ESTAMPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est fort difficile de définir le domaine de l'estampe. Le mot a une signification technique (comme l'anglais print) et désigne une image obtenue par pression d'un support (en général du papier) contre une matrice. Sa forme la plus élémentaire est l'estampage, où l'impression se fait en moulant le support sur le relief ou en frottant une encre sur le support même pour faire apparaître le relief. Ce procédé, très utilisé pour reproduire les monnaies, les pierres tombales, ou n'importe quelle pierre gravée, était, semble-t-il, connu en Chine dès l'époque Han (~ 206-220). Mais l'estampe se distingue de l'estampage et le fait oublier dès l'invention de la presse à imprimer, perfectionnée pour les images dès le milieu du xve siècle. Pour obtenir des images très fines, gravées en creux sur cuivre (taille-douce), on doit utiliser une presse spéciale très puissante et d'un maniement pénible : le tirage de chaque épreuve est une opération longue et délicate. C'est pourquoi on développa au xixe siècle l'usage de la lithographie, où l'image est fixée par une graisse sur une pierre sans relief. La presse (presse à râteau) est alors plus simple, mais puisqu'une pression intervient on peut encore parler d'estampe. Si l'on s'en tient à cette définition une photographie n'est pas une estampe, mais en revanche toutes les reproductions photomécaniques (affiches, photos de journaux) en sont. Un pochoir n'est pas une estampe, car la couleur y est déposée comme pour un dessin ; cependant la sérigraphie (qui utilise le principe du pochoir) est une estampe, car l'encre est écrasée à travers le tissu. Un tampon est-il une estampe ? Si l'on s'en tient à l'étymologie et à la technique, on ne saurait trouver de différence de principe entre un cachet et une gravure. Il semble donc bien hasardeux de définir l'estampe en fonction d'une technique. On peut cependant en conclure que la nature de l'estampe est de reproduire une image, mais ni le travail fait à la main (pour diffé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : directeur de la bibliothèque publique d'information, Centre Georges-Pompidou

Classification


Autres références

«  ESTAMPE  » est également traité dans :

ALMANACH, estampe

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 807 mots

Le mot almanach , d'origine incertaine, apparaît dans l'arabe occidental au xiii e  siècle ; il désigne d'abord une éphéméride où figurent les positions du soleil et de la lune. Avec l'invention de l'imprimerie et de l'estampe, ce type de calendrier va se développer et se diffuser très largement, sous deux formes. La première est celle d'un livret comprenant le calendrier proprement dit, enrichi d […] Lire la suite

ARTISTE L', revue d'art

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 542 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Faire l'histoire, jour par jour, de l'art français » »  : […] Ce mot d'ordre de L'Artiste , qui se donne pour but de parler de peinture, de sculpture, d'architecture, d'arts décoratifs et de musique, signifie que le but de la revue est de laisser parler tous les artistes, romantiques ou non, même si la préférence des rédacteurs va aux plus jeunes. L'idée d'une nécessaire « association » des artistes, similaire à la Société des gens de lettres qui fut fondée […] Lire la suite

ASHEVAK KENOJUAK (1927-2013)

  • Écrit par 
  • Patricia BAUER
  •  • 343 mots

Considérée comme une figure majeure de l’art inuit, Kenojuak Ashevak fut une des premières artistes à s’essayer à la gravure. Son œuvre se caractérise par des lignes puissantes, des couleurs vives ainsi qu’une composition simple et sans perspective. Kenojuak Ashevak naît en 1927 dans le camp d’Ikerrasak, sur l’île de Baffin, dans les Territoires du Nord-Ouest (auj. au Nunavut). Son enfance est m […] Lire la suite

BLAKE WILLIAM (1757-1827)

  • Écrit par 
  • Claude DOUBINSKY, 
  • Régine LUSSAN
  •  • 5 461 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un art insolite »  : […] L'art de Blake est à la fois une révolte contre l'art du passé et celui de son époque ; il condamne surtout l'art mondain de Reynolds, mais il renie aussi la peinture à l'huile des grands maîtres vénitiens et flamands, qualifiant les œuvres de Rubens et de Rembrandt de « barbouillage ». Dans ses aquarelles et dans ses détrempes, Blake veut un contour net qui est selon lui la garantie d'un art aut […] Lire la suite

