ESTAMPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il est fort difficile de définir le domaine de l'estampe. Le mot a une signification technique (comme l'anglais print) et désigne une image obtenue par pression d'un support (en général du papier) contre une matrice. Sa forme la plus élémentaire est l'estampage, où l'impression se fait en moulant le support sur le relief ou en frottant une encre sur le support même pour faire apparaître le relief. Ce procédé, très utilisé pour reproduire les monnaies, les pierres tombales, ou n'importe quelle pierre gravée, était, semble-t-il, connu en Chine dès l'époque Han (~ 206-220). Mais l'estampe se distingue de l'estampage et le fait oublier dès l'invention de la presse à imprimer, perfectionnée pour les images dès le milieu du xve siècle. Pour obtenir des images très fines, gravées en creux sur cuivre (taille-douce), on doit utiliser une presse spéciale très puissante et d'un maniement pénible : le tirage de chaque épreuve est une opération longue et délicate. C'est pourquoi on développa au xixe siècle l'usage de la lithographie, où l'image est fixée par une graisse sur une pierre sans relief. La presse (presse à râteau) est alors plus simple, mais puisqu'une pression intervient on peut encore parler d'estampe. Si l'on s'en tient à cette définition une photographie n'est pas une estampe, mais en revanche toutes les reproductions photomécaniques (affiches, photos de journaux) en sont. Un pochoir n'est pas une estampe, car la couleur y est déposée comme pour un dessin ; cependant la sérigraphie (qui utilise le principe du pochoir) est une estampe, car l'encre est écrasée à travers le tissu. Un tampon est-il une estampe ? Si l'on s'en tient à l'étymologie et à la technique, on ne saurait trouver de différence de principe entre un cachet et une gravure. Il semble donc bien hasardeux de définir l'estampe en fonction d'une technique. On peut cependant en conclure que la nature de l'estampe est de reproduire une image, mais ni le travail fait à la main (pour diffé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de la bibliothèque publique d'information, Centre Georges-Pompidou

Classification


Autres références

«  ESTAMPE  » est également traité dans :

ALMANACH, estampe

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 807 mots

Le mot almanach , d'origine incertaine, apparaît dans l'arabe occidental au xiii e  siècle ; il désigne d'abord une éphéméride où figurent les positions du soleil et de la lune. Avec l'invention de l'imprimerie et de l'estampe, ce type de calendrier va se développer et se diffuser très largement, sous deux formes. La première est celle d'un livret comprenant le calendrier proprement dit, enrichi d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/almanach-estampe/#i_15543

ARTISTE L', revue d'art

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 542 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Faire l'histoire, jour par jour, de l'art français » »  : […] Ce mot d'ordre de L'Artiste , qui se donne pour but de parler de peinture, de sculpture, d'architecture, d'arts décoratifs et de musique, signifie que le but de la revue est de laisser parler tous les artistes, romantiques ou non, même si la préférence des rédacteurs va aux plus jeunes. L'idée d'une nécessaire « association » des artistes, similaire à la Société des gens de lettres qui fut fondée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-artiste-revue-d-art/#i_15543

ASHEVAK KENOJUAK (1927-2013)

  • Écrit par 
  • Patricia BAUER
  •  • 343 mots

Considérée comme une figure majeure de l’art inuit, Kenojuak Ashevak fut une des premières artistes à s’essayer à la gravure. Son œuvre se caractérise par des lignes puissantes, des couleurs vives ainsi qu’une composition simple et sans perspective. Kenojuak Ashevak naît en 1927 dans le camp d’Ikerrasak, sur l’île de Baffin, dans les Territoires du Nord-Ouest (auj. au Nunavut). Son enfance est m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kenojuak-ashevak/#i_15543

BLAKE WILLIAM (1757-1827)

  • Écrit par 
  • Claude DOUBINSKY, 
  • Régine LUSSAN
  •  • 5 461 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un art insolite »  : […] L'art de Blake est à la fois une révolte contre l'art du passé et celui de son époque ; il condamne surtout l'art mondain de Reynolds, mais il renie aussi la peinture à l'huile des grands maîtres vénitiens et flamands, qualifiant les œuvres de Rubens et de Rembrandt de « barbouillage ». Dans ses aquarelles et dans ses détrempes, Blake veut un contour net qui est selon lui la garantie d'un art aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blake-william-1757-1827/#i_15543

