PARENTÉ SYSTÈMES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cousins parallèles et croisés

Cousins parallèles et croisés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Système dysharmonique

Système dysharmonique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Mariage patrilatéral

Mariage patrilatéral
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Mariage matrilatéral

Mariage matrilatéral
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


En français, le mot « parenté », d'après Littré, peut avoir deux sens différents : il désigne, d'une part, la consanguinité, d'autre part, « collectivement, tous les parents et alliés d'une même personne ».

En anthropologie sociale, l'étude de la parenté vise essentiellement les phénomènes sociaux qui marquent les relations de consanguinité aussi bien que d'affinité (ce qui veut dire alliance, mariage). Mais la consanguinité ne saurait avoir le sens restreint que lui donne le Code civil, pour qui les seuls parents en ligne paternelle sont des consanguins ; elle s'oppose ici à l'affinité. Les consanguins sont tous les parents qui ne sont pas des alliés. Cette définition est conforme à l'usage international ainsi qu'au droit canon.

Si les relations d'affinité, c'est-à-dire d'alliance, sont par définition des relations socialement reconnues, les relations de consanguinité peuvent être purement biologiques ou au contraire simplement sociologiques. L'anthropologie sociale entend par consanguinité non pas un fait biologique, mais une relation socialement reconnue. Il en est ainsi, par exemple, de l'adoption qui substitue une parenté sociale à une parenté biologique ou réputée telle. Les relations de parenté font donc référence à l'ensemble des phénomènes sociaux et culturels d'une ou de plusieurs sociétés. Mais quelle est la nature exacte de la parenté ? Certains, comme John Beattie, ont pensé qu'elle pouvait être une forme avec pour contenu la politique et l'économie ; la parenté ne serait alors qu'un langage. Mais s'agit-il d'un langage propre à la société étudiée et qui lui suffit à exprimer la réalité sociale de « sa » parenté ? Ou bien faut-il y adjoindre aussi le langage de l'observateur qui analyse cette même réalité ? Plus avant, il convient de se demander comment penser entre eux les systèmes de parenté.

Fondements de la parenté

On peut affirmer que les systèmes de parenté n'ont pas le même rôle dans to [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  PARENTÉ SYSTÈMES DE  » est également traité dans :

ABORIGÈNES AUSTRALIENS

  • Écrit par 
  • Barbara GLOWCZEWSKI
  •  • 7 130 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Société et parenté »  : […] Chez tous les Aborigènes, des interdits s'appliquent à la sexualité, à l'espace, à la parole, à la nourriture ou à l'utilisation de certains objets. Ces interdits concernent quatre domaines principaux : les relations de parenté et d'alliance, le deuil, les rites totémiques et les rites qui ponctuent le cycle de vie. Le tabou le plus important, commun à tous les Aborigènes, interdit à un garçon et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aborigenes-australiens/#i_13579

ADOPTION

  • Écrit par 
  • Pierre MURAT
  •  • 8 874 mots

L'adoption a pour but de créer un lien de filiation entre personnes qui ne sont pas apparentées par le sang en tant que parent et enfant. Il s'agit donc d'une filiation qui repose non pas sur le lien biologique, mais sur la volonté : c'est une filiation élective. Bien plus que les règles relatives à la filiation biologique, l'adoption est marquée par son caractère juridique qui la façonne : toutef […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adoption/#i_13579

AGNAT

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 163 mots

Venant du droit romain, « agnat » (en latin agnatus ) désigne dans l'anthropologie contemporaine un système de descendance reposant uniquement sur la lignée mâle (par opposition à « cognat », qui qualifie la parenté par les femmes). Le critère de résidence commune et d'autorité (dérivé de la loi romaine) ayant été abandonné, « agnat » s'entend désormais absolument, sans qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agnat/#i_13579

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apport de Lévi-Strauss »  : […] Il n'y a pas d'antinomie entre l'anthropologie structurale et l'anthropologie sociale. La première fut d'abord une méthode qui en vint à développer de telles implications théoriques qu'elle visa à rassembler les sciences humaines dans une science globale de la communication, dans une sémiologie où l'analyse structurale de la parenté et des mythes s'intégrerait en un de ses lieux, l'anthropologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_13579

