BANQUE D'ANGLETERRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondée en 1694 par un groupe de marchands londoniens pour prêter 1 200 000 livres au roi Guillaume III en échange de l'octroi du privilège d'émission, la Banque d'Angleterre (Bank of England, BOE) obtint en 1709, avec le renouvellement de sa charte, le monopole de l'exercice en société de la fonction bancaire. La puissance ainsi acquise lui permit de survivre à la crise née du krach de la Compagnie de la mer du Sud en 1720 et même d'en tirer parti. Renforcée par la création d'un fonds de réserve en 1722, elle conserva sa suprématie malgré la concurrence d'une innovation : le chèque. Chargée d'administrer la dette publique, elle apparaît, en 1781, comme « le Trésor lui-même ». Les problèmes dus à la guerre d'Indépendance américaine et aux conflits avec la France amènent la Banque d'Angleterre à suspendre, en 1797, la convertibilité en or de ses billets ; elle la rétablit en 1821. Les conséquences de la crise financière de 1825 permettent à la Banque d'ouvrir des succursales en province, mais mettent fin à son monopole de société bancaire. Concurrencée par le développement des banques qui accompagne celui de l'industrie, la Banque d'Angleterre est réformée en 1844 sous le ministère Robert Peel et émet, outre ses billets obligatoirement couverts en or, 14 millions de livres couverts par des fonds d'État. Avec l'importance croissante du marché londonien de l'escompte, et à mesure que s'accumule dans ses caisses le stock d'or servant de base à sa politique de crédit, son rôle comme banque centrale ne cesse de s'affirmer au cours du xixe siècle.

Premier billet de banque anglais

Photographie : Premier billet de banque anglais

Le premier billet de 100 livres émis par la Banque d'Angleterre en 1713. La banque avait été fondée en 1694 par un groupe de marchands londoniens. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Banque centrale d'Angleterre

Photographie : Banque centrale d'Angleterre

Guichet de la Banque centrale d'Angleterre, construite en 1808 par l'architecte Sir J. Soane (Illustrirte Zeitung, 3. Bd., Nr. 70, Leipzig, 2 novembre 1844). 

Crédits : AKG

Afficher

Après la panique des débuts de la Première Guerre mondiale, la Banque reconstitue son stock d'or mais, pour permettre au pays de faire face aux paiements à l'extérieur, doit abandonner la convertibilité. Elle prête largement au Trésor et place de nombreux emprunts de guerre dans le public. Elle alimente la circulation par des émissions croissantes de billets, auxquels s'ajoutent les Treasury Notes émises par le Trésor. La guerre terminée, le Trésor décide de limiter les émissions de la Banque, déflation qui provoque une crise majeure et aboutit en 1925, sur la proposition de son gouverneur Montagu Norman (nommé gouverneur en 1920, il le demeure jusqu'en 1944), à l'adoption d'un étalon or aménagé en vue de stabiliser la livre sterling. La réglementation des achats et ventes d'or de la Banque revient à réserver la convertibilité à l'usage externe. En 1928, afin d'opérer un amalgame des émissions, les billets du Trésor sont retirés de la circulation, cependant que la Banque d'Angleterre est autorisée à émettre des billets couverts par les seuls fonds d'État, et ce jusqu'à concurrence de 260 millions de livres. Cette mesure renforce le sterling mais affaiblit d'autant la résistance de la Grande-Bretagne à la crise mondiale de 1930 ; l'étalon or est abandonné en 1931 et la livre, rendue flottante, ne retrouvera sa parité de 4,86 avec le dollar qu'après la dévaluation de ce dernier en 1933. En 1931, le gouvernement confie à la Banque la gestion d'un fonds d'égalisation or destiné à protéger le marché intérieur contre les conséquences du flottement extérieur de la monnaie. La Banque ramène le taux de l'escompte à 2 p. 100 pour faciliter la reprise de l'activité économique dans le pays en proie au chômage.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Banque transfère une partie de ses activités en province ; le solde de son stock d'or est viré au fonds d'égalisation, et le montant de ce dernier est tenu secret ; on devait apprendre par la suite qu'il avait un moment été presque épuisé. Pendant cette période, la Banque doit neutraliser l'inflation provoquée par les dépenses de l'État, émettre les emprunts de guerre et gérer le contrôle des changes. Le taux de l'escompte est maintenu à 2 p. 100. Cependant, les mesures de restriction n'empêchent pas l'émission fiduciaire de passer de 300 millions de livres, en 1939, à 1 350 millions à la fin des hostilités. Pour le financement à long terme des dépenses de guerre, la Banque émet des obligations à 2,5 et 3 p. 100. À la fin de la guerre, le montant de la dette publique géré par la Banque d'Angleterre s'élève à plus de 14 milliards de livres sterling contre 6 milliards en 1939.