BONINGTON RICHARD PARKES (1802-1828)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 976 mots
  •  • 2 médias

Peintre anglais, contemporain de la grande génération de peintres romantiques français, Bonington exerça sur elle une influence originale et considérable, et contribua plus que personne à l'initier aux formules de la peinture romantique anglaise, mises au point un quart de siècle plus tôt par Constable, Turner et Lawrence. L'essentiel de sa courte et éclatante carrière se déroule à Paris, entre 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-parkes-bonington/#i_15543

BRACELLI GIOVANNI BATTISTA (1re moitié XVIIe s.)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 524 mots

On ignore tout de la vie de cet artiste florentin qui est devenu subitement célèbre vers 1930, quand nombre d'artistes de l'avant-garde découvrirent en lui un étonnant précurseur. Les quelques gravures que l'on connaît de lui situent son activité entre 1624 et 1649, principalement à Rome, semble-t-il. Mais seul son très curieux recueil qu'il intitula Bizarrie di varie figure mérite de retenir l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bracelli-giovanni-battista/#i_15543

BRÉBIETTE ou BRÉBIELLE PIERRE (1598-env. 1650)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 434 mots

Graveur français de l'époque de Louis XIII, que Léon Rosenthal ( Gazette des beaux-arts , 1911) a, le premier, revalorisé. Le caractère moderne, extrêmement séduisant, de l'œuvre de Pierre Brébiette résulte de la grande liberté de style et de composition avec laquelle il a traité les thèmes mythologiques, placés généralement dans de petites frises de quelques centimètres de côté. Son humour et son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brebiette-brebielle/#i_15543

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Images et gravures »  : […] L'imagerie désignée généralement sous le nom restrictif des « images du Nouvel An » a joué un rôle considérable aussi bien pour la diffusion d'une certaine culture que dans la définition d'une esthétique commune à des couches assez différentes de la société. Bien que prohibées depuis des décennies par les autorités, les images religieuses sont encore très répandues dans certaines campagnes quand, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_15543

COCHIN CHARLES NICOLAS, dit COCHIN LE FILS (1715-1790)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 399 mots

Formé dès son plus jeune âge dans l'atelier familial — la famille Cochin constitue comme les Mariette une dynastie de graveurs et de marchands d'estampes parisiens —, Charles Nicolas Cochin le Fils (ainsi appelé pour le distinguer de son père, lui-même graveur réputé, et qui portait le même prénom) a douze ans à peine quand il donne ses premières gravures. Comme graveur, Charles Nicolas Cochin se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-nicolas-cochin/#i_15543

DAVID JULES (1808-1892)

  • Écrit par 
  • Françoise TÉTART-VITTU
  •  • 572 mots

Célèbre dessinateur de mode particulièrement apprécié des Anglo-Saxons, grands amateurs d'aquarelles. Les carnets de croquis de Jean-Baptiste, dit Jules David, ont été révélés en 1987 lors d'une exposition ( Dessins de mode : Jules David, 1808-1892, et son temps , Salon du Vieux-Colombier, mairie du VI e  arrondissement, Paris). Ce peintre illustrateur lithographia de nombreuses vignettes pour des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-david/#i_15543

DE CÉZANNE À PICASSO. CHEFS-D'ŒUVRE DE LA GALERIE VOLLARD (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 152 mots

L'exposition organisée par le Metropolitan Museum of Art de New York, l'Art Institute de Chicago et enfin le musée d'Orsay à Paris, consacrée au marchand et éditeur d'art Ambroise Vollard (1868-1939), était d'un incomparable plaisir pour les yeux ( De Cézanne à Picasso. Chefs-d'œuvre de la galerie Vollard , respectivement du 13 septembre 2006 au 7 janvier 2007, 17 février au 12 mai 2007 et du 19 j […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-cezanne-a-picasso-chefs-d-oeuvre-de-la-galerie-vollard/#i_15543

DEGAS EDGAR (1834-1917)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 3 813 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Du sujet au style »  : […] Toute cette période a été pour lui l'occasion de profonds renouvellements, tant dans le choix des sujets qu'il traite que, surtout, des techniques qu'il emploie. Les premiers ont souvent retenu l'attention des contemporains par le réalisme souvent cru qui s'y manifeste. Degas, en effet, ne s'est pas limité au monde élégant des courses, de l'Opéra ou des intérieurs bourgeois. Les scènes de cafés-co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-degas/#i_15543