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 804 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Parenté et pouvoir »  : […] L'anthropologie moderne, loin de concevoir parenté et politique comme des termes exclusifs l'un de l'autre ou opposés l'un à l'autre, a révélé les liens complexes existant entre les deux systèmes, et fondé l'étude théorique de leurs rapports à l'occasion de recherches conduites « sur le terrain ». On a constaté, à diverses reprises, que les relations politiques s'expriment aussi dans le langage d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-politique/#i_13579

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « L'anthropologie »  : […] Une fois précisée la nature des rapports sociaux qu'étudie l'anthropologie économique, il reste à définir les types de sociétés qui appartiennent à son champ d'analyse. Une nouvelle difficulté surgit, celle de l'anthropologie tout entière. On peut définir celle-ci de façon abstraite et « totalitaire » comme la Science de l'Homme, et, dans ce cas, l'anthropologie prétend devenir un jour la synthèse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-economique/#i_13579

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « L’analyse structurale »  : […] Les premiers travaux en anthropologie cognitive avaient pour principal objectif de documenter la diversité culturelle des catégories linguistiques. L’approche dominante était alors l’analyse structurale, représentée notamment par Claude Lévi-Strauss et fondée sur la description de couples de traits dont l’opposition et les transformations au sein d’un système déterminé sont productrices de sens. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-cognitive/#i_13579

BAMILÉKÉ

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 1 563 mots

Dans le chapitre « Économie et parenté »  : […] Actuellement, les Bamiléké ne sont plus que cultivateurs, principalement de maïs et d'arachides, et éleveurs de chèvres. Ce sont les femmes qui travaillent la terre, ce qui donne au polygame des revenus supérieurs à ceux du monogame, et un plus haut rang social. Les chèvres paissent sur les prairies au sommet des collines : les gardiens sont inutiles, car un système ingénieux de chemins bordés de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bamileke/#i_13579

BAOULÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHAUVEAU
  •  • 3 390 mots

Dans le chapitre « L'organisation sociale »  : […] Le village ( klo ), dont les plus importants comptaient au début du xx e  siècle deux milliers d'habitants, est composé de différents quartiers ( akpaswa ) regroupant, autour d'une famille prééminente, des unités de résidence restreintes ( awlo ) et de niveau supérieur ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baoule/#i_13579

BOBO

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 406 mots

L'appellation Bobo est peu claire. Les ethnologues ont alimenté la confusion en distinguant Bobo Oulé ou Tara, Niénigué, Bobo Gbé ou Kian, Bobo Fing, Bobo Dioula. Les Bobo Oulé ainsi que les Niénigué sont des Bwa ; ils sont installés au Burkina Faso, au nord-est de Bobo-Dioulasso, au sud et au nord de Dédougou et débordent sur les confins maliens. Quant aux Bobo Gbé que signale l'ethnologue frança […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bobo/#i_13579

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 808 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La société cambodgienne »  : […] La société cambodgienne est une société complexe, reflétant une structure de base en partie masquée par l'évolution historique. La longue « indianisation » n'a pas étouffé les tendances originelles, et n'a pas abouti à une société calquée sur le système des castes indiennes. De même, l'influence française, si elle a modifié les schémas administratifs et politiques, n'a rien supprimé des éléments c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cambodge/#i_13579

CANNIBALISME

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE, 
  • Bernard THIS
  •  • 4 177 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cannibalisme et parenté »  : […] L'organisation du cannibalisme et celle des catégories de la parenté et de l'alliance sont souvent en étroite corrélation. Les Indiens Tupinamba du Brésil , qu'a étudiés A. Métraux et qu'avait déjà mentionnés Montaigne dans son chapitre des Essais « Les Cannibales », constituaient, comme nombre de sociétés amérindiennes, un groupe fortement guerrier, pour lequel le fait de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cannibalisme/#i_13579

