FORTES MEYER (1904-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps occupé à travailler dans des régions très variées du continent africain, Meyer Fortes a poursuivi simultanément une carrière de chercheur spécialisé en anthropologie sociale et culturelle et une carrière d'universitaire comme professeur d'anthropologie sociale à Cambridge de 1950 à 1973.

Ce sont les Tallensi du nord du Ghana qui ont été, pendant de nombreuses années, son champ d'étude privilégié (The Dynamics of Clanship among the Tallensi, 1945 ; The Web of Kinship among the Tallensi, 1949). Il a aussi publié des recherches tendant à présenter une systématisation des faits (Œdipus and Job in West African Religion, 1959 ; Marriage in Tribal Societies, 1962 ; Kinship and the Social Order, 1969, effort de théorisation mené à partir des travaux de Morgan ; Time and Social Structures, 1970).

Meyer Fortes a, d'autre part, dirigé des ouvrages collectifs qui ont eu un grand retentissement : Social Structure (1949), recueil de communications en hommage à A. R. Radcliffe-Brown, et African Systems of Thought, publication qui rassemble les études présentées dans le cadre du troisième Séminaire africain tenu en 1960 à Salisbury.

Meyer Fortes a eu le mérite de dépasser la collecte des faits pour organiser les données en un système d'interprétation. Avec Evans-Pritchard, il a publié un traité fondamental d'anthropologie politique et sociale africaine, African Political Systems (1940), qui tente une première classification des systèmes africains et propose, au-delà de l'inventaire des faits, une théorisation des modèles.

—  Jean POIRIER

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Nice, membre de l'Académie des sciences d'outre-mer

Classification


Autres références

«  FORTES MEYER (1904-1983)  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L'anthropologie sociale britannique »  : […] Il est nécessaire toutefois de revenir au débat entre culture et société si l'on veut comprendre la naissance de l'anthropologie sociale britannique. Celle-ci a subi l'influence de Durkheim, qui cherchait dans les faits ethnographiques autre chose que la simple description d'une société, et a d'emblée négligé les traits culturels pour s'intéresser aux relations, aux systèmes, aux fonctions. Ses f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_16799

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Place de l'individu dans la société »  : […] Le statut est la position sociale d'un individu avec les droits et devoir afférents. Le mot implique stratification. Cette analogie spatiale recouvre plusieurs significations : un homme occupe une « situation élevée » s'il est à même de régler la conduite des autres, soit en donnant des ordres, soit par son influence, ou s'il tient son prestige d'une charge importante, ou encore si sa conduite lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-generale/#i_16799

LIGNAGE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 2 483 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'organisation lignagère, les systèmes de parenté et de pouvoir »  : […] Il est évident que les anthropologues ont cru tirer un parti théorique très important de la définition des lignages, sans doute parce qu'ils y voyaient la possibilité de constituer des typologies d'apparence satisfaisante. Cette tendance se perçoit nettement chez A. R. Radcliffe-Brown, pour qui le lignage est un principe majeur. Au lieu de distinguer la filiation, qui détermine l'appartenance à de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lignage/#i_16799

PARENTÉ SYSTÈMES DE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 8 724 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La théorie de la filiation »  : […] La théorie de la filiation tient une place déterminante dans l'anthropologie anglaise qui s'est appliquée à expliquer le fonctionnement de la société par l'interaction des groupes de filiation. W. H. R. Rivers entendait par filiation (en anglais, descent ) ce qui permet aux groupes sociaux de se constituer, puisqu'elle transmet la qualité de membre d'un groupe. Mais il ne s'agit pas pour lui de n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-de-parente/#i_16799

Pour citer l’article

Jean POIRIER, « FORTES MEYER - (1904-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/meyer-fortes/