DUNOYER DE SEGONZAC ANDRÉ (1884-1974)

  • Écrit par 
  • Cariss BEAUNE
  •  • 429 mots

Peintre, graveur et illustrateur français. Artiste réaliste, il est l'héritier des Le Nain, Courbet et Millet. Peintre indépendant, lié d'amitié avec Apollinaire, Max Jacob, Raoul Dufy, Vlaminck, Dunoyer de Segonzac n'adhéra jamais à aucun des grand mouvements esthétiques du début du siècle. Son style témoigne de l'exigence d'une nouvelle sobriété chromatique et d'une grande rigueur graphique ; sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-dunoyer-de-segonzac/#i_15543

EDGAR DEGAS ET LE SPECTACLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 635 mots

1868 Degas expose au Salon, pour la première fois, une scène de ballet : Portrait de M lle Eugénie Fiocre : à propos du ballet « La Source » (the Brooklyn Museum, New York). Le tableau, qui n'évoque d'ailleurs que très lointainement la scène, n'obtient que peu d'écho. Vers 1870 Degas, qui fréquente assidûment l'Opéra, peint L'Orchestre de l'Opéra (musée d'Orsay), centré sur le portrait de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edgar-degas-et-le-spectacle-reperes-chronologiques/#i_15543

ELLES (H. DE TOULOUSE-LAUTREC )

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 239 mots

Les onze pièces publiées par Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901) pour la suite Elles sont à la fois caractéristiques de ses thèmes favoris (à l'exception de la clownesse Cha-U-Kao, toutes les femmes qu'il représente appartiennent en effet au monde des maisons closes) et de sa pratique de l'estampe (ce sont des lithographies en couleurs, comme la plupart de ses œuvres). Lautrec suit de près l'ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elles-h-de-toulouse-lautrec/#i_15543

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Évolution technique de l'estampe en Occident : du criblé à la sérigraphie »  : […] Tout a son importance dans la réalisation d'une estampe, jusqu'à la presse, l'encre ou le papier utilisés. Pourtant on définit généralement une estampe par le seul élément d'impression – gravure sur bois, sur métal (cuivre, zinc, acier) ou sur pierre (lithographie) – ou par la technique utilisée pour tracer sur cet élément le dessin que l'on veut reproduire : on parlera alors d'un bois de fil ou d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_15543

GRAVURES D'HOKUSAI - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 139 mots

Fin du xvii e  siècle Premières estampes de l' Ukiyo-e (« images du monde flottant ») 1760 Naissance de Katsushika Hokusai. 1778 Premiers travaux de l'artiste : des représentations d'acteurs et de courtisanes. Vers 1780 Estampe des « Lutteurs de sumo ». Vers 1800 Hokusai réalise les premières représentations de paysages, sujet neuf pour l'estampe japonaise. Vers 1831 Trente-Six Vues du mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravures-d-hokusai-reperes-chronologiques/#i_15543

GREUZE JEAN-BAPTISTE (1725-1805)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 730 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une peinture édifiante »  : […] Jean-Baptiste Greuze naquit à Tournus : son père le destinait à l'architecture. Il obtint de parfaire ses dons de dessinateur dans l'atelier du peintre lyonnais Grandon, et monta à Paris vers 1750. On y connaît mal ses débuts. Jeune provincial, inconnu et ombrageux, il ne se fixa dans aucun atelier, mais dessinait le modèle à l'Académie. Il eut la chance d'être remarqué par La Live de Jully, un ri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-greuze/#i_15543

HARUNOBU SUZUKI (1725 env.-1770)

  • Écrit par 
  • Chantal KOZYREFF
  •  • 1 186 mots
  •  • 1 média

Suzuki Harunobu fut l'un des premiers dessinateurs japonais à comprendre quelles ressources nouvelles offrait la xylographie polychrome, également appelée « image de brocart » ou nishiki-e , qui constitue une véritable révolution technique dans la gravure sur bois . Il semble que ce nouveau procédé permit à son talent de s'épanouir pleinement. Avec Harunobu disparaît la gaucherie caractéristique d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harunobu-suzuki-1725-env-1770/#i_15543

HENRI DE TOULOUSE-LAUTREC ET L'ESTAMPE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 685 mots