CASTES

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 5 986 mots

Dans le chapitre « Endogamie »  : […] Mais l'élément d'unité de la caste est surtout l'endogamie. Le mariage n'est en principe possible qu'à l'intérieur de la caste, voire de la sous-caste, ou même parfois d'un groupe très restreint de familles. À l'intérieur de la caste, le mariage ne peut se faire qu'entre des familles ayant des lignées ancestrales ( gotra ) différentes. Il est même exigé dans les classes habil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castes/#i_13579

CLAN

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 066 mots

Dans le chapitre « Fonctions du clan »  : […] On a parfois qualifié de claniques les sociétés habituellement étudiées par l'anthropologie. C'est dire l'importance que l'on reconnaît à cette institution, mais c'est aussi entretenir une certaine confusion. Car, ce que l'on vise, c'est la place qui, dans ces sociétés, est faite aux groupes de parenté, vivants et opérants. Or, dans de nombreux cas, c'est le lignage et non le clan qui est le foye […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clan/#i_13579

CLASSES D'ÂGE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Denise PAULME
  •  • 2 279 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Classes d'âge et statut individuel »  : […] Il est néanmoins des sociétés où la classe d'âge demeure, durant la vie entière de l'individu, un élément important de son statut. Eisenstadt liait ces divergences au degré de spécialisation fixé par la société dans l'accomplissement des tâches d'intérêt public. Selon lui, les groupes d'âge garderaient un rôle dans l'âge mûr chaque fois que la division des tâches sociales ou politiques n'est pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classes-d-age-anthropologie/#i_13579

CORPS - Données anthropologiques

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 251 mots

Dans le chapitre « La pensée biologique »  : […] Toute société élabore un savoir sur les modalités de sa propre reproduction, une pensée « biologique » qui s'exprime dans des conceptions de l'hérédité et de la composition du corps. Ainsi, de nombreuses sociétés de l'Ouest africain considèrent que le garçon est la réincarnation d'un grand-père défunt, dont il est censé posséder certains traits physiologiques ou psychiques. D'autres ancêtres, ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-donnees-anthropologiques/#i_13579

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « Les liens de parenté »  : […] L'ethnologie a permis de comprendre avec précision la nature de la parenté ; c'est l'une de ses contributions les plus importantes. La parenté est la reconnaissance sociale de liens biologiques réels ou supposés, qui se créent par les naissances et les mariages. La continuité de toute société dépend de la procréation et de l'éducation des nouveaux membres. La légitimité des enfants engendrés est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-generale/#i_13579

FAMILLE - Les sociétés humaines et la famille

  • Écrit par 
  • Françoise HÉRITIER
  •  • 7 468 mots

Dans le chapitre « Universalité et diversité de l'institution familiale »  : […] Il va de soi, semble-t-il, que les partenaires de l'union conjugale sont de sexe différent, que cette union ne se noue qu'entre des vivants, que le géniteur des enfants est normalement le père dans le cadre de l'union conjugale, enfin que la famille conjugale (père, mère, enfants) est l'unité résidentielle et économique élémentaire par laquelle passent l'éducation et l'héritage. Or l'expérience e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-les-societes-humaines-et-la-famille/#i_13579

GOODY JACK (1919-2015)

  • Écrit par 
  • Alain GARRIGOU
  •  • 1 403 mots

Dans le chapitre « Interprétations novatrices »  : […] Jack Goody part à nouveau d'une opposition entre Afrique subsaharienne et Eurasie pour aborder le grand clivage entre les systèmes de parenté. Il repère pourtant au sein de ce deuxième ensemble une autre fracture entre les deux rives de la Méditerranée à la suite du travail de Pierre Guichard sur la frontière islamo-chrétienne de l'Espagne médiévale. Celui-ci distingue deux structures sociales, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jack-goody/#i_13579

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rapports de parenté »  : […] L'une des assises de la société traditionnelle est constituée par les rapports de la parenté, les relations résultant de la filiation et de l'alliance. La parenté, généralement étendue, doit être comprise dans sa signification sociale , et non biologique. Elle compose un véritable système de relations entre les personnes et les « classes » de personnes (par exemple, entre l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_13579

