SENEFELDER ALOYS (1771-1834)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, la nécessité de reproduire les images plus commodément que par la gravure, seul procédé connu jusqu'alors, se fit de plus en plus impérieuse. Depuis 1750, de nombreux perfectionnements qui permettaient de colorier les gravures avaient été apportés (aquatinte, pointillé, etc.), mais ils ne remettaient cependant pas en cause le principe de la gravure (impression obtenue grâce à la différence des reliefs). C'est en cherchant un procédé nouveau de gravure sur pierre que l'Allemand Senefelder mit au point peu à peu, entre 1796 et 1798, une technique révolutionnaire qui permettait d'imprimer des images sans les graver et qui allait devenir la lithographie. Un calcaire spécial, enduit d'un corps gras, puis humidifié, retient l'encre aux seuls endroits graissés par le dessinateur.

Senefelder était né à Prague en 1771 d'un père acteur. Lui-même, acteur puis auteur dramatique, cherchait le moyen d'imprimer ses propres écrits à moindre frais. Il inventa d'abord un procédé pour polir les pierres sur lesquelles il comptait graver (comme à l'eau-forte) ses écrits à l'envers, puis une encre spéciale qui lui permettait d'écrire sur du papier, à l'endroit, et de reporter le texte, à l'envers, sur la pierre. Il utilisa d'abord son invention pour imprimer la musique, difficile à reproduire typographiquement. Son invention eut suffisamment de succès pour inciter un homme d'affaires, André, à tenter d'implanter en Allemagne, à Londres et à Paris des imprimeries « chimiques », comme on disait alors, ou « polyautographiques ». La première pièce de musique lithographiée en France parut en 1803, mais il fallut attendre dix ans pour que l'on comprenne toute l'importance de la découverte, première expérience d'impression rapide qui allait permettre, en 1830, d'illustrer les quotidiens, puis, en 1860, des affiches. Le succès de la lithographie, utilisée d'abord par l'art romantique, ne s'est pas démenti. Cette technique fut, en outre, le point de départ d'autres inventions, en particulier celle de la photographie par Niepce en 1827 et celle de l'offset (que les Anglo-Saxons appellent d'ailleurs lithography). Senefelder a raconté sa découverte dans un traité paru à Vienne et à Munich en 1818, puis aussitôt après à Londres et à Paris (1819).

—  Michel MELOT

Écrit par :

  • : directeur de la bibliothèque publique d'information, Centre Georges-Pompidou

Classification


Autres références

«  SENEFELDER ALOYS (1771-1834)  » est également traité dans :

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La lithographie »  : […] Survint alors un nouveau procédé révolutionnaire, la lithographie, « impression chimique » pour reprendre les termes du Bavarois Aloys Senefelder, qui l'inventa en 1796-1799. L'artiste dessine au moyen d'un crayon gras, ou à l'encre grasse, sur une pierre spéciale préalablement préparée. Il l'humidifie. L'eau se dépose partout, sauf sur le dessin, car elle est repoussée par le gras. L'inverse se p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_22667

IMPRIMERIE

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI, 
  • Jean-Pierre DRÈGE, 
  • Henri-Jean MARTIN
  • , Universalis
  •  • 14 457 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La montée en puissance des images  »  : […] Selon le besoin, le budget, la diffusion, les techniques varient. Il existe ainsi de nombreuses méthodes de reproduction des images. À partir des années 1830, la gravure sur bois de bout est utilisée massivement par la presse périodique et les livres illustrés. Un bois de bout est un motif en relief travaillé au burin. Les images sont imprimées à côté du texte sans avoir besoin d’un second passag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imprimerie/#i_22667

INVENTION DE LA LITHOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

La lithographie est le fruit d'une longue mise au point. Si l'on peut dater de 1795-1796 les premiers essais par l'Allemand Aloys Senefelder d'impression avec des planches de pierre, en relief et en creux, ce n'est qu'en 1797-1798 que celui-ci inventa le procédé de l'impression chimique qui fait l'originalité de la lithographie. Breveté par Senefelder à Munich en 1799, le procédé est connu assez r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/invention-de-la-lithographie/#i_22667

LITHOGRAPHIE ROMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 1 018 mots

À la différence des procédés de gravure dits « en creux » (pour le métal) et « en relief » (pour le bois), la lithographie est un procédé « à plat ». Le dessin est tracé à l'encre grasse sur la pierre lithographique, un fin calcaire bavarois, très poreux, laquelle est ensuite humidifiée et enduite d'encre d'imprimerie : l'encre ne se dépose alors que sur les surfaces dessinées, car elle est repous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lithographie-romantique/#i_22667

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le livre romantique »  : […] Au cours des années 1820-1830, les valeurs et les pratiques sur lesquelles s'établissait l'art du livre sont remises en question tandis que la civilisation du machinisme industriel s'élabore. Sans doute faut-il faire correspondre ces deux phénomènes contemporains, mais il ne s'agit pas vraiment d'une confrontation de l'art et de la technique dont la problématique marquera producteurs et utilisate […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_22667

Pour citer l’article

Michel MELOT, « SENEFELDER ALOYS - (1771-1834) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aloys-senefelder/