En 1946, la Banque d'Angleterre, qui jouait donc depuis longtemps le rôle d'une banque d'État, est officiellement nationalisée. Les mesures de restriction du crédit n'empêchent pas la dévaluation de 1949 ; la livre passant de 4,03 dollars à 2,80, la convertibilité est progressivement rétablie, mais la Banque doit peu à peu renoncer à sa politique d'argent bon marché et le taux de l'escompte atteindra 7 p. 100 en 1957.

Malgré les recommandations du rapport Radcliffe (1959), la Banque d'Angleterre doit, après l'échec partiel d'une mesure obligeant les banques commerciales à immobiliser auprès d'elle une partie de leurs disponibilités sous forme de dépôts spéciaux, revenir à des méthodes autoritaires. Cette évolution est précipitée par la crise du sterling en 1961, qui nécessite l'intervention du Fonds monétaire international : la livre sera de nouveau dévaluée en 1967, passant de 2,80 dollars à 2,40.

Réformée en 1970, la Banque d'Angleterre se dote d'un comité chargé d'assister le gouverneur dans l'élaboration de la politique générale ; elle crée un poste de contrôleur financier et une section d'études économiques. Pour la première fois depuis sa fondation, elle publie intégralement ses comptes. À la fin de 1971, révisant ses procédures de contrôle monétaire, elle cesse d'apporter son soutien aux titres de la dette publique à plus d'un an, étend à l'ensemble des banques le système des réserves obligatoires, et abroge les limitations de concurrence en matière d'adjudication des bons du Trésor et de fixation des conditions de banque.

En vertu de la loi bancaire britannique de 1987, elle est responsable du contrôle prudentiel sur toutes les banques du pays, à l'exception des filiales créées en dehors du champ de l'Union européenne (UE). Elle a dû ainsi mener une enquête sur la faillite retentissante de la banque d'affaires Barings Brothers & Co (non renflouée par les pouvoirs publics) à la suite des positions hasardeuses prises par celle-ci sur la place de Singapour. La Banque d'Angleterre s'est, par ailleurs, fortement impliquée dans les travaux de l'Institut monétaire européen installé depuis novembre 1994 à Francfort et embryon du système européen de banques centrales (SEBC). Indépendante du gouvernement britannique depuis 1997, la Banque d'Angleterre contribuait (jusqu'à la sortie officielle du Royaume-Uni de l'UE en janvier 2020) au capital de la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Premier billet de banque anglais

Premier billet de banque anglais
Crédits : Hulton Getty

photographie

Banque centrale d'Angleterre

Banque centrale d'Angleterre
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : licencié en droit, diplômé de l'École nationale des langues orientales vivantes, professeur à la faculté libre, autonome et cogérée d'économie et de droit, Paris

Classification

Autres références

«  BANQUE D'ANGLETERRE  » est également traité dans :

BANQUE D'ANGLETERRE, en bref

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 274 mots

Les banques centrales ont d'abord été des banques commerciales ou publiques, dotées d'une Charte et de privilèges d'émission de billets en échange du financement de la dette publique. Il en va ainsi pour la Banque de Suède créée en 1668 et la […] Lire la suite

AN ENQUIRY INTO THE NATURE AND EFFECTS OF THE PAPER CREDIT OF GREAT BRITAIN, Henry Thornton - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 1 029 mots

Évangéliste, banquier et économiste, Henry Thornton (1760-1815) entra au Parlement britannique à vingt-deux ans (1782) et y siégea jusqu'à sa mort. Il soutenait le gouvernement tory du second Pitt et s'illustra dans les débats de politique monétaire et financière. C'est pour défendre la décision prise en 1797 de suspendre la convertibilité en or et en argent des billets de la Banque d'Angleterre q […] Lire la suite

BANQUE - Économie de la banque

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON, 
  • Jean-Charles ROCHET
  •  • 7 882 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chocs macroéconomiques et crises financières »  : […] Dans la mesure où les actifs bancaires sont très sensibles aux fluctuations macroéconomiques (notamment aux taux d'intérêt, aux taux de change et aux cours boursiers), les banques sont particulièrement exposées lors des récessions, des catastrophes (guerres, mauvaises récoltes, etc.) et des crises financières. C'est ainsi que Gary Gorton, dans une étude de 1988 sur les crises bancaires aux États-U […] Lire la suite

BANQUE - Histoire de l'institution bancaire

  • Écrit par 
  • Patrice BAUBEAU
  •  • 6 502 mots

Dans le chapitre « L'institution bancaire contemporaine »  : […] Le succès et la diffusion de l'exemple amstellodamois signent les débuts d'une ère nouvelle de l'histoire bancaire : désormais, les évolutions des structures bancaires vont toutes dans le sens de la triple institutionnalisation évoquée. Du fait de l'extension de la domination coloniale et impériale européenne, cette institutionnalisation bancaire touche toutes les aires géographiques, soit qu'elle […] Lire la suite

BANQUES CENTRALES

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 6 874 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Act de Peel (Grande-Bretagne, 1844) »  : […] En régime d'étalon métallique apparaît l'opposition qu'on connaît aujourd'hui entre politique de règles et politique discrétionnaire ( rules versus discretion ). En est à l'origine l'antagonisme entre l'école de la circulation ( currency school ), avec Robert Torrens et les successeurs de David Ricardo, et l'école de la banque ( banking school ), avec Thomas Tooke, qui se solda, en 1844, en Grand […] Lire la suite