HÉRAN FRANÇOIS (1953- )

  • Écrit par 
  • Paul-André ROSENTAL
  •  • 1 165 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une conception universaliste des sciences sociales »  : […] La formation de François Héran, celle d’un normalien agrégé de philosophie, né à Laon (Aisne) en 1953, l’inscrit dans la filière classique de la sociologie française, ouverte par Émile Durkheim à la fin du xix e  siècle. Son regard est celui d’un moderne. Il donne le primat à la raison, outil d’investigation universel posant ses exigences : formal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-heran/#i_13579

HÉRITIER FRANÇOISE (1933-2017)

  • Écrit par 
  • Salvatore D'ONOFRIO
  •  • 1 493 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’exercice de la parenté »  : […] C’est précisément chez les Samo qu’elle va repérer des structures de la parenté dont l’étude lui permet de faire progresser la théorie générale. Il s’agit des structures semi-complexes de l’alliance, véritable point de soudure entre les structures complexes, qui se limitent à indiquer les individus non épousables définis par leur position généalogique, et les structures élémentaires, fondées sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-heritier/#i_13579

INCESTE

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 3 061 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La théorie explicative »  : […] Une distinction est ici à faire, que propose Lévi-Strauss, dans le traitement des sociétés selon que le système de parenté y est de structure élémentaire ou complexe . Un système de parenté est de structure élémentaire quand les catégories et les règles qu'il mobilise sont déterminées sans considérations autres que celles de la position dans le réseau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inceste/#i_13579

JUMEAUX (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 3 343 mots

Dans le chapitre « La gémellité valorisée »  : […] Il arrive que des évaluations positives prennent le pas sur celles qu'on vient d'évoquer, et que les jumeaux soient considérés comme des entités non humaines coexistant par exemple avec une divinité supérieure ou avec d'autres « génies ». Des cultes leur sont assez fréquemment consacrés en Afrique ; ils sont matérialisés par des « autels » (objets, monticules, etc.) qui portent généralement les si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jumeaux-anthropologie/#i_13579

KAMILAROI ou GAMILARAAY

  • Écrit par 
  • François ZACOT
  •  • 460 mots

Le terme kamilaroi ou gamilaraay (qui vient de kami , ou gamil , non et araay , ayant), désignerait le langage utilisé par les tribus du nord-est de la Nouvelle-Galles du Sud en Australie dont les Kamilaroi font partie. Partageant le même mode de vie que la plupart des aborigènes australiens (nomadisme, cueillette et chasse), leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kamilaroi-gamilaraay/#i_13579

KARIERA

  • Écrit par 
  • Jean GUIART
  •  • 874 mots

Dans le chapitre « Système matrimonial et règles de parenté »  : […] La forme de présentation choisie par l'auteur est la suivante : A, B, C, D, représentent des groupes (le terme proposé est section ) en relation matrimoniale privilégiée deux par deux (le signe = est celui de l'échange de femmes entre deux groupes de gens se considérant chacun comme constitué de frères, frères dits classificatoires parce qu'ils ne sont pas nécessairement de m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kariera/#i_13579

KONGO ROYAUME DU

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 4 724 mots

Dans le chapitre « Les rapports sociaux »  : […] Le fondement de la société réside dans la parenté entendue au sens large ; cette dernière accentue les relations matrilinéaires, qui créent la véritable communauté de sang et instaurent un rapport privilégié entre oncle et neveu maternels, entre frères utérins et, au-delà, entre cousins maternels. Sur la base de cette parenté par le sang se forment des groupes sociaux fondamentaux : les lignages […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-du-kongo/#i_13579

KOTOKO

  • Écrit par 
  • Alain MOREL
  •  • 1 399 mots

Le pays des Kotoko s'étend sur trois États : le Cameroun, le Tchad et le Nigeria. Au sein même de leur pays, les Kotoko, sont minoritaires ; leur territoire étant un lieu de passage, de nombreux étrangers sont en effet venus s'y installer, notamment des Arabes. Les Kotoko se disent les descendants des Sao qui peuplèrent la région dès le x e  sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kotoko/#i_13579

