MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Considéré comme le « fondateur » de la science anthropologique, admiré par G. Bandelier, J. W. Powell, L. Fison, A. W. Howitt, pionniers à des titres divers de l'ethnographie américaine et australienne, loué par Marx et Engels pour avoir redécouvert les principes fondamentaux du matérialisme historique, rejeté avec violence par F. Boas, B. Malinowski, W. Koppers et R. Lowie pour avoir fourvoyé l'ethnologie dans les impasses de l'évolutionnisme du xixe siècle, recevant cependant en 1947 l'hommage de C. Lévi-Strauss qui lui dédia Les Structures élémentaires de la parenté, puis en 1967 celui de Meyer Fortes qui s'attacha, dans Kinship and the Social Order, à faire un bilan de sa postérité, Morgan domine, de nos jours encore, l'histoire de l'anthropologie de toute la richesse et de l'ambiguïté de son œuvre.

Le fondateur de la science anthropologique

Lewis H. Morgan naquit dans une ferme près du village d'Aurora, dans l'État de New York. Il étudia le droit et s'installa comme avocat à Rochester en 1844. En 1855, il devint le conseiller juridique d'une compagnie de chemins de fer qui construisait une voie entre le Michigan et la région des mines de fer du lac Supérieur. Outre ses travaux professionnels et scientifiques, il se préoccupa beaucoup de politique et adhéra successivement au Parti whig et au Parti républicain, dont il devint député puis sénateur. Devenu membre, en 1875, de la National Academy of Sciences et président, en 1879, de l'American Association for the Advancement of Science, au sein de laquelle il avait créé en 1875 une section d'anthropologie, il mourut à Rochester (État de New York), dans la foi presbytérienne.

Sa vocation pour l'anthropologie naquit lorsqu'il adhéra, après ses études secondaires, à un club littéraire. The Gordian Knot, organisé sur le modèle de la confédération iroquoise. Il s'y lia d'amitié avec Ely S. Parker, un Indien Seneca qui devait devenir commissaire des États- [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études de classe exceptionnelle à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)  » est également traité dans :

LEAGUE OF THE HO-DE-NO-SAU-NEE, OR IROQUOIS, Lewis Henry Morgan - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre BOUSQUET
  •  • 846 mots
  •  • 1 média

Paru en 1851 à Rochester (État de New York), le livre League of the Ho-de-no-sau-nee, or Iroquois est considéré comme le premier ouvrage scientifique en anthropologie. Il pose les jalons de démarches devenues classiques dans la discipline, en particulier l'analyse des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/league-of-the-ho-de-no-sau-nee-or-iroquois/#i_15454

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La construction de l'ethnologie »  : […] Les introductions classiques assignent à la naissance de l'ethnologie des dates différentes ; certaines la font remonter à Hérodote, d'autres à Rousseau ou à Morgan. La référence à Hérodote s'explique par l'intérêt qu'il porta à la description des autres peuples, considérés toutefois comme des barbares ; la référence à Rousseau ne repose pas tant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_15454

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « La vision libérale et la critique marxiste »  : […] À la fin du xviii e  siècle, les sociétés primitives apparaissent généralement, du moins chez les adversaires de J.-J. Rousseau, comme les vestiges témoins de l'enfance de l'Humanité, d'un stade où l'outillage technique et intellectuel ne permettait « pas encore » aux individus de produire plus que pour leurs besoins. Sans surplus pas d'échanges, s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-economique/#i_15454

BACHOFEN JOHANN JAKOB (1815-1887)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 710 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Reformulations »  : […] Mais, en 1869, tandis que Nietzsche se rendait à Bâle pour y occuper la chaire de philologie classique, Bachofen découvrait Primitive Marriage ... (1865) de John Ferfuson McLennan et, en 1870, l'année même de sa parution, The Origin of Civilization ... de John Lubbock ; puis il s'intéressait aux Researches into the Early History of Mankind ... (186 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-jakob-bachofen/#i_15454

CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 7 115 mots

Dans le chapitre « Techniques »  : […] Le développement des techniques est aussi un fait aisément observable. Les préhistoriens ont d'ailleurs pris ce phénomène comme base de leurs classifications, non seulement parce qu'ils ne trouvent guère dans les vestiges exhumés d'autres signes distinctifs d'évolution, mais aussi parce que les formes d'outillage suivent dans la chronologie univer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation/#i_15454

ETHNOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick MENGET
  •  • 5 636 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Deux initiateurs : Morgan et Tylor »  : […] Le premier ethnologue « de terrain » est l'Américain L. H. Morgan, qui séjourne en 1850 chez les Iroquois et visite plus tard d'autres tribus. Morgan s'efforce de recueillir des terminologies de parenté : ayant découvert la notion de terminologie classificatoire, il s'attache à classer ces terminologies en relation avec des faits institutionnels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-histoire/#i_15454

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Les liens de parenté »  : […] L'ethnologie a permis de comprendre avec précision la nature de la parenté ; c'est l'une de ses contributions les plus importantes. La parenté est la reconnaissance sociale de liens biologiques réels ou supposés, qui se créent par les naissances et les mariages. La continuité de toute société dépend de la procréation et de l'éducation des nouveaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-generale/#i_15454

ETHNOLOGIE - Ethnoarchéologie

  • Écrit par 
  • Anick COUDART
  •  • 4 860 mots

Le terme ethnoarchaeology apparaît pour la première fois en 1900, dans un rapport rédigé par l'archéologue, anthropologue et naturaliste américain, Jesse Walter Fewkes, directeur du Bureau de l'ethnologie de la Smithsonian Institution. Celui-ci estimait que la connaissance des sociétés indiennes du sud-ouest des États-Unis constituait une bonne p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnoarcheologie/#i_15454

ÉVOLUTIONNISME CULTUREL & SOCIAL

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 2 775 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'évolutionnisme radical »  : […] C'est à partir de la publication par Darwin de son ouvrage sur l'évolution des espèces (1859) que se sont développées sous leur forme la plus systématique les études postulant une succession universelle d'étapes régies par un déterminisme rigoureux dans l'histoire de l'humanité. Nombreux sont les travaux qui ont illustré ce mouvement de pensée dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolutionnisme-culturel-et-social/#i_15454

PARENTÉ SYSTÈMES DE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 8 724 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Fondements de la parenté »  : […] On peut affirmer que les systèmes de parenté n'ont pas le même rôle dans toutes les sociétés : pour certaines, la parenté semble le principe fondamental qui commande l'ensemble des relations sociales ; pour d'autres, au contraire, comme pour la société occidentale, la parenté voit son rôle réduit à fort peu de chose. Si, pour C. Lévi-Strauss, « le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-de-parente/#i_15454

POLYGAMIE

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 9 887 mots

Dans le chapitre « Une hypothèse évolutionniste »  : […] Le mariage par groupes a occupé, grâce aux travaux de Lewis H.  Morgan, une place importante dans l'anthropologie. Celui-ci, en effet, a supposé, dans son schéma de l'évolution du mariage, que l'homme, à peine sorti de l'animalité, a vécu d'abord dans un état de promiscuité sexuelle complète. À partir de ce premier stade, on aurait la famille cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polygamie/#i_15454

TRIBU

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 9 660 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'approche néo-évolutionniste »  : […] Or c'est ce concept, hérité de Morgan, amputé par les fonctionnalistes d'une partie de son contenu et soumis à un harcèlement critique incessant, que Marshall Sahlins, E. R. Service et d'autres néo-évolutionnistes ont tenté de redéfinir rigoureusement et de réemployer dans tous ses usages initiaux, c'est-à-dire pour caractériser à la fois un type […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribu/#i_15454

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice GODELIER, « MORGAN LEWIS HENRY - (1818-1881) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-henry-morgan/