1891 Moulin Rouge, La Goulue , à la fois la première lithographie de Lautrec et sa première affiche (toutes seront dans cette technique). L'œuvre démontre son habileté technique et stylistique. Par l'économie de moyens et la simplification des formes (la profondeur de la scène ne vient que de la différence d'échelle des silhouettes), Lautrec renouvelle complètement un genre déjà relativement stan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-de-toulouse-lautrec-et-l-estampe-reperes-chronologiques/#i_15543

HIROSHIGE ANDŌ (1797-1858)

  • Écrit par 
  • Chantal KOZYREFF
  •  • 1 334 mots
  •  • 3 médias

Maître incontesté de l' estampe de paysage, Andō Hiroshige remporta un égal succès au Japon et en Occident. Jamais sans doute maître de l'école Ukiyo-e , née de la peinture de genre, ne comprit et ne traduisit mieux l'âme même de la nature. Ne s'appuyant sur aucune conception philosophique ou mystique, son art est le résultat de l'observation humble de la nature, qu'il n'a cependant pas cherché à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hiroshige/#i_15543

HOKUSAI (1760-1849) (exposition)

  • Écrit par 
  • Christophe MARQUET
  •  • 931 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La leçon de dessin de Hokusai »  : […] Après Hokusai et son temps. Le fou de peinture (Centre culturel du Marais, 1980) – qui fut une révélation – et la plus récente présentation centrée sur les œuvres conservées au musée Guimet ( Hokusai 1760-1849. L’affolé de son art , 2008), l’exposition du Grand Palais constitue en France la troisième grande manifestation d’envergure consacrée au peintre. Cette exposition coïncide avec le bicenten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hokusai-1760-1849/#i_15543

HOKUSAI KATSUSHIKA (1760-1849)

  • Écrit par 
  • Chantal KOZYREFF
  • , Universalis
  •  • 1 419 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvre monumentale, inégale et géniale »  : […] Hokusai fut un peintre de talent, mais c'est la xylographie qui le rendit célèbre. Il est, avec Hishikawa Moronobu (mort vers 1695), l'illustrateur le plus prolifique de l'histoire du livre japonais, avec une production de près de 13 500 planches. Il débuta comme tant d'autres par des dessins pour kibyoshi (livre jaune), littérature populaire et bon marché. Il déploya une activité débordante dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hokusai/#i_15543

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Une philosophie du changement »  : […] Au milieu du siècle, Baudelaire avait découvert l'héroïsme de la vie moderne et introduit dans la méditation du beau l'idée de modernité. L'esprit, en concevant cette idée et en s'y tenant, choisit la position la plus propre à percevoir le temps en son essence, c'està-dire en son écoulement. Position difficile et restreinte, véritablement critique , coincée entre le plaisir de se réfugier dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_15543

INVENTION DE LA LITHOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 197 mots
  •  • 1 média

La lithographie est le fruit d'une longue mise au point. Si l'on peut dater de 1795-1796 les premiers essais par l'Allemand Aloys Senefelder d'impression avec des planches de pierre, en relief et en creux, ce n'est qu'en 1797-1798 que celui-ci inventa le procédé de l'impression chimique qui fait l'originalité de la lithographie. Breveté par Senefelder à Munich en 1799, le procédé est connu assez r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/invention-de-la-lithographie/#i_15543

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Techniques de gravure, méthodes d'impression et recherches de polychromie »  : […] En xylographie, la taille d'épargne sur bois de fil (coupé dans le sens des fibres) fut la plus pratiquée jusqu'à la fin du xix e  siècle. D'autre part, bien qu'ayant rarement recouru à l'estampage sur pierre, qui était répandu en Chine, les Japonais voulurent parfois en imiter l'effet dans des gravures sur bois, appelées ishizuri-e (images imprimées sur pierre) : grâce à la taille blanche, le d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_15543

JOHN CONSTABLE ET LA CAMPAGNE ANGLAISE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 572 mots

1776 Naissance de Constable à East Bergholt, dans le Suffolk, où son père est propriétaire, en particulier de moulins. Il grandit dans la vallée de la Stour, une petite rivière, où il habitera pendant longtemps à l'âge adulte, et d'où il tirera le sujet de certains de ses tableaux les plus célèbres (comme les nombreuses vues de la campagne de Dedham ou de Flatford). 1799 Constable se rend à Lond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-constable-et-la-campagne-anglaise-reperes-chronologiques/#i_15543

KIYONAGA TORII (1752-1815)

