LIBERTÉ DE CONSCIENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une liberté essentiellement moderne

Si l'on pose que la liberté de conscience, telle qu'elle a été jugée au cours de l'histoire, est en fait la liberté de religion, on admet généralement qu'elle n'a pris cette valeur éminemment positive qu'à partir de l'époque moderne. Sous l'Antiquité, la liberté de religion n'a jamais été considérée comme un droit. La religion qui se confondait avec l'État s'imposait à tous les citoyens quelles que soient leurs convictions profondes. À part le court moment où plusieurs convictions religieuses étaient tolérées dans l'Empire romain, dès que le christianisme est devenu la religion de l'État sous Théodose Ier (346-395), la liberté de religion a été vivement combattue à la fois par les empereurs et par l'Église elle-même. On en trouve les traces dans les écrits polémiques des Pères de l'Église, en particulier ceux d'Augustin (354-430), l'évêque d'Hippone, et dans les décisions des premiers conciles. Toutes les propositions doctrinales ou ecclésiales hétérodoxes se sont vues accusées d'hérésie, qualifiées de schismatiques et ont été frappées d'anathème. Au Moyen Âge, en dépit d'une activité intellectuelle, artistique et religieuse intense et multiforme, la promotion de l'unité de la foi a contré toute revendication de liberté en cette matière. Magistralement épaulée par les écrits de Thomas d'Aquin (1225-1274), la législation ecclésiastique et civile n'a cessé de se préciser et de se durcir envers les dissidents. Une institution spéciale, l'Inquisition, a notamment été créée en 1231 par le pape Grégoire IX dans le but de préserver par des moyens coercitifs le contenu de la « vraie foi ». Car il s'agit bien du problème de la Vérité du message divin proposé par l'Église, et c'est le salut de ses fidèles qui est en jeu. P [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'École pratique des hautes études (Sorbonne)

Classification


Autres références

«  LIBERTÉ DE CONSCIENCE  » est également traité dans :

EUROPE - Diversité religieuse

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE, 
  • Kathy ROUSSELET
  •  • 11 280 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Ce que dit le traité de Lisbonne »  : […] Comme dans le Préambule du traité constitutionnel adopté le 18 juin 2004, les États membres déclarent s'inspirer : « des héritages culturels, religieux et humanistes de l'Europe, à partir desquels se sont développées les valeurs universelles que constituent les droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la liberté, la démocratie, l'égalité et l'État de droit » (Préambule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-diversite-religieuse/#i_45579

LAÏCITÉ, notion de

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 1 318 mots

Dans le chapitre « Les formes de la laïcité »  : […] Sa forme la plus ancienne et son premier noyau, c'est sans aucun doute la « laïcité de l'État », quand on ne parlait encore ni d'État, ni de laïcité. L'expression est susceptible de recouvrir au moins trois sens. Sous l'Ancien Régime, l'État était « laïque » en ce sens que ses liens étroits avec l'Église reposaient sur l'indépendance mutuelle des deux pouvoirs. L'Église ne gouvernait pas l'État, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laicite-notion-de/#i_45579

Voir aussi

Pour citer l’article

Valentine ZUBER, « LIBERTÉ DE CONSCIENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte-de-conscience/