et le change, et, par là, l'inflation. Enfin, au-delà de la maîtrise de la politique monétaire interne du pays, le rang de la livre dans le monde dépend de la croissance et de la stabilité de l'économie qui la sous-tendent.

À tous ces points de vue, les réalisations britanniques sont remarquables pendant des siècles, notamment la stabilité de la livre sterling en régime d'étalon or. Mais, à partir de 1925 et du retour au pair métallique d'avant-guerre – erreur majeure –, la livre perd sa stabilité et son prestige international. Durant les décennies qui suivent la Seconde Guerre mondiale, elle s'ajuste au gré de politiques économiques plus ou moins contradictoires. À la fin des années 1990, toutefois, la stabilisation de l'inflation autorise l'espoir d'un retour à un ancrage nominal.

Le monnayage ancien

Le monométallisme argent

Au viiie siècle, dans les royaumes saxons des îles Britanniques, circulent des pièces d'argent sceatta, sterra ou steorling, comportant la marque d'une étoile (star). Les ateliers monétaires, placés sous l'autorité royale, taillent 240 de ces pièces dans une livre d'alliage (925 parties d'argent pour 75 de cuivre). La 240e partie d'une livre est le denier, dénommé penny (abrégé d. en Angleterre). Et, comme dans l'Empire carolingien, on compte 1 livre = 12 onces = 240 deniers. Longtemps, ce denier sterling, avec son titre d'argent élevé, seule espèce circulante, symbolise cet ancient and right standard of England, c'est-à-dire un système intangible de mesure des valeurs auquel le peuple et les marchands sont attachés car il limite les pouvoirs de manipulation du roi. Le sterling reste relativement stable entre la fin du xe et le début du xve siècle, passant d'un poids théorique en argent de 24 à 18 grains, selon la base des poids utilisée pour la livre saxonne (comprenant 12 « morceaux » ou scilling, qui donnera shilling), la livre de la Tour, la livre d'origine romaine, amenée par les Normands ou, enfin, à partir de 1527, la livre troy venue des foires de Champagne. À ce moment, la qualité des pièces est dégradée en raison de la diversité des espèces, notamment étrangères, circulant dans le pays et des manipulations de tous ordres sur le poids, le titre, le cours des monnaies auxquelles se livre l'État. Au xvie siècle, le penny d'argent connaît une forte dépréciation (great debasement) et tombe à 8 grains au début du règne d'Élisabeth Ire (1558-1603). Pour restaurer la qualité de la circulation, la reine proclame la réforme monétaire et fait frapper une couronne d'argent, valant un quart de livre sterling, et une demi-couronne à partir de 1565.

Bien que l'afflux d'argent en provenance d'Amérique se poursuive au xviie siècle, l'Angleterre ne parvient pas à en capter une quantité suffisante par ses échanges commerciaux pour accompagner la croissance de son activité. C'est ce qui explique notamment l'importance prise par les tentatives des rois Jacques Ier et Charles Ier de s'emparer des stocks détenus par les Espagnols ou transportés par les Génois le long des côtes européennes et sur les routes de l'Orient où l'argent est attiré par sa surévaluation. Le prêt forcé imposé aux négociants italiens de Londres n'est guère plus efficace. En 1666, par une décision audacieuse destinée à encourager le monnayage, le roi abolit le seigneuriage, rendant gratuite la fonte de la vaisselle et des bijoux d'argent à l'Hôtel des monnaies, appelé plus commodément la Monnaie (the Mint). Le chancelier de l'Échiquier prend en charge le coût de cette subvention de la frappe. Comme le prix du monnayage et les coûts deviennent transparents, la disette de métal s'atténue et ce dernier se réoriente vers la Monnaie.

La frappe de l'or

En 1489, Henri VII fait frapper le sovereign (souverain) au cours de 20 shillings (s.) ou une livre (£), la plus célèbre et la plus lourde des pièces d'or. Dans l'usage, cette pièce fait prime par sa qualité et elle est reçue pour une guinée, une unité de valeur supérieure dans les paiements dépourvue de pièce correspondante. Implicitement, les deux unités de compte, livre et guinée, coïncident et valent toutes deux 20 s. Avec la frappe de guinées d'or en 1665, au cours de 21 s. 2 d. puis 23 s., s'instaure un bimétallisme instable au gré de la pénurie relative des deux métaux. C'est l'argent qui en est le plus affecté, car le métal est drainé vers l'Inde et la Chine où il s'échange à 9 unités d'argent contre 1 unité d'or au lieu de 14 à 18 contre 1 à Londres. Dès lors, les spéculateurs et la Compagnie des Indes elle-même ont beau jeu de faire fondre par l'Hôtel des monnaies les pièces d'argent anglaises et de les exporter. En se raréfiant à Londres, l'argent voit sa valeur hausser par rapport à l'or. La guinée d'or, ramenée sous Guillaume III en 1696 à 22 s., tend à supplanter l'argent exporté.