BONINGTON RICHARD PARKES (1802-1828)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 976 mots
  •  • 2 médias

Peintre anglais, contemporain de la grande génération de peintres romantiques français, Bonington exerça sur elle une influence originale et considérable, et contribua plus que personne à l'initier aux formules de la peinture romantique anglaise, mises au point un quart de siècle plus tôt par Constable, Turner et Lawrence. L'essentiel de sa courte et éclatante carrière se déroule à Paris, entre 18 […] Lire la suite

BRACELLI GIOVANNI BATTISTA (1re moitié XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 524 mots

On ignore tout de la vie de cet artiste florentin qui est devenu subitement célèbre vers 1930, quand nombre d'artistes de l'avant-garde découvrirent en lui un étonnant précurseur. Les quelques gravures que l'on connaît de lui situent son activité entre 1624 et 1649, principalement à Rome, semble-t-il. Mais seul son très curieux recueil qu'il intitula Bizarrie di varie figure mérite de retenir l'a […] Lire la suite

BRÉBIETTE ou BRÉBIELLE PIERRE (1598-env. 1650)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 434 mots

Graveur français de l'époque de Louis XIII, que Léon Rosenthal ( Gazette des beaux-arts , 1911) a, le premier, revalorisé. Le caractère moderne, extrêmement séduisant, de l'œuvre de Pierre Brébiette résulte de la grande liberté de style et de composition avec laquelle il a traité les thèmes mythologiques, placés généralement dans de petites frises de quelques centimètres de côté. Son humour et son […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Images et gravures »  : […] L'imagerie désignée généralement sous le nom restrictif des « images du Nouvel An » a joué un rôle considérable aussi bien pour la diffusion d'une certaine culture que dans la définition d'une esthétique commune à des couches assez différentes de la société. Bien que prohibées depuis des décennies par les autorités, les images religieuses sont encore très répandues dans certaines campagnes quand, […] Lire la suite

COCHIN CHARLES NICOLAS, dit COCHIN LE FILS (1715-1790)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 399 mots

Formé dès son plus jeune âge dans l'atelier familial — la famille Cochin constitue comme les Mariette une dynastie de graveurs et de marchands d'estampes parisiens —, Charles Nicolas Cochin le Fils (ainsi appelé pour le distinguer de son père, lui-même graveur réputé, et qui portait le même prénom) a douze ans à peine quand il donne ses premières gravures. Comme graveur, Charles Nicolas Cochin se […] Lire la suite

DAVID JULES (1808-1892)

  • Écrit par 
  • Françoise TÉTART-VITTU
  •  • 572 mots

Célèbre dessinateur de mode particulièrement apprécié des Anglo-Saxons, grands amateurs d'aquarelles. Les carnets de croquis de Jean-Baptiste, dit Jules David, ont été révélés en 1987 lors d'une exposition ( Dessins de mode : Jules David, 1808-1892, et son temps , Salon du Vieux-Colombier, mairie du VI e  arrondissement, Paris). Ce peintre illustrateur lithographia de nombreuses vignettes pour des […] Lire la suite

DE CÉZANNE À PICASSO. CHEFS-D'ŒUVRE DE LA GALERIE VOLLARD (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 152 mots

L'exposition organisée par le Metropolitan Museum of Art de New York, l'Art Institute de Chicago et enfin le musée d'Orsay à Paris, consacrée au marchand et éditeur d'art Ambroise Vollard (1868-1939), était d'un incomparable plaisir pour les yeux ( De Cézanne à Picasso. Chefs-d'œuvre de la galerie Vollard , respectivement du 13 septembre 2006 au 7 janvier 2007, 17 février au 12 mai 2007 et du 19 j […] Lire la suite

DEGAS EDGAR (1834-1917)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 813 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Du sujet au style »  : […] Toute cette période a été pour lui l'occasion de profonds renouvellements, tant dans le choix des sujets qu'il traite que, surtout, des techniques qu'il emploie. Les premiers ont souvent retenu l'attention des contemporains par le réalisme souvent cru qui s'y manifeste. Degas, en effet, ne s'est pas limité au monde élégant des courses, de l'Opéra ou des intérieurs bourgeois. Les scènes de cafés-co […] Lire la suite