LÉVI-STRAUSS CLAUDE (1908-2009)

  • Écrit par 
  • Pierre SMITH, 
  • Emmanuel TERRAY
  •  • 2 704 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'étude de la parenté et de l'alliance »  : […] L'étude de la parenté et du mariage est un peu le domaine réservé de l'ethnologie, celui que d'autres disciplines ne songent guère à lui disputer et dont la technicité ne peut que rebuter le profane. Premier grand massif de l'œuvre, l'épais et ambitieux traité intitulé Les Structures élémentaires de la parenté , par lequel Claude Lévi-Strauss gagna la notoriété auprès des spé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-levi-strauss/#i_13579

LIGNAGE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 2 483 mots
  •  • 1 média

Si le mot lignage implique toujours entre tous ceux qui en font partie un lien de parenté par le sang qui remonte à un ancêtre commun plus ou moins éloigné, son sens varie considérablement, selon qu'il reconnaît indifféremment toutes les lignes généalogiques qui descendent de l'ancêtre commun ou qu'il privilégie au contraire l'une d'entre elles. L'histoire de la coutume européenne et française mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lignage/#i_13579

MANUS

  • Écrit par 
  • Joël DUSUZEAU
  •  • 740 mots

L'un des trois groupes ethniques habitant les îles de l'Amirauté, situées au nord-est de la Nouvelle-Guinée, en Mélanésie, et faisant partie de la Papouasie - Nouvelle-Guinée. Parmi ces trois groupes, seuls les Manus forment un groupe linguistique homogène. Ils habitent une dizaine de villages construits sur pilotis dans des lagons avoisinant la grande île et sur la côte abritée des petites îles. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manus/#i_13579

MARIAGE

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Catherine LABRUSSE-RIOU, 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  • , Universalis
  •  • 11 551 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Approche anthropologique »  : […] Au risque de heurter une sensibilité façonnée par le christianisme, les études des ethnologues constatent que les systèmes de parenté fonctionnent indépendamment de l'existence du couple. Elles montrent, en effet, que les relations entre les hommes et les femmes sont réglées par les groupes qui contrôlent la répartition des femmes en instituant le tabou de l'inceste et la loi de l'exogamie. La na […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mariage/#i_13579

MCLENNAN JOHN FERGUSON (1827-1881)

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 330 mots

Ethnologue anglais célèbre pour ses travaux sur la parenté. Juriste de formation, McLennan fut inscrit au barreau en 1857 et siégea au Parlement comme représentant de l'Écosse. L'essentiel de son œuvre a été publié après sa mort en particulier par l'anthropologue Robertson Smith (Studies in Ancient History, 1886). On lui doit notamment la définition des concepts clés d'endogamie et d'exogamie. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-ferguson-mclennan/#i_13579

MOOSE ou MOSSI

  • Écrit par 
  • Michel IZARD
  •  • 2 894 mots

Dans le chapitre « Vie économique et sociale »  : […] Les Moose sont des agriculteurs du mil, principale production vivrière et base de l'alimentation quotidienne, les autres plantes cultivées à usage alimentaire étant le maïs, le haricot, le pois de terre et l'arachide. Parmi les produits de cueillette, le plus important est la noix du karité, principale source de matières grasses. Les Moose cultivaient le coton (la variété ancienne a disparu au pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moose-mossi/#i_13579

MORGAN LEWIS HENRY (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 3 677 mots

Dans le chapitre « Le fondateur de la science anthropologique »  : […] Lewis H. Morgan naquit dans une ferme près du village d'Aurora, dans l'État de New York. Il étudia le droit et s'installa comme avocat à Rochester en 1844. En 1855, il devint le conseiller juridique d'une compagnie de chemins de fer qui construisait une voie entre le Michigan et la région des mines de fer du lac Supérieur. Outre ses travaux professionnels et scientifiques, il se préoccupa beaucoup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lewis-henry-morgan/#i_13579