  • Écrit par 
  • Chantal KOZYREFF
  •  • 1 206 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Kiyonaga et l'atelier des Torii »  : […] Fils d'un libraire d'Edo (l'actuelle Tōkyō), Torii Kiyonaga entra très jeune dans l'atelier des Torii, l'école la plus traditionaliste du mouvement Ukiyo-e, dont l'activité principale concernait le théâtre de kabuki . Son fondateur, Torii Kiyonobu (1664-1729), avait su créer, pour la représentation d'acteurs, une expression particulièrement adaptée, synthèse de la grandiloquence propre au kabuki […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kiyonaga/#i_15543

LECLERC SÉBASTIEN (1637-1714)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 709 mots

Sébastien Leclerc est certainement le graveur le plus représentatif du règne de Louis XIV dont il est le contemporain presque exact et dont il transcrit avec rigueur et élégance les manifestations essentielles. Sa carrière, longue et laborieuse, est cependant exempte des noirceurs du siècle, et son art échappe à toute brutalité. Fils d'un orfèvre de Metz, Sébastien Leclerc est baptisé le 26 septem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sebastien-leclerc/#i_15543

LEPAUTRE LES

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 728 mots

Famille d'artistes français. Formé dans l'atelier d'Adam Philippon, « menuisier et ingénieur du roi », qui avait été envoyé à Rome pour étudier sur place les monuments antiques, Jean Lepautre (1618-1682) suivit sans doute son maître en Italie ; il fut le principal graveur du recueil que Philippon publia en 1645 Curieuses Recherches de plusieurs beaux morceaux d'ornements antiques et modernes tant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-lepautre/#i_15543

LITHOGRAPHIE ORIGINALE AU XIXeSUP SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 423 mots

1819 Francisco Goya exécute sa première lithographie. Mais c'est en France, durant son exil, qu'il pratiqua véritablement la nouvelle technique, à Paris mais surtout à Bordeaux, où il réside et où il exécute la série des Taureaux dits de Bordeaux (1825). 1820 Début de la publication des Voyages pittoresques dans l'ancienne France dirigés par le baron Taylor et Charles Nodier, qui ne s'achèver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lithographie-originale-au-xixe-siecle-reperes-chronologiques/#i_15543

LITHOGRAPHIE ROMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 1 018 mots

À la différence des procédés de gravure dits « en creux » (pour le métal) et « en relief » (pour le bois), la lithographie est un procédé « à plat ». Le dessin est tracé à l'encre grasse sur la pierre lithographique, un fin calcaire bavarois, très poreux, laquelle est ensuite humidifiée et enduite d'encre d'imprimerie : l'encre ne se dépose alors que sur les surfaces dessinées, car elle est repous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lithographie-romantique/#i_15543

LUCAS DE LEYDE (1489 ou 1494-1533)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 077 mots
  •  • 1 média

Salué par Van Mander, en 1604, comme une merveille de la nature et déjà célébré dès le xvi e  siècle par Vasari, Lucas de Leyde (Lucas van Leyden) est un enfant précoce et prodige : il aurait gravé dès l'âge de quatorze ans (sa première gravure connue, L'Ivresse de Mahomet , date de 1508, et Van Mander, qui a interrogé le petit-fils de Lucas, fait naître ce dernier en 1494, date contestée par cert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucas-de-leyde/#i_15543

MELLAN CLAUDE (1598-1688)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 1 048 mots

Originaire d'Abbeville (Somme), patrie de nombreux graveurs de talent, Claude Mellan vit le jour en mai 1598. Son père et homonyme et un de ses frères, Philippe, étaient chaudronniers et planeurs de cuivre. Ce milieu professionnel fut probablement à l'origine de sa vocation. On ignore toutefois quels furent ses maîtres dans l'art de la taille-douce fort peu développée en France au début du xvii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-mellan/#i_15543

MERIAN L'ANCIEN MATTHÄUS (1593-1650)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 292 mots

Graveur suisse, spécialisé dans les paysages et les vues topographiques, Matthäus Merian l'Ancien est né à Bâle le 22 septembre 1593, d'une famille d'orfèvres. Il travailla dans plusieurs villes : Francfort, Nancy, Paris, puis à nouveau Bâle, Augsbourg et Stuttgart (1616), Francfort (1617). Lors de son séjour à Paris, vers 1613-1615, il grava des Feux d'artifice sur la Seine et surtout un Plan d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-merian/#i_15543

MERYON CHARLES (1821-1868)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 524 mots

