LITHOGRAPHIE ROMANTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la différence des procédés de gravure dits « en creux » (pour le métal) et « en relief » (pour le bois), la lithographie est un procédé « à plat ». Le dessin est tracé à l'encre grasse sur la pierre lithographique, un fin calcaire bavarois, très poreux, laquelle est ensuite humidifiée et enduite d'encre d'imprimerie : l'encre ne se dépose alors que sur les surfaces dessinées, car elle est repoussée par les surfaces humides, conformément au principe chimique de la répulsion de l'eau et des corps gras. Tirée à l'aide d'une presse spéciale, l'épreuve, bien qu'inversée, semble être le dessin même et confère à la gravure multiple l'aspect d'un original. Cette extrême simplicité technique alliée à la fidélité de reproduction devait déterminer le succès de la lithographie auprès des artistes romantiques et sa diffusion commerciale sous la monarchie de Juillet et le second Empire.

Du point de vue de l'histoire des formes, la lithographie favorisa l'invention de la vignette, dont l'aspect dynamique et tourbillonnant, non cadré, se prête aux projections de l'imaginaire. Le grain de la pierre lithographique conférait aux planches une intensité contrastée, une teinte veloutée qui adaptaient la gravure en noir et blanc au style coloré du romantisme.

Inventée en 1796 à Munich par Aloys Senefelder, un compositeur qui cherchait à diminuer les coûts de l'édition musicale, la lithographie connut rapidement d'autres applications, telles que l'édition cartographique. Introduite en Alsace par l'éditeur de musique Anton André en 1800, elle devint rapidement un procédé d'estampe à la mode, dont la valeur artistique fut reconnue. Dès 1808, Senefelder l'avait appliquée à la reproduction des œuvres d'art, domaine réservé jusque-là de la gravure au burin. Une structure de production et de dif [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur des universités, membre de l'I.U.F., professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-ouest Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  LITHOGRAPHIE ROMANTIQUE  » est également traité dans :

ARTISTE L', revue d'art

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 542 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Faire l'histoire, jour par jour, de l'art français » »  : […] Ce mot d'ordre de L'Artiste , qui se donne pour but de parler de peinture, de sculpture, d'architecture, d'arts décoratifs et de musique, signifie que le but de la revue est de laisser parler tous les artistes, romantiques ou non, même si la préférence des rédacteurs va aux plus jeunes. L'idée d'une nécessaire « association » des artistes, similaire à la Société des gens de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-artiste-revue-d-art/#i_19941

LITHOGRAPHIE ORIGINALE AU XIXeSUP SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 423 mots

1819 Francisco Goya exécute sa première lithographie. Mais c'est en France, durant son exil, qu'il pratiqua véritablement la nouvelle technique, à Paris mais surtout à Bordeaux, où il réside et où il exécute la série des Taureaux dits de Bordeaux (1825). 1820 Début de la publication des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lithographie-originale-au-xixe-siecle-reperes-chronologiques/#i_19941

Pour citer l’article

Ségolène LE MEN, « LITHOGRAPHIE ROMANTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lithographie-romantique/