MUNDUGUMOR

  • Écrit par 
  • François ZACOT
  •  • 904 mots

La société des Mundugumor vit dans les Highlands du nord de la Papouasie - Nouvelle-Guinée ; partagés en deux par la rivière Yuat, ses membres, bien qu'ils parlent la même langue, n'ont pas le sentiment d'appartenir à un même groupe. Les Mundugumor sont un peuple riche ; leur économie est fondée sur la culture du tabac, de la noix d'arec et de coco ; à cela s'ajoute la pêche pour les groupes river […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mundugumor/#i_13579

MURNGIN

  • Écrit par 
  • François ZACOT
  •  • 442 mots

Ethnie de la terre d'Arnhem. Les Murngin, qui se nomment Wulamba, constituent un groupe de populations de culture homogène ; ils vivent sur la côte nord de l'Australie, sous climat tropical. Leur société est divisée en deux moitiés patrilinéaires et exogamiques — appelées Yiritja et Dua —, chacune se subdivisant en quatre sections ; une telle division règle les mariages, le patrimoine de mythes év […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/murngin/#i_13579

NILOTIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 637 mots

Dans le chapitre « La société sans État des Nuer »  : […] Au sud du pays shilluk s'étend le territoire occupé par les Nuer dont le nombre, en 1954, était estimé à 350 000. Grâce aux travaux d'E. E. Evans-Pritchard, la société nuer est bien connue. Leurs villages sont construits sur des élévations qui ne sont pas submergées par les inondations lors des crues saisonnières. Cultivateurs de mil – consommé sous forme de porridge et de bière –, les Nuer sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nilotiques/#i_13579

NIVKHE

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 840 mots

Les Nivkhe peuplent le cours inférieur de l'Amour et l'île Sakhaline. Ils font partie du groupe des peuples paléoasiatiques, et les fouilles nous donnent la certitude qu'ils sont des descendants directs de la population néolithique de ce territoire. Leur nom, nivkh , signifie « hommes ». Avant la révolution de 1917, ils étaient connus sous le nom de Guiliak. Ce terme vient vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nivkhe/#i_13579

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 861 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Organisation sociale et politique »  : […] Proches des Hawaiiens par leur système de parenté, les Maoris vivaient en familles étendues, appelées whanau . Celles-ci rassemblaient en général trois générations, des grands-parents aux petits-enfants. Cette grande famille habitait une seule maison et cultivait en commun ses jardins. C'est entre familles que se réglaient les mariages et la répartition des jardins nouvellem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-zelande/#i_13579

OCÉANIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 9 551 mots

Dans le chapitre « Les systèmes sociaux polynésiens »  : […] Les unités politiques et sociales polynésiennes sont beaucoup plus importantes que celles de Mélanésie, en nombre d'habitants comme en surface de territoire occupé. Ordinairement, ces unités comprennent de 2 000 à 3 000 personnes, cependant qu'à Tonga et à Hawaii elles atteignaient plusieurs dizaines de milliers d'habitants. De même, le district tahitien comprenait environ 8 000 personnes. Les ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-ethnographie/#i_13579

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'anthropologie : Claude Lévi-Strauss »  : […] Dans un article de 1951, Claude Lévi-Strauss invoque le rôle rénovateur, par rapport aux sciences, de la phonologie fondée par Troubetzkoy et Jakobson. La méthode de cette dernière se ramène, en effet, à quatre démarches principales : l'étude de l'infrastructure inconsciente des faits linguistiques, l'analyse des relations entre les termes, la prise en compte de la notion de système, enfin la re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_13579

ORDRE SYMBOLIQUE

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 1 397 mots

Dans le chapitre « Ordre symbolique et désir »  : […] Jacques Lacan fera son miel de cette dimension inconsciente d'une structure, qui se définit chez lui expressément comme un « ordre » : « La découverte de Freud est celle du champ des incidences, en la nature de l'homme, de ses relations à l'ordre symbolique » ( Écrits , 1966). La référence à la langue est toujours présente, puisqu'il s'agit de réinterpréter les catégories fr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-symbolique/#i_13579