« L'énigme et la solitude de Meryon demeurent intactes », a pu dire Henri Focillon. En effet, avec son court recueil des Eaux-Fortes sur Paris , Meryon s'est installé d'un seul coup parmi « les maîtres de l'estampe », aux côtés de Dürer, de Rembrandt, de Goya, sans que l'on puisse percevoir la nécessité ni suivre le cheminement de l'œuvre. L'explication par la folie ne peut sûrement pas être reten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-meryon/#i_15543

MORIN JEAN (1610 env.-1650)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 521 mots

Parmi les artistes qui illustrèrent la gravure française au xvii e siècle, il en est peu qui soient autant appréciés des amateurs d'estampes que Jean Morin et dont l'existence soit aussi obscure. On ne connaît avec certitude que la date de son décès, à Paris, au mois de juin 1650. On suppose qu'il serait né dans les années 1610, puisqu'on nous dit qu'il mourut « fort jeune » et que son œuvre, rel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-morin/#i_15543

MUCHA ALFONS (1860-1939)

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un art destiné au peuple »  : […] Alfons Mucha naît le 24 juillet 1860 à Ivancice, en Moravie, dans l'Empire austro-hongrois. Après des études à Brno, où sa passion du dessin s'affirme, il travaille dans une entreprise de décoration à Vienne, acquérant une excellente maîtrise de la gouache et se familiarisant avec l'univers du théâtre. En 1881, le comte Khuen-Bellassi lui commande des fresques pour sa demeure, puis finance la pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfons-mucha/#i_15543

ORNEMENT, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 4 468 mots

Dans le chapitre « Les sources documentaires »  : […] Pour l'étude de l'ornement, nous disposons de plusieurs sources, toutes importantes mais de caractères très différents. D'abord, l'objet lui-même ; ensuite, les dessins (projet et relevé), les gravures d'ornement ; enfin, les textes. L'analyse de l'objet devrait être le fondement de toute étude de l'ornement, il faut le redire. La formation des musées a été un moment capital coïncidant avec le tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ornement-histoire-de-l-art/#i_15543

ŌTSU-E. PEINTURES POPULAIRES DU JAPON (exposition)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Croisements et influences »  : […] La jeune fille à la glycine est une des dix figures les plus célèbres dès la fin du xvii e  siècle. Associée à la bonne fortune de la rencontre amoureuse, l’image révèle aussi des liens d’influence entre les motifs populaires et les courtisanes des U kiyo-e (« images du Monde Flottant »). Les variantes de ces différents motifs témoignent de la permanence de certaines postures. Les animaux sont é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otsu-e-peintures-populaires-du-japon-exposition/#i_15543

POSTER

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 203 mots

Mot anglais signifiant « affiche ». Il a été adopté en France depuis les années 1960 sous une acception plus particulière, qui correspond à la vogue de grandes images décoratives, photographies ou dessins reproduits de façon généralement assez sophistiquée. Cette nouvelle imagerie, que l'on peut se procurer pour une somme modeste, est surtout destinée à décorer les chambres d'adolescents, et elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poster/#i_15543

PROUTÉ PAUL (1887-1981)

  • Écrit par 
  • Jacques THUILLIER
  •  • 649 mots

Marchand, collectionneur, érudit, Paul Prouté a consacré sa vie à l'estampe et au dessin ; son expérience, qui remontait au début du siècle, était servie par une mémoire sans défaut jusqu'aux derniers jours et mise généreusement à la disposition de tous. Descendant d'une de ces vieilles lignées d'artisans et de commerçants parisiens chez qui le goût de l'art affleure comme instinctivement, parisie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-proute/#i_15543

RAFFET DENIS AUGUSTE MARIE (1804-1860)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 475 mots

« Raffet ! le plus grand nom de l'estampe originale du siècle. Ce n'est pas encore assez dire : l'un des plus grands noms de l'art français. » Ce jugement hyperbolique et catégorique d'un amateur aussi averti qu'Henri Béraldi, qui a dressé le catalogue de l'œuvre gravé, doit faire réfléchir. Raffet n'est pas seulement l'épigone de Charlet dont il reçut technique et thèmes. Moins anecdotique, moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-auguste-marie-raffet/#i_15543

RECUEIL CROZAT, Pierre Jean Mariette - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Chiara GAUNA
  •  • 1 046 mots