Le remède proposé par Isaac Newton, nommé master of the Mint, en 1699, consiste à dévaluer l'or, mais le cours de la guinée ne baissera pas au-dessous de 21 s. et l'or continuera à supplanter l'argent. La suggestion de réévaluer l'argent, reprise par Adam S [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Avoirs étrangers (France, Angleterre, Allemagne) à la veille de la Première Guerre mondiale

Avoirs étrangers (France, Angleterre, Allemagne) à la veille de la Première Guerre mondiale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Balances sterling : évolution

Balances sterling : évolution
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Royaume-Uni : déficits extérieurs (1964-1968)

Royaume-Uni : déficits extérieurs (1964-1968)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteure en sciences économiques, professeure des Universités en sciences économiques
  • : professeur de sciences économiques à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu, directeur du Groupe de recherche en analyse et politique économiques, unité mixte du C.N.R.S. 5113

Classification

Autres références

«  STERLING LIVRE  » est également traité dans :

AN ENQUIRY INTO THE NATURE AND EFFECTS OF THE PAPER CREDIT OF GREAT BRITAIN, Henry Thornton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 1 029 mots

Évangéliste, banquier et économiste, Henry Thornton (1760-1815) entra au Parlement britannique à vingt-deux ans (1782) et y siégea jusqu'à sa mort. Il soutenait le gouvernement tory du second Pitt et s'illustra dans les débats de politique monétaire et financière. C'est pour défendre la décision prise en 1797 de suspendre la convertibilité en or et en argent des billets de la Banque d'Angleterre q […] Lire la suite

BANQUE D'ANGLETERRE

  • Écrit par 
  • Georges BLUMBERG
  •  • 1 230 mots
  •  • 2 médias

Fondée en 1694 par un groupe de marchands londoniens pour prêter 1 200 000 livres au roi Guillaume III en échange de l'octroi du privilège d'émission, la Banque d'Angleterre (Bank of England, BOE) obtint en 1709, avec le renouvellement de sa charte, le monopole de l'exercice en société de la fonction bancaire . La puissance ainsi acquise lui permit de survivre à la crise née du krach de la Compagn […] Lire la suite

CALLAGHAN JAMES (1912-2005)

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 825 mots

James Leonard Callaghan a été Premier ministre travailliste du Royaume-Uni d'avril 1976 à mai 1979. Sa défaite électorale provoqua l'arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher. Né le 27 mars 1912 à Portsmouth, dans une famille modeste, orphelin de père, il reçoit de sa mère, baptiste convaincue, une éducation stricte. Quittant l'école assez jeune, il entre, à dix-sept ans, dans l'administration fisca […] Lire la suite

CAPITALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick VERLEY
  •  • 6 276 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La formation d'un marché international des produits »  : […] Un commerce international existait dès l'Antiquité pour certains produits : sur de longues distances pour des produits de luxe de faible poids comme les soieries, les épices ou l'or, dans des aires géographiques plus limitées pour des produits pondéreux qui, comme le blé, le poisson salé, le vin, le bois, pouvaient néanmoins être transportés à des coûts raisonnables grâce au bon marché des transpo […] Lire la suite

CARTEL DES GAUCHES (1924-1926)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 750 mots

Coalition des partis de gauche, victorieuse aux élections du 11 mai 1924, le Cartel des gauches rassemble les socialistes S.F.I.O., les radicaux-socialistes, les républicains-socialistes et la gauche radicale contre les modérés et la droite, détenteurs de la majorité dans la Chambre « bleu horizon » élue en 1919. C'est le parti du mouvement le plus uni qui bénéficie de la prime à la majorité, assu […] Lire la suite