ORGANISATION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 5 282 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Niveaux de l'organisation sociale »  : […] Dans la plupart des sociétés qu'étudient les ethnologues, l'organisation sociale dépend étroitement du système de parenté. Dans aucune de ces sociétés, cependant, les groupements discernables ne se réduisent à la famille et à ses formes composées. De Morgan à Lévi-Strauss en passant par Radcliffe-Brown et Evans-Pritchard, la théorie de l'organisation sociale s'est donc constituée en même temps qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-sociale/#i_13579

PHRATRIE

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 322 mots

Terme qui désigne à l'origine des groupes de parenté ( phrater  : frère) rassemblant plusieurs familles (au sens large) dans le culte d'un ancêtre commun. Dans Homère, la phratrie apparaît comme une subdivision de la tribu ( phylè ) et les héros combattent groupés par tribu et par phratrie. En fait, on est assez mal renseigné sur l'évolution de cette ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phratrie/#i_13579

POLYGAMIE

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 9 887 mots

Dans le chapitre « Une hypothèse évolutionniste »  : […] Le mariage par groupes a occupé, grâce aux travaux de Lewis H.  Morgan, une place importante dans l'anthropologie. Celui-ci, en effet, a supposé, dans son schéma de l'évolution du mariage, que l'homme, à peine sorti de l'animalité, a vécu d'abord dans un état de promiscuité sexuelle complète. À partir de ce premier stade, on aurait la famille consanguine, qui constitue déjà u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polygamie/#i_13579

PROHIBITION DE L'INCESTE

  • Écrit par 
  • Laurent BARRY
  •  • 1 338 mots

Dans le chapitre « « Conséquences néfastes » ou aversion innée ? »  : […] Si nos contemporains ancrent souvent la raison d'être des interdits incestueux dans la notion de risques biologiques, ce n'est pourtant pas, historiquement, la motivation première. Ainsi les juristes romains alléguaient plutôt le risque de la confusion des rôles sociaux. Épouser sa mère, c'était ainsi ajouter au nom de « fils » celui de « mari » et donner jour à une « fille » qui aurait droit au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prohibition-de-l-inceste/#i_13579

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le sujet en question »  : […] Ce privilège accordé au symbolique conduit à la reprise critique du thème du transcendantal issu de Kant et de Husserl, à travers la mise en cause du sujet. Ce que les philosophes croient pouvoir reconnaître à travers la mutation des sciences humaines depuis le début du siècle, c'est la possibilité – apparue indépendamment du pouvoir d'auto-imposition traditionnel de la philosophie – de poser à no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_13579

STRUCTURE (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Lucien SCUBLA
  •  • 1 429 mots

Au milieu du xx e  siècle, la notion de structure a eu tendance à supplanter, en anthropologie, les notions plus anciennes de système et d'organisation, de forme et de type d'organisation. Trois spécialistes des systèmes de parenté faisaient paraître, coup sur coup, des ouvrages aux titres révélateurs, qui allaient devenir des classiques de la di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-anthropologie/#i_13579

LES STRUCTURES ÉLÉMENTAIRES DE LA PARENTÉ, Claude Lévi-Strauss - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Laurent BARRY
  •  • 915 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fondements naturels du lien social »  : […] Outre la linguistique, l'ouvrage s'inspire des travaux de l'anthropologie anglo-saxonne et de certains écrits de l'école de L'Année sociologique (l' Essai sur le don de Marcel Mauss et Les Catégories matrimoniales de Marcel Granet) plutôt que d'une tradition ethnographique et muséographique française encore balbutiante. Dans cette v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-structures-elementaires-de-la-parente/#i_13579

TRIBU

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 9 660 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Segmentarité et multifonctionnalité des rapports sociaux »  : […] Le premier trait commun à toutes les sociétés « tribales » isolé par Sahlins est le fait que les unités sociales élémentaires qui les composent sont « des groupes multi-familiaux qui exploitent collectivement une aire de ressources communes et forment une unité résidentielle toute l'année ou sa majeure partie ». Il nomme ces unités élémentaires « segments primaires », d'où le sens de l'expression […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribu/#i_13579

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel de COPPET, « PARENTÉ SYSTÈMES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/systemes-de-parente/