En 1729, le premier volume d'un livre d'un genre absolument nouveau paraît à Paris : il est aujourd'hui connu comme le Recueil Crozat . En 1721, le Régent, Philippe II d'Orléans, avait proposé à son ami, le collectionneur et mécène Pierre Crozat, l'idée d'un recueil d'estampes d'après les plus beaux tableaux italiens figurant dans les collections françaises. Le comité éditorial était composé par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recueil-crozat/#i_15543

REMBRANDT (1606-1669)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 6 463 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un artisan et un « marchand » hollandais du siècle d'or »  : […] Rembrandt Harmenszoon van Rijn naquit à Leyde, le 15 juillet 1606, huitième enfant d'un meunier broyant le malt pour les brasseries de cette ville laborieuse et peuplée, renommée pour son industrie drapière employant alors près de deux mille ouvriers. Après quatre années passées à la petite école et sept à l'École latine, il est immatriculé en 1620 à l'université dont Guillaume d'Orange avait doté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rembrandt/#i_15543

REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ART - Copie et reproduction depuis la Renaissance

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 3 632 mots

Dans sa Storia dell'iconografia anatomica publiée en 1957, Loris Premuda a reproduit en photogravure une planche des Icones anatomicae de Leopoldo Caldani (1801), dessinée et gravée par Gaetano Bosa ; elle figure en taille douce une vue d'un Apollon du Belvédère  ; un, car la gravure exhibe une reconstitution graphique de ce marbre réputé qui n'est lui-même qu'une réplique romaine tardive d'un b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-des-oeuvres-d-art-copie-et-reproduction-depuis-la-renaissance/#i_15543

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du pouvoir de l'estampe »  : […] Pendant toute la période révolutionnaire, la place occupée par l'estampe fut considérable. La consultation du Moniteur universel qui reproduit, pour l'essentiel, les discours des intervenants à l'Assemblée est, à cet égard, révélatrice. Elle permet de constater que le genre constitue, avec les arts du spectacle et la littérature, un moyen d'expression hautement apprécié, au point de faire souvent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_15543

ROTHSCHILD LES

  • Écrit par 
  • Pauline PREVOST-MARCILHACY
  •  • 2 890 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Deux donateurs exceptionnels »  : […] Si le mécénat culturel est l'apanage de toute la famille Rothschild, deux des fils de James ont joué à cet égard un rôle exceptionnel : Alphonse (1827-1905), qui eut un rôle non négligeable dans la création des musées français, et Edmond (1845-1934), qui légua au Louvre sa collection de dessins et de gravures en 1936, l'un des legs les plus marquants de l'histoire du musée au xx e  siècle. La seco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-rothschild/#i_15543

SEGHERS HERCULES (1590 env.-env. 1638)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 451 mots

Dans l'art hollandais du xvii e  siècle, la place d'Hercules Seghers, paysagiste visionnaire, est désormais aux côtés de Vermeer ou de Rembrandt. Son œuvre, une quinzaine de tableaux identifiés et de rares et singulières gravures, est empreint de mystère, tout comme sa vie aventureuse. On présume qu'Hercules Seghers est né à Haarlem, où il est membre de la Guilde de Saint-Luc en 1612. De 1614 à 16 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hercules-seghers/#i_15543

SHARAKU TŌSHŪSAI (actif 1794-1795)

  • Écrit par 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT
  •  • 1 195 mots

Dans le chapitre « Le peintre du théâtre »  : […] L'ère Kansei (1789-1801), durant laquelle Sharaku a travaillé, correspond, avec la période précédente (ère Temmei, 1781-1788), à l'âge d'or de l'Ukiyo-e et au point culminant de la culture des riches marchands d'Edo. Le théâtre kabuki jouit toujours d'une grande popularité et ses acteurs sont les idoles du peuple. C'est parmi les trois troupes d'Edo – Miyako-za, Kawarazaki-za, Kiri-za – que Shara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sharaku-toshusai-actif-1794-1795/#i_15543

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 989 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La tapisserie médiévale (XIVe-XVe s.) »  : […] La tapisserie devint au xiv e  siècle l'apanage des grands princes qui en constituèrent des collections considérables. Elle ornait le mur du château et de l'église, elle était transportée de demeure en demeure et était tendue dans les rues à l'occasion de fêtes religieuses ou d'« entrées » princières (ces diverses manipulations expliquent bien souvent les usures et la disparition de nombreuses ten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/#i_15543