CHANGE - Les opérations de change

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 7 003 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les cotations au certain et à l'incertain »  : […] Les monnaies sont cotées selon deux modes différents : à l'incertain ou au certain. Pour le plus grand nombre de monnaies, on cote à l'incertain. On fait dans ce cas apparaître combien d'unités de monnaie nationale (la cote) il faut céder pour obtenir une (ou un multiple : 10, 100, 1 000) unité de monnaie étrangère (la base). Ainsi, à Zurich, pour le franc suisse (CHF), coté à l'incertain par rap […] Lire la suite

CHANGE - Les régimes de change

  • Écrit par 
  • Patrick ARTUS
  •  • 6 880 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une plus grande discipline des politiques économiques »  : […] Le dollar étant la monnaie dominante, le déficit et la dette extérieurs croissants des États-Unis n'ont pratiquement pas d'effets parce que les exportateurs et investisseurs, publics et privés, du monde entier replacent la plupart de leurs actifs aux États-Unis. Malgré l’apparition de l’euro comme seconde monnaie, minoritaire, de réserve, ce privilège du dollar subsiste. La situation serait très […] Lire la suite

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les origines du S.M.I. »  : […] L'histoire du S.M.I. n'a pas commencé en 1944 à Bretton Woods. En effet, dès le milieu du xix e  siècle, un système existe, celui de l'étalon or, promu par ce qui est alors l'économie dominante : la Grande-Bretagne. Après de nombreuses oppositions, le monométallisme or défendu par ce pays l'emporte sur le bimétallisme or et argent qui eut longtemps la préférence de la France (le franc germinal d […] Lire la suite

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 239 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La prise du pouvoir monétaire par la Bundesbank et l'Europe monétaire en crise »  : […] Un calendrier précis est fixé pour le passage à la monnaie unique. La première étape entre en vigueur le 1 er  juillet 1990 pour s'achever le 1 er  janvier 1994. « Les États membres [y] considèrent leurs politiques économiques comme une question d'intérêt commun et les coordonnent au sein du Conseil [...] . Afin d'assurer une coordination plus étroite des politiques économiques et une convergence […] Lire la suite

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 780 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Escalade protectionniste, ruptures monétaires, crises financières »  : […] La dislocation de l'économie mondiale après 1930 résulte d'abord de la montée du protectionnisme, qui dépasse tous les prédédents historiques. D'abord, par la rapidité de sa diffusion, selon une dynamique à la fois intersectorielle (toute « protection » accordée à un secteur en difficulté déclenche les revendications d'autres secteurs, qui réclament des avantages équivalents) et internationale, à […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16-30 juin 2016 Royaume-Uni – Union européenne. Référendum britannique en faveur de la sortie de l'UE.

livre sterling se déprécie par rapport au dollar et à l’euro. Le 25, le commissaire européen britannique Jonathan Hill, chargé de la stabilité financière, démissionne. Le 26, le limogeage par Jeremy Corbyn du chef de la diplomatie du « cabinet fantôme » travailliste Hilary Benn provoque la démission de seize autres membres de ce cabinet – un tiers […] Lire la suite

4-15 février 1993 Allemagne – C.E.E. Baisse des taux allemands et apaisement des tensions monétaires en Europe

livre sterling et la lire italienne, qui sont sorties du S.M.E. à cette date, auront perdu à la fin du mois plus de 20 p. 100 par rapport aux autres monnaies européennes. Le 15, les ministres des Finances des Douze confirment le maintien du programme d'Union économique et monétaire (U.E.M.) défini par le traité de Maastricht. La Bundesbank rejette  […] Lire la suite

1er octobre - 5 novembre 1992 Royaume-Uni. John Major en difficulté sur la restructuration des mines et sur la ratification du traité de Maastricht

livre sterling, sortie du système monétaire européen le 16 septembre, se poursuit. Du 6 au 9, John Major est l'objet de nombreuses critiques lors du congrès du Parti conservateur réuni à Brighton. Le 13, la direction de la British Coal Corporation annonce la fermeture de trente et une des cinquante mines de charbon encore en activité dans le pays et […] Lire la suite

8-28 octobre 1990 C.E.E. Entrée de la livre dans le S.M.E. et sommet à Rome

livre sterling fait son entrée dans le système monétaire européen (S.M.E.), où elle bénéficie d'une marge de fluctuation de 6 p. 100 par rapport aux autres monnaies européennes, au lieu des 2,25 p. 100 habituels. La décision, annoncée à Londres trois jours plus tôt, s'accompagne d'une baisse d'un point du taux de base britannique, qui passe de 15 à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sophie BRANA, Dominique LACOUE-LABARTHE, « STERLING LIVRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/livre-sterling/