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les origines du S.M.I. »  : […] L'histoire du S.M.I. n'a pas commencé en 1944 à Bretton Woods. En effet, dès le milieu du xix e  siècle, un système existe, celui de l'étalon or, promu par ce qui est alors l'économie dominante : la Grande-Bretagne. Après de nombreuses oppositions, le monométallisme or défendu par ce pays l'emporte sur le bimétallisme or et argent qui eut longtemps la préférence de la France (le franc germinal d […] Lire la suite

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 780 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les « excès du crédit » et les « engorgements des marchés » »  : […] En 1715, « la désolation règne partout », écrivait John Law. Les expéditions de draps du Languedoc par le port de Marseille avaient chuté de moitié ; sur toutes les places de commerce, les espèces sortaient de la circulation et les faillites se multipliaient ; c'était la retombée d'une explosion spéculative des affaires et des crédits née de la paix avec l'Angleterre. En 1729-1730, même emballeme […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La politique monétaire »  : […] Sur la monnaie, les économistes classiques se partagent en deux camps. Tous sont hostiles au mercantilisme et développent l'idée selon laquelle la monnaie doit échapper au prince et obéir à des mécanismes de marché. Cependant les uns se méfient du pouvoir de création monétaire des banques, veulent soit l'interdire, soit le soumettre à des règles strictes, et développent la théorie quantitative de […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1997 : la crise asiatique

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 7 706 mots

Dans le chapitre « Le « oui mais » de Londres à l'euro »  : […] Avec une croissance estimée à 3,4 p. 100, le Royaume-Uni a enregistré une des meilleures performances parmi les grands pays de l'Union européenne, seule l'Espagne ayant fait jeu égal. Mais ce résultat a eu pour contrepartie une inflation excessive, de l'ordre de 2,5 p. 100. Le pays accusait un retard – évalué à environ deux ans par les économistes – sur le chemin de la convergence, ce qui ne pouva […] Lire la suite

LOMBARD STREET : A DESCRIPTION OF THE MONEY MARKET, Walter Bagehot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 1 171 mots

Walter Bagehot (1826-1877) était banquier et journaliste en Grande-Bretagne. Il a dix-huit ans, en 1844, lorsque est entreprise la réforme monétaire qui donne à la Banque d'Angleterre le monopole d'émission des billets et oblige celle-ci à régler strictement ses émissions sur son encaisse or, ce qu'on désigne aujourd'hui comme un currency board . Les années de formation de Bagehot sont celles de l […] Lire la suite

Les derniers événements

8-30 juin 2020 Royaume-Uni. Présentation d'un plan d'investissement.

Banque d’Angleterre augmente de 100 milliards de livres (110 milliards d’euros) son programme d’achats de dettes – 200 milliards avait déjà été annoncés en mars. Le 23, accédant à la demande des milieux économiques, le Premier ministre Boris Johnson annonce la levée quasi totale des mesures de confinement pour le 4 juillet, ainsi que la réduction à […] Lire la suite

5-23 mars 2020 Royaume-Uni. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

Banque d’Angleterre annonce la baisse de son taux directeur de 0,75 à 0,25 p. 100, ainsi que des mesures destinées aux entreprises. De son côté, le chancelier de l’Échiquier Rishi Sunak, qui présente le prochain budget, annonce des mesures d’aide aux services de santé, aux travailleurs contraints de se mettre en quarantaine et aux entreprises. Le 13 […] Lire la suite

2 août 2018 Royaume-Uni. Relèvement du taux directeur.

Banque d’Angleterre annonce le relèvement d’un quart de point de son taux directeur, le portant à 0,75 p. 100. Celui-ci n’avait été relevé qu’une fois depuis la crise financière de 2008, en novembre 2017. Ce relèvement vise à contenir l’inflation due à la dépréciation de la livre qui a suivi l’annonce du Brexit. […] Lire la suite

2 novembre 2017 Royaume-Uni. Relèvement du taux directeur par la Banque d'Angleterre.

Banque d’Angleterre annonce, pour la première fois depuis la crise financière de 2008, le relèvement de son taux directeur de 0,25 à 0,5 p. 100. Ce taux avait baissé de 5,25 à 0,5 p. 100 entre février 2008 et mars 2009, puis avait encore été réduit de moitié en août 2016, après le vote du Brexit. La décision de la Banque répond à la hausse de l’inflation […] Lire la suite

2-16 juillet 2012 Royaume-Uni. La banque Barclays au cœur du scandale du Libor

Banque d'Angleterre, afin de rassurer les marchés sur la situation de la banque Barclays. Le Libor avait alors déjà été manipulé par les traders dans un objectif de profit financier.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BLUMBERG, « BANQUE D'ANGLETERRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/banque-d-angleterre/