THÈSES, estampe

  • Écrit par 
  • Véronique MEYER
  •  • 1 165 mots

Sous l'Ancien Régime, dans chacune des quatre facultés qui composaient l'Université, celle des Arts, de Théologie, de Médecine, et de Droit, l'étudiant devait successivement soutenir plusieurs thèses pour devenir bachelier, licencié et docteur. Pour le baccalauréat en philosophie, c'était d'abord une thèse sur la métaphysique et sur la logique et, quelques jours plus tard, la thèse de licence, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theses-estampe/#i_15543

TRENTE-SIX VUES DU MONT FUJI (Hokusai)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 132 mots
  •  • 1 média

« La Vague » est sans doute la plus célèbre des estampes de la série des Trente-Six Vues du mont Fuji de Katsushika Hokusai (1760-1849), gravée vers 1831. Dans cette planche, le célèbre volcan aux formes parfaitement symétriques, et symbole du Japon, est minuscule et semble comme submergé par les eaux. Le caractère dramatique de l'image est accentué par la présence de barques prises dans la tempê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trente-six-vues-du-mont-fuji/#i_15543

TURNER JOSEPH MALLORD WILLIAM (1775-1851)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 636 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Diversité d'une œuvre »  : […] Le fonds d'atelier que Turner laissa à sa mort était considérable : plus de vingt mille peintures, aquarelles, dessins, carnets, estampes. Doté, grâce à son succès, d'une très confortable aisance financière, il finit par se soucier assez peu de vendre et racheta même, à partir de 1830, ses tableaux plus anciens lorsque l'occasion s'en présentait. Il n'en était pas moins un infatigable travailleur, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-mallord-william-turner/#i_15543

UN SUBLIME XIXe SIÈCLE : LA PEINTURE SOUS LA RESTAURATION ET LA MONARCHIE DE JUILLET (expositions)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 530 mots

Le xix e  siècle n'est pas tout entier au musée d'Orsay dont les collections commencent en 1848. Ce xix e  siècle est celui de la montée de l'industrie, des trains qui remplacent les canaux, de l'aluminium concurrençant la fonte, des impressionnistes, de l'affaire Dreyfus : c'est le « stupide xix e  siècle », pour reprendre le titre de Léon Daudet. Même la librairie du musée d'Orsay, où vous trouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-sublime-xixe-siecle-la-peinture-sous-la-restauration-et-la-monarchie-de-juillet/#i_15543

UTAMARO KITAGAWA (1753-1806)

  • Écrit par 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT
  •  • 1 230 mots
  •  • 4 médias

Utamoro a longtemps été en Occident le plus réputé parmi les peintres d' estampes japonaises, en raison du retentissement de sa « découverte » par les Goncourt à la fin du xix e  siècle. Aujourd'hui encore, il s'affirme comme un des plus grands maîtres de cet art. Élevé dans un milieu littéraire, cultivé, il s'est initié à l'art de l'estampe, à travers les œuvres de Harunobu, Koryūsai, Shunshō, qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utamaro/#i_15543

VIETNAM

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Pierre-Bernard LAFONT, 
  • NGUYÊN TRÂN HUÂN, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Matthieu SALOMON, 
  • Stéphanie SOUHAITÉ, 
  • Christian TAILLARD
  • , Universalis
  •  • 46 526 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Art décoratif et artisanat populaire »  : […] Il conviendrait de distinguer les ateliers travaillant pour les classes possédantes sinisées et l'artisanat domestique destiné aux besoins locaux. Thèmes et techniques des ateliers sont d'inspiration chinoise. Le delta du fleuve Rouge, les régions du Thanh-hoa, de Nghe-an et de Ha-tinh constituent les principaux centres : fondeurs de cuivre, orfèvres, nielleurs (Bac-ninh), brodeurs (Hanoi et Bac-n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vietnam/#i_15543

WATTEAU APRÈS WATTEAU - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 366 mots

1717 La réception de Watteau à l'Académie royale de peinture et de sculpture consacre son intégration à la communauté artistique parisienne. 1719-1720 Le séjour de Watteau en Angleterre est à l'origine de la connaissance de son œuvre outre-Manche, aussi bien par la peinture que par l'estampe d'interprétation. 1721 À la mort de Watteau, ses dessins auraient été partagés, selon ses propres volont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/watteau-apres-watteau-reperes-chronologiques/#i_15543

Pour citer l’article

Michel MELOT, « ESTAMPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/estampe/