DUNOYER DE SEGONZAC ANDRÉ (1884-1974)

  • Écrit par 
  • Cariss BEAUNE
  •  • 429 mots

Peintre, graveur et illustrateur français. Artiste réaliste, il est l'héritier des Le Nain, Courbet et Millet. Peintre indépendant, lié d'amitié avec Apollinaire, Max Jacob, Raoul Dufy, Vlaminck, Dunoyer de Segonzac n'adhéra jamais à aucun des grand mouvements esthétiques du début du siècle. Son style témoigne de l'exigence d'une nouvelle sobriété chromatique et d'une grande rigueur graphique ; sa […] Lire la suite

EDGAR DEGAS ET LE SPECTACLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 635 mots

1868 Degas expose au Salon, pour la première fois, une scène de ballet : Portrait de M lle Eugénie Fiocre : à propos du ballet « La Source » (the Brooklyn Museum, New York). Le tableau, qui n'évoque d'ailleurs que très lointainement la scène, n'obtient que peu d'écho. Vers 1870 Degas, qui fréquente assidûment l'Opéra, peint L'Orchestre de l'Opéra (musée d'Orsay), centré sur le portrait de son […] Lire la suite

ELLES (H. DE TOULOUSE-LAUTREC )

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 239 mots

Les onze pièces publiées par Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901) pour la suite Elles sont à la fois caractéristiques de ses thèmes favoris (à l'exception de la clownesse Cha-U-Kao, toutes les femmes qu'il représente appartiennent en effet au monde des maisons closes) et de sa pratique de l'estampe (ce sont des lithographies en couleurs, comme la plupart de ses œuvres). Lautrec suit de près l'ar […] Lire la suite

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Évolution technique de l'estampe en Occident : du criblé à la sérigraphie »  : […] Tout a son importance dans la réalisation d'une estampe, jusqu'à la presse, l'encre ou le papier utilisés. Pourtant on définit généralement une estampe par le seul élément d'impression – gravure sur bois, sur métal (cuivre, zinc, acier) ou sur pierre (lithographie) – ou par la technique utilisée pour tracer sur cet élément le dessin que l'on veut reproduire : on parlera alors d'un bois de fil ou d […] Lire la suite

GRAVURES D'HOKUSAI - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 139 mots

Fin du xvii e  siècle Premières estampes de l' Ukiyo-e (« images du monde flottant ») 1760 Naissance de Katsushika Hokusai. 1778 Premiers travaux de l'artiste : des représentations d'acteurs et de courtisanes. Vers 1780 Estampe des « Lutteurs de sumo ». Vers 1800 Hokusai réalise les premières représentations de paysages, sujet neuf pour l'estampe japonaise. Vers 1831 Trente-Six Vues du mon […] Lire la suite

GREUZE JEAN-BAPTISTE (1725-1805)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 730 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une peinture édifiante »  : […] Jean-Baptiste Greuze naquit à Tournus : son père le destinait à l'architecture. Il obtint de parfaire ses dons de dessinateur dans l'atelier du peintre lyonnais Grandon, et monta à Paris vers 1750. On y connaît mal ses débuts. Jeune provincial, inconnu et ombrageux, il ne se fixa dans aucun atelier, mais dessinait le modèle à l'Académie. Il eut la chance d'être remarqué par La Live de Jully, un ri […] Lire la suite

HARUNOBU SUZUKI (1725 env.-1770)

  • Écrit par 
  • Chantal KOZYREFF
  •  • 1 186 mots
  •  • 1 média

Suzuki Harunobu fut l'un des premiers dessinateurs japonais à comprendre quelles ressources nouvelles offrait la xylographie polychrome, également appelée « image de brocart » ou nishiki-e , qui constitue une véritable révolution technique dans la gravure sur bois . Il semble que ce nouveau procédé permit à son talent de s'épanouir pleinement. Avec Harunobu disparaît la gaucherie caractéristique d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel MELOT, « ESTAMPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/estampe/